Confusions et hontes (màj)

 

Serait-ce un peu parce que de nos jours l’information ne pourrait se manger froide? Serait-ce parce que le fait de la grande quantité d’information rend plus propices les erreurs?

Mauvais moment pour un sondage politique

En tout cas, Le Devoir a publié en pleine crise post dévoilement du rapport de l’Unité anticollusion un sondage politique dont les données ont été compilées avant le dévoilement dudit rapport. Tous les ingrédients étaient présents pour créer une confusion. J’en ai été victime par la publication de mon billet « La honte ».

Justement, j’ai eu un peu honte de m’être fourvoyé de la sorte en analysant ce sondage sous la loupe de l’actualité très récente. C’est la première fois que je vois un sondage aller aussi à contre-courant de l’actualité. Certains pourraient me rétorquer que j’aurais dû faire moi-même cette petite vérification, mais de mon côté ça me semblait tellement aller de soi, et je me fie sur les médias et les journalistes pour faire correctement le travail de mise en perspective éditorial.

Je ne suis qu’un blogueur, malgré tout. Une voix citoyenne. Mon salaire, c’est le plaisir que j’en retire. Et mon plaisir est plus amplement du côté de la subjectivité, là où l’écrivain peut se déployer.

Nelly Arcan et TLMEP (québécois ou français?)

En parlant d’écriture et de honte, l’histoire autour de la sortie de la nouvelle « La honte » de Nelly Arcan et des mots de Nancy Huston portait aussi à confusion, et cette confusion tient dans le fait que l’émission Tout le monde en parle a une version québécoise et française. On a pensé que Nancy Huston parlait de l’émission québécoise alors qu’elle parlait de l’émission française. Je suis tombé dans le panneau comme tout le monde, même Chantal Guy qui a pondu le texte détonateur, où elle pointait seulement Guy A. Lepage et Dany Turcotte, jamais les protagonistes français de TLMEP.

Et je suis encore plus confus puisque je suis en train de me demander si le texte « La honte » ne fait pas référence aussi à l’émission française… C’est que je viens de me souvenir d’un détail qu’a fait ressortir la blogueuse derrière « Ma tuque est une perruque ». Nelly Arcan décrit dans sa nouvelle une robe verte alors qu’à TLMEP, au Québec, elle portait une robe noire. La blogueuse interprétait cette différence comme étant « toute la tension de sa propre analyse déformée d’elle-même ». Ce qui va dans le sens de rehausser le côté fictif de la nouvelle, et son trouble.

J’acquiesçais à cette analyse, mais là, je me dis qu’il est fort probable que Nelly Arcan, dans sa nouvelle « La honte », réagissait à un passage à TLMEP en France, plutôt qu’au Québec. Mais bon, peut-être que c’est un mélange des deux. Il me serait bien hasardeux d’arrêter mon choix.

 

Màj :

 

On m’a pointé sur Twitter un billet qui devrait confirmer que l’écrivaine s’inspirait vraiment de son passage à TLMEP au Québec :

http://melikahabdelmoumen.blogspot.com/2011/09/guy-croque-par-un-fantome.html

Jugez-en par vous-même.

Ajout :

À la demande de Mélikah Abdelmoumen, j’ajoute son deuxième billet :

http://melikahabdelmoumen.blogspot.com/2011/09/melikah-abdelmoumen-croquee-par-les.html

Ce contenu a été publié dans Actualités, Journalisme, littérature, médias, opinions, politique, Québec, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Confusions et hontes (màj)

  1. J’ai trouvé la réponse de Nancy Huston assez faible! Ce que j’en comprends en langage populaire, c’est ceci: « Nanon, je parlais pas de Guy A, je parlais de Thi-ri! Mais je ne ferai aucun commentaire supplémentaire face à cette histoire pour lequel j’ai écrit une préface scandalisée. »

    Moi qui a un énorme respect pour cette auteure canadienne, mon instinct me dit que son explication peu volubile ne tient pas trop la route…Cela cache une certaine incompréhension de Nelly Arcan de part et d’autres.

    Peut-être que le sens du drame a finalement gagné plus de terrain qu’on ne le pensait à priori?

  2. correction: *cette histoire pour « laquelle »

    La rapidité a encore pris le devant sur mon attention, désolée!

  3. Quelle histoire…

    Si tu n’as pas vu, j’ai fait une mise à jour, j’ai pointé un billet où il est affirmé que Nelly parlait vraiment de Guy A. et Dany…

    Je vais le relire plus tard. Là, la tête va m’exploser!

  4. Je regarde ce que j’ai trouvé de Nelly en France, vraiment, on la sentait plus joyeuse en France! Ici: http://www.ina.fr/ardisson/tout-le-monde-en-parle/video/I08203487/interview-biographie-de-nelly-arcan.fr.html
    et là http://www.ina.fr/ardisson/tout-le-monde-en-parle/video/I08203488/interview-up-and-down-de-nelly-arcan.fr.html

    (Pas de signe de robe verte là non plus 🙂

    *musique de suspense douchesque de Hitchcock*

  5. Michel Plante dit :

    Salut,
    La quantité d’écrits sur le passage de Madame Arcan à TLMEP m’a amené à écouter son segment. Ce qui suit est absolument subjectif et personnel évidemment.
    Le plus vicieux et méchant a été le fou du Roi, Dany, qui avait l’air de jouir de l’inconfort évident de Madame Arcan. P’tit crisse, pas drôle pour 2 cennes d’ailleurs, jamais.
    Le comédien Matte assis tout juste à côté de Madame Arcan, et que je n’ai jamais apprécié d’ailleurs, s’est comporté en « ostie de gros épais » en gestes et en paroles, ce qui est sa vraie nature je crois.
    Il y avait un journaliste dont le nom m’échappe qui a eu quelques farces plates, histoire de montrer qu’il avait des couilles aussi.
    Guy A. n’a pas ménagé Madame Arcan, il a un script duquel il ne veut pas déroger je suppose, rédigé par ses recherchistes qui en ont profité pour aiguiller cette pute parvenue.
    De la grosse classe.

  6. Mélikah Abdelmoumen dit :

    Bonjour,
    juste une précision: je parle dans mon billet d’une conversation qui a eu lieu dans la réalité, entre Nelly et moi, à la suite du tournage de l’émission TLMEP québécoise, en effet. Cependant je dis également que La Honte est une autofiction: au premier degré, elle semble bien pointer directement Guy A Lepage et Dany Turcotte, mais comme toute autofiction (rappelons qu’elle ne les nomme pas), elle dépasse le « texte à clef » pour devenir une oeuvre littéraire, dont la portée est plus générale et plus symbolique à mon sens… Par souci de justesse surtout merci de renvoyer aussi vos lecteurs à mon second billet, celui du lendemain, où je précise le précédent, qui surtout était la réaction d’une amie et collègue endeuillée, sur un blog très confidentiel avant cette triste histoire… Voici le lien:
    http://melikahabdelmoumen.blogspot.com/2011/09/melikah-abdelmoumen-croquee-par-les.html
    En vous remerciant par avance!
    Mélikah A.

  7. Mélikah Abdelmoumen,

    merci pour les précisions, et je vais ajouter ledit billet dans ma mise à jour.

    Mais j’ai une question : pourquoi avoir effacé les commentaires à la suite du premier billet? Il y en avait 8 et puis, plus rien…

    Perso, je trouve ça très dommage.

  8. Ils sont vraiment extraordinaire ces billets de Melika Abdelmoumen, justes et poignants comme ils se doivent, je compte bien mettre son blogue dans mes « favoris ». 🙂

  9. Mélikah Abdelmoumen dit :

    Cher collègue,
    Je vous remercie de vos questions, et vous réponds ici:
    http://melikahabdelmoumen.blogspot.com/2011/09/la-bonte-de-nelly.html

    Amicalement
    Mélikah A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *