TerrasseGate : Richard Martineau serait-il victime d’incompréhension?

Photo : Patrice Viau©

 

 

Rappel des faits : le 20 mars dans la soirée, le chroniqueur Richard Martineau affiche sur Twitter un message qui a tout l’air de dénigrer le mouvement étudiant :


Vu sur une terrasse à Outremont: 5 étudiants avec carré rouge, mangeant, buvant de la sangria et parlant au cellulaire. La belle vie!

S’en suit une réaction en chaîne qui a même donné comme résultat un site parodique où on nous invite à composer un tweet dans le même style que le populaire chroniqueur.

La seule réponse qu’il a donnée à toute cette histoire, c’est un message (presque identique) qu’il a publié sur Facebook et Twitter. Celui sur Twitter :

Message aux étudiants: j’ai écrit à PLUSIEURS reprises qu’il fallait COUPER dans les dépenses avant de vous demander de payer PLUS!!!!

Dans le fond, dans son statut Facebook, il ne fait que rajouter en plus une question à savoir si les étudiants sont analphabètes…

Donc, voilà, Martineau ne serait pas tout à fait pour la hausse, mais il s’est permis quand même un message qui allait tout à fait dans la logique des pro-hausses, enfin ceux qui ont les arguments qui volent le plus bas : faisons-les payer ces !#$%?&! d’étudiants, y sont capables de se payer du bon temps pendant leurs études!!!

Quand même, force est d’admettre que les deux messages sont assez contradictoires. Mais on peut analyser cela de cette manière dans l’optique d’une personne cohérente dans ses opinions. Pour ce qui est de Martineau, j’en doute fortement devant l’absurdité de cette contradiction, d’autant plus qu’il n’a pas mis de bémol à son premier message en disant par exemple, comme je le suggérais dans mon premier billet sur le TerrasseGate, que c’était plus une blague qu’autre chose. Ça ressemble à quelqu’un qui est trop conscient d’avoir les projecteurs pointés vers lui et qui s’amuse à jouer à cache-cache avec tout le monde et avec lui-même. D’autant plus qu’il est payé, sûrement grassement, pour faire monter la sauce et essayer d’accrocher tout le monde et son contraire. Gageons qu’il nous prépare quelque chose de juteux.

Certains pourraient dire que j’en beurre épais avec cette histoire, mais les répercussions sont énormes pour un si court message, et on parle quand même de quelqu’un qui a le crachoir depuis très très longtemps au Québec. Je veux bien qu’on soit respectueux de l’opinion adverse, mais là, quand on ne fait qu’exacerber la bassesse d’esprit comme le fait Martineau, on mérite bien de se faire rentrer dans le lard sur les médias sociaux!

Justement, je me suis demandé plus tôt si s’acharner sur quelqu’un qui s’acharne fait en sorte que ça s’annule. Et je me demande aussi si dire une chose et son contraire annule ou annihile la crédibilité de la personne qui l’exprime. Les plus méchants opteraient rapidement pour la deuxième option dans le cas de Martineau, mais je lui donne quand même le bénéfice du doute, je suis bon prince. Cependant, je ne me fais pas d’illusion, ma générosité ne lui fait ni chaud ni froid. Quand même, s’il me lit, ce dont je doute, je veux qu’il sache que je suis très curieux de voir comment il pourrait tricoter autour de tout ça.

Ça serait divertissant. Ça rajouterait au plaisir déjà en court. Martineau, fais-nous un crescendo!

*******

À lire aussi : http:///blog/2012/03/terrassegate-richard-tas-rien-compris/

Ce contenu a été publié dans société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à TerrasseGate : Richard Martineau serait-il victime d’incompréhension?

  1. « C’est fou comme on doit être vertueux quand on est au bas de l’échelle sociale! Quand t’es assis tout en haut, pas de problème, tu peux avoir tous les vices possibles et impossibles. Mais quand t’es en bas, tu dois être plus catholique que le pape. Pas fumer, pas sortir, rester de glace devant le matraquage publicitaire qui t’incite à (sur)consommer, jamais te fâcher. Un vrai petit ange! » -Martineau 2005 http://voir.ca/chroniques/ondes-de-choc/2005/03/23/se-plaindre-le-ventre-plein/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *