En direct de quelques petites tempêtes

C’est directement de la tempête qui se poursuit dans ma tête que je vous écris. Je viens de tomber sur la magnifique histoire d’un enseignant qui a concocté une drôle de question dans un cahier servant au cours Éthique et culture religieuse pour des jeunes de 12-13 ans :

Indiques [sic] tes caractéristiques, tes goûts et tes intérêts : 1) Je suis un garçon:_________, Une fille: __________ Je ne sais pas encore ________

Mario Asselin semble se ranger du côté de l’enseignant Daniel Gougeon, tandis que Le Tviste va jusqu’à dire qu’on devrait arrêter de donner ce cours. Pour ma part, presque à froid… je trouve simplement qu’il y a trop de libertés pour les rédacteurs de ces cahiers, puisque le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport n’a « rien à voir avec [le] contenu ». Mais vous verrez plus tard que si ça pouvait être aussi simple…

C’est parce que si on regarde la question au premier degré, ça n’a pas de sens, enfin, ce n’est pas clair. On en vient à penser aux rares cas d’ambiguïtés sexuelles, dont l’hermaphrodisme, tant la question est… ambiguë! On mélange un fait biologique à des considérations d’identité sexuelle qui, quand on repense à la clientèle cible, semblent inappropriées. Discuter de ce sujet est bien trop important pour l’introduire de cette manière, à mon avis.

Et là, en cherchant le contexte de ladite entrée de formulaire sur le blogue Mario tout de go, soit le document complet, sans le trouver, je me suis laissé entraîné dans la section commentaire où Daniel Gougeon s’exprime par rapport aux critiques :

Ce passage un peu saugrenu ne fait effectivement pas partie du programme d’ÉCR. Il n’a pas non plus pour objet d’amorcer une situation d’apprentissage. Il est là pour rendre moins banale la fameuse question posée partout dans tous les questionnaires et formulaires administratifs sur l’identité de quelqu’un. C’est là pour surprendre, peut-être pour faire sourire, mais en faire la psychanalyse constitue un dérapage.

OK, je comprends, c’est seulement une coquetterie… Tout ça est finalement une tempête dans un verre d’eau ultra design!

Et je regarde dehors, la neige qui recouvre la rue, le vent qui se lève, parfait pour déraper…

(Photo : gmayster01)

Ce contenu a été publié dans opinions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à En direct de quelques petites tempêtes

  1. André Legrand dit :

    Bonjour,

    J’ai une opinon _____

    J’ai aucune opinon _____

    J’ai peut-être une opinon _____

    Toutes les réponses sont bonnes _____

    Aucune de ces réponses est bonne _____

    André Legrand

  2. Le pelleteux de nuages de lologue de l’UQAM qui a écrit cette question-là devrait perdre sa job. Ça devrait être criminel de jouer avec la santé psychologique de jeunes enfants comme ça.

    Franchement, si tu as une queue entre les jambes, c’est que tu es un gars, si tu n’en a pas, c’est que tu es une fille, point! Il n’y a pas de peut-être et on ne peut pas être entre deux chaises quand il est question de notre sexe. Tu es l’un ou l’autre, de par la nature qui a décidé de ton sexe (biologie 101).

    Mais bon, ça va avec le reste de ce cours inutile où, en secondaire 4, il faut chanter les louanges de la Mère Térésa des pauvres de Culbec suicidaire, en plus d’inculquer à nos jeunes les pires théories fémi-fascistes de bas étages.

    Je pense, donc tu suis! Vive le Monopole de la Propagande du Culbec, s’tie!

  3. Cybèle Yves dit :

    Je trouve cela stupide de s’énerver le poil des jambes pour une question comme cela. Voyons, soyons sérieux. Tous les jeunes de 12 et 13 ans que je connais, en riraient.

    Par contre, la photo de la tempête, magnifique!

  4. André Legrand,

    j’ai compris le procédé, mais quelle est la cible?

    Jean-Luc Proulx,

    « Vive le Monopole de la Propagande du Culbec, s’tie! »

    question propagande, t’es pas pire toi aussi… 😉

    Cybèles Yves,

    « Je trouve cela stupide »

    c’est sympathique…

    « Par contre, la photo de la tempête, magnifique! »

    en effet, mais elle est pas de moi. Mais je peux me péter un peu les bretelles, je fais de belles découvertes.

  5. @ Renart.

    Euh? Prouve-moi propagandiste!

  6. Ha ha ha!

    Propagande :

    « Action systématique exercée sur l’opinion publique pour l’amener à accepter certaines idées ou doctrines. »

  7. Je m’inquiète de l’étonnante masse de débilités qui se sont dites dans les médias au sujet de l’identité sexuelle des jeunes. Apparemment, c’est permis d’envoyer un garçon faire des « activités de garçon », et d’envoyer une fille faire des « activités de fille », mais c’est un « viol moral » (dixit D. Bombardier) que de leur demander comment les jeunes se sentent réellement.

  8. Mouton Marron,

    je viens tout juste de tenter, sans succès, de laisser ce commentaire sur ton blogue à la suite de ton billet à ce sujet :

    Pour ma part, je n’ai absolument rien contre le fait de discuter de l’identité sexuelle. Mais de là à l’amener de cette manière, je trouvais ça « so so »…

    Quand même, il y a à la sexualité un côté concret et un côté sujet à interprétation. Qu’un homme (qui a un pénis entre les jambes) se sente femme est tout à fait acceptable, mais il lui manque un cheminement psychologique et chirurgical pour l’être vraiment. Dans le sens où les mots ont un sens, que le relativisme a ses limites!

    Et puis, être conscient de son sexe (réel) ne me semble rien empêcher, il n’y a que ceux qui sont aux prises avec un problème comme la dysphorie de genre pour vivre ça très mal.

    Le problème avec ton blogue, ta section commentaire, c’est que je n’ai pas pu y coller mon commentaire (je n’écris jamais directement sur un blogue). Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, et il me semble que c’était aussi sur un « blogspot »…

  9. lutopium dit :

    « Par la voix du député péquiste Pierre Curzi, le Parti Québécois exige du gouvernement de Jean Charest l’abolition des cours d’éthique et de culture religieuse dans les écoles du Québec.

    En effet, une étude conclut que ce cours occulte la culture québécoise au profit du multiculturalisme canadien…. »

    Voilà… ça dérape encore. Pendant ce temps, les bourgeois jouent au golf et rigolent de nous voir aller…

  10. Renart: Zut de flûte. Je pensais être le seul à connaître ce problème, mon ordinateur étant aussi incohérent qu’un personnage de Watatatow. Il faut vraiment insister pour signer un commentaire sur mon blogue et cliquer plusieurs fois sur « réessayer ». Je ne sais pas pourquoi mon blogue se conduit comme ça, c’est un mystère. J’ai pensé déménager sur WordPress (où je tiens déjà un blogue littéraire) pour me débarasser des inconvénients de Blogger, mais à moins que je veuille payer il semble que la personnalisation sur ce site soit très limitée.

    Dommage, ton commentaire était pertinent.

    Quand je veux parler d’un homme (qui a un pénis entre les jambes) sans avoir toujours référence à des organes génitaux, j’utilise le terme « mâle ». 😉

    Je pense en effet que changer de sexe définitivement et chirurgicalement, peu importe comment on se sent à l’intérieur, est un long cheminement. Mais les gens n’ont pas besoin de passer au bistouri pour décider de leur identité. L’identité ne se limite pas à une série de détails biologiques: c’est un ensemble de comportements et de sentiments, de réactions face aux évènements. Ma coloc, sociologue, était surprise d’apprendre il y a quelques temps que bien que les hormones puissent provoquer des changements comportementaux, l’inverse est aussi vrai: des comportements peuvent infléchir nos hormones. Ce qu’il faut conclure, selon moi, c’est que l’identité sexuelle est largement une construction culturelle et sociale. Pas le genre! L’identité.

    En cela, la question du cahier d’exercice d’ECR n’est pas aussi choquante qu’elle en a l’air. Par contre, nous serions en droit de nous demander s’il ne peut y avoir que deux identités sexuelles, et que ceux et celles qui hésitent n’ont tout simplement pas encore choisi (l’exercice dit « je ne sais pas ENCORE »). Ne pourrions-nous pas tout simplement avoir une identité sexuelle variable, ou indéterminée?

    Peut-être que simplement, l’identité sexuelle telle qu’encore comprise aujourd’hui devrait disparaître de notre société!

    Dans tous les cas, c’est en effet mal formulé et sans doute sorti d’un esprit naïf et moins prudent – ou plus butché – qu’il n’y paraît. La question suivante, comme je l’ai noté sur mon blogue, reprend la théorie des humeurs et utilise plusieurs mots qui ne sont plus du tout répandus dans le français courant du XXIe siècle. On dirait en bref que chaque question de ce petit exercice demande au moins vingt minutes d’explications. Or ce n’est pas le but. C’est juste un petit questionnaire poche sur « tes caractéristiques ».

    Pas fort, l’auteur.

    Les chromosomes (la nature!) eux-mêmes nous jouent des tours sur l’identification de notre sexe. Il existe par exemple des femmes XY. Comme le disait la belette lachinoise, la bipolarité absolue des sexes est un mythe (http://cestuncoupdebelette.wordpress.com/2009/03/28/en-reprise-la-bipolarite-absolue-des-sexes-est-un-mythe/).

  11. Cybèle Yves dit :

    « c’est sympathique…  »

    Renart, je ne crois pas que tu t’énerves le poile des jambes! Je dirais plutôt que tu te poses des questions.

    Je fais référence à certain commentaire publier sur le lien que tu fournis.

  12. Cybèle Yves,

    ah! OK! 😉

    Savignac,

    j’ai porté une attention minimale à cette question et pourtant je ne le vois pas ainsi, enfin, pour l’instant.

    Il n’est pas impossible que j’y réagisse prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *