Quand l’ironie…

J’ai publié ce message un peu plus tôt sur Twitter :

Je tombe des nues… Le pape et son frère mêlés à des scandales de pédophilie et de violence : http://bit.ly/9rEQwt

Et j’ai été bien surpris de constater que ma phrase « Je tombe des nues… » avait été perçue au premier degré par certains, comme si je pouvais considérer d’un oeil angélique la moralité sexuelle de la totalité du clergé catholique!

Et là j’ai publié cette question :

Question générale : pourquoi utilisez-vous les trois petits points dans vos textes (si bien sûr vous les utilisez parfois…)?

J’ai eu plusieurs réponses, mais c’est celle de Mélanie Robert (@kiwibruissant), blogueuse de Carnet littéraire, qui m’a fait le plus réagir :

@renartleveille Habituellement les points de suspension, je m’en tiens à la grammaire. http://bit.ly/bmsmPe

Et le lien raccourci mène à la fiche « Points de suspension » sur Wikipédia.

Sur le coup, je n’ai lu que le début et j’ai défendu auprès d’elle l’utilisation des points de suspension pour marquer l’ironie ou le sarcasme, ce que je fais assez souvent. Je croyais donc que je me permettais une petite liberté, mais peut-être pas, si on regarde ce cas d’utilisation :

indication de présence d’un sous-entendu dans la phrase les précédant

Si je ne m’abuse, on peut sous-entendre l’ironie ou le sarcasme, non?

Je reviens d’en jaser avec Douce. Elle me dit que c’est loin d’être évident de faire ressortir l’ironie et le sarcasme sur le web, même que ça devrait être banni tellement ça induit en erreur. Et je ne peux même pas lui donner tort… même si je trouve que l’ironie est un procédé intéressant, et qui en même temps fait un peu changement des affirmations platement directes, du genre : « je suis d’accord », « ça ne me surprend pas », etc.

Il y en a qui semblent incapables de voir l’ironie sous-jacente à un discours, moi j’ai parfois l’impression de la voir partout, même quand il n’y en a pas! Ce qui fait que parfois je me dois de poser des questions pour être certain de bien comprendre.

Et ça me fait tellement penser à l’histoire autour de Stéphane E. Roy que j’ai relatée ici dernièrement. Dans un monde (le web) où il y a un trop-plein d’informations et où les gens lisent souvent rapidement et en diagonale, le second degré est une avenue pleine de nids de poules garnies de détonateurs à quiproquo…

Pour ceux qui se souviennent, je me suis moi-même fait prendre dans un tourbillon assez étourdissant avec le Pataklowgate* : là où le blogueur de Pataklow! (l’ancêtre de Mauvais Oeil) s’est tellement joué de moi dans le mode ironique que j’ai cru à un petit complot « publicitaire » impliquant Patrick Lagacé; lui aussi assez champion en terme d’utilisation fréquente de l’ironie.

Donc, je serais bien malhonnête de ne pas voir que ma propre ironie peut porter à confusion. Et puis, si j’avais ajouté un 😉 après « Je tombe des nues… », je n’aurais sûrement pas écrit ce billet.

La morale de cette histoire : on apprend toujours de ses erreurs!

(*Ça pue l’expérimentation journalistique! (avec Màj)Réponse à Patrick LagacéMauvais oeil)

(Photo : greo77)

Màj :

@Lactualite m’a pointé la fiche Wikipédia du point d’ironie. Intéressant, quoique le caractère est vraiment trop minuscule : ؟

Mais il y a un passage que je trouve éloquent :

Certaines émoticônes utilisées aujourd’hui couramment, comme 😉, ont une valeur proche de celle du point d’ironie — c’était d’ailleurs la fonction des premières émoticônes

Ce contenu a été publié dans De choses et d'autres..., Twitter, Web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Quand l’ironie…

  1. C’est bien vrai… L’humour, le sarcasme et le 2e degrée est très difficile dans le contexte de web écrit!

  2. vieux bandit dit :

    Comprendre ou pas le sarcasme ou l’ironie, c’est une question de contexte… sur le Web comme dans la vie (et y a des gens qui semblent immunisés… que je dois absolument éviter ou alors je passe pour une étrange!)! Je t’avais bien compris, juste à lire tes tweets. Ce qu’on a moins, en ligne, c’est le ton. Que de courriels qui ont mené à de bêtes malentendus!

    Mais… on n’apprend pas toujours de ses erreurs. Vaut mieux, mais…! 😉

  3. renartleveille dit :

    @Lactualite m’a pointé la fiche Wikipédia du point d’ironie. Intéressant, quoique le caractère est vraiment trop minuscule : ؟

    Mais il y a un passage que je trouve éloquent :

    Certaines émoticônes utilisées aujourd’hui couramment, comme 😉, ont une valeur proche de celle du point d’ironie — c’était d’ailleurs la fonction des premières émoticônes

  4. Pour être honnête, mon oeil passe par dessus pas mal toute la ponctuation, se concentrant sur les mots.

    Quand je veux être ironique, ou sarcastique, je préfère exagérer. Mais ça, c’est ma façon de faire à moi 🙂

    Et je savais bien que tu ne tombais pas « vraiment » des nues 🙂

  5. renartleveille dit :

    Sylvain Marcoux,

    coudon, t’es ben sérieux quand tu viens écrire ici, je ne te reconnais pas! 😉

    Sans blague, tu dois souvent avoir à t’expliquer, hein?

    Vieux bandit,

    ah! le ton… on a toujours l’impression que c’est évident, même seulement par l’écrit!

    Le Détracteur,

    et en plus, « tomber des nues » est une expression que j’utilise rarement, pour ne pas dire jamais! 😉

  6. Darwin dit :

    L’ironie passe en effet très mal par écrit, parfois même avec des points d’ironie ou émoticones. Certains commentateurs en mettent quasiment à chaque phrase, enlevant totalement l’effet recherché.

    J’ai déjà mal interprété des commentaires (dont au moins une fois ici…) et on a souvent mal interprété les miens, bonhomme clin d’oeil ou pas. Dans un blogue où tout le monde connaît bien le style des autres, cela peut mieux se passer, masi on est jamais à l’abri d’un coup de gueule ou de la visite de quelqu’un qui ne connaît pas le contexte…

    Cela dit, je n’arrêterai certainement jamais complètement… et toi non plus, j’en suis sûr ! 😉

  7. lutopium dit :

    En tout cas, lorsque je vois un prêtre en soutane, j’évite de me retrouver nu. J’espère que tu ne prends pas cet énoncé trop au sérieux sans des points de suspension.

    Et comme je le soulevais (le point pas le prêtre) chez Hérétik, je me demande bien si les prêtres pédophiles sont des non-croyants.

  8. Darwin dit :

    @ Lutopium

    « je me demande bien si les prêtres pédophiles sont des non-croyants.»

    Tu as changé la formulation, mias la réponse que je t’ai faite est encore pertinente :

    «Pas sûr. Ce ne sont que d’humbles pécheurs qui prient pour que leur dieu leur pardonne leurs égarements … jusqu’à la prochaine fois !«

    Au cas-où, je précise que cette réponse est ironique…

  9. c’est bien vrai, l’ironie est difficile à faire passer par écrit. Mais tu réussis très bien à le faire jusqu’à présent 🙂

  10. renartleveille dit :

    Sylvain,

    loin de mes yeux chastes ces blagues grivoises!

    Mais bon, j’avoue qu’il faudrait que tu trouves le lien pour en faire, quoique, avec un pape, c’est assez facile. Oups! peut-être trop…

    Darwin,

    « Certains commentateurs en mettent quasiment à chaque phrase, enlevant totalement l’effet recherché. »

    parfois, un point d’exclamation est bien suffisant!

    « Cela dit, je n’arrêterai certainement jamais complètement… et toi non plus, j’en suis sûr ! »

    D’autant plus que sur un blogue, on a le temps de bien installer le discours, pas comme sur Twitter.

    Lutopium,

    « J’espère que tu ne prends pas cet énoncé trop au sérieux sans des points de suspension. »

    ce que je comprends c’est que tu me testes… pouahahaha! (Ben oui, j’en mets un peu trop…)

    « je me demande bien si les prêtres pédophiles sont des non-croyants »

    ils doivent bien trouver le moyen de donner du sens à tout ce fouillis immonde.

    La Criminologue,

    🙂

  11. Venise dit :

    Surtout quand on connait peu ou pas quelqu’un comme sur Twitter, je dis vive les émoticônes, là pour éviter des guerres verbales, évitant ainsi de gaspiller du précieux temps pour la création.

  12. Véronique dit :

    Moi j’aime ben #ironie. Ça a le mérite d’être clair! ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *