La dissonance cognitive, cette burqa intellectuelle


En regard de la laïcité, de la sécularisation et du « vivre-ensemble », la différence entre la dissonance cognitive des catho-laïques qui défendent le crucifix à l’Assemblée nationale et celle des inclusivistes qui défendent le supposé droit inaliénable de porter le voile – en tout cas intégral par les temps qui courent -, est mince.

Il n’y a que leurs objets qui sont différents. Le premier étant le respect des traditions. Le deuxième étant le respect de la diversité. Les deux sans égard à leurs causalités, puisque ces causalités sont rejetées par le réflexe de dissonance cognitive, qui par définition élimine psychologiquement, par évitement, ce qui contrarie le système de pensée de quelqu’un pour arriver à une opinion.

En fait, ce qu’ils évitent tous les deux, c’est de voir que les bienfaits des traditions et de la diversité ne se trouvent pas dans leurs impositions sociales au nom d’un supposé droit qu’on les respecte, mais dans leur capacité à s’adapter à la société, ce qui d’autant les rend utiles et appréciables.

Autant notre patrimoine religieux traditionnel que cette nouvelle mixité sociale, cette diversité, doivent se plier au sens du commun qui se retrouve dans ces idées de laïcité, de sécularisation et de « vivre-ensemble ». Sinon, c’est la guerre incessante qui se poursuivra entre ces deux tendances puisqu’elles se croient tout permis au nom de cette sacro-sainte liberté individuelle. Que ce soit pour magnifier le supposé droit acquis des catholiques purs souches, en tout cas ceux qui désirent être représentés patrimonialement à l’Assemblée nationale – ce qui est une addition d’individualités et non la collectivité -, ou pour magnifier la supposée incontestable beauté de la diversité, même quand elle s’enrobe d’oppressions sexuelles et morales, de ce que la religion a de pire à offrir.

Il faut continuer de se battre pour leur ouvrir les yeux, les débarrasser de cette burqa intellectuelle. D’ailleurs, pour savoir laquelle vous portez si vous en êtes, il suffit d’être d’accord seulement avec une des deux dissonances cognitives expliquées. Donc, vous portez actuellement celle avec laquelle vous n’êtes pas d’accord, ce qui est le propre de la dissonance cognitive et du fait que vous continuerez de ne pas voir que vous la portez…

Ce contenu a été publié dans opinions, politique, Québec, religion, société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.