Tout le monde en jase – 5 février

 

Agréable soirée de télévision en compagnie de mon ami Dominic Ste-Croix. Pour lui, c’était son baptême de twivage!

Isabelle Gaston

Avant même le début de l’émission, le débat commençait déjà sur Twitter au sujet de l’apparition d’Isabelle Gaston. Pourquoi elle y va, pourquoi elle veut rendre public ce qu’elle vit en privé? Les plus cyniques auront pensé qu’elle y allait simplement pour donner un bon spectacle… et même qu’elle y allait surtout pour le cachet!

Ça aurait pu déraper en « freak show » alors je félicite Guy A. Lepage et Dany Turcotte. La sobriété et l’écoute étaient de mise et c’est ce que cela a été. Il fallait lui donner toute la place et même le public en studio s’est fait tout petit.

Pour le reste, c’est bien certain qu’elle m’a conforté dans ce que je pensais déjà de son ex-conjoint Guy Turcotte et du fait qu’il ne se trouve pas aujourd’hui en prison. Elle a parlé des failles du système de Justice et surtout, ce qui a semblé en surprendre plusieurs en lien avec les dernières frasques de Boisvenu, elle a affirmé qu’elle est pour la réhabilitation, donc, on le comprend, contre la peine de mort.

Finalement, c’était une apparition nécessaire même si, question actualité, elle était un peu déphasée. Mais bon, parfois, il faut beaucoup de temps pour que la poussière puisse bien retomber, et à la bonne place…

Pour signer sa pétition hébergée à l’Assemblée nationale : http://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-2499/index.html

Nanette Workman

Après la lourdeur de l’entrevue précédente, comme je l’ai écris sur Twitter :

 

Nanette Workman, un baume.

 

Toujours aussi sympathique, elle était bien sûr un peu de chaleur sur nos coeurs meurtris. Mais bon, il fallait tout de même être vendu pour bien apprécier cette entrevue. Un visage très connu pour les plus vieux et visiblement maintes fois remis à jour par la chirurgie esthétique, ce qui a fait dire au critique télé de La Presse Richard Therrien :

 

Je suis contre la chirurgie esthétique, mais quand je regarde Nanette, je revire quasiment pour!

 

Et un usager Twitter, Patrick Poirier, en a lâché une bonne :

 

On découvre une jeune artiste à #TLMEP Nanette Workman.

 

Alexandre Barrette

« Après avoir rêvé d’une carrière en tennis, il a eu envie de devenir humoriste en voyant un spectacle de Patrick Huard. »

L’histoire de son cheminement est incroyable et est la preuve que l’on peut très bien réussir sur un coup de tête!

Sinon, j’ai adoré le segment où on le voyait dans un rôle où il reprenait le français de son ami en deuil, et tout ce que j’ai trouvé à écrire durant son entrevue c’est :

 

D’Isabelle Gaston à Alexandre Barrette, on passe par toute la gamme des émotions…

 

Bernard Drainville

Personnellement, Bernard Drainville concentre parfaitement ce qu’il me reste de sympathie pour le Parti Québecois, et son entrevue ne m’a pas déçu. Mais je ne peux pas affirmer que j’ai été d’accord avec lui en tous points.

Au sujet de l’idée des référendums d’initiative populaire, je suis tout à fait pour, en espérant que cela ne se passerait pas à l’ancienne mode, mais bien en y incluant le web et tout ce que la technologie pourrait y apporter comme facilité d’accès et rapidité.

Pour ce qui est du vote à 16 ans, je suis loin d’être vendu à l’idée. À moins d’exiger un préalable, un test ou quelque chose du genre. D’ailleurs, je pense que toute la population devrait y être soumise… Mais dans un monde parfait, l’école, l’éducation réussirait à donner une bonne base à tous pour exercer son devoir de citoyen. À moins qu’on me prouve le contraire, je crois que nous sommes loin du compte.

Sabine Venturelli et Hadi Qaderi

En lien avec l’affaire Shafia, le fait de les entendre parler des problèmes d’intégration des immigrants m’a ramené au multiculturalisme canadien. Puisque l’intégration demande beaucoup de ressources, je me demande à rebours si Pierre Elliot Trudeau n’a pas aussi voulu s’en laver les mains en imposant la politique multiculturelle qui est un laisser-aller manifeste. En disant « transportez votre culture et vos traditions ici », il lui ouvrait toute grande la porte. Des économies oui, mais des drames que l’on n’aurait pas cru possibles ici. Je spécule bien sûr, mais le lien entre l’histoire Shafia et le multiculturalisme n’est vraiment pas tiré par les cheveux.

Serge Bouchard

Un invité comme on aimerait en voir plus souvent à Tout le monde en parle. Et un sujet, l’anthropologie, dont on entend très rarement parler dans les médias.

J’ai noté avec plaisir son discours concernant la gauche versus la droite où il exprimait sa perplexité devant la pauvreté du débat intellectuel que cela engendrait. Il disait carrément que c’est de la « paralysie intellectuelle ». Il a dû faire quelques déçus…

Il a beaucoup parlé de la Loi sur les Indiens (qu’il expliquait comme étant carrément raciste) et du problème autochtone en général. Au sujet de Stephen Harper et des « indiens », il disait :


M.Harper n’a pas le début de l’introduction de la 1re porte pour comprendre ce que c’est qu’un indien.

 

Et tout ce discours se plantait dans le décor blanc, qu’il affectionne particulièrement, du Grand-Nord. Il constatait que les grands projets en lien avec ses ressources naturelles ont manqué à leurs promesses de richesse collective accrue. Son message était que l’histoire nous a montré que « quand on veut faire de l’argent, on démolit tout » et qu’« être riche pis beau » (beau pour bon, ou éthique) est un projet de société positif.

Chapeau!

Stéphane Tétreault

Ce jeune homme de 18 ans a « un talent si immense qu’elle lui a prêté un violoncelle Stradivarius dont la valeur est estimée à plus de 6 millions de dollars. »

L’anecdote valait l’invitation à TLMEP, et il a été à mon avis à la hauteur de sa réputation quand il a interprété une trop courte pièce.

*******

J’en encore remarqué que les unilingues francophones, s’ils existent (!) et s’il y en avait qui regardaient l’émission, ont eu des problèmes à comprendre certains passages, notamment durant le segment de Nanette Workman. Mais bon, je suis à la veille de comprendre que je ne suis qu’un réactionnaire (qui aimerait que la télé francophone d’État offre des sous-titres quand ce qui est exprimé n’est pas en français, juste pour la beauté de la chose)…

Ce contenu a été publié dans télévision, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Tout le monde en jase – 5 février

  1. Merci pour cet élégant compte-rendu.

  2. Simon dit :

    J’ai vraiment aimé l’entrevue avec Serge Bouchard, sauf sa mention concernant la gauche et la droite! Oui, c’est une opposition qui simplifie les débats, mais ce n’est pas de la paralysie intellectuelle, c’est simplement une manière d’aller plus rapidement au point, comme tous les concepts en politique (comme souverainisme, fédéralisme, démocrate, etc.) voire tous les concepts tout court. Ne s’en tenir qu’à ce qui est étiquetté gauche ou droite, oui, c’est de la paralysie, mais la définition de ces concepts n’est pas en soi de la paralysie pour moi.

  3. Simon,

    je suis bien d’accord que ça aide, mais parfois c’est le contraire… En tout cas ça met les gens dans des cases qui peuvent faire en sorte, et moi j’y ai gouté, qu’on rejette quelqu’un parce qu’il a une pensée qui déborde de la case dans laquelle on pensait qu’il était.

  4. Simon dit :

    Absolument. C’est tout à fait ça je crois la paralysie intellectuelle, pas le fait d’utiliser un concept. Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain et j’espère que tout le discours qui veut « dépasser » le débat gauche-droite ne le fera pas.

  5. gillac dit :

    Mon malaise envers la présence de madame Gaston s,est dissippé lorsque j’ai compris ses motivations. J’ai failli arracher le bras de mon fauteil lorsqu,elle nous a appris qu’aux yeux de l’état elle n’était pas une victime. Quelle bande de colons! Ma seule réserve est envers Bernard Drainville envers qui je ne peux m’empêcher d’être suspicieux pour son manque d’éthique envers la chef légitime du parti et à qui je n’attribue pas de qualités transcendantes.

  6. Les petites cases sont utiles à condition de pouvoir en sortir comme le disent Simon et Renart.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *