Un nouveau discours pour les écolos?

L’agence Science-Presse fait une douzaine de prévisions pour 2012. Une de celles-là, la cinquième, concerne « La quête d’un nouveau discours pour les écologistes ». On ne dit pas quelle en sera sa teneur, mais pour ma part j’ai ma petite idée quant à ce qu’il devrait être.

Si la photo qui trône au-dessus de ce billet ne vous sonne pas déjà une cloche, il s’agit de la pollution en lien direct avec la consommation humaine. Dans ce cas précis, qui se passait en Chine, il s’agit de la pollution de deux entreprises oeuvrant dans la teinturerie qui déversaient directement leurs eaux usées dans une rivière. Bien sûr, il y a bien pire comme pollution, mais l’image est assez frappante. Et pour clore l’histoire, les deux entreprises ont été fermées. Et on se doute que le contexte politique chinois y est pour beaucoup…

On sait que le point central des revendications des écologistes est la lutte aux changements climatiques, que l’on nomme aussi parfois « réchauffements climatiques ». Depuis longtemps, je pense qu’ils font fausse route. Bien que la contestation de la droite quant à la réalité d’un réchauffement climatique due à l’activité humaine est grandement ridiculisée, elle continue de miner les progrès mondiaux au niveau de l’environnement. Une preuve parmi tant d’autres est la position du gouvernement canadien, mené par un parti de droite, avec à sa tête un dénommé Stephen Harper qui se cache bien d’être un climato-sceptique.

Donc, ce que je pense, c’est que les écologistes devraient abandonner la cause du climat pour se tourner vers le problème plus général de la pollution, mais en lien avec la santé humaine. À une époque où par exemple on apprend que le « nombre de naissances avec anomalies aurait presque doublé au cours de la dernière décennie, passant ainsi d’un bébé touché sur 80 à un bébé sur 50 », c’est carrément se cacher la tête sous le sable que de ne pas concéder que ces nouveaux problèmes, comme aussi l’augmentation des cancers, sont vraisemblablement dus aux problèmes environnementaux.

Devant un discours qui pointerait les très possibles maux que pourraient nous causer ces pollutions, il serait beaucoup plus difficile de s’en laver les mains avec l’argument économique, comme c’est le cas en ce moment. Parce qu’il est bien évident que les problèmes de santé coûtent cher, même si ça rapporte au système de santé (qui se dirige tranquillement mais sûrement vers le tout privé) et les pharmaceutiques. Et puis, ce serait bien évidemment le discours de la prévention en contradiction avec celui, très hasardeux, de la réparation des pots cassés. Et encore plus, ne serait-il pas une très bonne avenue pour l’économie que de prendre le pari du développement des technologies vertes pour contrecarrer ces pollutions?

En fin de compte, ça ne consisterait pas en un si grand bouleversement ce changement de discours. Seulement aller toucher ce qui est au coeur de la vie humaine. Le climat est trop abstrait même s’il est essentiel. Et en vérité il n’est la plupart du temps qu’un sujet utile pour briser le silence. Raison de plus.

 

Pour commenter, suivre ce lien : http://leglobe.ca/blog/2012/01/un-nouveau-discours-pour-les-ecolos/

Ce contenu a été publié dans Actualités, économie, environnement, monde, opinions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.