Marquer un point

Être n’est qu’une suite de débuts et de fins, qu’un synopsis de petits points,
qu’un relais de sens qui cherche à faire des touts. C’est tout.

Mais s’il faut le marquer, je le fais ainsi ici, à coups de hachures dans le temps, puisque c’est la seule manière de peut-être s’accrocher au présent, ce présent qui ne laisse même pas le temps de se faire déballer, pour pouvoir en profiter.

Le temps se donne des airs de solidité alors qu’il humidifie et par le fait même pourrit.

Ce n’est pas tant le jour de l’an que l’on fête, mais bien nous tous qui nous donnons un congé de lui.

*******

Ce contenu a été publié dans littérature, poésie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Marquer un point

  1. gillac dit :

    Wow! Curieusement, cette phrase D’André Malraux m’est venue à l’esprit:  » la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *