François Legault, Jean-Martin Aussant et la souveraineté

Hier, je relayais sur Twitter l’excellente entrevue que donnait Jean-Martin Aussant à Mathieu Bock-Côté, en citant au passage un court extrait :

 

avant d’être à gauche ou d’être à droite, il faut être.

 

Pour le remettre en contexte, cela était une réponse à l’idée qu’il faudrait, selon certains (dont François Legault, le chef de l’équipe CAQ), mettre de côté le débat en lien avec la souveraineté du Québec pour se consacrer seulement à l’axe gauche-droite.

Justement, j’ai eu l’insigne honneur de recevoir à ce message Twitter une réponse de François Legault, qui va comme suit :

 

Voilà le problème des purs et durs de la souveraineté: Avant le Grand Soir, on ne fait rien !

 

À la lecture de ce message, on a l’impression que le chef de la CAQ n’a pas lu, ni l’entrevue, ni le programme d’Option nationale (que l’on peut survoler via un document synthétisant ses grandes lignes). Un et l’autre (plus le programme que l’entrevue) montrent que le parti de Jean-Martin Aussant se positionne aussi au niveau de l’axe gauche-droite, au-delà de son parti-pris souverainiste.

Donc, si je puis interpréter le message de Legault, il consiste à dire que d’inclure la souveraineté comme solution à des problèmes socio-politiques est équivalent à ne rien faire. C’est plutôt étrange, puisque son ancien parti, le PQ, a déjà « fait » des choses dans le passé tout en étant souverainiste. Mais peut-être que je sous-estime l’importance de l’expression « des purs et durs de la souveraineté » dans mon analyse. Quoi qu’il en soit, comme je le démontre plus haut, si Jean-Martin Aussant est bien à mettre dans le lot « des purs et durs de la souveraineté », ça n’enlève pas le fait que son parti penche quand même pas mal à gauche, comme il est évident que la CAQ penche à droite.

Alors, j’en arrive à la conclusion que François Legault tente de me convaincre que sa position de balayer la question nationale sous le tapis pour faire avancer le Québec est la meilleure, tout cela en induisant que la souveraineté du Québec n’est pas une solution envisageable et qu’il faut absolument que le Québec évolue dans le cadre canadien. Parce qu’au-delà de ça, il est clair que tous les partis ont une offre de gouvernance et qu’elle se positionne obligatoirement dans l’axe gauche-droite (mis à part « La Coalition pour la Constituante » qui veux seulement faire « une réforme complète de notre système politique »).

Peut-être que j’ai mal compris, alors j’inviterais M. Legault à nous expliquer plus amplement, ici sur Le Globe, sa vision des partis souverainistes versus son offre politique, ce qui serait très intéressant en vue des élections qui s’en viennent.

Ce contenu a été publié dans politique, Québec, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à François Legault, Jean-Martin Aussant et la souveraineté

  1. Moulinneuf dit :

    Élodie Gagnon-Martin aka MisterP aka pierre morin.

    Le laisseras pas parler librement , ni non plus ses argentiés.

    Il a rien a dire de nouveau, ni d’intéressant et il est un pantin de la même espèce que Charest et Marois , il vas mentir pour se faire élire et devenir sénile une fois au pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *