Joindre la politique à l’agréable

Un chercheur de l’Université Laval, Thierry Giasson, est à la recherche de blogueurs politiques pour une étude pancanadienne. Si vous désirez y participer, voici le lien :

www.grcp.com.ulaval.ca/blogscan_fr

Pour ma part, je viens tout juste de terminer de remplir le questionnaire. C’est en majorité des questions à choix de réponse, mais il y a deux questions à développement, dont une que je vais reproduire ici, avec ce que j’ai répondu.

Question : Pourriez-vous nous présenter et nous expliquer les motivations qui vous encouragent à bloguer régulièrement sur l’actualité politique? Pourquoi est-ce important pour vous de bloguer sur la politique?

La politique (dans son sens non partisan) est pour moi le lien effectif entre les gens, au contraire du lien affectif. Il me semble alors très important pour le citoyen d’y contribuer, à différents degrés (selon les intérêts), par les moyens simples de diffusion des idées que nous offrent maintenant les technologies liés aux médias sociaux (dans son sens le plus large).

Pour ma part, étant donné l’intérêt que je porte à l’écriture, la pratique du blogue est un bon moyen de joindre l’utile à l’agréable.

Ce contenu a été publié dans blogosphère, Canada, politique, Technologie, Web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Joindre la politique à l’agréable

  1. gillac dit :

    Curieusement ce billet-ci, rapidement remplacé par un autre, est un de ceux qui m’a fait le plus réfléchir sur mon implication politique. Je fréquente ce blogue parce que je m’intéresse beaucoup à la politique et que l’animation de celui-ci est respectueue et de qualité. Lire le billet et les opinons des autres me force à réfléchir. En même temps, j’assiste impuissant au saccage de mon pays par le gouvernement actuel: CHUM, Caisse de dépôt, dilapidation des richesses naturelles, Charte de la Ville de Montréal, finances publiques, etc.C’est là qu’arrive une autre notion, celle de l’engagment politique. Il y a une dizaine d’années, j’ai défilé dans les rues de Montréal par un froid sibérien contre la guerre en Iraq qui s’annonçait. J’ai éprouvé une intense satisfaction accompagné d’un sentiment de solidarité avec des personnes de tous les horizons. Aujourd’hui je me limite à lire et donner mon opinion. Je suis moins fier de moi. Je pense alors à la blague sur la différence entre l’implication et l’engagement. La réponse est lorsque je prend mon petit déjeuner, la poule s’est impliqué et le cochon s’est engagé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *