Philippe Couillard, des Chinois, de l'argent et des droits

Photo : Jacques Boissinot / Presse Canadienne

Photo : Jacques Boissinot / Presse Canadienne

Soucieux de ne pas froisser ses hôtes, Philippe Couillard n’a pas l’intention de faire la leçon aux dirigeants chinois sur le problème épineux des droits de la personne, puisqu’il veut surtout parler affaires avec eux.

Il en va ainsi des droits de la personne dans un monde mené par l’argent. Pourtant, l’argent devrait être l’outil idéal pour faire bouger les Chinois sur cette question. Mais c’est secondaire : nos démocraties occidentales, malgré leurs soi-disant supériorités morales (elles s’en servent même parfois comme justification pour aller guerroyer), se transforment en carpettes polies quand il s’agit de se remplir les poches.

Arabie saoudite

Et dans le cas de Philippe Couillard, on peut se douter que ça ne le fait pas tellement sourciller. Il a quand même travaillé en Arabie saoudite, comme conseiller et comme chirurgien, un pays loin d’être dans le peloton de tête pour ce qui est des droits de la personne :

Les ONG internationales font souvent état de tortures, de châtiments corporels et de non-respect des droits des femmes dans le royaume ultrareligieux.

Éthique relative

Comme on le voit, pour l’individu Philippe Couillard, l’éthique est relative. On ne peut pas s’attendre à plus pour ce qui est de Philippe Couillard, le chef d’État. Pourquoi irait-il à contre-courant du néolibéralisme, justement le credo de son parti, cette croyance que la création de richesses est la solution à tous les maux?

Dans cette optique, l’éthique est relative à la bonne marche des affaires avec l’étranger, étant donné que les problèmes sont dans la cour de l’autre. Dans cette optique, l’argent qui arrive jusqu’ici ne pourrait jamais être sale, puisqu’il participe à la santé de notre économie, comme Philippe Couillard participait à la bonne santé des Saoudiens…

Voilà la base de l’hypocrisie occidentale.

Mondialisation

C’est quand même étrange qu’avec la mondialisation on se mêle autant des questions monétaires internationales et qu’on montre autant de scrupules à prendre de front la problématique des droits de la personne. Pourtant, l’économie a des répercussions sur ces droits.

En laissant la Chine offrir sa main-d’oeuvre quasi esclave pour contenter la soif de profits des actionnaires occidentaux, il y a des Chinois qui sont réduits à des existences qu’on ne tolérerait pas ici. Quoique… Alors que la Chine offre ses produits quasi gratuitement partout dans le monde pour nourrir la loi du plus bas prix, il y a des gens ici qui doivent fréquenter des banques alimentaires malgré un emploi à temps plein.

Faut-il rappeler que « La Déclaration universelle des droits de l’homme (1948) proclamait que « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation… » »?

Et quand on constate que Philippe Couillard, depuis le début de son règne, participe sciemment à la pauvreté avec ses mesures d’austérité, sa mission chinoise ajoute l’insulte à l’injure.

 

Suivez-moi sur Facebook et Twitter

Ce contenu a été publié dans Opinion, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Philippe Couillard, des Chinois, de l'argent et des droits

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *