Écrire pour le hasard deux point zéro

Écrire pour le hasard
que l’oeil se perde entre les lettres
plutôt qu’entre les lignes

Il y a des formes des images
des messages hors du sens
commun
qui ne sont surtout pas là pour le réconfort
consensuel

Écrire pour le hasard
écrire sur une plateforme
kaléidoscopique

Oui les bouteilles à la mer
les courants croisés
les naufrages sur des îles
plus électroniques que mnémoniques
des îles qu’on enjambe
par téléportation

Écrire pour le hasard en construction
pour les uns ce sont en blocs Lego
pour les autres en blocs d’égos

Ce sont plutôt des cellules molles
des potentialités
des couches relationnelles
du sentiment du sentiment
enrobé par la technique

Qui n’est pas de verre
transe
lucide

Ce contenu a été publié dans poésie, Technologie, Web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Écrire pour le hasard deux point zéro

  1. Juju dit :

    Très beau Renart! J’aime!

  2. gillac dit :

    Je ne prétend pas avoir tout compris mais je trouve le texte et l’image pour l’illustrer fort beaux. Cela m’a rappellé mon temps de collège où le prof de français voulait nous initier à la poésie pour nous faire découvrir qu’il y avait autre chose que la logique pure et dure, mais qu’il existait aussi l’imaginaire, la musique des mots, l’image évocatrice. Merci pour ce doux souvenir et félicitation pour ce beau et indéniable talent.

  3. renartleveille dit :

    Juju,

    premièrement, bienvenue ici! Et merci du compliment!

    Gillac,

    bien gentil tout ça!

    Ça me fait du bien parfois de poétiser. Et si ça peut plaire à quelques personnes, encore mieux!

  4. Marie-France dit :

    Là cher Renart vous visez si juste!
    ces mots vibrent d’une précision si intiment virtuelle que j’en suis presque troublée…

    J’aime quand tu te perds dans les méandres de tes interrogations lyrico-éthérées…

  5. renartleveille dit :

    Marie-France,

    j’aime ça que tu aimes ça! 🙂

  6. Zoreilles dit :

    Poésie nouvelle, actuelle, vibrante, effervescente, imagée, sur le ton de la confidence, dans l’intimité toujours possible à l’ère de l’électronique. J’ai adoré.

  7. renartleveille dit :

    Zoreilles,

    arrête, je rougis! 🙂

  8. Cher Renart, j’aime vraiment, mais vraiment beaucoup la fin, qui à mon avis est parfaite au mot à mot. Étrange comme certaines proses deviennent inaltérables, virtuellement parfaites :

    Écrire pour le hasard en construction
    pour les uns ce sont en blocs Lego
    pour les autres en blocs d’égos
    Ce sont plutôt des cellules molles
    des potentialités
    des couches relationnelles
    du sentiment du sentiment
    enrobé par la technique
    Qui n’est pas de verre
    transe
    lucide

  9. renartleveille dit :

    🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *