Y’a de la haine dans l’air…

En cette ère post-attentat au Métropolis (parce qu’il ne faut pas dire « Attentat contre Pauline Marois » ou « Attentat contre les péquistes »), la haine est dans l’air, contrairement à ce que l’on voudrait : que l’amour soit dans l’air.

Non, pas cette haine ouverte qui saute aux yeux, mais celle qui pourrie même les pensées des plus modérés. Oui, celle qui m’accompagnait plus tôt alors que je partageais sur les deux plus populaires médias sociaux un merveilleux texte d’une anglophone s’avouant d’abord Québécoise, et en extra souverainiste, et un autre d’un francophone, habitant du « West Island », qui pointe le déni pur et simple de ses amis et voisins anglophones face au geste de Richard Henry Bain, alors que pour lui cela serait l’occasion de prendre conscience de leur discours intolérant « à l’égard de l’option souverainiste ».

Cette haine qui colore l’ambiance au point où j’ai l’impression de jouer à la victime en ce moment, ce qui en rien n’encourage la réflexion, l’analyse et, par ricochet, le dialogue.

Cette haine sourde qui fait que je me sens mal de critiquer un anglophone ouvertement francophobe par peur de blesser un ami anglophone, même si ma raison me dit que cet ami ne peut pas prendre la défense du francophobe, comme il ne peut pas prendre la défense de Bain.

Cette haine qui fait en sorte que le plus petit désaccord sur la manière de voir toute cette histoire, même seulement du côté des francophones, devient un très grand désaccord.

Donc, cette haine qui fait en sorte que je sens des amitiés fragiles…

Si je peux donner une explication à deux cennes, ce sont sûrement les résidus de cette haine intense qui a été évacuée ce soir-là. Peut-être que comme en physique il y a des réverbérations à la haine.

Si cela s’avère, ce qu’il y a de bien, c’est que donc, l’amour aussi…

Ce contenu a été publié dans société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Y’a de la haine dans l’air…

  1. Encore une fois, le beef de nos parents, pas le nôtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *