John Baird et son plan du fond du coeur

Tantôt, au Téléjournal, j’ai presque été pris en convulsion devant un reportage où on voyait John Baird tout fier de son plan pour contrer les GES, avec des cibles de réductions à trop trop trop long terme, du maquillage quoi! Je l’imaginais avec une face de clown…

Après quelques reportages, environ quinze minutes, j’ai éteint la télé par manque d’intérêt, j’imagine assez bien avec quelle rapidité ça se serait passé si au lieu de Radio-Canada j’avais écouté les nouvelles TVA ou pire, (le futur dépotoir) TQS (je sais, je sais, c’est facile)… Pour ceux qui écoutent notre télévision dans tous ses États, ne trouvez-vous pas comme moi que Bernard Derome commence sérieusement à en arracher? Faute d’élision par-ci, trou de mémoire par là, déconcentration, humour douteux, mâchouillage de mots, et je pourrais continuer longtemps comme ça! Mais je m’éloigne. (Et je me sens comme un pigeon chiant sur un monument…)

Donc, voilà, je cherche sur le web quelque chose sur la sortie de John Baird, mais rien, nada, niet! Juste comme je pense abandonner et me rabattre à continuer d’errer dans ce billet au gré des flots de ma cervelle sans sujet d’attache précis, un courriel atterrit dans mon « Mail » et me cligne de l’oeil de son signal rouge : le webmestre du journal Le Devoir m’annonce l’arrivée de la nouvelle édition en ligne auquel j’ai droit en entier puisque je suis abonné! Je m’y rends nerveusement dans l’expectative et je ne suis pas déçu. Ah! ce Dev, toujours là quand on a besoin de lui!

Il n’y a pas à dire, visiblement, ce plan sert surtout à faire croire aux Canadiens que le gouvernement de Stephen Harper s’inquiète de la qualité de l’air que leurs enfants et petits-enfants vont respirer, ce qui, dans un contexte retardataire, est doublement (payant ou enrageant?) :

« Le gouvernement Harper résumait hier ainsi ses objectifs: le Canada réduira, d’ici 2020, de 20 % ses émissions par rapport à leur niveau de 2006. Les émissions actuelles du Canada dépassent de 25 % celles de 1990 et de 32 % l’objectif de Kyoto. Si rien n’est fait, précisait John Baird hier, les émissions du Canada pourraient atteindre 940 Mt en 2020, ce qui dépasserait de 58 % le niveau de 1990. »

Ce qui est le plus surprenant, c’est que le « Canada s’achemine vers une pénalité minimale de 35 milliards pour non-respect du protocole de Kyoto ». Il doit être pas mal payant de polluer, polluons en coeur alors!

(Photo : Mosaiq)

Ce contenu a été publié dans Canada, environnement, humeur, télévision, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à John Baird et son plan du fond du coeur

  1. 35 milliards de $ en pénalité pour le Canada? J’ai hâte de voir ça.

    Sans une instance gouvernementale mondiale obligeant les nations à se conformer aux différents traités, cela semble utopique.

    Les conservateurs ignoreront ces amendes afin de gagner du temps pendant que leurs amis pétroliers encaisseront les profits.

  2. Eric Bondo dit :

    N’oubliez pas un truc. Les conservateurs sont toujours bons premiers dans les sondages.

    Sinon, ça ferait longtemps qu’on les aurait délogés de là.

    En bout de ligne, ils ont l’approbation de la population, et celle-ci préfère s’en câlisser si ça lui demande de :

    1. Prendre 15 minutes de son temps pour changer de gouvernement.

    2. Choisir autrement qu’entre bleu et rouge lorsqu’il s’agit de voter. La politique n’est pas un tabarnak de test à l’aveuglette entre Coke et Pepsi, ou une crisse de game de hockey Montréal-Toronto. (hum, pardon pour les gros mots)

    Je vous le dis, tenez-vous loin des cours d’eau et des plaques tectoniques, arrangez-vous pour être autonomes en énergie, eau et bouffe, parce que faut pas compter ni sur nos gouvernements, ni sur la démocratie pour empêcher le pire.

  3. Patrick Dion dit :

    Me font rire les conservateurs. Z’essaient de nous faire croire qu’ils ont l’environnement à coeur alors qu’ils n’en ont rien à cirer. Au lieu d’inventer des programmes ridicules pour mieux cacher les émissions polluantes, ils devraient plutôt inciter les entreprises à baisser leur consommation à la source! Ce qu’ils font, c’est de balayer la poussière en-dessous du lit.

  4. Davidg dit :

    En paraphrasant Patrick Dion.

    Me font rire les libéraux. Z’essaient de nous faire croire qu’ils ont l’environnement à coeur alors qu’ils n’en ont rien à cirer. Au lieu de signer Kyoto et de faire un show de boucane en frappant avec un marteau comme le fils à papa Dion à Montréal dans le but de remplacer Paul Martin, ils devraient plutôt faire comme les conservateurs et prétendre que le réchauffement de la planète est un complot socialiste. Ce qu’ils font, c’est de balayer la poussière en-dessous du lit.

    Au moins, les conservateurs sont moins hypocrites que les libéraux qui ont toujours fait semblant de protéger l’environnemement alors que dans les faits, les politiques conservatrices ne sont pas pires (et probablement moins pires) que celles des libéraux.

  5. J’ai aussi remarqué pour ton commentaire sur Bernard Derome… Faudrait qu’ils arrêtent de le sortir et de le remettre à la retraite… On dirait que ça le magane 😉

  6. Davidg dit :

    C’était une décision de cave que de ne pas laisser le poste de lectrice principale à plein temps à madame Galipote pour le redonner à Derome.

    Tout de même, les nouvelles de Radio-Cadans sont quand même moins pire qu’à TVYA surtout avec Bière Mrudeau l’enrhubé berbabent et a fortiori à Ti-Cul-S.

  7. Davidg dit :

    Radio-CadNAs!

  8. Jimmy,

    alors, il n’y a pas d’instances internationales? Il me semblait que oui…

    Eric Bondo,

    « Les conservateurs sont toujours bons premiers dans les sondages. »

    Parle-moi-z-en pas…

    Patrick Dion,

    « c’est de balayer la poussière en-dessous du lit. »

    ou mieux, en dessous du tapis! 😉

    Davidg,

    « Au moins, les conservateurs sont moins hypocrites que les libéraux qui ont toujours fait semblant de protéger l’environnemement alors que dans les faits, les politiques conservatrices ne sont pas pires (et probablement moins pires) que celles des libéraux. »

    je ne peux pas te donner tort là-dessus!

  9. @Renart

    Le droit international place les États au sommet de la pyramide politique et même une organisation comme l’ONU n’a théoriquement pas de pouvoir sur un État, à moins de l’envahir, bien sûr.

    On peut émettre des amendes à un pays, mais il peut refuser de les payer. C’est un peu comme les pénalités que l’Allemagne devait payer après la première guerre mondiale et le traité de Versailles. Elle ne l’est a jamais payée totalement avec le refus de Hitler.

  10. Ostide dit :

    À un middlename près, John Baird est aussi le nom de l’inventeur de la télévision. Un signe?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *