Jean Barbe l’arroseur serait-il vraiment arrosé?

 

Jean Barbe devait bien se douter que de pointer une ancienne faute de Raymond Bachand ferait ressortir cette histoire en lien avec un jugement rendu par le Tribunal canadien des droits de la personne. Sous le thème de « l’arroseur arrosé », j’ai vu passer le lien vers le jugement sur Twitter, dans les commentaires de la Clique du Plateau, on me l’a pointé en privé et un chroniqueur du Journal de Québec s’en est servi pour casser du sucre sur le dos de l’écrivain.

Oui, il a été reconnu coupable de harcèlement sexuel. Mais il n’a pas été se défendre en cour, comme il l’expliquait en 2008 à l’émission Tout le monde en parle :


TLMEP Jean Barbe par JSX2006

 

Donc, voilà, malgré ce jugement on peut comprendre que c’est encore et toujours sa parole contre celle de la plaignante puisqu’il clame toujours son innocence. Et il a pour se défendre, comme il l’affirmait, une lettre signée par beaucoup de gens qui les côtoyaient dans leur milieu de travail et qui jurent qu’ils n’ont jamais été témoins de quoi que soit.

Rendu-là, on a le choix de le croire ou non. Pour ma part, je le crois sincère. Mais en fait, avant même que j’écoute cette vidéo, je trouvais que de pointer cette histoire ancienne ne tenait pas la route. Il a toujours été question pour Jean Barbe de faire un comparatif. Oui, le fait de faire mal paraître Raymond Bachand pour le bien de la démonstration n’est pas à prendre à la légère (je crois que l’auteur savait très bien dans quoi il s’embarquait), mais bon, comme on dit, la fin justifie les moyens. Il était question de comparer, dans deux situations, l’inacceptable et son corolaire. Des jeunes qui bloquent le centre-ville et qui se font matraquer, contre un homme saoul insistant qui ne se fait pas matraquer par les possibles poings d’un conjoint jaloux. Je crois personnellement que le jeu en valait la chandelle, bien sûr dans l’optique où le message n’est pas détourné, ni exagéré. Par contre, on le voit bien, ça n’a pas été le cas. Ça a explosé, et c’est parti dans tous les sens.

Dans ces conditions, pointer ce jugement me semble une dérive. Ce n’est pas le harcèlement le noeud du problème, mais bien l’inacceptable et la réaction à ce fait. Barbe ne dit pas simplement à Bachand que son comportement était inacceptable, mais bien que lui-même n’a pas réagi avec violence devant ce fait alors que des étudiants ont été matraqués (parce que ce serait inacceptable de bloquer le centre-ville). Si on essaye de faire un parallèle avec son histoire en lien avec Mireille Des Rosiers, c’est impossible, puisqu’il manque le corolaire : la réaction. La Justice avait à juger du caractère inacceptable des gestes allégués à Jean Barbe et c’est ce même système de justice qui a tranché en la faveur de la plaignante. Il a fait face au verdict, donc il a payé alors qu’il clame toujours son innocence. Cette histoire ne pourrait servir de comparatif. Nous savons déjà que le harcèlement sexuel est inacceptable et le procès en question ne faisait que s’appuyer sur cette évidence.

À mon sens, même si dans le fond il était coupable d’avoir fait ce qu’on lui reproche, ça ne lui enlèverait aucune légitimité d’avoir fait sa démonstration. Parce que son but n’était pas d’accuser à rebours Raymond Bachand de harcèlement à caractère sexuel. Il s’en est bien défendu d’ailleurs et si le ministre va plus loin dans son désir de poursuite, cela va assurément tomber à plat. Quoique…

C’est en mélangeant tout qu’on arrive à considérer que Jean Barbe est l’arroseur arrosé. Et avec le doute très raisonnable de sa non-culpabilité relativement à Mireille Des Rosiers, il ne reste pas grand-chose qui se tienne.

Alors, on peut retourner sur le chemin principal : est-ce que c’est acceptable de laisser la police matraquer des manifestants?

(Photo : jepoirrier)

Ce contenu a été publié dans société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Jean Barbe l’arroseur serait-il vraiment arrosé?

  1. gillac dit :

    Vous avez vu la police matraquer les étudiants, vous? Quant à Barbe, ma mère lui aurait dit: quand on crache en l’air, cela nous retombe sur le nez…

  2. « Vous avez vu la police matraquer les étudiants, vous? »

    non, je n’y étais pas, et alors? Je peux croire sans voir…

  3. Les deux choses sont inacceptables. J’espère en tout cas que vous ne publierez pas votre roman chez Leméac parce qu’alors, on croira que vous défendez Barbe… à notre barbe! J’ai lu tout le procès de Barbe vs la soeur du poète Des Rosiers et c’est loin d’être aussi tranché. Quant aux manifestants, jamais ne devrait-on toucher à un enfant.

  4. Mathieu dit :

    Si on s’est attaqué physiquement à des jeunes sans raison (ex.: on s’en est pris à un policier ou à une autre personne), c’est mal. C’est indigne, c’est révoltant.

    Si on a harcelé une femme, c’est mal. C’est indigne, c’est révoltant.

    Peu importe ce qu’on a fait dans la vie, on conserve le droit de dénoncer, on l’a toujours.

    Mais disons que l’exemple qu’il a choisi (où tout laisse croire à une histoire véridique d’harcèlement sexuel), alors que lui n’aurait pas un dossier plus reluisant en la matière, c’était pas fort de sa part.

    Il aura réussi à faire oublier le but de son article, où il voulait montrer l’exemple au Ministre, et le substituer par son propre exemple en la matière.

    Je crois que j’ai eu la même grand-mère que M. Gillac…

  5. Mathieu dit :

    On peut aussi apprécier toute sa personne sur Twitter (tolérant, respectueux, etc.). Un modèle de vertu.

    *Sarcasme*

  6. Pathétique votre tentative de défendre Barbe. Lisez la décision du Tribunal des Droits de la Personne. Je doute qu’un gars qui prétend être victime d’un coup monté, mais n’a pas senti le besoin de se défendre ou de donner sa version des faits puisse être crédible.

    Son parallèle avec le supposé geste de Bachand (qu’il contredit lui-même) est tellement boîteux qu’il en est ridicule. Bachand n’a pas envoyé les flics tapoché sur des manifestants. Ceux-ci se sont fait tapoché quand ils ont tenté de bloquer violement l’accès à un hotel, malgré les mises-en-garde de la police. J’aurais fait pareil.

    Défendre la cause étudiante est une chose. Mais Barbe a fait un fou de lui et a détruit sa crédibilité en empruntant le chemin qu’il a choisi.

  7. Alain S. dit :

    Juger un individu d’après une décision rendue par le Tribunal des Droits de la Personne, c’est douteux. Nous avons déjà un système au civil et au criminel, et ça suffit. En regard de la Justice, un para-tribunal de pacotille comme le TDP n’engendre qu’arbitraire et palabres.

    Juger un communicateur qui, à propos d’une personnalité publique, nous sert un ad hominem borderline diffamatoire, sous forme d’analogie foireuse, c’est autre chose. Libre à vous de croire que la fin justifie les moyens. En regard de l’Éthique, j’y vois rien de bon.

  8. fernet g dit :

    Je débuterai en vous disant que je suis en faveur du gel des frais de scolarité.
    Ceci dit,je ne voulais pas intervenir mais je ne peux me retenir, votre article démontre un parti pris évident et aveuglé. J’ai lu dans le menu détail le jugement très crédible que vous qualifiez en disant qu’il maintient un doute très raisonnable de non-culpabilité?? Aucun collègue à l’époque (ni aujourd’hui d’ailleurs) n’est allé témoigné en faveur de Barbe ni en faveur de Des Rosiers.Phénomème fréquent dont j’ai été témoin dans des secteurs autres que le milieu artistique. Tout le monde se cache et n’a rien vu.
    Votre conclusion en forme de question est biaisée, premièrement vous affirmez qu’il y a eu matraquage sans l’avoir vu, moi je n’ai pas vu de matraquage, j’ai vu des manifestants chauffés à bloc tenter de faire perdre patience aux policiers. Tactique connue qui est enseigné par les groupes activistes. Et puis bof! ça sert à rien de continuer…

  9. Il y a eu matraquage. Des vidéos sur Youtube le montrent. Vous êtes incapables de vérifier? Je suis également témoin oculaire. Ajoutons aussi le poivre de cayenne qui a été surutilisé. Plus de vingt personnes, surtout des jeunes, mais des plus vieux/vieilles aussi, ont été intoxiqué-e-s.


    1min25.

    Je n’ai pas observé d’agression de la part des manifestant-e-s, mais bien une désobéissance civile active. Je n’ai vu personne non plus répliquer à la violence policière. 2-3 balles de neige minuscules, seulement, lancées en « balloune ».

    Je n’irais pas jusqu’à dire qu’on l’a cherché, mais le poivre de cayenne, on s’y attendait, puisque plusieurs personnes ont formé une chaîne humaine pour empêcher les flics de briser le blocage de l’Hôtel Delta, et puis ensuite, plusieurs ont tenté de repousser la ligne de flics en criant « Oh-hisse ». Mais personne ne s’attendait à une telle quantité de poivre déversée comme ça sur une foule compacte.

  10. fernet g dit :

    J’ai regardé et je vois 2 coups de matraque sur les pads de l’activiste suivi bien sur par son photographe et un autre sur un bouclier. Le policier se sentait-il menacé? Il est tombé dans la trappe tenduec’est certain.
    Cette technique est enseigné aux activistes si vous n’avez pas suivi cette formation….http://www.subsociety.org/actiondirecte.php#bouclier

  11. Francine Allard,

    si j’étais assez opportuniste pour seulement me concocter une opinion dans le but d’avoir les bonnes grâces de Jean Barbe, je n’aurais pas publié mon texte où je remettais en question son choix (ainsi que celui de plusieurs autres) de participer au Huffington Post Québec :

    http:///blog/2011/12/un-tapis-rouge-souille-pour-le-huffington-post/

    Il s’est désisté d’ailleurs, comme la majorité d’entre eux.

    Aussi, il me semble qu’il n’est plus avec Léméac. De toute façon, si par bonheur Léméac me publiait, cette suspicion me semblerait bien secondaire.

    Mouton Marron,

    merci de me confirmer que Jean Barbe n’a pas inventé le matraquage pour le plaisir de faire « une analogie foireuse »…

  12. Sauf que si Bachand n’a rien fait de mal, il s’agirait de propos diffamatoires, ce qui est inacceptable…mais sans matraquages…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *