L'impératif du présent

quelquun-dautre

Je vous écris d’une main et de quelques neurones en moins… Je croupis sous l’étourdissement des responsabilités paternelles, surtout de mon système digestif besognant la lourdeur des festivités, encore trop de l’alcool, cette folie ordinaire, très acceptable quand on n’a pas à prendre la route.

Ce qui me fait voguer comme en mal de mer. Je ne me reconnais plus non plus dans le miroir virtuel, je n’y entends même plus mon bien rare écho. C’est comme beugler la tête dans un puits et puis se relever trop vite.

J’ai eu de meilleurs lendemains, ça, c’est certain. Mais je ne le troquerais pas. C’est un présent à prendre comme il est.

Ce contenu a été publié dans humeur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L'impératif du présent

  1. Zoreilles dit :

    « C’est comme beugler la tête dans un puits et se relever trop vite », on peut dire que t’as pas perdu le sens des mots en tout cas, ça fait image! Mais quel vertige…

    Il y aura de meilleurs lendemains, sans aucun doute, ce qui me fait penser, en cette fin de 2008, de te souhaiter la santé surtout pour 2009, des bonheurs innombrables auprès de Douce et de la petite « elle est »!

    J’ai habituellement plus de compassion mais tu me fais rire…

  2. B. Léger dit :

    Maudite boisson !

  3. magenta dit :

    Ha, ha, ha… Alors encore une fois bienvenue dans le merveilleux monde du parent… On s’habitue, tu verras… Tu vas devenir plus raisonnable et te contenter de se saouler avec 2 bières. Mais tu vas quand même te lever avec un mal de bloc causé par les cris de la petite cocotte qui fait ses ou ses dents ou des coliques…
    Que c’est beau tout ça…
    Profitez en quand même, ça passe si vite !

  4. modotcom dit :

    l’esprit gribouillé. enchiffrené. quand le tout se délie, c’est le bonheur! Bonne année en santé cher Renart!

  5. Zoreilles,

    tu fais très bien d’en rire! Et merci pour les voeux!

    B. Léger,

    😉

    Magenta,

    je me souviens avoir dit à Douce au début de la soirée : à soir, je me soûle! Ce qui est très rare… Et la rareté ne me fait pas peur, surtout quand il s’agit d’alcool!

    Modotcom,

    merci, et à toi de même!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *