Maternelle Twitter

(J’aurais pu aussi titrer « Maternelle Facebook », « Maternelle blogosphère », etc., mais Twitter me semble plus habilité, selon mon expérience actuelle, à se voir accouplé au terme « maternelle ».)  

Dès la genèse du projet Le Globe, j’avais le désir d’inclure dans le lot des auteurs au moins un spécimen du champ droit. Oui, un désir de diversité, mais je ne me serais pas douté que d’inoculer cette dissidence de droite dans le projet serait un test aussi efficace pour séparer les adultes des enfants. Je parle de droite, mais c’est la même chose pour ce qui est du fédéralisme et, dans le fond, de toute partisanerie. Ne pas avoir une opinion de gauche, péquiste, souverainiste, a créé certains problèmes ici sur Le Globe et ailleurs dans la sphère où nous nous affichons, nous l’avons vu très clairement.

Donc, je ferai un peu écho ici au billet de notre seul collaborateur de droite qui publiait « La gauche poubelle » et qui y écrivait que certaines personnes (dans ce cas-là, de gauche) ne sont pas capables d’accepter les opinions différentes sans les ridiculiser, et ce, personnellement : donc sans tomber dans l’invective « ad hominem ». C’est triste, parce que c’est à la base de la liberté d’expression. Personne ne devrait payer en subissant des insultes parce qu’il a fait valoir une opinion dissidente.

Et même Le Globe a vécu des contrecoups de ces réactions : on a déchiré sa chemise en public (sur Twitter) parce qu’on « osait » publier les écrits de Louis Sirois, on a même tenté une campagne de boycottage. Pourtant, la majorité des collaborateurs sont clairement à gauche, donc ces gens-là sont très bien servis… Voilà pourquoi je parle de maternelle.

Comment ne pas trouver enfantin de voir un adulte qui adule le projet Le Globe retourner subitement sa chemise quand un seul élément ne fait pas son affaire? Comment ne pas être découragé de l’espèce humaine quand quelqu’un de soi-disant intelligent rejette tout ce que publie le site à partir du moment qu’un seul billet vient donner un différent son de cloche?

J’ai le goût de me transformer ici en donneur de leçon (ou en éducateur de maternelle!). Un lecteur ne devrait jamais se sentir visé personnellement par les propos d’un blogueur (comme d’un chroniqueur ou de quiconque s’exprime où que ce soit). Parce que l’intérêt premier du blogueur d’opinion est d’extérioriser sa pensée, la plupart du temps négative il faut l’admettre, pour la transformer en quelque chose de positif, enfin, de constructif. Ce n’est jamais le blogueur qui vise le lecteur en particulier. Mais si jamais le chapeau lui fait au lecteur, qu’il le mette, sans pour autant pouvoir accuser le blogueur de le lui avoir mis de force… Idem pour ce billet-ci.

Donc, si vous comprenez le message : vous êtes maître de votre réaction, soyez un adulte capable de choisir à bon escient entre le silence et la discussion civilisée. Soyez conséquents et soyez surtout capable de faire la part des choses entre la personne et ses idées, le contenu et le contenant, et surtout, le débat public et le reste : le bien divertissant, mais parfois très inutile bavardage!

Ce contenu a été publié dans Médias Sociaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Maternelle Twitter

  1. Fernet_g dit :

    Tout à fait d’accord. Je suis un de ceux qui ont critiqué et « chauffé » assez violemment l’article de Louis Sirois,car il y est allé trop fort.Il y a eu une forte réaction, il l’a cherché j’imagine. Et bien qu’il ait suscité de l’intérêt¸ça ne l’a pas aidé à faire passer son message.
    Ceci dit, Louis Sirois a argumenté avec moi sur le blogue et sur twitter. Il ne s’est pas défilé.Son ton,eh bien il le travaillera je l’espère. Tout comme je souhaite qu’il poursuive sa collaboration avec Le Globe.Avoir un ton offensant c’est une chose mais utiliser un langage ordurier,presque menaçant comme certains sur twitter c’est
    indigne. Le Globe vous avez effectivement le mérite d’exposer tous les points de vue et je continuerai à vous lire. Grand merci vous êtes original

  2. gillac dit :

    J’aime le Globe pour sa diversité malgré certains penchants assez faciles à reconnaître. Ce qui m’importe le plus, c’est que le débat reste au niveau des idées et qu’un minimum de respect entre les personnes subsiste. À mon oeil à moi, ce blogue est un fort beau projet qui mérite de vivre. Un des éléments de la maturité est la capacité de filtrer ce qui nous convient et parfois de se laisser bousculer dans nos certitudes.

  3. Tu possèdes le jugement pour affronter ces maladies infantiles. Continue comme ça.

  4. Louis Sirois dit :

    « La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. »

    Mahatma Gandhi, (1869-1948)

  5. Ce billet m’a fait penser au mien, écrit il y a quelques mois: http://marilenepilon.wordpress.com/2011/08/08/echanges-a-lere-des-reseaux-sociaux/ Et dis-toi que seuls les extrêmes commentent.

  6. koval dit :

    @Marilène

    « Seuls les extrêmes commentent »

    Eh bien! Jolis préjugés, et vous, vous êtes extrême?

    Je vais vous envoiyer les Normands, ptêt ben qu’oui ptêt ben qu’non qu’ils vont vous dire…tous seront heureux et y’aura plus de chicane.

  7. Nicolas F ( rédaction ) dit :

    Koval … si tu prends un bout de texte … hors contexte, cela ne fera pas avancer le débat 😉

  8. koval dit :

    P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non.

    Anyway, les commentateurs auront toujours tort, c’est ma conclusion.

    Je m’excuse Ô Maître Nicolas d’avoir posé une question à une écrivaine du Globe…

    Cela ne se reproduira plus!

  9. Nicolas F ( rédaction ) dit :

    Merci , tu démontre par l’exemple ce que le billet propose 😉

  10. Rien ne m’énerve plus que l’unanimité. Discuter avec des gens qui sont toujours d’accord sur tout : quel ennuie. Voir chacun se réconforter dans ses petites convictions médiocres est un spectacle pathétique et désolant.

    Jeune, j’avais toujours du mal à distinguer ma droite de ma gauche. Ça continue en politique aujourd’hui (et je ne crois pas être le seul à avoir ce problème). Mais la méchanceté, par contre, se voit à des kilomètres, et c’est à mon avis la seule chose qu’il faut véritablement combattre à tout prix.

  11. Bof, ça aurait pu être pire, mon cher Renart!!! Tu aurais pu accepter de publier mes billets, quand je te l’avais offert!!! 😉

    De toute façon, je crois de plus en plus que tu as eu raison de refuser, car, là, la gauche aurait eu des raisons de s’énerver le poil des jambes!!! Et, je crois que tu veux éviter le plus possible de plonger le Globe dans la controverse, sans doute avec raison!!!

    Sérieusement, monsieur Sirois doit se sentir bien seul, ici!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *