Les hauts et les bas de la blogosphère

On le sait, il n’y a pas de phénomène pour s’éteindre subitement. Alors, quand Pierre Fraser concocte un titre comme « Blogue : chronique d’une mort annoncée ? », il titille cette part de nous qui a peur du subito.

Oui la multiplication des possibilités d’actes de conversation qui viennent avec Twitter et Facebook fait en sorte que les blogues perdent de l’importance qu’ils avaient auparavant, mais je ne crois pas qu’il faille faire une séparation entre ces premiers et ces derniers. Là où les Facebook et Twitter gagnent par la proximité et le temps réel, les blogues gagnent sur la durée. Alors que pour Twitter il faut y être pour capturer l’information (ou user de patience et fouiller pour y arriver), pour un blogue, il faut seulement vouloir y être, pour peu que la personnalité du blogueur soit intéressante. Un blogue est comme un immeuble où ont lieu des réunions sur des sujets à développement, Twitter et Facebook quelque part où s’installer pour discuter de choses et d’autres. (Même si oui des billets de blogue peuvent briller par leur légèreté, et Twitter/Facebook peuvent être investi très sérieusement.)

Ce que j’ai pu remarquer depuis que je suis sur Twitter, c’est que même si certains ont ralenti leur pratique du blogue, voire carrément arrêté, beaucoup s’y sont mis (je pense amplement à tout ce qui s’est passé du côté de webféminin.com, entre autres). J’ai l’impression que la pratique de Twitter (et même Facebook) peut être frustrante en un sens pour certaines personnes, étant donné son caractère fuyant : ce qui est le défaut du temps réel. Alors, devant le défilement incessant d’informations et d’humeur, il est tentant de vouloir s’installer pour réfléchir à son rythme, via un blogue. Pour voir le blogue mourir, il faudrait quelque chose d’autre pouvant totalement le remplacer. Ce dont je doute, à moins qu’un génie réussisse à nous refiler la même chose, mais avec un autre nom… (Cette dernière réflexion me fait étrangement penser à Tumblr!)

Le plus beau dans tout ça, c’est qu’il y a constamment des naissances de nouveaux blogues, et de très intéressants en plus. Je pense particulièrement à « Je me branle la cervelle » (depuis environ 4 mois), « Décibelle » (un peu plus de 3 mois) et il y a même un blogueur actif depuis longtemps qui refait peau neuve : « Le cabinet du docteur D ». Ce qui est, soyez-en certain, que la pointe de l’iceberg!

Vive la blogosphère!

Ce contenu a été publié dans blogosphère, Twitter, Web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

17 réponses à Les hauts et les bas de la blogosphère

  1. Très bonne réflexion sauf que ce n’est pas la première fois qu’on nous annonce la mort des blogues . Je reste septique malgré tout , car sur Twitter c’est du temps réel , c’est un moyen de diffuser notre information et par la même occasion apporter du traffic sur notre blogue .

    Le blogue reste statique et c’est un de c’est grand avantage et il serait intéressant de savoir combien de blogue voit le jour chaque semaine …

  2. renartleveille dit :

    Eve-Catherine,

    en effet, la mort des blogues est un sujet récurrent. On devra peut-être s’en inquiéter quand il ne reviendra plus… 😉

    « Le blogue reste statique »

    Mais bon, il l’est moins qu’un site.

    Dans le fond, la grande différence, c’est que la mise à jour d’un blogue demande beaucoup plus de temps que Twitter. C’est une tout autre dynamique.

  3. Sans les blogues, de quoi parleraient les utilisateurs de Twitter et de Facebook?

    Un très grand nombre de messages sur les réseaux sociaux comportent des liens vers des blogues. (Je serais curieux de savoir le %)

    Je vais peut-être passer pour fou mais je crois que les réseau sociaux comme Facebook et Twitter vont disparaitre bien avant les blogues.

    Certains peuvent avoir délaissé les blogues pour les réseaux sociaux mais ils vont revenir. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils s’apperçoivent que les réseaux sociaux n’apportent pas grand chose. C’est du spinnage de liens, c’est vide. Au mieux, une perte de temps.

    Sans compter que tu ne peux pas rentabiliser ton compte Facebook ou Twitter. Pour le faire, tu dois rediriger vers… Un blogue.

    Les réseaux sociaux sont comdamner à mourrir, comme les chats (IRC) dans le temps.

  4. Décibelle dit :

    Comme tu le mentionnes, je suis une nouvelle « blogueuse » et c’est vrai que ça demande du temps et de l’entretien sur le blog. Malgré tout, Twitter et Facebook ne pourront pas remplacer le blog à mon avis. Même mieux, étant nouvelle sur Twitter également, je découvre différents blogs intéressants, comme celui que tu mentionnes : « Je me branle la cervelle. » Maintenant, je vais aller zieuter du côté du Docteur D. 😉

    Le blog permet de s’exprimer en profondeur contrairement à Twitter par exemple. Il permet une belle interactivité, une belle argumentation. Qu’il soit lu ou non, j’ai l’impression de me libérer un peu à chaque billet.

    Prends exemple sur ton billet… il n’est pas très long, mais tu aurais eu du mal à exprimer le fond de ta pensée en 140 caractères. 😉

    Tant et aussi longtemps qu’une personne aura quelque chose à dire, le blog vivra.

  5. renartleveille dit :

    Le Grand Flanc mou,

    c’est plutôt drôle de te voir aller dans l’extrême inverse!

    Si Twitter sert parfois à diffuser du contenu, c’est bien vrai que les blogues en sont une bonne part.

    « Un très grand nombre de messages sur les réseaux sociaux comportent des liens vers des blogues. (Je serais curieux de savoir le %) »

    Moi aussi!

    « Certains peuvent avoir délaissé les blogues pour les réseaux sociaux mais ils vont revenir. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils s’apperçoivent que les réseaux sociaux n’apportent pas grand chose. C’est du spinnage de liens, c’est vide. Au mieux, une perte de temps. »

    Je suis d’accord qu’ils pourraient revenir, mais pas avec ton assertion comme quoi Facebook et Twitter « n’apportent pas grand chose ». Je vois tout ça comme de la complémentarité. Et puis, j’adore mon expérience avec Twitter. Pour ce qui est de Facebook, ça m’attire moins, mais je ne pourrais pas en dire que ça n’apporte pas grand-chose, par honnêteté et par respect pour ceux qui aiment beaucoup.

    Mais bon, je suis d’accord que la pérennité des réseaux sociaux comme on les connaît aujourd’hui n’est pas certaine…

    Décibelle,

    je dirais même plus, tant qu’il y aura des gens pour vouloir s’exprimer librement avec l’écriture, le blogue vivra!

  6. Renart :

    « Je suis d’accord qu’ils pourraient revenir, mais pas avec ton assertion comme quoi Facebook et Twitter « n’apportent pas grand chose » »

    Peux-tu me dire la différence entre Twitter, Facebook et un fil RSS? Y en a pas beaucoup, les deux redirigent vers des liens externes, vers des blogues.

    Tu vas me dire que Facebook et Twitter permettent l’interactivité et pas un fil RSS. D’accord, mais à quoi servent les sections « commentaires » des blogues?

    Y a pas vraiment de « débats » sur Twitter et Facebook, il n’y a que des « replys ». J’aime, j’aime pas, lol, ahaha, that’s it, that’s all. Est-ce vraiment de l’interactivité? Humm.

    De l’interactivité en 140 caractères…

    Les médias sociaux ont BESOIN des blogues pour survivre.

    Une preuve? Regarde tes 10 derniers Twits, en haut à droite. 8/10 redirigent vers des blogues.

    Les médias sociaux sont un moyen de véhiculer l’information mais l’information ne se retrouve pas sur les médias sociaux, elle se retrouve sur des blogues (et/ou autres sites).

    Si tu as un compte Facebook, connecte-toi et regarde ce que tes « amis » y font. Ceux qui sont encore actifs font principalement 2 choses :

    1- Jouent avec des applications niaiseuses et font des questionnaires stupides.
    2- Partagent des liens vers d’autres sites (souvent des blogues).

    Twitter c’est la même chose sauf qu’il n’y a pas d’applications (pas encore…) Donc, à part spinner des liens, ils écrivent les détails de leurs vies. Soyons honnêtes, la plupart du monde s’en fout des détails de la vie des autres et ce qu’ils peuvent bien manger pour souper. C’est une perte de temps de lire ça. Dans 99% des cas, ça n’apporte strictement rien.

    Les médias sociaux, dans l’état actuel, ne vont nul part et sont condamné à mourrir. Je le sais que ça peut avoir l’air drôle de lire ça ; les médias sociaux ont des centaines de millions d’utilisateurs. C’est un gros buzz présentement, mais la bulle va pêter, pour 3 raisons :

    1- Les gens vont se rendre compte que les médias sociaux ne leur apporte rien et qu’ils y perdent beaucoup de temps (Je sais que tu n’es pas d’accord, mais bon…)

    2- Les médias sociaux ne permettent pas de véritables interactions. C’est faux de dire le contraire. Il n’y a pas de débats de fonds sur les médias sociaux. Pourquoi? Parce que la plupart des gens ne sont pas là pour ça. Ils sont là pour le coté « cool » de la chose, parce que tout le monde est là, et pour avoir accès à l’information qui, et je reviens la dessus, est disponible via des sites externes, sur des blogues (entres-autres).

    3- Du côté SEO et rentabilisation, c’est zéro et une barre pour les médias sociaux. Tu restes un utilisateur parmis tant d’autres et tout le temps que tu peux y consacrer ne peut pas être rentabilisé. Le seul qui fait de l’argent avec ton temps et tes énergies, c’est le média. À moins que tu renvois les gens vers un blogue…

    On s’en reparle dans 10 ans 😉

  7. J’oubliais le plus important…

    Avec les médias sociaux, tu reçois l’information, n’importe quelle, celle qu’on t’envoit. Avec les blogues et les forums, tu vas chercher l’information, celle que tu veux.

    C’est toute la différence du monde.

  8. Pierre-Luc dit :

    L’avantage du blogue par rapport à Facebook:

    Entrer en contact avec des purs inconnus. Si j’ai un blogue qui parle de modèles réduits de voitures, des gens vont tomber en contact avec moi et on échangera.

    L’avantage du blogue par rapport à Twitter: Plus que 140 caractères. Je n’aime pas les blogueurs qui font des postes de quelques lignes seulement qui ne sont pas importantes. Quand je n’étais pas sur Twitter, je jugeais que ces billets étaient « twittable »: Insignifiant et court.

    Maintenant, je comprends la différence, mais encore, les courts entrées de blogues qui entrent dans mon Google Reader, le moins possible.

    Mais souvent ce que je fais sur twitter ou facebook vont finir sur mon site d’une façon ou d’une autre, et inversement!

  9. Premièrement, merci pour cette belle mention – ça fait chaud au coeur d’être acceuilli comme ça dans la blogosphère québécoise.

    Pour ce qui est de la mort annoncée de celle-ci – j’émet des réserves.

    Les blogues « voici mes émotions, ma vie, mon journal intime en ligne », oui, peut-être. Twitter et Facebook font très bien la job dans le domaine du « voici mon état d’âme ». Question blogue d’actualité, d’opinion, de politique, etc., pour moi, inconcevable de voir la fin de si tôt. Le blogue permet d’étaler ses opinions politiques et de rallier d’autres à notre cause. Le blogue permet d’informer. Le blogue permet aussi de critiquer, en plus de 140 caractères.

    Twitter et Facebook, dans le cas du blogue d’opinion et de politique, reste outil de discussion et de promotion. Les deux vont main dans la main.

  10. renartleveille dit :

    Le Grand Flanc Mou,

    « Peux-tu me dire la différence entre Twitter, Facebook et un fil RSS? »

    par rapport à l’information, Twitter permet de recevoir ce que les autres trouvent, Facebook n’est pas tellement axé sur le partage d’information (enfin, dans mon réseau) et le fil RSS est à la mesure de ce que j’y ai inscrit. Donc, Twitter m’apporte souvent des informations inédites même si mon agrégateur est bien garni de fils RSS. C’est là où je vois la complémentarité, sans parler de l’opportunité de sentir rapidement le pouls, de voir ressortir les sujets sensibles, ce qui est moins évident avec les blogues, vu le temps à investir pour faire paraître un billet. Dans le meilleur des cas, si je pointe un sujet par jour sur mon blogue, il en est tout autrement sur Twitter. Un et l’autre ont chacun leurs qualités (et leurs défauts, évidemment).

    « Tu vas me dire que Facebook et Twitter permettent l’interactivité et pas un fil RSS. D’accord, mais à quoi servent les sections « commentaires » des blogues? »

    C’est bien évident que je ne dénigre pas l’interactivité qui vient avec les blogues, mais le concept d’interactivité ne se mesure pas quantitativement. Avoir une conversation de vive voix ou seulement s’adresser une salutation de loin sont des interactivités.

    « Y a pas vraiment de « débats » sur Twitter et Facebook, il n’y a que des « replys ». J’aime, j’aime pas, lol, ahaha, that’s it, that’s all. »

    Pour l’avoir vécu, le débat est parfois possible sur Twitter et encore plus sur Facebook (étant donné qu’il n’y a pas de limite de caractère). Mais bon, j’admets qu’avec Twitter c’est ardu et sur Facebook c’est moins propice puisqu’il y a une dynamique fortement amicale. Alors oui, le blogue est l’endroit idéal pour le débat, tout comme le forum. Par contre, je ne veux pas antagoniser et choisir mon camp. Je le répète, mon message est que tous ces univers sont complémentaires, ils se nourrissent les uns et les autres. Pour ma part, beaucoup de billets de blogue ont eu comme point de départ une expérience ou une découverte sur Twitter.

    Mais il faut que je t’avoue qu’il y a quelque chose qui m’agace avec Twitter : quand quelqu’un tente de débattre substantiellement au sujet d’un de mes billets de blogue. J’invite alors à venir le faire ici, mais ça ne fonctionne pas souvent…

    « Une preuve? Regarde tes 10 derniers Twits, en haut à droite. 8/10 redirigent vers des blogues. »

    La section Twitter de mon blogue ne laisse apparaître que les tweets qui ne sont pas des « reply » (de la conversation). Sinon, oui il y a beaucoup de billets de blogues qui sont relayés via Twitter. Mais au moment où j’écris, il y en a beaucoup aussi qui sont du contenu des usagers, sans hyperliens. Et ça, c’est quelque chose qui est très intéressant sur Twitter, comment certains peuvent se débrouiller pour apporter quelque chose avec moins de 140 caractères. De petites réflexions auxquelles se greffent d’autres, ce sont des conversations en bonne et due forme.

    « Avec les médias sociaux, tu reçois l’information, n’importe quelle, celle qu’on t’envoit. »

    Il ne faut pas oublier qu’il y a un choix à faire, quand même… on ne gobe pas tout en se bouchant le nez! 😉

    P.S. Il y a un clin d’oeil pour toi à la fin du commentaire à Dominique Noel.

    Pierre-Luc,

    « Entrer en contact avec des purs inconnus. Si j’ai un blogue qui parle de modèles réduits de voitures, des gens vont tomber en contact avec moi et on échangera. »

    exact, le blogue est un lieu ouvert, et le contact privilégié est en aval, alors que sur Facebook il est en amont. Pour Twitter c’est moins évident, c’est un mélange des deux, généralement.

    Dominique Noel,

    pour ce qui est de la mention, je suis très content de partager avec mes lecteurs (pour ne pas écrire ma communauté — c’est beaucoup plus évident avec Facebook et Twitter) un nouveau blogue comme le tien. C’est clair pour moi que tu aimes écrire et partager ton opinion, et que le tout est de qualité, alors je me devais de t’encourager!

    Sinon, pour ce qui est du sujet principal exposé ici, nous sommes sur la même longueur d’onde! Et en plus, je t’ai connu grâce à Twitter! (Un gros clin d’oeil à Le Grand Flanc Mou!)

  11. Renart :

    « Et en plus, je t’ai connu grâce à Twitter! (Un gros clin d’oeil à Le Grand Flanc Mou!) »

    Ahh oui? Ahhhh… Ni toi, ni elle ne savait que l’autre avait un blogue? Vous vous êtes abonné un à l’autre sans vous connaitre et sans savoir que l’autre avait aussi un blogue?

    Hey ben 😉

  12. Oups, lire « lui » non « elle »… Désolé Dominique…

    « Ni toi, ni LUI ne savait… »

  13. Hérétik dit :

    Il y a vingt ans, un politilogue américain annonçait la fin de l’Histoire… ben, elle continue.

    Je me méfie des morts annoncées. C’est un stunt publicitaire, rien d’autre. Les prophètes de la décadence se plaisent à relever des signes qui mènent à une fin conforme à leur théorie. Foutaises. Ils en ignorent souvent d’autres qui les contredisent.

    Impossible de dire ce qui va arriver des blogues, de Tweeter et de tous les autres.

    Just enjoy the ride…

  14. La radio n’est même pas morte…il y a même des stations qui se créent au Québec…et imaginez s’il n’y avait pas le bureau de la censure (CRTC) !

  15. Zoreilles dit :

    Beaucoup apprécié. Et ton billet. Et les commentaires/échanges qui le suivent.

    Deux arguments avec lesquels je suis parfaitement d’accord :

    Tant que quelqu’un aura quelque chose à dire, il y aura des blogues. Ils ont beau avoir largement dépassé l’étape de l’effervescence des débuts, même si l’engouement actuel privilégie d’autres réseaux sociaux, le blogue reste le créneau parfait pour pas mal de monde. J’en suis.

    Et si la radio existe encore et qu’elle est pas mal écoutée, malgré la télé, la multiplication des chaînes spécialisées, le cinéma, les DVD, la musique, les Ipod, etc., c’est que les marchés se sont fragmentés mais que le besoin est toujours là pour la radio, comme il le sera pour le blogue.

  16. renartleveille dit :

    Le Grand Flanc Mou,

    vrai pour de vrai! 😛

    Hérétik,

    « Just enjoy the ride… »

    en passant, je suis bien content que tu « enjoy » à nouveau! 🙂

    David Gendron,

    en cette ère d’ultra communication, il y en a pour tous les goûts et c’est très bien ainsi!

    Zoreilles,

    oh! oui, le blogue te va à merveille! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *