Le prix de l’art

Barnett Newman

Depuis des décennies, le prix de certaines toiles de l’artiste Barnett Newman en fait sourciller plusieurs. 43 millions de dollars pour une toile presque seulement bleue, c’est matière à indignation.

Désolé, mais il faut vraiment n’avoir aucune idée de l’histoire de l’art (et du marché de l’art) pour s’émouvoir du prix de cette toile par rapport à ce qu’il y a dessus.

L’art de la peinture (et sa valeur) ne se résume pas au nombre de coups de pinceaux et de couleurs appliqué sur la toile, et encore moins à la capacité manifeste de représenter le monde physique.

Par contre, bien sûr, il est tout à fait utile de soulever qu’il y a un problème de spéculation avec l’art, mais ce problème ne concerne pas la valeur artistique des oeuvres. Et en plus, on le sait, cette spéculation ne profite pas aux artistes.

Donc, si je peux trouver le prix de cette toile exorbitant, je le trouverai de même pour, par exemple, une célèbre toile de Van Gogh qui a été achetée presque au même prix.

839px-Van_Gogh_Sunflowers_Neue_Pinakothek_8672
Pourquoi ça serait plus juste de payer des millions pour une peinture représentant des tournesols qu’une peinture abstraite, très minimaliste dans son rendu?

Si l’expression artistique est vraiment synonyme de liberté, la liberté que prend un artiste abstrait ne devrait pas jouer contre ses oeuvres sur le marché de l’art et pour l’opinion publique.

Il n’y a pas de contradiction entre le prix faramineux de cette toile de Newman et ce qu’il y a dessus, bien qu’on pense qu’en ce qui a trait à l’exécution, il y a facilité. Pourtant, quelques traits griffonnés rapidement peuvent plus émouvoir qu’un tableau hyperréaliste, dont l’artiste aura consacré des centaines d’heures.

Donc, en dehors de la spéculation, la valeur d’une oeuvre ne se calcule pas simplement aux nombres d’heures qu’a passés l’artiste à la faire. Si ça se trouve, Newman a passé beaucoup plus de temps sur son oeuvre que Van Gogh (réflexions et travail manuel inclus). Et même si ce n’est pas le cas, ça ne devrait même pas jouer dans le calcul, c’est le résultat qui compte.

Et de ne pas aimer l’art abstrait ne devrait pas tenir lieu de base analytique pour juger du bien-fondé ou non de payer un prix exorbitant pour une oeuvre de ce style.

Et d’ailleurs, je trouve assez étrange que ce soit très souvent les oeuvres de Newman qui accueillent cette indignation. Pourtant, on retrouve à des prix encore plus incroyables (plus de 100 millions) des oeuvres de Gauguin, Cézanne, Picasso et Pollock, ce dernier qui, pour les plus puritains, ne fait que lancer de la peinture sur une toile dans tous les sens…

Publicité RenART blogue

Ce contenu a été publié dans art, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.