Orlando – Cachez cette religion que l’on ne saurait voir…

Perfect heart
Ce que je trouve absolument déplorable avec ce mouvement qui cherche à nier le rôle de la religion dans certains attentats meurtriers, comme celui d’Orlando, c’est qu’il est un lubrifiant, peut-être bien malgré lui, pour ce que la religion participe à pérenniser, l’homophobie, le sexisme et tous les autres mouvements liberticides qu’elle entretient historiquement.

Si on ne peut pas voir ni nommer la religion dans son sens global et influent socialement, alors qu’on veut justement la préserver de la critique parce qu’elle serait trop importante pour les individus croyants, il ne pourra y avoir d’amélioration, de progrès, puisqu’il n’y aura possibilité que de tenter de guérir, de réagir après les attentats, et de prévenir ceux qui sont imminents et prévisibles…

Ce qu’il y a d’essentiel à pointer la religion et le radicalisme qu’elle provoque, c’est que les croyants qui participent à la dynamique liberticide, qui encourage entre autres l’homophobie, pourront de moins en moins se cacher derrière la légitimité que leur confère leur religion.

Pour les autres croyants, ceux qui sont respectueux de la liberté et de la diversité, je ne doute pas qu’ils comprennent que la critique contre la religion concerne surtout ses causalités négatives. Et que même ce déni que l’on tente d’imposer par la démagogie culpabilisante ne réussira pas à faire taire les idiots qui les considèrent comme des terroristes en puissance, simplement parce que d’autres croyants de la même confession qu’eux tuent au nom de leur dieu commun. De toute façon, ces idiots ne sont pas assez intelligents pour faire la part des choses, ce qui leur est présenté factuellement leur suffit, ils ne comprendront jamais que tout ce que j’écris les méprise, ils vont même y applaudir. Faudrait-il que j’arrête de voir, d’analyser, de dire, d’écrire parce que des idiots croyants peuvent se sentir vexés, parce que des paranoïaques sont incapables de me lire sans mauvaise foi et parce que des idiots racistes/xénophobes se nourrissent de mes arguments en les pervertissant?

*******

J’entendais plus tôt à la radio une poète s’épancher d’un texte qui tournait autour de l’amour, en réaction à l’attentat d’Orlando. Ça m’a fait me rappeler de quelqu’un qui, en réaction à une de mes critiques sociales en lien avec la religion, avait simplement écrit « One Love » parce que bien sûr, l’amour devrait tout régler. Comme si les problématiques sociales se résumaient à un manque d’amour, comme si tout pouvait se régler en ajoutant de l’amour. Ça serait magique, mais la magie n’existe pas. L’amour que je partage avec ma douce, il est fait d’ajustements, de compromis, d’échanges, il est proactif, exigeant, le résultat d’efforts qui le rendent encore plus précieux que le simple coup de foudre, et on voudrait que l’amour entre des inconnus de divers horizons qui se rejoignent sur le même territoire, entre différents peuples sur cette planète, soit facile?

Oui, aimons-nous les uns les autres. Je ne veux surtout pas dire qu’il faut se haïr et ne pas tendre vers l’amour. Mais faut-il vraiment aller jusqu’à tendre l’autre joue? Devant la tragédie d’Orlando, est-ce que tout l’amour qu’on aura lancé dans l’univers empêchera un autre cinglé, qui a mieux assimilé le message de haine que d’amour de sa religion, de frapper dans un autre endroit qui sent bon la liberté? Faut-il vraiment aimer ceux qui n’aiment pas la liberté et fermer les yeux quand ils le montrent aussi brutalement?

L’amour, pour qu’il agisse, a besoin d’un consentement mutuel. Quand la religion, quand les religions, seront totalement amour — il faut bien rêver un peu! —, les humains, croyants ou non, pourront enfin en profiter pleinement.

Ce contenu a été publié dans opinions, religion, société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.