Tout le monde en jase – 6 mai

Dernière émission régulière de la saison de « Tout le monde en parle », alors dernière chronique « Tout le monde en jase ». D’ailleurs, en passant, j’ai trouvé que ce fut, au niveau de Twitter, la plus tranquille cette saison dans mon réseau. Coudonc, qu’est-ce qu’il y avait aux autres postes?

 

Marc Bergevin

Étant donné que le hockey est un sujet qui m’interpelle peu, je me suis plutôt amusé à relayer des tweets qu’à écouter attentivement, alors ça donne ça (avec quelques commentaires) :

Plutôt drôle parfois cette prétention d’être plus québécois en région…

Pas comme la politique…

 

Séduite, vous dites?!

Débordant de réalisme…

Comme quelqu’un m’a répondu, quand ils perdent, c’est « ils »

Pourquoi pas de bagarre ET pas de coup de cochons? Pourquoi ne pas entraîner les joueurs à diriger leur colère vers l’excellence sportive? Ou tout simplement compter des buts?

Un autre… et sûrement pas le seul!

 

Charles Lafortune

L’« animacteur » venait parler entre autres du Gala Artis. Tout comme Stéphane Martel, ce n’est pas ma tasse de thé :

Moi j’aimais bien Charles Lafortune dans Catherine (je suis un peu trop vieux pour Watatatow), alors je l’ai un peu perdu de vue (TVA est très très minoritaire, pour ne pas dire inexistant, dans mon panorama télévisuel…).

Il a beaucoup parlé de sa situation de parent d’un enfant autiste. Sujet troublant, d’autant plus que l’incidence est énorme :

Pourtant, on ne voit pas l’autisme… Cela dit, dans tous les sens. Le témoignage de Charles Lafortune était hautement nécessaire.

 

 


Ce n’est pas gagné…

 


Jean Poirier d’Aveos, Magali Picard et Marc Maltais

Des syndicalissses à TLMEP, le sale repère des gauchissses du Plateau des artissses et des séparatissses!

Sans blague, il y a un point qui ressortait beaucoup de tout ça, et c’est la sécurité en avion. De l’entretien qui se fait on ne sait où et sous quelles conditions et un manque flagrant d’inspecteurs, ça ne me dit rien qui vaille, ça ne donne pas vraiment le goût de prendre l’avion, en tout cas avec un appareil d’Air Canada.

Les tweets que j’ai notés :


  

Luc Dionne et Stéphane Rousseau

On venait présenter la sortie du film Omertà, tiré de la populaire série. Angelil, Huard, Rousseau, Côté, etc. Un film qui a dû coûter cher… Hé hé!

Après avoir vu l’extrait où on voyait René Angélil, je me suis dit qu’il a tellement de force au niveau « casting » qu’il n’a pas besoin de talent d’acteur.

En tout cas, même si ça ne semble pas trop mon genre de film, ça augure bien, et je ne sais pas trop pourquoi. Je me ferai mon idée si la critique ne me décourage pas de le louer après sa tournée des grands écrans.

Le scénariste et réalisateur Luc Dionne a fait une sortie bien sentie à propos de la politique et du financement des partis. Il disait qu’il fallait bien trouver le moyen d’enrayer le problème de la collusion-corruption. Pour ma part, je crois qu’il faut que les partis soient seulement financés par les impôts, Paco Lebel allait dans le même sens, d’une manière colorée :

 

Louise Latraverse

Depuis quelque temps, Guy A. Lepage prend l’habitude de faire venir sur le plateau des monuments. Et des biens vivants! Louise Latraverse en est une du lot, avec ses 71 années qu’elle cache bien sous sa voix qui a  toujours un penchant juvénile. Elle venait parler de la « Semaine de la santé mentale » dont elle est la porte-parole. C’est bien de souligner cela, dans cette société où les problèmes mentaux sont trop souvent tabous.

Alors qu’il posait une question concernant la vieillesse, l’animateur a formulé un jeu de mots que je trouvais très porteur : « Société du soit vieille et tais-toi! »

Un clin d’oeil en lien avec les invités syndicalistes :

Cette entorse au politiquement correct en a fait beaucoup réagir dans mon réseau, que positivement d’ailleurs, comme en fait foi cet exemple :

Dans le fond, c’était pas mal unanime, Louise Latraverse est aimée :

Rémy Couture

J’écrivais ça, mais j’ai oublié d’écrire que la beauté est aussi subjective.

Le cas Rémy Couture, c’est tellement du domaine de l’absurdité. Pas ce qu’il fait, mais bien comment on le traite, surtout, comment on l’a traité. Il risque la prison pour avoir trop bien réussi ce qu’il fait le mieux, soit du maquillage, des effets spéciaux dans le style horreur… Moi, perso, je trouve plus dérangeantes les photos de minous que son art. Au moins, si je veux voir ce qu’il fait, j’ai plus de chance de pouvoir me préparer mentalement parce que je chercherai à le voir, alors qu’avec les photos de chats, elles m’attendent au détour d’un clic pour me décourager de l’humanité… (J’exagère à peine.)

Ce segment a fait beaucoup réagir :

La relève olympique

Je ne sais pas comment nommer autrement une bande d’athlètes olympiques qui vont répéter sans arrêt Canada, et c’est ce qui est arrivé d’ailleurs. Désolé, mais je suis foncièrement allergique. Ça me fait le même effet que la St-Jean a certains fédéralistes. J’ai un petit peu de vomi sur le bord de la bouche. Y’en a que c’est les images et les fils d’horreurs qui leur font cet effet, moi c’est ça… Donc :

Aussi, je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir en tête le contenu « canadian » que je vois apparaître de plus en plus à la télé de Radio-Canada, particulièrement au Téléjournal. Des reportages pas toujours intéressants sur des réalités du Rest of Canada qui ne passeraient peut-être pas la rampe, si ça se passait au Québec. Je veux bien avoir des nouvelles du Canada d’un océan à l’autre, mais quand je vois que la principale pertinence d’un reportage est de vendre le Canada au Québec en montrant de la banalité, du remplissage à saveur patriotique, je décroche. En plus de plusieurs reportages de Frédéric Arnould, je pense entre autres à l’espèce de concours pancanadien qui nous montrait des petites madames dans la cinquantaine qui écrivent comme d’autres peignent des cabanes en bois rond et des cygnes… Le choix des lecteurs que ça s’appelait, ou quelque chose du genre.

En tout cas, revenons à nos moutons. J’ai comme l’impression que cette finale est une commande politique. Je le répète, c’est une impression. Ce qui fait que je me demande si le changement de direction à Radio-Canada pourrait y être pour quelque chose. On a souvent dit que Radio-Canada est un repaire de souverainistes, Stephen Harper n’a jamais dû bien bien aimer ça… Mais bon, quand même, les jeux d’été s’en viennent pour vrai… Et je suis surtout un sale artissse gauchissse séparatissse…

…sssssssSinon, pour terminer sur une note plus positive, on a entendu le judoka Sergio Pessoa parler un français impeccable alors qu’il ne parlait pas la langue à son arrivée voilà sept ans. Alors qu’il y a des gens nés ici qui ne le comprennent ni ne le parlent… Incroyable, dans les deux sens.

*******

On se retrouve sans aucun doute pour la prochaine saison, parce que je suis très content de l’accueil enthousiaste qu’a reçu cette chronique, ce qui me donne envie de poursuivre l’expérience. Merci!

Ce contenu a été publié dans télévision. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *