Normand Lester a peur de la CLASSE

En lisant la dernière chronique de Normand Lester (une critique acerbe du manifeste de la CLASSE), je me suis demandé si, à sa manière, il n’essayait pas de concurrencer Richard Martineau, le champion des raccourcis intellectuels et des comparaisons boiteuses.

Parce que faire un rapprochement entre la CLASSE et Mussolini (donc avec le fascisme), et faire même un détour par Hitler, ça ne tient debout que dans la tête de ceux qui éprouvent une haine démesurée pour tout ce qui tourne autour du personnage de Gabriel Nadeau-Dubois. Et en plus, c’est carrément cliché. Et digne de recevoir un point Godwin.

Si le message de la CLASSE peut moindrement faire penser au message des fascistes et des national-socialistes allemands, il s’agit quand même du message qui prévalait avant qu’ils prennent le pouvoir et se transforment en dictatures. Et, si je ne m’abuse, ce message était très nationaliste, ce que je n’ai pas vraiment senti dans le manifeste de la CLASSE. Mais le point principal qui fait que l’interprétation de Lester est bancale, c’est que la CLASSE n’est pas un parti politique qui va se présenter aux prochaines élections, point. N’importe quel mouvement peut faire un manifeste, ce n’est que parce que la CLASSE est centrale dans le débat qui fait rage depuis février dernier que son manifeste prend plus d’importance au niveau médiatique.

Sinon, j’aimerais bien que le monsieur m’explique comment la CLASSE aurait pu exprimer son message de gauche sans pointer des concepts et des thèmes chers à la gauche. Le langage étant ce qu’il est, il est plutôt difficile de parler de quelque chose sans le nommer. Si la démocratie directe est importante pour la CLASSE, aurait-elle due s’abstenir d’en parler ouvertement parce que le « fasciste Jacques Doriot (issu du parti communiste) et le Parti populaire français de l’entre-deux-guerres auraient pu faire la [même] déclaration »? Aussi, aurait-il fallu que la CLASSE s’abstienne de parler d’« avenir » et du « Peuple » parce que « Mussolini et ses partisans, qui venaient du parti socialiste italien, [le] chantaient »? L’Histoire aurait-elle à ce point un espèce de brevet sur le sens et le droit d’utiliser certains termes et expressions, et le pouvoir d’empêcher moralement de réactualiser certains idéaux à notre époque?

Certains auront remarqué qu’en fait cette chronique retourne comme un gant l’accusation de fascisme qui a eu cours envers le gouvernement et son projet de loi 78. C’est bien utile pour ceux qui l’ont trouvée gratuite et qui goûtent une sorte de revanche en lisant les mots de Lester. Pourtant, le fascisme est, objectivement, bien plus proche d’un gouvernement qui encourage la répression policière par une loi voulant freiner un mouvement de manifestations citoyennes que d’une association qui parle de démocratie directe et qui scande des slogans rappelant vaguement les mouvements communistes du début du siècle dernier. Le chroniqueur peut bien tripoter l’Histoire comme il veut, ce qu’il nous offre n’est que de la poudre aux yeux. Nous sommes devant la comparaison entre un mouvement en devenir, qui peut tout aussi bien s’étendre ou s’éteindre rapidement, et des actions réelles, de vrais ecchymoses et du vrai sang, ainsi que de la réelle souffrance. On a le choix d’avoir peur d’un hypothétique futur nourrit par la paranoïa ou de s’indigner devant les résultats concrets d’un gouvernement qui a peur de perdre le pouvoir.

Normand Lester a tout à fait le droit à son opinion, comme j’ai le droit de montrer qu’elle est réactionnaire. Pour dire vrai, la chronique du bonhomme n’est qu’un épouvantail pour faire encore plus peur aux petits vieux. Et l’expression « petit vieux » n’est vraiment pas une insulte envers les ainés, mais bien plus une manière de pointer tous ceux, jeunes et moins jeunes, qui ont peur du changement et de ce qui pourrait y participer.

 

(Photo – détail : Asclepias)

Ce contenu a été publié dans société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Normand Lester a peur de la CLASSE

  1. Môssieu Sphincter a même le droit de mentir comme il le fait régulièrement dans ses chroniques…

  2. Oli dit :

    J’aimerais bien croire que Normand Lester ne fait que se tromper, ou être mal informé, mais lorsqu’il cite spécifiquement le PPF et Jacques Doriot, il ment. Le PPF était calqué de près sur le parti fasciste italien, qui, s’il n’avait aucun problème à prendre le pouvoir par la rue, n’a jamais appelé à la démocratie directe et ne le ferait pas. Le fascisme était hostile à la démocratie, et lorsqu’il constituait un mouvement de masse, celui-ci ne revendiquait certainement pas le droit de chacun d’être consulté! L’organisation même d’un parti fasciste, pour ne pas parler de l’État qu’il comptait diriger, niait totalement la démocratie directe. L’aspiration du fascisme était la collaboration forcée de toutes les classes sociales, dirigée par l’État, qui collaborait avec les grands industriels, et nommait une poignée d’élites de différents domaines, et le groupe ainsi formée aurait une fonction proche de celle d’un Sénat ou d’un parlement non-élu.

    J’aimerais bien un jour qu’on invite Lester, Martineau ou l’un des autres démagogues de ce genre dans une entrevue télévisée quelconque, et qu’on les confronte, avec leurs écrits d’un côté et les faits de l’autre. Ils méritent de se faire accuser de mensonge pur et simple. Ils méritent aussi bien sûr la chance de se défendre face à ces accusations, mais je suis convaincu qu’ils ne pourraient pas le faire adéquatement. Si c’était le cas, ils l’auraient déjà fait.

  3. Il est temps qu’il prenne sa retraite, car il dérape!

  4. Oli: il faudrait lui demander de quelle source il tire ce témoignage. Peut-être la déclaration date-t-elle de l’époque à laquelle Doriot était encore communiste, ou ambivalent, ou forcé d’amadouer ses ami-e-s communistes qui avaient quitté le PCF et avaient formé le PPF avec lui?

    Ce qui est certain, c’est que la démarche de Lester n’est pas très scientifique. Mais ce n’est pas étonnant non plus de sa part.

  5. Serge dit :

    Autre billet très intéressant de l’expert en politique, Pascal Herrart Kenkart Renart Sloshart Léveillé.

    Va-t-il vraiment publier un billet sur chaque personne qui ose s’attaquer au bourgeois néofasciste, commis à la parole des révolutionnaires classeux de la CLASSE, Gabriel Nadeau ?…

    Cette fois c’est l’attaque contre le pensionné PPP, payé pour parler, Normand Lester.

    « Et l’expression « petit vieux » n’est vraiment pas une insulte envers les ainés, mais bien plus une manière de pointer tous ceux, jeunes et moins jeunes, qui ont peur du changement et de ce qui pourrait y participer. » RL

    Dans les faits les changements que vous supportez sont plutôt une révolution politique, sans armes, emprisonnement et morts.

    Le remplacement d’un système politique et économique supporté par la majorité du Québec. Par un système étranger socialiste, fondé sur le chaos, le nivellement par le bas, la pauvreté et l’assistance sociale.

    « Mais le point principal qui fait que l’interprétation de Lester est bancale, c’est que la CLASSE n’est pas un parti politique qui va se présenter aux prochaines élections, point. »

    Exactement. Cela exprime bien leur couardise.

    Leur objectif étant de faire tomber le gouvernement néolibéral et créer un climat de cahot et de terreur. Plutôt que de le remplacer par un autre parti et système. La CLASSE n’appuie aucun parti politique.

    La question est de savoir vraiment si les démunis de la CLASSE, forment une organisation secrète et subversive.

    La devise de la CLASSE est…
    «Nous sommes avenir», «Nous sommes le Peuple.»

    Tout comme Moussolini et ses partisans jadis du parti socialiste italien le déclaraient. Selon Lester.

    Voyons si ces quelques éléments confirment l’état secret et subversif de la CLASSE.

    – Connaissez-vous le nom du chef ou du président de la CLASSE ?…
    – Connaissez-vous l’adresse postale et le num de téléphone de la CLASSE ?…
    – Avez-vous déjà vu une liste des noms et les coordonnées des membres, de la CLASSE ?…
    – Savez-vous de combien est le budget de la CLASSE ?…
    – Savez-vous combien est payé le commis Gabriel Nadeau, pour parler au nom de la CLASSE ? En lieu du chef et président.
    – Connaissez-vous les sources de financement étrangères, de la CLASSE ?…

    Moi, non !…

    Il se peut donc que la CLASSE ne soit composée en réalité que de quelque 250 personnes, sans identités ou adresses. Rien de plus !…

    SP

  6. Vraiment, merci de me faire rigoler. J’attends vos commentaires farfelus avec impatience…

  7. Mathieu Lemée dit :

    Mr. Serge, je vous suggère de lire le manifeste du futurisme écrit par Filippo Tommaso Marinetti en 1909, et dont Mussolini s’est clairement inspiré pour fonder le fascisme en Italie.

    Nous verrons après cette lecture, si vous croyez encore que la CLASSE et son manifeste fait un rapprochement avec le fascisme italien comme Lester l’affirme.

    Pour mémoire, je vous signale que des pays comme la Suisse et l’Islande ont un système politique de démocratie directe, tel que pratiqué la CLASSE. De nombreux townships dans les États de la Nouvelle-Angleterre aux États-Unis pratiquent également la démocratie directe.

    Est-ce que ces townships, la Suisse et l’Islande sont pour autant des pays socialistes ou communistes parce qu’ils pratiquent la démocratie directe? NON!

    Alors avant d’affirmer que la CLASSE serait un quelconque mouvement subversif ou secret, tenez-vous en aux faits et avec des preuves solides pour les étayer.

    Et si vous affirmez que la CLASSE exprime sa couardise en ne se présentant pas en politique, on peut dire la même chose des Libertariens de droite au Québec, qui font du marketing viral sur de nombreux blogues politiques ou d’actualités et les médias électroniques pour faire la propagande de leur idéologie ultra-capitaliste, mais dont personne n’a les couilles de fonder un parti pour se lancer en politique active, Les Libertariens préfèrent plutôt se rabattre sur des think thanks comme le RLQ, l’IÉDM, L’Institut Fraser et j’en passe, dont les sources de financement sont encore plus opaques que ceux de la CLASSE.

    Ce que vous reprochez donc à la gauche, la droite en est tout autant coupable. Bonne journée.

  8. Serge dit :

    C’est gratuit. Profitez-en.
    Prochain, au billet du maire de 3P.

    SP

  9. Serge dit :

    « Alors avant d’affirmer que la CLASSE serait un quelconque mouvement subversif ou secret, tenez-vous en aux faits et avec des preuves solides pour les étayer… »

    Foutez-moi la paix avec ce ton de bourgeois condescendant, de me dire quoi faire.

    Répondez plutôt aux six questions posées. Si vous en êtes capable, bien sûr.

    SP

  10. Avertissement : ceci est le dernier commentaire incluant un ton agressif avec une formule du genre « Foutez-moi la paix ».

    La prochaine fois, c’est direct dans la liste noire.

  11. Mathieu Lemée dit :

    « Foutez-moi la paix avec ce ton de bourgeois condescendant, de me dire quoi faire.

    Répondez plutôt aux six questions posées. Si vous en êtes capable, bien sûr. »

    Primo, pour que je réponde à vos questions, il faudrait qu’elles se fondent sur des fondations solides, ce qui est de toute évidence pas le cas, tel que je vous l’ai démontré, ne plus de l’incohérence d’associer à la fois la CLASSE au fascisme et au socialisme puisque vous faites l’erreur de dire que Mussolini était le chef du parti socialiste italien. De plus, répondre à vos questions ne prouverait pas plus que la CLASSE serait un organisme subversif et secret, au même titre que les vrais services secrets, surtout que dans la plupart de vos questions, en obtenir les réponses seraient une atteinte au droit à la vie privée et au droit éthique à la confidentialité de ces informations, tant pour les citoyens que pour les sociétés et mandataires.

    Secundo, vous ne répondez pas è mes questions, qui elles reposent sur du concret et des fondations prouvées et étayées.

    Tertio, me traiter de bourgeois condescendant, alors que vous ne me connaissez pas du tout, en dit long sur la profondeur de la réflexion que ma réponse a suscité chez vous. J’espère que je n’ai pas fait éclater quelques neurones au passage, ce n’était pas mon intention.

  12. Info rédaction dit :

    Serge, Serge, Serge, ma journée est classée 9.5 sur mon gonflomètre, du coup, encore une remarque de ce genre, et je joue mon bourgeois condescendant, et je clique sur SPAM 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *