Ultrasexualisation

J’ai eu cette idée à l’époque où nous avons pris cette photo (qui est bien sûr trafiquée comme vous pouvez la voir en ce moment). Je me souviens de ma réaction après avoir vu les talons hauts pour bébé. Je me souviens aussi avoir imaginé un réel kit jouet de danse-poteau pour petites filles. Je ne m’inquiète même pas, ça va arriver un jour sur le marché. Misère…

Ce qui m’a poussé aujourd’hui à aller de l’avant même si je sais que mon image est choquante, c’est un envoi de Douce dans ma boîte de courriel : un hyperlien vers un documentaire « Sexy inc. — Nos enfants sous influence ».

Ajout :

Je suis tombé (via le compte Twitter de la sexologue Jocelyne Robert) sur cet article où on y dit noir sur blanc que les poteaux pour fillettes existent :

http://www.cyberpresse.ca/vivre/societe/201004/26/01-4274173-a-bas-le-rose.php

Ce contenu a été publié dans art, société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

26 réponses à Ultrasexualisation

  1. Alex dit :

    Ouf… Troublant cette image, c’est peu de le dire. Et dire qu’il y en a qui vont trouver ça « mignon »…

  2. renartleveille dit :

    Alex,

    je vais me garder une petite gêne quant à ce que je pense de ceux qui trouveront ça « mignon »…

  3. Moi je la préfère au naturel. 🙂

    Pour le reste, je suis tellement tannée de me choquer contre ça… et contre ceux qui trouvent ça cute… je vais passer mon tour…

  4. renartleveille dit :

    Noisette,

    « Moi je la préfère au naturel. 🙂 »

    imagine comment ça m’a fait bizarre de maquiller mon bébé!

  5. Safwan dit :

    Ta photo retouchée et le sujet de ton billet me rappellent mon propre billet datant d’il y a deux ans (http://journalistedestrade.blogspot.com/2007/05/hypersexualisation-au-berceau.html). En lisant l’article de Mali Ilse Paquin, j’ai appris que «(l)a soeur de 9 ans de la chanteuse américaine Miley Cyrus vient de lancer une collection de lingerie pour filles prépubères.» Je n’y comprends et n’y comprendrai jamais rien. C’est si troublant!

  6. Marie-France dit :

    Troublant, y’a pas d’autres mots, mais un excellent exemple pour illustrer qu’une image peut valoir mille mots!

  7. renartleveille dit :

    Safwan,

    je reviens de lire ton billet…

    Le haut de bikini pour bébé préformé… n’importe quoi! Et ils doivent en vendre!

    Marie-France,

    ouep!

  8. Zoreilles dit :

    Pauvre petite Charlie…Cette image vaut mille mots, un choc, elle me fout la trouille et le cafard, ex aequo.

    Que tout ça existe me désole mais si ça trouve un public cible et des acheteurs quelque part, alors là, je suis découragée.

    Dernièrement, j’ai lu dans un kiosque à journaux une « front page » d’un magazine qui parlait de la garde-robe des enfants de certaines vedettes américaines. Ah que j’ai été triste pour ces pauvres enfants…

    Quand on en arrive à « ça », on devrait s’acheter des poupées plutôt que de faire des enfants.

  9. gillac dit :

    Cela fait partie du côté sombre et inquiètant de notre société. Comme grand-père tout neuf, je me démènerais pas mal pour empêcher une telle dérive dans ma propre famille…Pour moi, cela s’apparente à un viol d’enfance.

  10. renartleveille dit :

    Zoreilles,

    « Quand on en arrive à « ça », on devrait s’acheter des poupées plutôt que de faire des enfants. »

    ça fait une bonne morale à cette histoire!

    Gillac,

    « un viol d’enfance »

    bien dit!

  11. Incroyable les talons hauts et les poteaux de danse pour fillettes mais pas surprise!

    Toutefois, je suis tout de même en chocolat piton d’en prendre conscience une fois de plus.

    Comment pouvons-nous aimer «le naturellement normal» alors que des bébés sont maquillés??

    Nous devenons hypnotisés par ces images véhiculées dans les magasines ou les publicités sans se soucier qu’elles sont retravaillées.

    On se croit donc anormal d’être normal par des images anormalement retravaillées et véhiculées. Puis, on veut se conformer à une norme anormale!

    Candidement, j’aimerais croire que ça change petit à petit mais malheureusement, plus le temps avancent moins j’y crois.

    En terminant, le documentaire cité dans ton article est à voir absolument. Voici un lien plus direct : http://onf.ca/partial/player/popout/1431/?ct=0

  12. lutopium dit :

    À l’école secondaire de notre quartier, une jeune mère, début quarantaine, s’est farouchement opposée à l’idée d’un « demi-uniforme » obligatoire pour les élèves. Alors que la proposition me semblait intéressante car elle solutionnait deux problèmes (sécurité par l’identification et compétition vestimentaire), cette dame ne cherchait qu’à s’assurer que sa fille puisse porter des vêtements qui lui permettraient de se distinguer…

    Cette jeune mère essaie encore de projeter l’image d’une adolescente: cheveux blonds, maquillage parfait, vêtements serrés et sexy, etc… Non seulement l’industrie attire-t-elle l’adolescente de 15 ans dans un environnement commercial hyper-sexualisé mais maman joue la « game » et refuse de vieillir…

  13. Qu’est-ce qui pose problème à cette communauté d’amis christianisés :

    le commerce
    ou le sexe ?

  14. reblochon dit :

    Je voudrais bien l’adresse pour les poteaux… c’est pour ma fille.

  15. renartleveille dit :

    CarolineJosée,

    merci pour le lien!

    Lutopium,

    ce n’est pas bien surprenant que la dame se soit opposée à cette mesure, tant qu’elle n’a pas eu gain de cause…

    Vincent,

    mauvaise foi, mauvaise foi, mauvaise foi…

    C’est la seule chose qui me vient pour répondre à quelqu’un qui tombe dans la facilité de la comparaison religieuse.

    Reblochon,

    après avoir lu Vincent, je me dis que tu es peut-être sérieux…

    Mais si c’est une blague, elle est bonne!

  16. swan_pr dit :

    Au plus fort de la popularité des jumelles junkychic-mesouvientplusdeleurnom, il y a plus de 10 ans, ma fille et moi découvrions avec horreur les sous-vêtements imprimés léopard, les soutiens-gorges padés, les minijupes en jeans accompagnées de leur camisoles en dentelle noire transparente et les sacs à mains en fausse fourrure. Même elle, à 5, 6, 7 ans ne voulait pas porter ça. Pas que je l’aurais autorisée.

    Oh, ai-je dit un gros mot? Oui, oui, au-to-ri-sée. Tsé là, le mot NON? Celui que les parents semblent avoir banni de leur vocabulaire?

    Enfin, je m’égare. Tout cela pour dire que c’est pas d’hier. Et qu’à chaque morceau de ces vêtements que vous déposez dans votre panier, vous laissez la porte s’ouvrir un peu plus grand. Parce que c’est nous les parents qui sont responsables. De tout. Et quand votre petite de 5 ans se beurre déjà les babines de gloss, et que vous trouvez donc ça cute et ce qu’elle est féminine, qu’est-ce que vous croyez que vous perpétuez?

    Qu’on ne se leurre pas. Si c’est offert, c’est qu’il y a une demande… Même si la demande a été créée de toute pièce, il n’en revient qu’à nous de renverser la vapeur. Laissons les enfants être des enfants merde.

  17. Ma question est sérieuse, bien que je sois réellement un homme de peu de foi.

    Autre question, pourquoi les fillettes aiment-elles séduire ?

    Pour faire comme leur mère? Parce qu’elles ont compris tout le pouvoir de la séduction? (ma nièce de 3 ans est déjà championne de la séduction)

    Faites moi pas accroire qu’elles sont de pauvres victimes innocentes de la société… J’ai trop d’amies qui m’ont parlé de ce grand pouvoir dont elles ont pris conscience très jeune.

    Lolita !

    PS : pourquoi Ken n’a-t-il pas de pénis et Barbie pas de vagin? Serait-ce que nous avons peur que les fillettes fassent copuler leurs poupées ?

  18. Vincent, je suis sans mot en lisant votre commentaire.

    Un fillette n’a pas besoin de maquillage pour attirer l’attention. Je crains que vous confondez attention avec séduction.

    Pouvez-vous regarder et écouter ce documentaire jusqu’au bout SVP pour bien comprendre l’enjeu de l’hyper-sexualisation : http://onf.ca/partial/player/popout/1431/?ct=0?

    Merci beaucoup!

  19. Vincent,

    Oups, le lien ne fonctionne pas en raison du ? à la fin.

    Je vous transmets donc le bon lien : http://onf.ca/partial/player/popout/1431/?ct=0

    Merci de le regarder et l’écouter jusqu’au bout.

  20. Caroline,

    Pourquoi sans mot? Pourquoi sans réponse? Pourquoi comme Renart cette esquive facile?

    Les fillettes aiment se maquiller, aiment être belles, aiment séduire. Séduire est un moyen d’avoir de l’attention (et de réaliser ses fins).

  21. renartleveille dit :

    Vincent,

    est-ce que la séduction n’est qu’une question d’apparence et d’accessoires? Est-ce que la séduction n’est que du domaine féminin? Est-ce qu’un nourrisson cherche à séduire?

    Je pense que ça peut te donner une bonne idée de toutes les questions qui me viennent à la suite de tes commentaires.

  22. gillac dit :

    Il doit bien exister un espace entre la rigidité conservatrice et l’extrême permissivité. L’enfance me semble une période privilégiée de la vie où les artifices ne sont pas imposés. Quant à nous les adultes, on passe une partie de notre vie à retrouver l’enfant en nous, sa spontanéité, sa joie de vivre. Peut-on permettre aux enfants de vivre ces instants privilégiés sans y ajouter nos distorsions d’adultes.

  23. Le canadien errant dit :

    L’Occident pornographe traite-t-il toujours mieux l’être humain que l’Orient religieux?
    Les uns inondent le monde d’images pornographiques, les autres cachent le corps et le visage de leurs femmes.
    Voilée ou mise à nue, la femme est le porte étendard de notre époque et chacun se bat à travers son image.
    Depuis la chute du mur de Berlin, nous vivons à l’ère de la femme et chacun prétend la défendre.

    Tous prétendent défendre les droits des femmes oubliant ceux des hommes. La victime masculine semble-t-il n’émeut plus personne. Le mâle de l’espèce n’est plus à la mode. Pourtant le XXe siècle fut rempli d’idéologies défendant le travailleur, l’ouvrier: le producteur de la richesse collective. Communisme, socialisme, national-socialisme. Tous ces ismes courtisaient l’ouvrier et le bourgeois était leur bouc-émissaire. Le capitalisme, de son côté, promettait d’enrichir le plus grand nombre : c’était le « rêve américain ». Tous ces « ismes » se détestaient, s’haissaient et s’étripaient sans croire en Dieu, sans être des fanatiques religieux (la religion est loin d’avoir le monopole de la barbarie).

    C’est bien de défendre les droits des femmes. C’est aussi bien de défendre les droits des hommes. D’autant plus que c’est souvent la même chose!

    Par exemple, la polygamie est bien sûr une injustice faite aux femmes, mais elle est aussi une injustice pour les hommes. Car la polygamie est depuis toujours un système qui favorise les riches et les puissants. Dans un système polygame, beaucoup d’hommes pauvres ne pourront avoir de famille et connaître la joie d’avoir des enfants. La polygamie favorise obligatoirement le plus fort. La polygamie est un capitalisme sexuel. D’ailleurs, la religion musulmane « limitait » à quatre le nombre de femmes qu’un homme riche pouvait avoir, ce qui n’a pas empêché les rois d’orient de continuer à posséder des centaines de femmes dans des harems, comme pharaon au temps de l’Égypte ancienne.

    Tiens, pour ajouter un peu de crédibilité a mon commentaire et démontrer la profondeur de ma culture, j’ajouterais cette citation d’Obélix:

    « Ils sont fous ces Égyptiens. » (Astérix et Cléopâtre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *