Une histoire de plagiat et d’éducation

J’ai une histoire à vous raconter. Vous vous douterez bien que ça m’a un peu remué. Un blogueur et utilisateur de Twitter, signant HotkimO, a dénoncé un plagiat dont il était victime. Un jeune (d’environ 15 ans) a copié-collé sur son blogue un billet en ne spécifiant pas la source (son blogue se composait presque exclusivement d’articles glanés ici et là sur le web, sans pointer les originaux). Assez rapidement, une blogueuse, Décibelle, a publié un billet dénonçant la chose.

Le jeune en question a réagi à ce billet en demandant en commentaire que la blogueuse retire l’hyperlien qui pointe vers son blogue, sous peine de poursuites judiciaires parce qu’elle violerait sa propriété intellectuelle… J’avoue d’emblée que ma réaction a été très sarcastique, même s’il s’agit d’un jeune, et surtout parce qu’il s’autoproclame webmestre (je pense que tout webmestre qui se respecte n’a pas besoin de se faire expliquer qu’un hyperlien n’est pas le contenu!) et que son français est complètement nul.

Il s’en est suivi quelques échanges sur le blogue de Décibelle et sur Twitter, de son côté souvent extrêmement grossier, autant envers moi qu’envers d’autres, des « tyl » (lire : ta yeule!) et une utilisation outrancière des majuscules (qui comme on le sait signifie qu’on hurle). La cerise sur le sundae, il a fini par répondre avec des « #%#@$$#@$%#$@!$ »!

Mais bon, il a quand même fini par enlever le billet plagié (et à ajouter les sources des articles). Même qu’il a publié un court billet d’excuses envers le blogueur. Ce qui est le plus drôle, c’est son explication : « C’est pourquoi j’ai retire (sic) le lien […] qui allait contre les principes » d’HotkimO. Visiblement, il ne comprend pas qu’il violait plutôt le principe général du droit d’auteur, au-delà du particulier…

Dans le fond, si je vous parle de tout ça, c’est qu’une utilisatrice de Twitter et blogueuse a publié un billet nommé : « Que celui qui n’a jamais commis d’erreur lui lançe (sic) la première pierre… » Le titre dit tout. Les gens qui comme moi ont réagi fortement à son geste et à ses commentaires sont pour elle totalement fautifs :

je comprends que la vie de ces personnes est tellement vide qu’elles condamnent un adolescent en ajoutant à la situation, déjà insultante, des attaques personnelles et de l’acharnement???

Je ne sais pas pour les autres, mais pour ma part je crois que ce jeune se devait d’être confronté aux conséquences de son geste et de ses agissements sur le web (obligatoirement par des internautes, puisqu’il est certain qu’il ne se dénoncera jamais de lui-même auprès de ses parents…). Et une bonne preuve de sa bonne volonté aurait été de le voir changer d’attitude (soit arrêter d’insulter) envers ceux qui comme moi n’étaient pas en mode je-te-pardonne-tout-parce-que-tu-es-jeune, ce qui n’a pas été le cas jusqu’au moment de publier ce billet.

Contrairement à ce qu’elle pense, j’ai une vie bien remplie, mais je croyais honnêtement que je pouvais apprendre des choses à ce jeune. Oui, oui, même en lui remettant en pleine face son mauvais français! Si on ne lui dit jamais que son français est médiocre (surtout quand il discute sur les blogues et sur Twitter) et que c’est dérangeant, est-ce qu’il va comprendre par lui-même? Je ne crois pas.

Donc, pour ce qui est de la question de l’éducation des enfants, je suis totalement contre ce que prône cette dernière en commentaire à la suite de son propre billet :

Dans ma philosophie éducationnelle, j’essaie de laisser les réprimandes de côté et de comprendre. Et dans ma philosophie de vie, j’essaie d’éviter le jugement au profit de l’accueil.

Je m’excuse, mais je vois cela comme le meilleur plan pour engendrer des enfants-rois (et le jeune en question semble en être visiblement un). Un enfant-roi peut faire tout ce qu’il veut, on va le comprendre! Qu’on ne se surprenne pas qu’il enfreigne les règles, on ne lui a jamais donné de balises! Pour ce qui est du respect, c’est une notion plutôt élastique pour lui puisqu’on ne l’exige pas a priori! Qu’on ne s’étonne pas qu’un de ces jeunes s’approprie des textes qui ne lui appartiennent pas, tout leur est dû, surtout l’indulgence devant leurs erreurs!

Je vais peut-être paraître vieux jeu, mais tout n’est vraiment pas à jeter aux poubelles dans les manières de faire de nos parents et ancêtres. Si on retire les sévices physiques et la cruauté mentale, il reste que les parents se doivent d’être des figures autoritaires, les métaphores vivantes du rapport avec les autres (sans oublier avec leurs biens, autant matériels qu’intellectuels).

Je vous le dis, on va malheureusement vivre avec les conséquences de cette dérape éducationnelle.

(Photo : gregoryf_44)

Ce contenu a été publié dans éducation, français, opinions, société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

40 réponses à Une histoire de plagiat et d’éducation

  1. Bravo! Encore une fois!

    Un seul bémol: la dernière phrase. Je ne crois pas qu’il faille généraliser ce cas à toute une génération. Personnellement, je suis un peu fatigué qu’on parle « d’enfants rois » pour marquer toute une généartion alors que, tant qu’à généraliser, parlons-donc de parents démissionnaires à éduquer leurs enfants… faute de temps (!!!???). Ils ont tout remis dans les mains de l’école alors qu’ils ont oublié que le premier éducateur de l’enfant est le parent.

    Parents, vous manquez de temps pour élever vos enfants? De grâce, n’en faites pas! Avoir un enfant est toute une responsabilité. Il faut en être bien conscient avant même de penser à se reproduire!

  2. Claudy Harvey dit :

    Chanceux que nous sommes cher Renart de ne pas élever des enfants communs… :)))

    Ceci dit, je l’ai dis et le répète « for the record », le jeune en question avait DÉJÀ fait des excuses, enlevé les articles en question et mis sur son blogue des excuses et une recherche sur le plagiat AVANT que Decibelle écrive sur son blogue et que la discusion dégénère…

    C’est à cause de ce détail que je trouve que certains se sont acharnés… Sur ce, on passe à autre chose tous?!?

    PS En passant, dans mon blogue je n’ai nommé personne et n’ai donné aucun lien afin de respecter l’anonymat des autres… J’aurais apprécié la réciproque…

  3. Sonia Sanfaçon dit :

    Je suis d’accord avec toi Pascal, à 100%. Ce jeune a beaucoup de choses à apprendre, et c’est tout à fait correct qu’il apprenne à assumer ses erreurs. En plus, dans toute cette histoire, toi et bien d’autres lui ont donné une foule d’informations pertinentes pour lui. À la limite, il devrait remercier tous ces gens.

  4. Rémi Rebel dit :

    Oups, tu me fait peur la, je vais retourner sur ce blog (pas très bon soit dit en passant,je viens d’en lire un peu le contenu, pas fort), il s’est abonner à mes twitter hier, il a dus me voir dans la liste de HotKimo. Je vais allez lire l’autre blog. Ouin, comme quoi twitter comme outil de promotion pour nos blogs, ça a ses désavantages.

    Rebel

  5. Patrick Poirier dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec ton intervention auprès de ce jeune, qui, pour l’avoir suivi, était respectueuse. Personne nait avec la science infuse. Et ce n’est pas vrai que, dans nos sociétés, nous pouvons faire tout ce que l’on veut, quand nous le voulons, et n’importe quoi.
    Certes, comme tu le dis, c’est l’ignorance des règles et des limites qui cause le genre d’erreur de ce blogueur débutant. Si personne ne lui apprend ces règles (surtout des règles de français), il reproduira ses erreurs. Nous formons une communauté virtuelle, certes, mais qui n’échappe pas aux règles de la société réel. Bon, je me relit et j’ai l’impression que je suis un tortionnaire autoritaire. La liberté, c’est de pouvoir manœuvrer, s’exprimer, penser sans brimer les autres. Et pour ça, ben ça nous prend des règles.
    Il faut intervenir lorsqu’on voit des choses incongrues sur le net, le cas d’Abitbol est un exemple de la vigilance dans la communauté virtuelle.

  6. Décibelle dit :

    Je suis désolée de contredire, mais c’est après les commentaires du billet (le mien) que le jeune a finalement retiré l’article plagié.
    Quand j’ai sorti le billet, l’article était toujours tel que mentionné par Hotkimo et nous étions déjà quelques-uns à lui avoir donné des conseils.
    Hotkimo lui a ENSUITE permis de laisser l’article en place en autant que le jeune mentionne la provenance.
    Le jeune a indiqué la source et après, il a écrit sur Twitter à Hotkimo et à moi de ne plus jamais mentionné son plagiat… si on souhaitait qu’il nous laisse tranquille.
    Hotkimo a répondu à ça: « Pardon? » Ce que j’ai perçu comme une indignation… possiblement avec raison.

    Ensuite, le jeune a commencé à me menacer de poursuites et s’est mis à insulter tous les gens qui ont fait des « RT » des mentions de Hotkimo et de moi. Ces gens, et je persiste et signe, qui sont fort probablement touchés de près ou de loin aux droits d’auteur et souvent eux-mêmes blogueurs.

    Quand il a vu que le sujet intéressait beaucoup de monde, là il a retiré son article. Il a ensuite fait un article sur le plagiat, nous a insulté à maintes reprises, a demandé de passer à autre chose alors que lui, il continuait de polluer mon blog et le Twitter de bien des gens. Il a traité ces gens d’attardés mentaux, il a souvent écrit des « tyl, ta yeule! » et est allé plus loin.

    Le problème est que, quand ça ne fait pas son affaire, il sort son lot d’insultes pour répliquer. Quand il prend conscience qu’il n’y a aucune matière à poursuite, c’est le même cirque. Si une personne pense le contraire, encore des insultes. Et la roue tourne…

    Celle qui a publié le billet mentionné ici : »Que celui qui n’a jamais commis d’erreur lui lançe (sic) la première pierre… » a pris pour acquis que j’insultais le jeune et que j’ai sauté sur l’occasion une fois l’erreur réparée, mais ce n’est pas le cas. De plus, en aucun cas je n’ai insulté ce jeune. J’ai fait mention d’un sujet qui m’intéresse, sans plus. Je ne l’ai pas traité de cave ou d’attardé mental. Ceux qui ont été témoins de toute l’histoire le savent, c’est le principal.

    Quand j’ai voulu commenter son billet, elle a effacé mon commentaire ainsi que les insultes du jeune répondant à ce commentaire. Je tentais d’expliquer le fil des événements, en bref, mais comme son idée est ancrée dans sa tête, elle a pris pour acquis ce que je viens d’expliquer.

    Même chose hier… le jeune a écrit un commentaire assez agressif suite au commentaire de Renart et il a été effacé. Pourtant, pour avoir une discussion franche, ça prend les avis de tous.

    Le pire dans tout ça est que j’ai donné des conseils au départ, comme plusieurs.

  7. Rémi Rebel dit :

    Ça cause toute une commission cette histoire là ! Je fait le tour de pas mal tout les blogs concernés et des commentaires laisser et moi, je pense juste qu’il a eu peur et qu’il est frustré, car il n’a pas l’air d’avoir compris. Il continu en ce moment même de parler de vous d’une façon assez cavalière disons.

  8. Décibelle dit :

    @Rémi

    Je sais ce qu’il dit, mais ça ne donne rien de tenter de l’arrêter.
    Il pourrait raconter n’importe quoi, ça ne changerait rien à ma vie.
    De toute façon, je ne suis pas du genre à répondre aux insultes.
    J’aurais juste préféré que le dénouement soit une belle leçon plutôt que de voir plusieurs personnes que j’estime se faire bombarder de messages.

  9. J’aurais bien des choses à dire là-dessus mais le commentaire sur le supposé vide de vos vies, c’est tellement éculé et ça ne devrait jamais servir comme « argument » dans une discussion.

    Je m’inquiète aussi de la qualité du français de ce jeune. Que se passe-t-il dans nos écoles pour que son français écrit soit aussi pauvre? Et quand je dis ça, je ne veux pas le pointer du doigt lui en tant que tel mais je trouve ça inquiétant car il est loin d’être le seul dans sa situation.

    On ne dénoncera jamais assez le plagiat et il faut commencer jeune parce que c’est un fléau qui existe à tous les niveaux, y compris à l’université. Mais ça doit avoir un lien avec notre peu de respect pour le travail intellectuel en général…

    Très pertinent ton billet, cher ami. 🙂

  10. gillac dit :

    Une école où les jeunes ne redoublent pas et où on baisse la barre à chaque année, des parents qui mettent sur le dos des profs les insuccès de leur progéniture, ça produit souvent des incompris.

  11. Vous parlez de lui comme s’il était un retardé social et que c’était la preuve de l’apocalypse dans le système éducatif.

    Et puis il est tout à fait possible d’être un-e parent-e non-autoritaire et de ne pas faire des enfant-rois. Je plains par contre les enfants qui vivent encore sous la menace d’un patriarche hystérique convaincu de les faire souffrir pour leur bien.

  12. Jocelyn Bourbonnais (alias jocbourb),

    « Je ne crois pas qu’il faille généraliser ce cas à toute une génération. »

    je ne vois pas où je généralise. Quand je parle des conséquences, j’ose espérer justement que ce n’est pas général, puisqu’il y a bien du monde qui se dresse contre cette situation.

    « parlons-donc de parents démissionnaires à éduquer leurs enfants »

    Ça me semble bien implicite au débat, comme la cause l’est pour le résultat.

    Claudy Harvey,

    « Ceci dit, je l’ai dis et le répète « for the record », le jeune en question avait DÉJÀ fait des excuses, enlevé les articles en question et mis sur son blogue des excuses et une recherche sur le plagiat AVANT que Decibelle écrive sur son blogue et que la discusion dégénère… »

    ça, je ne suis vraiment pas certain, puisque je me souviens de m’être dit que Décibelle avait publié vite. J’ai suivi ça une bonne partie de la nuit (de vendredi à samedi) jusqu’à ce que je me couche (tard). La description des événements qu’elle en fait plus bas m’apparaît tout à fait juste.

    « PS En passant, dans mon blogue je n’ai nommé personne et n’ai donné aucun lien afin de respecter l’anonymat des autres… J’aurais apprécié la réciproque… »

    Ça c’est un choix personnel et je vais te répondre platement que le meilleur moyen de rester anonyme c’est de ne pas s’afficher sur le web. Et ensuite d’utiliser un pseudonyme.

    Mais tu remarqueras que je n’ai pas nommé le jeune homme dans mon billet. C’est le mieux que je pouvais faire, ça n’ajoutera pas une autre couche dans son « CV » Google…

    Mais j’y pense, tu as eu beau ne pas nommer personne, je suis quand même tombé comme plusieurs sur ton billet, je n’ai pas eu à chercher bien bien fort! 😉

    Sonia Sanfaçon,

    « À la limite, il devrait remercier tous ces gens. »

    j’y ai cru un moment donné, mais là, ça ne semble pas parti pour ça…

    Rémi Rebel,

    bienvenue ici!

    « Ouin, comme quoi twitter comme outil de promotion pour nos blogs, ça a ses désavantages. »

    Ça ne peut pas seulement être avantageux, faut bien payer même si c’est gratuit! 😉

    « Il continu en ce moment même de parler de vous d’une façon assez cavalière disons. »

    Ça ne me surprend pas du tout et ça me donne tellement raison!

    Patrick Poirier,

    bienvenue ici aussi!

    « Je suis tout à fait d’accord avec ton intervention auprès de ce jeune, qui, pour l’avoir suivi, était respectueuse. »

    j’ai essayé le plus possible, mais j’ai quand même laissé échappé deux « p’tit con »…

    « La liberté, c’est de pouvoir manœuvrer, s’exprimer, penser sans brimer les autres. Et pour ça, ben ça nous prend des règles. »

    Je suis bien d’accord. Et ce jeune, il l’apprend à la dure. Mais bon, il pourrait apprendre plus, et plus vite…

    Décibelle,

    sur le coup, je pensais que ton commentaire m’était destiné… J’ai rajouté sans m’en rendre compte un « te » entre « de » et « contredire ».

    Merci beaucoup pour ce rappel chronologique des événements qui tient la route.

    Noisette Sociale,

    « Je m’inquiète aussi de la qualité du français de ce jeune. Que se passe-t-il dans nos écoles pour que son français écrit soit aussi pauvre? Et quand je dis ça, je ne veux pas le pointer du doigt lui en tant que tel mais je trouve ça inquiétant car il est loin d’être le seul dans sa situation. »

    c’est un sujet que j’aurais voulu élaborer, même que j’espérais que quelqu’un le soulève, alors c’est fait!

    « Mais ça doit avoir un lien avec notre peu de respect pour le travail intellectuel en général… »

    Pas fou du tout comme réflexion!

    Gillac,

    bonne synthèse!

    Mouton Marron,

    une question : est-ce que tu as des enfants?

    Si oui, tu es tombé sur le « jackpot », sinon, ton propos m’apparaît comme un voeu pieux…

    Si je peux parler de mon expérience personnelle avec ma fille qui n’a même pas 2 ans, je n’ai vraiment pas le choix de jouer parfois la carte de l’autorité, sinon notre vie serait un enfer. Et si ça ne fonctionnait pas, je serais le premier à essayer de trouver une autre manière de faire. Mais en même temps, l’autre manière de faire c’est plutôt Douce qui s’en occupe déjà, moi j’interviens quand c’est nécessaire, ça s’est fait tout naturellement.

    Et je suis tout à fait certain de ne pas cadrer avec ta belle phrase :

    « Je plains par contre les enfants qui vivent encore sous la menace d’un patriarche hystérique convaincu de les faire souffrir pour leur bien. »

    J’ai bien l’impression qu’elle s’adresse au moins un peu à moi et ça m’insulte.

  13. Euh… non, ça ne s’adressait pas à toi.

    Démontrer de l’autorité quand l’enfant a deux ans et commence à peine à penser de manière rationnelle, c’est un moindre mal. Être autoritaire (notez l’emphase sur le mot) quand le jeune a 10, 12 ou 14 ans, ça transforme une vie de préado en cauchemar.

  14. Mouton Marron,

    « Euh… non, ça ne s’adressait pas à toi. »

    dans le doute, on demande! 😉

    Je ne crois pas qu’il y ait de recette, autant que je ne crois pas que l’autorité soit mauvaise en soi pour tous les jeunes. Même que des fois il faudrait qu’il y en ait et il n’y en a pas, avec les conséquences que ça comporte. Pour avoir vécu dans une famille recomposée avec au final 5 enfants, je sais de quoi je parle…

  15. DooM dit :

    Pour la qualité du français, il se passe que les étudiants ont la possibilité de se pointer en cours gelés comme des balles (un pusher à mon école peut facilement passer une once de pot chaque jours…), et n’avoir aucunes conséquences, autres que couler son année et ensuite se faire 4 semaines de cours d’étés et ensuite on est reparti pour 10 mois de perte de temps 5 jours par semaine et de couler son français parce que  »Anyway man on san cris lol la tu mconpran xD »… Pour ensuite passer son année en allant à des cours d’été encore une fois, et ensuite on arrive en 5e secondaire et on peut passer l’examen plus que haut la main malgré notre incompétence en français.

    -Un étudiant de troisième secondaire.

  16. DooM,

    une belle preuve, et du laisser-aller de certains parents, et d’un grave problème au niveau du système d’éducation…

    Merci du commentaire!

  17. Gab dit :

    va relire parce que je croit que tu a mal lu

  18. À tous,

    je ne devrais pas laisser passer le commentaire précédent, mais il s’agit du jeune dont il est question dans le billet…

    Gab,

    sois plus clair s’il te plaît.

    Et UN avertissement : c’est direct bloqué avec toute insulte, écriture en majuscules et autres enfantillages du genre.

    Je ne blague pas.

  19. Bof, Gab commis une erreur de jeunesse, mais il faut en revenir…

  20. David,

    qu’est-ce que tu veux, que j’efface mon billet?

  21. Félix dit :

    @Renart,
    Je crois que tu as bien fait de laisser le commentaire de Gab, il a droit à son opinion ici et tant qu’il ne tombe pas dans l’insulte, sa présence ne fera qu’enrichir le débat… en espérant qu’il utilise la fonction auto-correctrice de son fureteur.

    Pour ce qui est du débat de la qualité du français de nos jeunes, je tiens à ajouté qu’il y a un phénomène étrange avec ce dernier; la qualité de leur anglais est souvent excellente. Serais-ce un cas de mauvaise volonté collective ou un signe d’endoctrinement?

  22. Félix,

    « Serais-ce un cas de mauvaise volonté collective ou un signe d’endoctrinement? »

    j’aurais tendance à croire que oui. Le discours ambiant c’est que le français est une maladie transmise culturellement alors que l’anglais c’est l’avenir…

    David,

    qu’est-ce que je fais alors?

  23. Félix dit :

    Je me souviens d’avoir lu un article sur un linguiste qui disait qu’il n’y aurait jamais de langage universel. Il y aura toujours des variantes qui vont se formés et deviendront, ainsi, de nouvelles langues. Donc ceux qui croit que l’anglais est l’avenir et que le français est voué à mourir se fourvoie. Le français est destiné à muté, tout comme l’anglais, mais il n’est pas nécessairement voué à disparaitre. Tout dépend des peuples qui pratiquent cette langue. Si je retrouve l’article, je mettrai le lien içi.

  24. israel dit :

    tes lien poitant vers le site en question ne fonctionne plus

  25. Pas bien bien grave…

  26. Décibelle dit :

    Le voilà de retour.
    Même commentaire sur mon blog.
    Il veut sûrement qu’on pointe sur sa nouvelle adresse. :p
    Mais bon… Renart l’a dit : Pas bien bien grave…

  27. Mais le problème, c’est que s’il veut qu’on pointe vers sa nouvelle adresse, il faudrait bien qu’il la fournisse…

    Voir que je vais faire de la recherche pis toute pour un détail!

  28. Gabriel dit :

    c’est parce que jai fermer mon blog au dire car je recevais trop de spam du au fait de certain article négatif a mon égard donc jai fuck off la blog-o-sphere et dici noel je vais revenir en force avec un retour en force cher renard et chère decibelle et pour linstant ma nouvelle adresse restera confidentiel

  29. Hé hé!

    On aura tout vu! Un « webmaster » qui pense que des critiques négatives attirent le spam…

    Le spam, mon jeune ami, c’est un problème partagé par tous!

  30. Gabriel dit :

    pardon je me suis mal exprimer de commentaire négatif allant même aux insulte et jen suis po mal ecoeurer de tout ceci

  31. Gabriel dit :

    pardon je me suis mal exprimer de commentaire négatif allant même aux insulte et j’en suis po mal ecoeurer de tout ceci

  32. Gabriel dit :

    salut renart voici mon retour sur cette malheureuse histoire , Le Blog De Martineaugc: Quelqu’un qui n’a jamais commis de fautes dans sa vie n’a jamais tenté d’innové … http://t.co/rf2BD5z

  33. Décibelle dit :

    Seul et unique commentaire…
    Certifié 0% plagiat avec l’image de mon article qui vient de BiblioCliQ sans aucune mention.
    On voit que tu as tout saisi.
    [sujet clos pour moi]

    Scusez-la! :p

  34. Gabriel dit :

    ton image tu la pris de ou en la grande pcq je lai pris de la et non de ton site fak jai pas plagier http://www.bibliotheques.uqam.ca/informations/bibliocliq/images/plagiat.jpg

  35. Gabriel dit :

    pi toi aussi tu la mentionne pas dans ton article fak [subjet closedfor me ]

  36. Bonjour Gabriel,

    Je viens de prendre connaissance de ton billet de ce jour sur ton blogue.

    Je tiens à te féliciter.

    Tu n’es toutefois plus obligé de revenir sur cette histoire. Je crois que le message a passé. À la dur, j’en conviens. Mais c’est parce que, dès le début, tu as «over reacté», comme on dit en bon «franglais». C’est compréhensible : on a vivement condamné ton geste en te traitant comme un blogueur adulte irresponsable qui s’appropriait le travail d’un autre sans vergogne. Jusqu’à ce qu’on réalise, assez rapidement, que tu étais un adolescent… qui venait de s’aventurer sur un terrain où tout est à apprendre. Surtout la netiquette (ensemble de règles déontologiques de bon sens et de politesse communément recommandées aux utilisateurs d’Internet).

    Je te souhaites de persévérer dans cette nouvelle veine, et cela sans que tut te sentes obligé de te justifier constamment sur ce que tu écris sur ton blogue.

    Et comme tu sembles ouvert aux critiques constructives, je te suggères, bien humblement, si tu veux continuer à écrire un blogue et à être pris au sérieux, de parfaire ton français écrit. Sinon tu vas rapidement te décourager car tu seras constamment critiqué sur la forme plutôt que sur le fond.

    On sent ton énorme besoin de partager. Je ne peux que t’encourager. Mais soit prudent : tout ce que tu écris sur Internet tombe dans le domaine public et est sujet à la critique. Et la critique est très souvent très difficile à prendre quand on est le moindrement orgueilleux et fier de sa personne.

    Bonne continuité.

  37. Bon, c’est du niaisage. Je vais faire comme mon amie Décibelle et fermer les commentaires pour ce billet.

Les commentaires sont fermés.