Au sujet d'Yves Bolduc

Je suis du côté de Fabien Major encore aujourd’hui. Court billet en réaction à la sortie du Ministre de la Santé Yves Bolduc qui se réjouit de voir que le Québec est champion ès ingurgitation de pilules…

Ce contenu a été publié dans opinions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Au sujet d'Yves Bolduc

  1. J’étais d’un avis similaire ici :

    http://philo.vincentsremed.com/la-transmutation-de-toutes-les-valeurs/

    Quel ineptie… Si au moins il avançait des preuves. Mais ce n’est que son opinion, l’opinion du ministre-Toyota. Pour lui, les pilules doivent être comme de l’essence qui fait avancer les Toyota. Plus il y a en, mieux c’est…..

    Quelle tête ballonnée il a… Se croire à ce point… Si au moins il savait écouter, s’il savait lire… L’exemple du mauvais narcissisme. Mauvais exemple. Qu’il reste en politique.

  2. Reblochon dit :

    Je pense que les liberaux consomment trop de petites pillules roses et rouges.

    Faudrait leur prescrire un truc plus radical, comme un lavement en 2012 !

  3. Enkidu dit :

    C’est drôle, j’avais plutôt pensé à l’euthanasie dans leur cas 😉

    Remarquez, ils sont bien partis pour se faire hara kiri…

  4. Cybèle dit :

    Pourquoi pas une lobotomie, ha oui j’oubliais, pour pouvoir la pratiquer cela prend de la matière et ici on n’en a pas.

  5. Vincent,

    je suis très content de voir que je te rejoins, tu t’en doutes!

    Reblochon,

    « Faudrait leur prescrire un truc plus radical, comme un lavement en 2012 ! »

    Ha ha ha!

  6. Il me semble logique qu’on puisse attribuer au moins en partie une plus grande consommation de pilules ici, au Québec, au fait que notre système d’assurance-médicament permet une plus grande accessibilité qu’ailleurs sur le continent. Moi, ces comparaisons incessantes entre les provinces me semblent futiles, presque aussi futiles que si on compare avec les États-Unis. Je veux dire: il y a beaucoup de facteurs structurels différents.

    Ça peut aussi être positif, comme le suggère Bolduc, si on considère que le non-suivi des prescriptions est en soi un grave problème de santé publique. Je pense, par exemple, à l’augmentation de la résistance aux antibiotiques qui est en bonne partie due au fait que les gens cessent de prendre leurs pilules quand ils se sentent mieux ou carrément guéris, sans nécessairement l’être. On pourrait aussi parler des patients qui une fois sortis de l’hôpital psychiatrique se retrouvent à la rue et cessent de prendre leurs « stabilisateurs d’humeurs » et deviennent parfois des loques humaines.

    C’est pas tout blanc, ni tout noir cette affaire de consommation de médicaments. Ça mérite qu’on s’y attarde. Moi, je suis de ceux qui croient qu’on a trop recours aux pilules en général, mais ça veut pas dire que je n’en prendrai jamais ou qu’il ne devrait y en avoir aucun. La pharmaceutique est malheureusement une grosse, très grosse business qui pue. Mais l’assurance-médicaments me semble un bon choix de société quand même… Même si en tant que travailleur autonome j’en paie beaucoup plus que ma part.

    Ceci étant, oui le Ministre Bolduc semble faire un jovialiste de lui-même, d’après ce que j’ai pu lire de sa déclaration. Mais ce que j’ai lu, c’est une citation tronquée à plusieurs reprises.

    @Vincent Sremed

    Question en passant: y a-t-il déjà eu un bon Ministre de la Santé? Si oui, qui et pourquoi?

  7. Bonne question. Avant les 3 ou 4 derniers ministres, je ne m’intéressais pas aux autres ministres, donc je ne puis les juger.

    Concernant spécifiquement les médecins (Rochon, Couillard, Bolduc)… je dirais qu’ils ont tous au départ une bonne volonté, mais qu’une fois dans la machine politique, ils deviennent des politiciens partisans.

    Concernant le fonctionnaire-décideur actuel, il faut le connaître plus personnellement pour comprendre l’ampleur de mon propos.

    Il y a certaine demi-journée désagréable que l’on passe seul à seul avec « un homme » narcissique et sans écoute : « ce genre d’homme » narcissique et sans écoute vous prévoit qu’il sera ministre de la santé dès que le ministre en poste partira. Carriérisme tracé.

    On parlait ailleurs de pouvoir, j’ai eu un jour le pouvoir (étant alors chef des médecins de mon hôpital)de donner mon avis pour empêcher « qu’un tel homme » devienne DSP de mon hôpital… Enfin, je ne peux pas vraiment en dire plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *