Coupures à Radio-Canada : un moins pour un plus?

Crédit : Jean Faucher

 

Dans un reportage du Téléjournal, à propos des coupures à Radio-Canada, on faisait ressortir qu’il était possible de changer la manière de faire pour en faire autant, mais à moindre coût. Je trouvais que c’était une bonne nouvelle, mais il reste que cela représente quand même beaucoup de mises à pied. Des gens qui ne vont sans doute pas se retrouver un emploi du jour au lendemain, ce qui va mettre de la pression sur le système d’assurance-emploi. Et surtout, des drames.

Pour ce qui est de la gouvernance conservatrice de Stephen Harper, il est bien certain que ce choix de sabrer la télévision d’État n’est pas innocent. À défaut de pouvoir prendre le contrôle idéologique de Radio-Canada, il vaut mieux lui mettre des bâtons dans les roues. Et puis, électoralement, il est bien certain que les électeurs partisans du tout privé vont se le rappeler la prochaine fois qu’ils iront aux urnes. D’ailleurs, il ne serait pas surprenant que la saignée se poursuive d’ici là pour cette raison.

Au niveau québécois, j’espère que la blessure ne finira jamais de guérir. Et qu’un prochain gouvernement autre que libéral fera de Télé-Québec un joueur égal aux autres chaînes en lui octroyant plus de moyens financiers. Parce qu’il ne faut pas se leurrer, malgré la qualité indéniable de cette station, elle ne vole pas bien bien plus haut qu’une chaîne locale, parce qu’il y manque d’argent, justement. Le Québec pourrait avoir une télé d’État digne de ce nom, quoi qu’en pense Pierre Karl Péladeau. En parlant de lui, il a bien dû s’ouvrir une bouteille de champagne en apprenant que son compétiteur se voyait amputé de 200 millions.

Pour moi, cela ne fait que s’ajouter à mon désir de voir le peuple du Québec se prendre en main hors de ce Canada que même le champion de boxe Justin Trudeau ne reconnaît plus. Ça serait alors vraiment un moins pour un plus.

(Image : Jean Faucher)

Ce contenu a été publié dans Canada, politique, Québec, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Coupures à Radio-Canada : un moins pour un plus?

  1. Jean Faucher dit :

    Nellie Radio-Canada,

    D’abord, bien que je sois l’auteur des images que je publie sur Facebook, celles-ci ne représentent pas nécessairement mon opinion sur les sujets dont elles traitent. Après, ce que les gens en font est hors de mon contrôle.

    Ensuite, au regard des commentaires – et de l’indignation, que cette image suscite, je m’étonne que vous ne réalisiez pas l’appui à votre cause qu’elle représente de par les centaines de partages dont elle fait l’objet. Vous croyez vraiment que, par cette publicité, l’intention de toutes ces personnes est de vous dénigrer?

    Enfin, vous semblez ne pas comprendre que ce sont ces coupures -et leurs effets indéniables, que les gens déplorent, que c’est des centaines de travailleurs-euses qui perdent leur emploi dont ils s’inquiètent, et non pas de votre capacité à être « partout, pour tous » malgré ces compressions! Bref, vous faites fausse route à bord d’une indignation injustifiée.

    Personnellement, je ne me fais pas d’illusion sur ce gouvernement de psychopathes. Je vous souhaite de perdre les vôtres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *