Tout le monde s’en fout du français… (avec màj)

Hier, à Tout le monde en parle, pendant l’entrevue consacrée à René Angélil, on a passé un bout d’une entrevue avec Celine, en anglais. On ne s’est même pas donné la peine de mettre de sous-titres en français.

Ayant les yeux sur le fil Twitter #TLMEP en même temps, j’ai vu passer un message que j’ai retwitté aussitôt :

 

Lentement, mais sûrement, le sous-titrage français disparaît de la télé publique québécoise. #tlmep #telejournal

 

J’en ai concocté un autre, en mode ironique :

 

Pas de sous-titrage français à #TLMEP  : c’est anormal de ne pas comprendre l’anglais dans ce monde de toute façon.

 

Si le taux de réactions est un signe de l’importance d’un enjeu, visiblement, « Tout le monde s’en fout »… Mais j’ai quand même eu une discussion avec un utilisateur qui qualifiait le propos de paranoïaque :

 

Bon bon bon un passage en anglais pas de sous-titre pis ça parle de complot #tlmep

 

Ce que je lui expliquais, en d’autres mots, c’est que ce n’est plus systématique les sous-titres français. On en laisse passer de temps en temps de plus en plus, je le remarque, et je n’ai pas les yeux rivés sur Radio-Canada 24 heures sur 24… Il a fini par admettre qu’il n’avait seulement sans doute pas remarqué.

Voilà où se trouve le problème. Ce n’est tellement pas grave qu’on ne le remarque même pas. Et quand quelqu’un soulève le problème, on est soit indifférent, soit on l’accuse de conspirationnisme… On a tout à fait le droit de s’en foutre, mais objectivement il reste que de ne pas mettre de sous-titres français envoie le message que tous les auditeurs de Radio-Canada devraient comprendre l’anglais. Ce qui n’est pas le cas : alors cet oubli, si c’est effectivement un oubli, est complètement irrespectueux d’une partie de la minorité unilingue francophone qui regardait hier Tout le monde en parle. Et ce n’est pas parce que moi j’ai compris ce que Celine avait à dire que je dois m’en laver pour autant les mains :

 

«Le français n’est pas une sous-langue au Québec »!

 

Et pourtant, certains la considèrent comme telle, comme l’ont soulevé les Justiciers masqués hier sur Twitter :

 

NDG, Montréal: 2 choix au guichet automatique, anglais ou espagnol! Mucho fuck you!

 

Étude de cas : Maji Water

J’ai reçu récemment une notification de Twitter comme quoi le compte @MAJIH2O s’était abonné au mien. Je ne l’ai pas suivi en retour, contrairement à ce que je fais majoritairement. Parce que c’est une compagnie d’eau embouteillée socialement responsable (« A socially conscious bottled water company ») basée à Montréal qui communique avec ses clients potentiels seulement en anglais, et sur Twitter, et sur son site. Plutôt drôle de voir une compagnie ayant supposément une conscience « sociale » ne pas avoir de respect pour la langue majoritaire de la « société » où elle se trouve et avec qui elle veut faire des affaires, même responsables…

Ajout :

Pour faire une plainte à l’ombudsman de Radio-Canada : http://blogues.radio-canada.ca/ombudsman/nous-joindre

Moi c’est fait!

Màj :

 

La réponse de Radio-Canada : https://www.renartleveille.com/retour-sur-tlmep-et-labsence-de-sous-titres/

Ce contenu a été publié dans Actualités, français, opinions, Québec, société, Twitter, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

26 réponses à Tout le monde s’en fout du français… (avec màj)

  1. Sylvain dit :

    La politique de Radio-Canada, c’est: après 3 secondes ça prend des sous-titre ou un doublage. Qu’elle soit suivie ou non, ça c’est une autre affaire.

  2. Laurent Desbois dit :

    我不懂英语!!!!

  3. Sylvain,

    cette politique va de soi. Et je me demande si parfois les fautifs se font taper sur les doigts. Pour ce qui est de TLMEP ça me surprendrait vraiment beaucoup, étant donné que c’est l’émission « superstar »…

    Laurent Desbois,

    est bonne!

    Ça me fait penser à un commentaire que je viens de laisser à quelqu’un sur Google+ :

    « Imagine un extrait dans une langue autre que l’anglais. »

  4. Gilles Guibord dit :

    J’ai regardé ‘Tout le monde en parle’ et je n’ai pas réagi à ce qu’il n’y avait pas de sous-titre. Ils avaient le temps d’en mettre. J’ai eu tord. En plus je pense que les animateurs se sont déjà identifiés comme souverainistes. Bizarre?
    Je ne suis pas d’accord que « tout le monde s’en fout du français ». Il y a des mouvements qui s’impliquent, comme le MMF (Mouvement Montréal Français).
    Le Canada est un pays officiellement bilingue. Alors il doit y avoir égalité de droit et de traitement. Je pense que (l’île de) Montréal doit être aussi français que Toronto est anglais.

  5. Gilles Guibord,

    pour ce qui est du titre, c’est bien sûr un jeu de mots mélangé à de l’ironie…

  6. Laurent Desbois dit :

    Il faut porter plainte à l’ombudsman de la SRC

  7. Laurent Desbois dit :

    Pour joindre l’ombudsman
    Vous croyez qu’une information à notre antenne ou sur notre site web est biaisée, ou inexacte?

    http://blogues.radio-canada.ca/ombudsman/nous-joindre

    Hier, à « Tout le monde en parle », pendant l’entrevue consacrée à René Angélil, on a passé une entrevue avec Celine Dion, en anglais. On ne s’est même pas donné la peine de mettre de sous-titres en français.

  8. Merci, je viens de le faire!

  9. reblochon dit :

    Envoyé et relayé sur le compte facebook de la SSJB et de FRANCOPHONIE-QUÉBEC

    Merci Laurent pour le début de texte.

  10. Le message que j’ai envoyé :

    « Bonjour,

    j’aimerais formuler une plainte au sujet de l’émission Tout le monde en parle. Dans l’émission du 9 octobre, pendant l’entrevue de René Angélil, on a présenté un extrait d’une émission américaine où on voyait Céline Dion parler en anglais. J’ai pu constater avec étonnement l’absence de sous-titres français alors qu’il devrait, à mon sens, il y en avoir, puisque ce n’est pas tout le monde qui comprend la langue anglaise.

    Veuillez agréez mes salutations les plus sincères. »

  11. Nicole dit :

    Que faire pour ceux qui ne savent pas lire??? Parce qu’il y en a quand même 49% d’analphabètes au Québec! ;o)

  12. Gilles Guibord dit :

    @Renart Léveillé (10/10 à 17h19)
    Je sais; mais cette opinion est trop répandue dans la population. C’est pour cette raison que j’y ai donné suite.

  13. Laurent Desbois dit :

    Monsieur,

    J’accuse réception de votre courriel.
    La juridiction de l’ombudsman se limite uniquement aux éléments d’information contenus dans les émissions diffusées à Radio-Canada (http://blogues.radio-canada.ca/ombudsman/). Il évalue le journalisme à l’antenne.

    Je transmets donc copie de votre courriel au service des Relations avec l’auditoire (http://auditoire.radio-canada.ca/index.php).

    Meilleures salutations.

    Laure Simonet
    Adjointe de l’ombudsman de Radio-Canada
    Blogue et révisions sur http://blogues.radio-canada.ca/ombudsman/
    Tél. : 514-597-4757 – sans frais : 1 877 846-4737

  14. Nicole,

    je crois que d’écrire qu’« on a 49% d’analphabète » est un peu exagéré. J’ai retrouvé sur mon blogue un billet où je citais un article qui disait plutôt que « 48 % des adultes canadiens ont de la difficulté à comprendre les reportages, éditoriaux, poèmes et ouvrages de fiction » :

    https://www.renartleveille.com/constatation-amere/

    Et dans l’article, il est plutôt spécifié que « 800 000 Québécois sont analphabètes » et « 49 % des Québécois ont des problèmes de lecture (donc un problème de littératie) »

    Laurent Desbois,

    j’ai reçu la même chose!

  15. Nicole dit :

    Selon l’article de Marie-France Bazzo en date du 11 mars 2010 (http://www.ledevoir.com/societe/education/284678/libre-opinion-j-ai-honte) qui reprend des résultats de Statistique Canada, on mentionne clairement que :

    «49 % de nos concitoyens sont analphabètes ou ont de trop faibles compétences en lecture pour accomplir les tâches du quotidien au travail et dans la vie courante (selon Statistique Canada, 16 % des adultes québécois âgés de 16 à 65 ans sont analphabètes et 33 % ont de grandes difficultés de lecture).»

    Pour moi, les sous-titres font partie de la vie courante…

    Mais bref, c’était juste pour dire que les difficultés sont diverses et que de vouloir s’adapter à tous, c’est presque impossible.

    Dans le présent cas, pour ma part, je trouve que le débat est exagéré. Ça prend une ampleur de catastrophe. Je comprend qu’on veuille défendre le fait d’avoir accès au français sans faute au Québec, mais ce sont les propos et les accusations très souvent sans fondement que je trouve dommage. Mais je suis du genre à m’informer généralement avant de critiquer, disons que je laisse la chance au coureur de s’expliquer. Si les raisons invoquées ne me conviennent pas alors je me permets de taper.

  16. Pour moi, ça ne change absolument rien au problème. Il y a des unilingues francophones tout à fait capables de lire des sous-titres qui n’ont pas pu comprendre…

  17. reblochon dit :

    Le plus simple, c’est de s’imaginer cette situation avec une langue que presque personne ne comprend chez nous : le vietnamien, le chinois, … Quelle serait la réaction de la population lors de la diffusion d’une entrevue non sous-titrée dans cette langue. Je pense qu’on resterait con devant notre télé à se demander quel message ces gens tentent de nous faire passer en faisant cela ?

    Quand on ne sous-titre pas de l’anglais, je comprends le message qu’on essaye de me faire passer !

  18. Laurent Desbois dit :

    @reblochon

    我不懂英语!!!!

  19. Gilles Guibord dit :

    @Renart Léveillé (11/10/12 à 4h03)
    Entièrement d’accord avec vous. Les francophones au Québec ont le droit d’être unilingue ou pas assez bilingue pour comprendre du premier coup quand on parle anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *