Le ridicule ne tue pas…

Je vis en ce moment un profond désabusement de la politique provinciale (le fédéral et le municipal n’étant pas trop en reste). Il a beau sembler y avoir une file d’attente de briques pour tomber sur la tête du gouvernement Charest, je ne vois pas le bout des prochaines années qu’il lui reste à pourrir dans sa situation de pouvoir.

Et puis l’alternative? Peut-être que je me trompe, mais mon antenne sur l’opinion publique ne me fait pas voir Pauline Marois autrement que comme une chef transitionnelle. Et comme ça prend souvent une défaite électorale pour amorcer un changement de garde, ça mène loin… Et pour l’ADQ, il n’y aura que les gens en surdose d’optimisme pour les voir prendre les rênes. Et pour QS, je ne vois pas les gens voter en massse ailleurs que sur le Plateau des artissses pour des communissses! Et pour les partis à thème comme le Parti Vert, ça me semble à la base incompatible avec le pouvoir. Et il y a l’hypothétique création d’un autre parti de droite, vous dire que ça m’excite…

Alors, il me reste l’option de ridiculiser, comme la caricature qui trône en haut de ce billet.

Ce contenu a été publié dans Caricature, humeur, opinions, politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à Le ridicule ne tue pas…

  1. Safwan dit :

    Je partage ton désabusement pour sensiblement les mêmes raisons que toi. Ce qui me décourage le plus dans tout ça c’est que, faut de réelle solution de rechange, le parti libéral provincial, avec tout ce que l’on sait que l’on peut lui reprocher, me semble difficile à déloger. Cette réalité explique d’ailleurs probablement pourquoi Charest enchaîne les bourdes: il ne se sent pas menacé.

  2. gillac dit :

    Une autre caricature percutante, bravo! Quant à la situation poitique actuelle, mon espoir réside dans un changement de génération qui tarde à se manifester. J’aime le virage qui est en train de se faire dans un groupe comme Génération d’idées vers une réflexion et une action plus pragmatique.

  3. Darwin dit :

    «sur le Plateau des artissses pour des communissses! »

    Comme 95 % des travailleurs de mon quartier (H2H, voir à la page 20 de http://www.hillstrategies.com/docs/Quartiers_artistiques.pdf ), je ne suis pas un artiste. Encore pire, je ne suis pas communiste, désolé… Et j’ai voté pour Amir Khadir quand même.

    C’est bizarre, ton billet porte sur le désabusement face aux politiciens, et tu ne soulignes même pas que le mien sacrifie au moins 75 % de ses revenus pour nous représenter. C’est vrai, ça compte pas, s’t’un communissss qui se fait élire par des artissss. Ben oui, ça aurait fait désordre dans ton billet de mentionner que tous les députés ne sont pas tous des profiteurs…

    Pas fort…

  4. lutopium dit :

    « L’option de ridiculiser » ou de faire quelque chose… Je me vois forcer ici de me joindre à Darwin pour défaire ce mythe où l’on associe le Plateau aux artistes ou aux gens de gauche… Bon Dieu, j’ai l’impression de lire Duhaime ou Marcotte!

    Tu fais dans l’ironie ou quoi cher Renart?

  5. L'Agitateur dit :

    Il me semble que la révolution est toujours d’actualité.

    Pourquoi vous restreindre aux élections et à la vielle dichotomie capitaliste gauche/droite ?

  6. renartleveille dit :

    Safwan,

    il ne doit y avoir que l’amour-propre de Jean Charest (et dans le fond tous les députés et ministres libéraux) pour en prendre un coup. Mais attaquer l’amour-propre, ça ne fait pas tomber un gouvernement…

    Gillac,

    le problème, c’est que les bonnes idées ne franchissent pas les cercles qui les font naître et les partagent. Alors oui pour un changement de génération!

    Darwin et Lutopium,

    vous me faites un peu halluciner les amis… Comment le désabusement pourrait-il transformer quelqu’un à ce point? Non non, je ne me suis pas transformé en Jean-Luc Proulx sans m’en rendre compte!

    Il me semble que le bout où je parle de QS était assez caricatural pour ne pas le prendre au premier degré. Oui, c’était bien de l’ironie Luto, et je ne pouvais pas le souligner plus au gros marqueur que ça! (Eh! bien, c’est sûr que j’aurais pu mettre une note du genre : ceci était de l’ironie!) Et en plus de l’ironie, c’était surtout du dépit…

    En gros, je disais la même chose que d’habitude : les gens pensent à tort que QS est communiste et que le Plateau est un sale repaire d’artistes.

    Je n’en reviens pas… Je comprendrais cette réaction pour quelqu’un qui arriverait ici pour la première fois, mais là…

    En tout cas, ce que ça dénote, c’est que vous êtes rapide sur la gâchette! 😉

    L’Agitateur,

    en effet, mais nous sommes loin collectivement du début d’un germe de coup d’État!

  7. Don dit :

    Le CH vient de gagner. Les gens n’ont que d’attention pour le hockey. Jean Charest est sûrement le québécois le plus heureux du moment. L’opinion publique ne s’attardera pas à lui pour au moins 2 semaines encore. Après viendra l’été. Les gens ne pensent pas trop à la politique pendant ce temps-là. Le navire libéral continue sa lente navigation, tempête après tempête. L’homme est intouchable. Honnêtement, je le trouve il est assez habile de s’être défait d’autant de controverses. La province est sur la morphine.

  8. lutopium dit :

    @Renart, mmmm… Pas évidente ton ironie dans ce paragraphe. Mais bon…

    Vite sur la gâchette, oui! À force de visiter les blogues de la droite politique, tu développe ce genre de réflexe! Et, l’important de mon intervention c’est de faire quelque chose de concret pour combattre le découragement. Rien de mieux!

    Mais Don a raison…

  9. lutopium dit :

    J’oubliais… surveilles ta boîte aux lettres. Tu vas recevoir une mise en demeure de Fidel Castro 😉

  10. Darwin dit :

    @ Renart

    En général, quand on fait de l’ironie dans un billet, on n’en fait pas que dans une phrase, à moins qu’on veuille stigmatiser ce groupe. Et c’est à cela que j’ai réagi.

    À moins que ce ne soit aussi de l’ironie quand tu écris que Marois est une cheffe transitionnelle et que Charest mérite une tonne de briques. Scuse, j’la catchais pas. De l’ironie sur un seul groupe, c’est comme trop ou pas assez. Tu as d’ailleurs déjà écrit un billet sur l’utilisation parfois ambigue de l’ironie…

    En plus, tu as déjà écrit sans ironie aucune que 80 % des gens qu’on rencontre sur le Plateau sont des anglophones (http://renartleveille.wordpress.com/2009/10/29/quebec-francais-anglais-loi-104/ ). Alors, tu penses peut-être vraiment que ce ne sont que des artissss communisss anglophones qui votent pour QS (ça aussi , c’est de l’ironie). Plus rien ne me surprend quand le mot Plateau est écrit (beaucoup moin d’ironie, ici…)…

  11. Comme dirait l’autre « On est mal barrés ».

    Je dis souvent que je suis un orphelin politique, mais là je commence à croire que ça s’est répendu à la province en entier.

    J’ai pas encore de parti qui fait mon bonheur à… disons 90% (sauf au municipal hé hé hé).

    La tradition de voter le nez bouché se perpétuera combien de temps encore…?

  12. Pendant que toi t’es désabusé, moi je me tape dans les mains.

    Les gens commencent à se réveiller autour de moi et je vais continuer à taper dans mes mains pour qu’ils restent dans cet état.

    Ça ne m’empêche pas de me sentir encore et toujours assise entre deux chaises mais comme j’ai une excellente députée, ça devrait encore une fois régler le problème. (Louise Beaudoin, pour les curieux.)

    À suivre… 😉

  13. Zoreilles dit :

    Le désabusement que tu évoques dans ton billet, (et bravo pour la caricature pertinente) si je n’étais pas si amoureuse du Québec, ça me ferait quasiment sourire. Souverainiste déçue, ne me retrouvant pas plus dans le PQ que dans n’importe quel autre parti, aux dernières élections provinciales, pour la première fois de ma vie, j’ai voté autre chose : Québec Solidaire. J’avais ainsi la certitude de ne pas trahir l’option de la souveraineté. Oui, ils ont aussi dans les régions du Québec des candidats(es) valables, on sait très bien qu’ils ne seront pas élus mais 5 % à 7 % des suffrages exprimés, ça devrait quand même dire quelque chose comme message aux grands partis qui nous mettent dans cet état de désabusement total.

    C’est devenu tellement difficile de se mobiliser, de ne pas baisser les bras…

    Petit clin d’oeil à ceux qu’on appelle « la clique du Plateau » : Cette expression est connue et s’emploie maintenant à la grandeur du Québec, à toutes les sauces. J’habite Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue. Le quartier le plus vivant, le plus effervescent culturellement, le plus agréable à fréquenter à Rouyn-Noranda, savez-vous comment il s’appelle? « Le p’tit Plateau » C’est plein d’artissss mais pas du tout communissss.

  14. Benton dit :

    Quand une province est financé grandement sur le dos de la classe moyenne et qu’un parti est grandement financé sur le dos des enfants… ça va pas bien…

  15. renartleveille dit :

    Don,

    j’aurais tendance à te donner raison, mais même avec le hockey, la grogne populaire est là. Le seul problème, c’est qu’elle est insuffisante pour déloger ce gouvernement qui est une insulte à la démocratie.

    Lutopium,

    « Pas évidente ton ironie dans ce paragraphe. »

    « À force de visiter les blogues de la droite politique »

    Coudon, est-ce que mes positions politiques sont ambiguës à ce point? Voir que j’écrirais sérieusement et avec hargne : « Et pour QS, je ne vois pas les gens voter en massse ailleurs que sur le Plateau des artissses pour des communissses! »

    L’ironie, c’est d’écrire « massse », « artissses » et « communissses », pas « je ne vois pas les gens voter [pour QS] ». Ça, c’est la réalité, et ça me désole toujours autant, pas parce que je voterais nécessairement pour eux, mais parce que je suis certain que beaucoup (trop) de gens pensent réellement que QS est un parti communiste, grâce à la propagande droitiste.

    Donc, tu pensais vraiment que je m’étais transformé en un émule de Jean-Luc Proulx? Ça me donne cette impression et je le prends un peu mal, je dois l’avouer…

    Darwin,

    « En général, quand on fait de l’ironie dans un billet, on n’en fait pas que dans une phrase, à moins qu’on veuille stigmatiser ce groupe. »

    Il y a une différence entre l’ironie et le sarcasme. Et il y avait bien du sarcasme dans ma phrase, mais envers les gens qui allient le Plateau aux artistes, QS aux communistes. L’ironie c’était de travestir ma plume comme si j’étais un de ceux-là (et il me semblait que la plupart de mes lecteurs réguliers étaient au courant que j’ai assez de jugement pour ne pas faire des amalgames aussi stupides, à tort, ça l’air…). Et je ne vais pas répéter ce que j’écris à Lutopium précédemment…

    Le Détracteur Constructif,

    « voter le nez bouché »

    se boucher le nez, ça aide aussi à amoindrir le mal de coeur, hein!

    Noisette,

    mon désabusement concerne plus amplement l’absence de recours non violents pour faire reculer ce gouvernement.

    Zoreilles,

    le problème avec « 5 % à 7 % des suffrages exprimés », c’est que ça ressemble à la différence entre le 5 à 7 et la soirée dans un bar, ça brasse pas mal plus la cabane en soirée! 😉

    Benton,

    bienvenue chez moi!

    En tout cas, pour ne pas aller bien, ça ne va pas bien!

  16. Tu connais l’adage de Patrick Huard dans une scène qu’il a joué avec Michel Côté:

    « Plus que ça va mal, plus que t’es proche que ça l’aille bin»…

    Mais là on est dans le trouble parce que présentement ça va ni mal ni bien, IL NE SE PASSE RIEN.

    Il y a un entretient de l’inaction politique que je n’ai jamais cru voir un jour…

    Un conservateur à la tête d’un parti Libéral faible c’est comme mélanger de la terre pis de l’eau: ça fait de la bouette.

    Peut-être que les futurs politiciens qui observent la scène actuelle en son si désabuser aussi qu’une prochaine vague d’action est à venir dans les prochaines décennies…

    Optimisme… Quand tu nous tiens!

  17. renartleveille dit :

    Jordan,

    je ne connais pas cet adage, je n’ai sûrement pas vu le film, c’est quoi en fait?

    « Un conservateur à la tête d’un parti Libéral faible c’est comme mélanger de la terre pis de l’eau: ça fait de la bouette. »

    Hé hé!

    Merci de venir commenter ici et pas seulement sur Twitter! 🙂

  18. Drew dit :

    Et de partir ton propre parti ça t’es jamais passé par la tête?

    Non mais t’as de ces positions politiques (avec lesquelles je ne suis pas toujours d’accord of course) qui fait en sorte que je voterais pour toi drette là! Même si t’es barbu 😉

  19. lutopium dit :

    @Renart, oh boy, je me suis mal exprimé! Loin de moi, mais vraiment loin de moi l’idée de te comparer avec JLP ou de considérer ton blogue comme un de droite! Je n’avais tout simplement pas « catché » le sarcasme…

    Une pinte pour me faire pardonner?

  20. Darwin dit :

    @ Renart

    Bon, lâchons l’ironie et les sarcasmes et allons-y sur le fond.

    Je partage la vision de Zoreilles. Pour l’instant, beaucoup de gens de gauche restent avec le PQ dans l’espoir d’en arriver à l’indépendance. Cette union contre nature existe maintenant depuis plus de 40 ans, depuis que Bourgault a accepté de mettre de côté ses valeurs pour s’effacer pour la cause. Geste noble s’il en est (aucune ironie, ici) ! Pour les 10 premières années, il y a eu de bonnes choses pour les gens de la gauche, j’en conviens, mais après… et surtout maintenant, depuis le tournant vers la création de richesse, cela devient ridicule.

    5 à 7… En fait, les derniers sondages vont plus de 8 à 11 %. Je pense aussi que la chute du PLQ et de Charest a ravivé l’espoir des indépendantistes qui voient la possibilité de la prise du pouvoir par le PQ, même si cela n’aurait au bout du compte aucun impact sur l’accession à l’indépendance, ni sur le genre les politiques socioéconomiques.

    Avec le tournant à droite du PQ, on peut toujours espérer que plus de gens se lasseront d’appuyer un parti qui les prend pour acquis et qui ne répond plus à leur vision de la société. On verra…

  21. martine_h dit :

    Vu la carte politique actuelle (qui est plus que jamais divisée par la gauche et la droite, souverainistes et fédéralistes obstinés ect.), même si un ou une chef plus charismatique que Marois fait son apparition au PQ, je doute quand même que ce parti puisse vaincre le PLQ. Ou du moins devenir un gouvernement majoritaire. Les divisions politiques au Québec continuent d’aboutir à une stagnation, à un blocage à tout changement significatif et favorable pour les québécois, favorisant encore et toujours le parti de Jean Charest.
    Beaucoup de gens opinent dans le sens que le PLQ possèdent peu d’élu de grande valeur dont le PM qui ne passera pas à l’histoire comme Boubou. Mais peu importe, il y aura toujours les mêmes gens de la population qui pour tout l’or du monde ne manqureront jamais d’aller voter PLQ, et ce, peu importe la nullité de leurs députés et ministres. On se plaindra tant qu’on voudra de ce parti, il finit très souvent par conserver le pouvoir. Ce n’est pas une légende urbaine; mettez un cochon dans certains quartiers de Montréal et il finira quand même par se faire élire à titre de député du PLQ.

    Je crois néanmoins que les prochaines élections seront différentes des autres. Même si le PLQ risque une fois de plus de gagner, j’entrevois davantage de la hargne et une certaine révolte au sein de la population. Et il ne faut pas sous-estimer Madame Marois. Elle pourrait faire une assez bonne PM pour les quelques prochaines années.

    Reste à savoir; en 2010, qu’est-ce qui mobilise le plus les québécois en matière de politique? Certainement plus la souveraineté. La gauche et la droite? La corruption? À moins que cela ne soit la fameuse question de « où va notre argent???? »

  22. renartleveille dit :

    Drew,

    « Et de partir ton propre parti ça t’es jamais passé par la tête? »

    oui, en effet, ça m’est passé par la tête, alors quand ma tête sera pas mal moins poilue, ça sera peut-être un signe! 😉

    Lutopium,

    va pour une pinte! 😉

    Darwin,

    « cela n’aurait au bout du compte aucun impact sur l’accession à l’indépendance »

    c’est clair.

    Martine_h,

    « Et il ne faut pas sous-estimer Madame Marois. »

    pour ma part, je ne la sous-estime pas, c’est son pouvoir d’attraction auprès de l’électorat qui me semble moyen.

  23. Daniel dit :

    Malheureusement (et je le dis sérieusement) je suis au même point. Je suis incapable d’écrire un billet politique. Je suis simplement à bout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *