Ce n’est pas rose non plus du côté des adorateurs de Jésus…

Photo : Salih Zeki Fazlioglu/Anadolu Agency/Getty Images

Photo : Salih Zeki Fazlioglu/Anadolu Agency/Getty Images

 

Depuis Charlie Hebdo, les vannes sont ouvertes contre l’Islam. On tape sur les mauvais côtés de la religion musulmane, mais il faudrait quand même aussi dire que ce n’est pas rose non plus du côté des adorateurs de Jésus…

Oui, mais…

Il y avait cette sortie du pape au lendemain de la tragédie où il faisait le jeu du « oui, mais… » avec cet exemple, censé expliquer les limites de la liberté d’expression vis-à-vis de la religion :

Si un grand ami dit du mal de ma mère, il doit s’attendre à recevoir un coup de poing !

Si dans cette illustration le « grand ami » est le blasphémateur et la « mère » la religion, on se demande bien ce que ce coup de poing signifie. On pourra tourner ça de tous les côtés, il reste que le point central de l’affaire est un attentat meurtrier contre des personnes que le pape considère comme des blasphémateurs. On peut se demander s’il justifie l’attentat contre Charlie Hebdo. Même dans le fond tous les autres.

Contre le mariage homosexuel

Et l’adorateur en chef de Jésus en rajoute avec une sortie contre le mariage homosexuel lors d’une allocution aux Philippines. À mots couverts, il parle du danger de la colonisation idéologique de la famille, ce qui risque de la détruire, puisqu’on tente de redéfinir l’institution du mariage par le relativisme, par la culture de l’éphémère (« by the culture of the ephemeral ») et par un manque d’ouverture à la vie (« by a lack of openness to life »).

Il rajoute aussi que ces réalités sont attaquées par des forces puissantes qui défigurent le plan divin concernant la création (« to disfigure God’s plan for creation »). S’il ne parle pas du mariage homosexuel, je me demande bien de quoi il parle!

Le féminisme et la pédophilie

C’est quand même surprenant de la part de ce Pape qui semblait représenter l’espoir d’une réforme du catholicisme et qui a pourtant « démis de ses fonctions à la tête de la plus haute cour du Vatican » le cardinal ultraconservateur Raymond Burke, un farouche opposant « à une plus grande tolérance de l’église envers les couples homosexuels et les personnes divorcées. » Mais comme on dit : chassez le naturel, il revient au galop!

Justement, concernant cet adorateur de Jésus, ce Raymond Burke au nom de famille plutôt dégoûtant, il a fait une sortie complètement débile récemment :

«Le féminisme radical» donne naissance à des pédophiles ou à des hommes«dérangés» sexuellement qui entrent dans les ordres et abusent sexuellement des enfants.

Aux dernières nouvelles, il est toujours un membre important de l’Église catholique.

La moralité est la balle dans le fusil de la religion

Pour aller encore plus loin du côté obscur je pourrais parler aussi de cette mère fanatique religieuse qui a tué son bébé après l’avoir gavé de pages de la Bible, mais c’est visiblement du domaine de la folie… De toute façon, nous n’avons pas besoin d’aller bien bien loin pour voir que l’amour de Jésus ne rime pas toujours avec l’amour et la compréhension de son prochain, même quand la bonne santé mentale est au rendez-vous.

Nos voisins du Sud en sont un bon exemple, alors que leur politique trempe toujours dans les bondieuseries. Et pour trouver un lien entre la difficulté de faire avancer là-bas des dossiers comme le mariage homosexuel et l’avortement, il faut chercher dans la population. Mais qui donc veut généraliser sa morale pour toute la population si ce ne sont que les plus croyants, les plus pratiquants, les plus fanatiques d’entre eux?

Et au Canada, ce n’est pas bien mieux. Dieu est encore partie prenante de sa Constitution. Pourquoi pensez-vous que le Québec est sa province la plus progressiste, celle qui accepte le plus par exemple l’homosexualité et l’avortement? Je dirais parce qu’entre autres les Québécois ont fortement évacué la religion catholique de leur vie pour n’en garder surtout que des traditions et une spiritualité plus personnelle, pour certains.

La moralité est la balle dans le fusil de la religion. Si on l’élimine, la religion devient soudainement inoffensive.

Ne serait-ce pas une des très bonnes solutions pour arriver un jour à une paix durable?

Suivez-moi sur Facebook et Twitter

Ce contenu a été publié dans Opinion, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Ce n’est pas rose non plus du côté des adorateurs de Jésus…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *