L’art de tout mélanger

Je suis tombé sur un article intéressant dont le titre est : « Les signes d’intelligence sont contre-nature » (via le compte Facebook de la blogueuse Noisette Sociale). C’est à propos d’une étude d’un psychologue évolutionniste de la London School of Economics and Political Science, en Grande-Bretagne, nommé Satoshi Kanazawa (un libertarien, selon le blogueur Richard Hétu). Il arrive à la conclusion que « les progressistes et les athées sont plus intelligents ».

Et là notre Antagoniste national ironise sur le fait que la « gauche est en ébullition parce qu’elle a découvert [cette] étude » et il défend sa propre intelligence de libertarien (minarchiste, pour être précis précis).

À la base, cette réaction m’a rendu perplexe. À la fin de ma lecture de l’article en question, je n’avais aucunement fait le lien avec la sempiternelle guerre entre la gauche et la droite, mais bien seulement avec les mouvements avant et arrière (!), soit le conservatisme et le progressisme. Oui, le progressisme est trop accolé à la gauche, et à l’interventionnisme, ce que je trouve dommage, puisque ça devient comme un mot-valise qui veut dire presque tout et son contraire (j’exagère à peine)… mais le conservatisme n’est pas en reste en ce qui a trait à l’interventionnisme, quand même. Il reste que le terme « progressisme » est vraiment l’antonyme de « conservatisme », nonobstant leurs sens politiques pervertis. Donc, voilà, comment peut-on arriver à associer le conservatisme et le libertarianisme alors qu’en plus la liberté dans un et dans l’autre n’a vraiment pas le même poids?

Prenons l’homosexualité par exemple. Il n’y a aucun doute que les personnes conservatrices ne veulent pas que l’homosexualité soit perçue comme étant normale dans la société. Un exemple politique récent :

Le ministre fédéral de la Citoyenneté et de l’Immigration, Jason Kenney, a évacué toute référence aux droits des homosexuels dans un nouveau guide remis aux immigrants demandant la citoyenneté canadienne

Et pour ce qui est des libertariens, et c’est ce qui me plaît le plus chez eux, il est clair que le droit de vivre son homosexualité sans entrave est pour eux une liberté importante, enfin socialement (la liberté individuelle ne fait pas d’exceptions!). Peut-être que les libertariens ont des atomes crochus avec les conservateurs parfois au niveau économique, mais ça saute aux yeux que les résultats de cette étude n’ont aucun lien avec cette donnée-là :

L’étude […] explique que les hommes «dans l’histoire évolutionniste» sont naturellement «légèrement polygames», et que les hommes et les femmes sont naturellement conservateurs, principalement concernés par leurs familles et leurs amis, et religieux, parce que «les humains sont conditionnés à être paranoïaques par l’évolution, et ils croient en Dieu parce qu’ils sont paranoïaques».

(Photo : stevecadman – modifiée)

Ce contenu a été publié dans opinions, politique, psychologie, religion, société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à L’art de tout mélanger

  1. Quelle est la validité scientifique de l’étude ?

  2. Putain, tu m’as volé mon sujet de billet! HA HA HA

    Sinon, moi je ne trouve pas dommage du tout que le progressisme soit associé à la gauche. C’est même tout à fait logique. *air angélique*

    C’est sûr que sur le coup, en lisant l’article, étant moi-même progressiste et athée, ça m’a fait une fleur. Mais on en a débattu sur mon compte Facebook justement et il semblerait que le chercheur en question est reconnu pour avoir des méthodes de recherche contestées et je sais qu’il s’est beaucoup basé sur le QI.

    Ceci étant dit, je vais continuer d’aimer la conclusion avec un sourire en coin. 😉

  3. Éléonore dit :

     » Il arrive à la conclusion que « les progressistes et les athées sont plus intelligents ». »
    Ne faudrait-il pas d’abord définir l’Intelligence pour dire que les uns sont plus intelligents que les autres ?
    L’athéisme comme signe d’intelligence supérieure ? je trouve cela immensément réducteur et je me demande même si ce n’est pas une forme d’auto-flatterie..

  4. Anne Archet dit :

    On ne s’en sort pas, le progressisme reste l’épithète de choix des organisations de gauche en ce moment – les mots « socialisme » et « communisme » étant largement tombés en disgrâce.

  5. Anne Archet dit :

    Et sincèrement, le progressisme ne me semble pas un signe particulier d’intelligence. Le progressisme, n’est pas l’idée que l’ordre établi est le résultat d’un processus historique continu (ou alors dialectique, si on est marxiste) d’amélioration qui peut être poursuivi et même accéléré par divers moyens, que ce soit l’exercice du droit de vote, la pétition, la désobéissance civile, le terrorisme ou la conquête du pouvoir politique – en fait, n’importe quelle action sauf la destruction de ce pouvoir?

    Si c’est bien le progressisme auquel on fait référence, il s’agit d’un mythe éminemment bourgeois. Les progressistes sont imperméables à la plate évidence que la seule trajectoire des sociétés humaines depuis l’essor de l’État moderne et du capitalisme est l’accroissement continuel de l’appauvrissement et de la domination.

  6. gillac dit :

    J’avoue être un peu tanné de toutes ces étiquettes qui cachent des idéologies souvent rigides et qui empêchent l’approfondissement des idées. Serait-il possible par exemple de s’entendre au Québec sur un certain nombre de choses tels la nécessité de ne pas créer de trop grands écarts entre les riches et les pauvres, de soutenir les plus démunis de la société, de s’assurer que le système d’éducation propage de la connaissance, de fournir à la langue française des protections supplémentaires rendues nécessaires par un environnement peu favorable, de se doter d’un système de santé efficace autant en prévention que dans la fourniture de soins, de rendre le système de justice accessible à toutes les classes de la société,etc.

  7. renartleveille dit :

    Vincent Sremed,

    ce n’est pas tellement ça qui m’intéresse, comme tu as pu le lire dans le billet, c’est la réaction de David Gagnon et le fouillis idéologique qui vient avec.

    Noisette dit plus bas qu’« il semblerait que le chercheur en question est reconnu pour avoir des méthodes de recherche contestées ».

    Et, comme elle, j’aime la conclusion avec un sourire en coin! 😉

    Noisette,

    « moi je ne trouve pas dommage du tout que le progressisme soit associé à la gauche. »

    c’est bien subjectif, mais bon, on s’entend que les libertariens sont plus proche du progressisme que les conservateurs, alors c’est difficile de mettre quoi que ce soit dans des cases bien solides.

    « je vais continuer d’aimer la conclusion avec un sourire en coin. »

    C’est pas mal synonyme de « prendre avec un grain de sel! » 😉

    Éléonore,

    « Ne faudrait-il pas d’abord définir l’Intelligence pour dire que les uns sont plus intelligents que les autres ? »

    Sans dire que c’est fiable à 100%, c’est le test de QI qui réussit à mesure le mieux l’intelligence chez un individu pour l’instant et c’est là-dessus que le chercheur s’est basé. Le relativisme a ses limites, quand même!

    « L’athéisme comme signe d’intelligence supérieure ? je trouve cela immensément réducteur et je me demande même si ce n’est pas une forme d’auto-flatterie.. »

    Au risque que tu le prennes mal, je vais te poser une question : est-ce que tu es croyante?

    Anne Archet,

    pour ce qui est du progressisme, j’ai essayé de lui donner son sens le plus simple, « avancer » a contrario de « reculer » (conservatisme).

    À te lire, tu me donnes raison de penser que le terme « progressisme » est un fourre-tout…

    Gillac,

    on n’en sort pas, ton propos est très gauchiste, ce que d’autres considèrent comme du progressisme…

  8. Anne Archet dit :

    Avancer vers quoi?

  9. gillac dit :

    Je comprend Joseph Facal de se sentir étiquetté plutôt qu’écouté. Pourtant un membre du SPQ libre avec qui je collabore fréquement me traite souvent de bureaucrate capitaliste…

  10. renartleveille dit :

    Anne Archet,

    en tout cas, l’exemple de l’acceptation de l’homosexualité me semblait bon pour l’illustrer…

    Vite comme ça, la science versus la religion, la responsabilisation citoyenne versus l’étatisme, et puis tient, l’optimisme versus le cynisme! (Tu comprendras que le premier choix est ce vers quoi je voudrais qu’on avance.)

    Gillac,

    c’est toujours question de point de vue. Moi aussi je suis ultragauchiste pour certains et trop peu pour d’autres…

  11. Anne Archet dit :

    Je suis peut-être trop athée, justement, pour croire au progrès, une idée chrétienne par essence et porteuse de toutes les horreurs des derniers siècles.

  12. renartleveille dit :

    Bon, je dois être un mauvais athée… 😉

  13. Éléonore dit :

    « Sans dire que c’est fiable à 100%, c’est le test de QI qui réussit à mesure le mieux l’intelligence chez un individu pour l’instant et c’est là-dessus que le chercheur s’est basé. Le relativisme a ses limites, quand même »

    Je suis en désaccord avec cette affirmation, les tests de QI sont considérés par plusieurs personnes dans diverses professions comme étant susceptibles de mesurer certaines capacités cognitives, certaines formes d’intelligence, mais certainement pas toutes les formes. C’est pourquoi ils sont fortement contestés Les tests de QI font l’objet de deux types de critiques : non seulement ils ne mesurent souvent qu’une forme d’intelligence (« l’intelligence logico-mathématique »), mais ils ne la mesurent pas avec exactitude.. On reconnait de nos jours plusieurs « formes » à l’intelligence et certaines sont peu quantifiables.

    Pour ce qui est de la question à savoir si je suis athée ou non, cela n’est pas approprié, je suis capable de reconnaître l’intelligence peut importe la confession d’une personne, peu importe sa position philosophique, son parti politique, etc, ou peu importe qu’elle préfère les bas blancs ou noirs 😉 L’intelligence n’est pas l’apanage d’un groupe ou d’un autre.

  14. renartleveille dit :

    Éléonore,

    je ne crois pas que la conclusion de cette étude indique qu’il n’y a pas de croyants plus intelligents que la moyenne. Ce serait plus une tendance, mais bon, je ne vais pas essayer de t’en convaincre! 😉

  15. Le test de QI demande de la concentration. On peut bien être particulièrement intelligent-e mais manquer de concentration pour des raisons diverses et être évalué-e comme ayant un QI médiocre. Je ne crois pas à ce genre de conneries.

    Vous avez entendu parler de cette étude (dont j’ai perdu la trace) qui montrait que la différence entre le QI moyen des Noirs et de Blancs aux USA était dû simplement au fait que l’on annonçait, avant le début du test, que celui-ci concernait l’intelligence? En connaissance de cause, les Noirs se tapaient des scores médiocres, et les Blancs des scores boostés, alors que dans l’ignorance de la valeur du test, les deux groupes avaient des résultats similaires.

    Même la confiance en soi peut avoir une influence sur les résultats du test de QI.

    Et franchement, avec des conclusions aussi peu prudentes du psychologue évolutionniste, je pense bien qu’il a commencé son étude avec de fortes prémisses idéologiques. Il s’en va même parler de nature humaine… C’est ridicule.

    Pour le reste, je suis à peu près d’accord avec Anne Archet. Le progrès n’existe pas. Ou c’est relatif à la culture et à l’actualité. Actuellement, le progrès, c’est le perfectionnement des structures de pouvoir vers, si la tendance se maintient, une ultra-dictature consentie.

  16. renartleveille dit :

    Mouton,

    « Le progrès n’existe pas. »

    je ne comprends pas cette assertion. Pas besoin de test, je dois vraiment être moins intelligent…

  17. Je précise: le progrès comme Vérité n’existe pas, car c’est un jeu de langage et une notion subjective. D’où le « ou c’est relatif à la culture et à l’actualité. » Si le progrès, pour toi, c’est de faire que les humains peinent moins grâce à un développement, par exemple, de la technologie, ce n’est pas nécessairement le cas chez les autres, qui peuvent considérer que le progrès ultime, c’est de retourner dans un environnement primitif ou encore d’apprendre à souffrir (donc de peiner) afin de savoir affronter constamment de nouvelles épreuves.

    Au sein de l’extrême-gauche que je fréquente, j’ai eu un excellent exemple de la futilité de ce débat quand j’ai vu se rencontrer des disciples de l’anarchisme primitiviste (ami-e-s de Zerzan) et des marxistes « libertaires ». Les deux factions se décrivaient mutuellement comme des fascistes et des réactionnaires.

    Il y a certes des changements (la société n’est pas statique ou cyclique, comme on le croyait autre fois), mais je ne pense pas vraiment que ceux-ci vont dans le sens d’un progrès ou d’une régression absolus.

    J’emploie parfois le terme progrès, mais c’est toujours en connaissance de cause: ce « progrès » n’existe que dans ma réalité à moi. Ou alors c’est une convention de langage. Par exemple, même si le « milieu progressiste » ne veut pas bâtir une société libre, je ne me refuse pas pour autant à continuer de le désigner par le terme « milieu progressiste ».

  18. renartleveille dit :

    On se comprends alors.

    Mais qu’est-ce que cette manie d’aller toujours pointer la définition la plus alambiquée d’un terme?

    Je sais bien que pour un conservateur un grand retour de la religion dans la société serait un « progrès »!

  19. Tu ne disais pas justement que le terme « progressisme » est un terme fourre-tout?

    Ce n’était pas le sujet de mon premier message de toute façon.

    Je pense que ce « progrès » qui est actuellement à la mode ne nous rendra pas plus libres. Que les ami-e-s d’Obama soient plus intelligents que ceux de Jésus, c’est rassurant qu’à demi.

  20. renartleveille dit :

    « Tu ne disais pas justement que le terme « progressisme » est un terme fourre-tout? »

    En effet. Et c’est pour ça que j’essayais de le cerner le plus possible comme étant le contraire du conservatisme. Pour montrer l’erreur d’un libertarien de se mettre en faux contre le progressisme et de s’acoquiner du conservatisme.

    « Que les ami-e-s d’Obama soient plus intelligents que ceux de Jésus, c’est rassurant qu’à demi. »

    Mais Obama n’est-il pas lui aussi un ami de Jésus?

  21. C’est justement là où je voulais en venir.

  22. Je suis d’accord avec Éléonore concernant le QI.

    Si on me pitche dans le désert demain matin, je ne survis pas. Tandis qu’un chamelier analphabète saura survivre, exploiter la moindre ressource du désert et retrouver son chemin.

    Si on pitche un chamelier devant un test de QI, il ne survit pas.

    Tout est bien relatif… Mon menuisier me trouve bien peu intelligent. Il en profite d’ailleurs pour exploiter cette déficience et m’arnaquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *