Une politesse sur les blogues

piste-de-danse

En lien avec une petite prise de bec récente, je me permets de citer, pour commencer, un ancien billet de Patrick Lagacé :

ici, c’est mon blogue. Je fais comme je veux. Si je décide d’écrire des billets en sanskrit, c’est mon affaire. Si je décide pendant une semaine de ne publier que des recettes de soupe aux légumes, idem. Ce blogue n’est pas service public, je revendique le droit de le nourrir comme je veux. Je faisais la même chose à Canoë et je ne vais pas changer ici. Si vous n’aimez pas ça, la meilleure façon de protester, c’est de ne plus venir. Si vous avez de la chance, le nombre de clics sur mon blogue va sombrer et Cyberpresse va finir par me virer. There you go.

Pour le dire autrement, je vais refaire une analogie avec mon travail de DJ au bar (parce que je n’arrive pas à retrouver le billet…). Quand quelqu’un vient chialer sur ma musique alors que le bar est plein, comme la piste de danse, dans le pire des cas je demande à un portier d’accompagner cette personne en dehors de l’établissement…

Je suis content de vous lire, même quand vous n’êtes pas d’accord avec moi, mais remettre en question ouvertement mon choix éditorial, mes sujets, ça c’est de l’impolitesse qui me fait grimper aux rideaux! Et j’ai écrit « ouvertement » parce que vous avez bien le droit de le penser, moi j’ai le droit de penser que de prendre la peine de me le dire est complètement inutile. Je ne vais pas effacer un billet parce qu’un smatte une personne vient m’écrire : il y a d’autres sujets bien plus intéressants!

Je ne suis pas un grand amateur de blogue perso, même si j’en lis quelques-uns, mais je n’irais pas écrire en commentaire sur un de ceux que je ne suis pas, simplement : ta vie ne m’intéresse pas! Ne serait-ce pas le comble de la méchanceté au niveau blogual? Alors, quand quelqu’un me fait le coup, mon degré de patience tombe en flèche encore plus vite qu’au travail, puisqu’ici vous n’êtes pas des clients et je suis mon propre « patron » (même si je ne fais pas une cenne avec ça…).

C’est pas mal dans le top des choses qui me font suer. Ça devrait être une règle non écrite.

La #1.

Ce contenu a été publié dans blogosphère, humeur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Une politesse sur les blogues

  1. Simon Dor dit :

    C’est ce genre de choses qui me font douter de l’existence des règles non-écrites… parce qu’il faut toujours les écrire quelque part.

  2. internationaliste dit :

    Voyons Renart il y a des choses plus intéressantes que ça!

    Bien non je t’agace et je suis d’accord avec toi. Je pense que si on n’aime pas un blogue on le quitte tout simplement. Rien ne nous oblige à faire des commentaires sur tel ou tel blogue. C’est simple comme bonjour et clair comme de l’eau de roche.

  3. Lyrianne dit :

    Je pense que parfois, sous le couvert de l’anonymat, les gens sur le web perdent beaucoup de leur savoir vivre. Il faut parfois remettre les pendules à l’heure.

  4. Drew dit :

    Cibole… j’me sens choyé tout d’un coup!

    Forces-toi pas la tsé! On va t’aimer pareil même si tu lis pas 😉

  5. « Je pense que parfois, sous le couvert de l’anonymat, les gens sur le web perdent beaucoup de leur savoir vivre » -Lyrianne

    Je seconde et je dirais même si n’est pas sous le couvert de l’anonymat, les hypocrites se révèlent. Je dis les hypocrites car quand ils sont en public, ils sont polis et parfois même discrets.

    C’est que le clavier et l’écran protège contre les taloches, le courage en devient d’autant plus grand!

  6. koval dit :

    Alors je vais répondre comme j’avais répondu à mon père qui voulait m’imposer la politesse, j’ai répondu

    « La politesse, ça se mérite, ça ne s’impose pas »….mais j’avais mangé une claque sur la gueule….j’avais trop raison…que voulez-vous! Ça coûte cher des fois avoir trop raison….

  7. Alex dit :

    Tu as tout à fait raison, le choix éditorial d’un blogue correspond à l’auteur(e) du blogue en question. Désolé, mais ce n’est pas une téléréalité où vous nous donnez de l’argent et on parle des sujets désirés par vous. On y va selon nos sentiments, nos humeurs, ce qui se passe dans le monde et dans nos vies. Et voilà !

  8. Les désaccords, ça va…

    Mais c’est vrai que de se faire dire qu’il y a d’autres sujets plus intéressants, c’est assez indélicat.

    « Je ne suis pas un grand amateur de blogue perso, même si j’en lis quelques-uns, mais je n’irais pas écrire en commentaire sur un de ceux que je ne suis pas, simplement : ta vie ne m’intéresse pas! »

    Moi non plus mais je ne dis pas que ça ne m’a jamais tenté, par exemple 😉 lol

  9. Exactement. Mon blogue c’est chez moi. Tu viens faire un tour mais la politesse est de ne pas dire que c’est laid ou que tu n’aimes pas la déco… Tu te la fermes et tu crisses ton camp. Pareil pour les blogues…Mais c’est ça, le courage décuple derrière un écran. Heu non c’est vrai, on ne peut pas dire qu’un tel acte de lâcheté est du courage mais un manque plutôt. C’est surtout un manque de savoir-vivre, de dignité et de respect.
    Faut croire que les commentaires sur BV m’ont allumée ce soir 😉

  10. magenta dit :

    Des cons, y’en a partout et un dirait bien que l’anonymat les rend encore plus cons… Con un jour, con toujours, ils sont là pour provoquer, probablement par jalousie et manque de talent, faut pas s’en faire ils n’en valent pas la peine!

  11. Simon Dor,

    bon point.

    Il faudrait bien que je publie une page ici avec les règles…

    Internationaliste,

    😉

    Lyrianne,

    il n’est pas tellement question de l’anonymat, mais c’est un point quand même important. Et le simple fait de ne pas y être physiquement doit bien jouer…

    Drew,

    tu es champion dans le 2e degré parce que là, je n’y arrive pas… À moins que ce soit du 3e!

    🙂

    J-F l’Internaute,

    ton commentaire me fait beaucoup penser à un que j’ai écrit chez Cécile Gladel, sur BV, aujourd’hui : « Dans la réalitosphère, avec son attitude, il se magasinerait pour sûr une coup’de claques… Mais bon, se cacher derrière des pseudos rend beaucoup de gens bien plus braves qu’ils ne le sont en réalité! »

    Koval,

    je ne suis pas certain de comprendre où tu veux en venir avec cet exemple, surtout que c’est moi qui demande de la politesse…

    Alex,

    ça va de soi!

    Noisette Sociale,

    « Moi non plus mais je ne dis pas que ça ne m’a jamais tenté »

    mon fantasme c’est de le faire au Deux de Pique qui fait Bâiller…

    Cecile Gladel,

    très bons exemples!

    Concernant Jaurès sur BV, tu l’as fait bannir?

    Magenta,

    comme je disais à Lyrianne plus haut, ça n’a pas de lien avec l’anonymat, mais bon, même quelqu’un qui signe de son vrai nom peut parfois aller un petit peu trop loin!

  12. Lady_Marian dit :

    Question d’anonymat ?

    Pas certaine ! Je suis sur certains forums de Radio et la pluspart utilise leurs vrais noms, pis ça brasse pareil !

    Pour se qui est de la politesse, je suis d’accord avec tous ici : si t’aime pas la déco, ben va voir ailleurs si j’y suis 😉

    Mon ti 2 cennes !

    Lady !

  13. caroline.g dit :

    Dattsit, dattsâll.

    Non mais, j’voudrais ben qu’on vienne me dire quoi faire, quoi dire, quoi écrire… eille, stie, c’ta qui, la vie ? 😉

  14. Drew dit :

    Ben c’est lequel le meilleur degré? J’voulais dire que j’étais flatté d’être un des blogs perso que tu lis 😉

    Crisse ça m’fait pas de commenter à jeun 😆

  15. Lady Marian,

    bienvenue ici!

    CaroG,

    « stie, c’ta qui, la vie ? »

    ha ha ha!

    Drew,

    ah! bon, là c’est plus clair! C’est juste que le sujet des blogues perso est un point de détail, t’aurais dû citer le bout du billet qui en parle. Un truc comme ça… 😉

  16. Je n’ai aucun problème avec les commentateurs qui trouvent mon blogue inintéressant. Ils peuvent le dire quand ils le veulent, je leur laisse cette chance.

  17. fafois dit :

    @magenta

    « Des cons, y’en a partout et un dirait bien que l’anonymat les rend encore plus cons… Con un jour, con toujours, ils sont là pour provoquer, probablement par jalousie et manque de talent, faut pas s’en faire ils n’en valent pas la peine! »

    Je suis d’accord avec ces propos.

    C’est cons je les compare des chihuahua,

    Ils ne sont pas méchant, ils ne mordent pas, ils fond juste tout le temps japper.

    Mais, « CHRIST » qu’ils sont fatiguant!!!

  18. Drew dit :

    «t’aurais dû citer le bout du billet qui en parle»

    J’prends des notes là, j’prends des notes!

  19. Avant de donner de leçons, tant de morale que de politesse, il est préférable de d’abord s’assurer d’être soi-même irréprochable sur un ou l’autre point. Sinon ces leçons pourraient ne pas porter et, pire, faire passer celui qui les donne pour quelqu’un de très égocentrique, prompt à voir la paille dans l’oeil du voisin, mais pas la poutre dans le sien.

    Ici, il m’apparaît clair que le smatte en question, c’est moi. Remarquez, lecteurs de ce blogue, que je ne me cache pas sous un pseudonyme. Et ceux qui viennent ici régulièrement et depuis longtemps reconnaissent mon nom et savent que je m’entend généralement très bien avec Renart.

    Pourquoi dois-je tout à coup subir ses foudres? Pour avoir osé écrire en fin de commentaire sur son billet, le jour de l’assermentation d’Obama:

    Bordel, en ce 19 janvier, il se passe une chose pas mal plus intéressante que les déboires de ces pauvres humoristes professionnels ou amateurs!

    Reformulé ensuite de manière plus précise, puisque qu’il est impossible de corriger ses commentaires ici.

    Pourtant je prétends avoir exprimé à peu près les mêmes sentiments que Renart lui-même sur les points principaux de son billet: l’ampleur démesurée qu’on a accordé au Bye-Bye et aux blagues de Dieudonné. Il me semblait effectivement que près de trois semaines après ce que je considère comme un parfait non-événement -le Bye-Bye de Vero- on pouvait passer à autre chose. Et je ne croyais pas non plus attirer la réprobe publique de l’auteur en avouant mon désintérêt total pour la défense des Gros Cave et Dieudonné de ce monde, surtout après qu’il aie lui-même écrit « je serais presque tenté de me sentir mal d’en avoir parlé ici et ailleurs abondamment ».

    Bref, ni mon commentaire, ni sa conclusion n’étaient axés sur le billet de Renart à proprement parler, mais reflétait mon impression générale sur ces enflures médiatiques auxquelles, par ailleurs, Renart avait candidement avoué participer et même en ressentir une certaine gêne.

    Tout de suite Renart m’a rétorqué d’aller retourner sur mon blogue, que je n’avais pas « à lui faire la morale ». Ce qui était me faire la morale. Ce que je lui ai fait remarquer aussi. Poliment.

    S’est ensuivi un « billet » sur Obama, et celui-ci, qui est bien pour moi le comble de cette impolitesse que Renart dénonce. Je trouvais déjà fort déplacé de reprendre le commentaire d’un lecteur ou d’une lectrice pour en faire un billet dans lequel on veut régler ses comptes, en faisant maintes recherches et en s’octroyant toute latitude du haut son autorité d’auteur, alors que s’il y a des reproches plus personnels à faire, ceux-ci peuvent être acheminés à l’adresse de courriel associée à la signature électronique de l’intéressé(e). Ces « guéguerres de blogueurs » m’horripilent au plus haut point, surtout qu’elles sont ennuyantes, et participent à mon désintérêt progressif envers la blogosphère québécoise. Ce genre de « controverses », auquel je suis actuellement mêlée à mon corps défendant, fait ressembler cette blogosphère à une cour d’école.

    Puisque la porte est grande ouverte par toi, Renart, je vais donc en profiter pour t’écrire (impoliment, si tu veux) et ouvertement (comme toi) ce que je pense : tes succès « bloguaux » me semblent te monter à la tête et te faire te prendre un peu trop au sérieux, ce qui n’était pas le cas quand j’ai commencé à te lire. Tu juges un blogueur par ci, donne des leçons par là, et maintenant tu me cherches noise…

    Même si j’écris peu, j’étais de ceux « qui te suivent », y compris sur Branchez-vous, un site dont par ailleurs je me fous royalement. J’y avais ajouté un commentaire pas plus tard que la veille, pour une fois de plus, animer un peu une discussion se tarissant. Que reçois-je en plein visage ici, deux fois plutôt qu’une, comme récompense pour ma fidélité? Des attaques sournoises et publiques, qui ne sont fondées que si on ne voit pas plus loin que le bout de son nez.

    D’ailleurs, depuis que te lis, je pense te connaître un peu et je crois que, dans le fond, c’est plutôt la désinvolture avec laquelle j’ai affiché mon désintérêt total pour des humoristes que tu chéris qui t’ont aveuglé et fait ne pas t’apercevoir qu’à part sur ce point précis, cette affaire de goût personnel, je disais la même chose que toi.

    Tu me connais aussi assez je crois, pour savoir que j’assume totalement mes écrits et que je ne suis pas non plus du genre à lâcher l’os si je crois avoir raison. Et ici, je te le dis tout net: j’ai raison et tu as tort. Et de me sermonner, et d’écrire ce billet-ci. Sans compter cette autre fois ou tu m’accusais gratuitement de mauvaise foi, alors que je ne faisais que préciser ma pensée, que je croyais mal citée. Sans compter, tout récemment dans ce même billet à la source de la présente confrontation, ta façon cavalière de citer une lectrice pour ensuite ignorer tous ses arguments ajoutés par après.

    Effectivement, le Net a cet avantage que je ne me ferai pas sortir sur la tête par un gros imbécile de doorman pour avoir osé froissé ton égo.

  20. Dans mon cas, il m’est arrivé une seule fois d’avoir un commentaire traitant mes lecteurs et moi de je ne sais plus quoi, et nous suggérant de regarder les « Smith » au lieu d’écrire (si au moins je savais ce dont il est question).

    Le mieux que j’ai fait fut d’annihiler ce commentaire et de mettre l’IP dans la liste noire, sans aucune autre réaction.

    Je règne en tyran sur mon blogue. C’est bien le seul endroit où je peux me permettre de tuer quelqu’un, et avec joie.

  21. koval dit :

    Ok puisque t’as pas compris Renart, je vais te dire, tu réagis violemment pour rien d’autre que des opinions différentes des tiennes, alors mon respect, oublie cela.

    Mais de toute façon je n’ai pas envie de revenir ici, je ne suis pas adepte de la pensée molle.

  22. Tym Machine dit :

    En effet, on peut faire à peu près ce qu’on veut sur SON blogue sauf peut-être s’adonner à des comportements criminels…et cela même lorsqu’on se croit tout à fait justifié et à date, je suis quand même somme toute ravis de la cordialité de mes interlocuteurs qui savent parfois être caustiques dans leurs propos mais qui sont tout de même des personnes très civilisées.

    La vengence n’arrange jamais rien.

  23. Anarcho,

    super, tu réagis comme tu veux, je fais de même!

    Martin,

    « Avant de donner de leçons, tant de morale que de politesse, il est préférable de d’abord s’assurer d’être soi-même irréprochable sur un ou l’autre point. »

    je n’ai jamais été chez personne lancer : il y a des sujets bien plus intéressants!

    Oui, j’ai réagit à la fin de ton commentaire parce que je l’ai pris personnel, et en relisant je constate que ça peut aussi passer pour un commentaire général, mais comment savoir? Je me suis basé sur le ton du commentaire qui ne m’avait pas semblé très amical, de prime abord, en tout cas assez ambigu… Premier commentaire ici depuis très longtemps, aucun sourire dans la plume, très négatif et tout et tout…

    Mais bon, relit ma réponse et tu aurais pu tout aussi bien réagir autrement, par exemple en me posant la question à savoir pourquoi j’ai réagi de la sorte. À lire ta réaction, j’ai compris que tu assumais totalement le fait de viser mon choix de sujet, ce qui me déplait royalement.

    Ça a donc l’allure d’un beau quiproquo…

    « S’est ensuivi un “billet” sur Obama, et celui-ci, qui est bien pour moi le comble de cette impolitesse que Renart dénonce. »

    C’est pas vraiment un billet, seulement une caricature. Tu mélanges. Tu parles du billet « Le Bye-Bye, Dieudonné et Gaza » où je cite un commentaire de Koval. Je dénonce ceux qui vont faire suer chez les autres, je suis chez moi ici, s’il faut que je le spécifie.

    Tu parles de « guéguerres de blogueurs » et c’est justement parce que je ne voulais pas en faire une que je ne t’ai pas cité, ni hyperlié, d’autant plus qu’à lire ton dernier commentaire je croyais que tu ne reviendrais plus. Et Koval n’est pas une blogueuse…

    « tes succès “bloguaux” me semblent te monter à la tête et te faire te prendre un peu trop au sérieux, ce qui n’était pas le cas quand j’ai commencé à te lire. Tu juges un blogueur par ci, donne des leçons par là, et maintenant tu me cherches noise… »

    C’est ton point de vue et je le respecte, et même en prend note, mais avoue que ça se pourrait que c’est simplement parce que je croyais que tu m’attaquais (mon choix de sujet, on s’entend…).

    « c’est plutôt la désinvolture avec laquelle j’ai affiché mon désintérêt total pour des humoristes que tu chéris qui t’ont aveuglé »

    Non. Je le répète, c’est la fin de ton commentaire qui m’a agacé, le sujet du présent billet.

    « Sans compter, tout récemment dans ce même billet à la source de la présente confrontation, ta façon cavalière de citer une lectrice pour ensuite ignorer tous ses arguments ajoutés par après. »

    Tu ne devrais pas t’avancer sur ce terrain sans connaître l’historique de mes relations avec cette personne…

    « Effectivement, le Net a cet avantage que je ne me ferai pas sortir sur la tête par un gros imbécile de doorman pour avoir osé froissé ton égo. »

    Tu sais bien qu’il y a un équivalent sur les blogues et je vais m’en servir pas plus tard que tantôt. Bien sûr pas sur toi! (Si tu ne comprends pas, je l’explique plus bas à Koval.)

    Vincent,

    justement, tuons, tuons!!!

    Koval,

    bon, ça doit bien faire une dizaine de fois que tu m’annonces que tu ne vas plus revenir, je vais t’aider! Tu vas pouvoir revenir quand même, mais tu ne vas plus pouvoir le faire savoir!

    Ça fait quelques jours que je me mords les doigts pour ne pas l’écrire, voilà :

    BON DÉBARRAS!!!!

    Tym Machine,

    il n’y a pas de mal à colorer ses propos, mais y’en a qui parfois en beurre trop épais!

  24. mrobert55 dit :

    aaaahh maudit que j ai bien fait de partir un forum au lieu d’un blogue..lol
    Le but je crois ces de tenir son bout…lol seul le nombre de clic tout comme un plancher de danse remplie dicte la voie a suivre 🙂

  25. Martin,

    autre chose, je viens d’aller lire ton commentaire sur BV. La personne que tu te plais à contredire au début, « Le nègre littéraire », signe ici Koval… Ça te donne une petite idée!

  26. Et elle ne signera plus rien ici, ô joie!

  27. Perséphone dit :

    Oh lalala…vraiment déplaisant tout ça. Évidemment, faut agir, malheureusement….Mais t’as raison. C’est chez toi ici. J’aime bien l’image que me donne le chihuahua de Fafoi combiné au commentaire de GMA….. Tuerie virtuelle de jappeux ! Non,non je suis pas violente. 😉

  28. @tous

    Je suis conscient que cette conversation peut être pesante pour ceux que ça ne concerne pas. Ça achève dans mon cas.

    @Renart

    Tu réponds avec calme, c’est tout à ton honneur. Dommage que tu ne l’aie pas conservé auparavant, ce calme, en supposant ceci et cela à propos de moi. Je continue de croire qu’avec le même ton, si j’avais plutôt écrit que Dieudonné et le Gros Cave sont des génies, tu n’aurais grimpé dans les rideaux. Mais bon, seule ta conscience le sait. Ou peut-être ton subconscient.

    Dommage aussi que tu continue à vouloir avoir le dernier mot à tout prix et que tu continues avec tes « tu aurais pu » et tes « aurais du », et ce pas seulement avec moi. C’est cette attitude que me fait te dire que tu commences à te prendre un peu trop au sérieux. Tu vas probablement ne pas aimer cela, ma franchise est une qualité ou un défaut selon ce qu’on veut en conclure: tu me fais penser à un certain Louis, à une certaine époque où il multipliait les procédés pour avoir raison, quitte à pondre quatre billets de suite sur le même sujet, quitte à chasser les IP de ses contradicteurs, quitte à s’obstiner sur tel et tel mot, quitte à redéfinir des expressions du sens commun, etc.

    Quand bien même je serais dans ton salon chez toi, si tu me crachais au visage ou si tu t’acharnais à ridiculiser un autre de tes convives, je ne fermerais pas ma gueule juste parce que tu m’offres à boire ou à manger. Donc, primo, ce n’est pas parce que c’est chez toi que tu peux faire n’importe quoi. Et, secundo, un blogue c’est pas un salon rempli d’invités… À moins que ce soit un open house! Parce que la différence fondamentale entre un salon et un blogue c’est que ce sont les gens qui s’y invitent. Et, pour continuer avec cette analogie boîteuse, ce serait comme si toute la rue, tout le quartier regardait. Ça fait que même si je suis poli et bien élevé, si tu me traites comme un con ou une comme une merde, ou simplement si tu commences à me sermonner en public pour une raison qui ne le mérite pas, je ne vais pas te flatter le dos pour m’attirer ta sympathie, pour avoir ton absolution. Mais cela, je pense que tu le savais déjà. En fait, j’écris cela pour donner un peu de perspective aux lecteurs bien prompts à te réconforter.

    Je trouve inélégant ta manière de gérer le « cas » de koval, et le mien, entre autres. Encore une fois tu fais la leçon en me disant que je devrais pas m’aventurer sur un chemin que je connais pas et une fois de plus, je pourrais te retourner la remarque. Koval est probablement venu ici après que je lui aie suggéré quelques blogues que je considérais bons. Peut-être pas, on ne le saura pas puisque tu lui coupes le sifflet. Koval est venue souvent commenter « chez moi », et je n’ai eu aucun problème avec elle même si nous avons parfois discuté ferme. Si tu la connais autrement que virtuellement, là c’est une autre histoire, mais faudrait pas me reprocher de ne pas savoir.

    Que koval soit ou non le Nègre littéraire sur Branchez-vous n’a aucune importance et ça ne fait que prouver que tu t’acharnes. C’est pas parce que je ne suis pas de l’avis de quelqu’un sur un sujet, que ça prouve qu’il mérite tel ou tel traitement. Surtout, toi si prompt à donner des leçons d’ethique et de politesse, tu devrais au plus vite considérer que si cette personne a deux identités numériques différentes, c’est qu’elle le souhaite ainsi. Si par une recherche plus ou moins bâclée tu en conclus, grâce à de l’information privilégiée et normalement confidentielle, que c’est la même personne, tu n’as pas à le faire savoir au monde entier. C’est non ethique, à moins qu’on parle de crime grave, d’appel à la haine. Et c’est bien loin d’être le cas, même plutôt le contraire. De plus, j’ose croire que ta conclusion ne vient pas seulement d’une comparaison d’adresses IP semblables, parce que ça ne veut rien dire. Non, je veux pas connaître la réponse et personne ne devrait la connaître non plus.

    Par ailleurs, je pense que tu souffres du syndrome du blogueur qui n’a plus le temps de bien faire les choses, obsédé par un rythme de publication qu’il s’impose à lui-même, qui écrit vite et lit vite les commentaires. J’ai observé cela même chez les meilleurs. C’est humain. Peut-être par contre vaut-il mieux lâcher prise que mal modérer. Je pose la question.

    Par exemple…

    C’est pas vraiment un billet, seulement une caricature. Tu mélanges. Tu parles du billet « Le Bye-Bye, Dieudonné et Gaza » où je cite un commentaire de Koval.

    C’est encore le donneur de leçon qui devrait appliquer ce qu’il prêche. Je ne mélange pas et c’est toi qui m’a mal lu: j’ai bien mis « billet » entre guillemets parce que j’avais un réticence à le qualifier ainsi. Je parlais succinctement du « billet » sur Obama, parce que cette « chose pas mal plus importante » se passant le 20 janvier était bien évidemment le début de la présidence d’Obama. De plus, « celui-ci » signifiait « ce billet-ci », « l’actuel billet sur la politesse ». Alors je reformule: « c’est bien le comble de l’impolitesse que quelqu’un qui me traite impoliment écrive en plus un tel billet sur la politesse ».

    Si t’aimes pas Renart, qu’on critique de près ou de loin le plat que tu nous sers même après avoir admis abuser de certaines épices, moi j’ai horreur qu’on me fasse la leçon alors que le donneur de leçon fait la même chose ou même pire. Je n’aime pas plus l’intimidation. Je n’avais pas à me rétracter, surtout pas si je me sentais injustement traité. Pour moi, ça se serait arrêté au « Ciao » si tu n’avais pas eu le culot d’en faire un plat ici (tant qu’à continuer avec l’analogie culinaire).

    Et dis-toi bien que si j’en venais à bouder ton blogue, je ne l’annoncerais pas, ni avec un « Ciao », ni avec une autre expression. J’ai observé cela trop souvent pour ne pas trouver cela enfantin et ridicule. Même chose si j’arrête de bloguer: ce ne sera pas annoncé, seulement effectif. Cependant, je sais lire entre les lignes: quand ces annonces surviennent, elle me semblent plutôt généralement montrer le désir d’au contraire continuer le dialogue. Même chose pour ce que j’ai écrit: ça se voulait un désir de participer à une autre discussion avec toi ou chez toi et, bien humblement, je crois que c’est toi qui aurais dû réagir différemment.

    Voilà! Je pense que tout est dit dans mon cas.

  29. Perséphone,

    je ne comprends pas trop à quoi tu fais référence, mais c’est pas grave!

  30. Martin,

    je réagis comme je réagis, je ne pense pas avoir à me justifier à ce point, alors je vais faire le plus court possible. Je suis peut-être devenu le monstre que tu décris, mais je n’ai pas la possibilité de me regarder avec ton recul, alors je vais continuer de penser que je ne suis pas parfait, et surtout pas très méchant (mis à part avec les personnages publics, parfois).

    Je m’entends très bien avec la majorité des gens qui viennent ici commenter, qu’on soit d’accord ou pas, et ceux que je trouve désagréable pour toutes sortent de raisons, j’ai la possibilité de les écarter, qu’est-ce qu’il y a de mal là-dedans? Et Koval est seulement la troisième depuis que j’ai commencé en mars 2007, c’est pas si pire quand même!

    Aussi, je sais que des blogueurs se plaisent à médire sur mon cas sur leurs blogues et je ne me donne même pas la peine d’aller les lire, ça ne m’intéresse pas. Parce que j’essaye de ne pas faire exprès de me fâcher alors j’aimerais que ce qui se passe ici ne me fâche pas. Désolé, mais tu m’as fâché (sans le vouloir ça l’air!) et je te l’ai seulement fait savoir (un peu) sèchement. Tu auras beau décortiquer la chose de tous les angles, ça reste un fait. Tu ne t’excuseras pas (évidemment!) et je ne m’excuserai pas, du moins pas plus que d’avouer que j’ai mal interprété la fin de ton commentaire.

    Il y a plein d’éléments dans ce dernier commentaire que je trouve insultants, pas fondés, mais je ne vais pas les noter, parce que justement mon but c’est d’être un peu plus zen, au contraire de ce que tu sembles penser…

    Et s’il faut que je sois un tyran à vos yeux pour rester un blogueur heureux, je vais assurément assumer le rôle!

    Quelle diva je fais!

  31. Je pense que nous nous sommes compris. À la revoyure!

  32. Zoreilles dit :

    Non mais, quel billet. C’est clair, direct, logique, on sait où l’on s’en va avec toi, j’aime ça!

    Vive la règle numéro 1, t’en as d’autres comme ça?

  33. Perséphone dit :

    @Renart: c’est Fafois qui compare à des chihuahua dans son commentaires et GMA qui parle de tuerie virtuelle. En lisant, les 2 se sont combinés dans mon esprits, d’où « la tuerie de jappeux ». J’tais p’têtre fatiguée un peu 😉

  34. Zoreilles,

    « Vive la règle numéro 1, t’en as d’autres comme ça? »

    faudrait bien que je m’y mette… 😉

    Perséphone.

    😉

  35. Chocolyane dit :

    Amen.

    M’fait penser… Quand j’ai recommencé à bloguer, après environ un mois d’absence, voici un commentaire que j’ai eu :

    « Choco,
    Tu racontes toujours les mêmes trucs… C’est redondant tu ne trouves pas ? Toujours les mêmes choses, inintéressantes… Toujours en manque d’attention finalement… Rien de personnel toutefois, ne t’en fais pas ! Mais y a que ce blog ennuie maintenant, c’est tout !
    Et rien ne sert de dire “t’as qu’à pas venir si t’aimes pas !”, c’est trop facile comme réponse. Ma critique se veut d’abord constructive. »

    Heu. C’est peut-être trop facile, mais c’est ça pareil : qu’est-ce que tu fous ici?!…

    Moi, j’aime te lire. Et si un billet ne m’intéresse pas, je skippe. C’est quoi l’idée de faire chier avec ça?!

  36. internationaliste dit :

    Encore une fois je suis d’accord avec Renart. J’en ai assez de voir des gens prendre plaisir à insulter ou à faire la leçon à des blogueurs en se pensant plus fins qu’eux. Quand t’aimes pas un blogue tu vas regarder ailleurs.

    S’il y a un billet de Renart qui ne m’intéresse pas, je ne le commente pas tout simplement. Même chose avec les autres blogueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *