Jim Flaherty et la ronde des déficits

Jim Flaherty tournant.jpgTelle la grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf, le déficit canadien gonfle, passant d’une estimation trop conservatrice… de 33,7 milliards à une estimation plus réaliste de 50,2 milliards. Ça n’augure pas bien pour l’automne électoral. Enfin, pour certains.

(Pour lire la suite, ça se passe du côté de BRANCHEZ-VOUS! Et si vous voulez absolument laisser un commentaire ici à ce sujet, prenez la peine d’aller lire le billet au complet… une redite est si vite arrivée! 😉 )

Ce contenu a été publié dans Canada, économie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Jim Flaherty et la ronde des déficits

  1. Quand la drouate étatiste sombre dans les déficits, c’est correct, mais quand c’est la gau-gauche étatiste, c’est grave, SURTOUT SI CE SONT DES MÉCHANTS SÉPARATISTES!

  2. Hahahahah! Bien vrai. Quel est le dénominateur commun… une gestion trop étatiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *