Tout le monde en jase – 27 novembre

 

Très subjectivement, cette émission de Tout le monde en parle ne m’a pas beaucoup rejoint. Entre autres, j’ai tendance à bâiller quand on me parle de comédies musicales et de tout ce qui touche le cirque. Alors, je vais passer mon tour quant à Denise Filiatrault, René Simard et Jeannot Painchaud.

Pour ce qui est de Mario Jean, qui racontait son aventure d’ascension du Kilimandjaro, c’était très touchant. Oui, voir un grand bonhomme comme lui (qui a souvent l’air d’être au-dessus de ses affaires) déborder d’émotions, on n’a pas trop le choix de se sentir aspiré. Beau moment de télé.

Quant à l’invitée Maude Guérin, je n’aurais pas eu grand-chose à dire si ce n’avait été de la diffusion d’un extrait où on la voit s’effeuiller jusqu’à apercevoir sa poitrine, et de la voir elle-même ensuite très mal à l’aise sur le plateau. Cette question de @kiwibruissant allait de soi :

 

Était-ce bien nécessaire de la montrer nue ?

Cet extrait a continué de faire beaucoup jaser sur Twitter, les gens d’accord confrontant les gens en désaccord, et j’ai eu le goût de remettre les pendules à l’heure :


Ne pas confondre : « être offusqué par la nudité » et « ne pas comprendre le but de montrer de la nudité ».

Personnellement, je n’y ai vu qu’une tentative de titiller le voyeurisme du public et un désir de (peut-être) créer une controverse… Tous les bons ingrédients pour du sensationnalisme. Dans l’optique de la guerre des cotes d’écoute, ça se défend…

Et puis c’était au tour de Pauline Marois. J’ai trouvé qu’elle a très bien « performé », mais je doute fort que ça lui ait donné un billet gagnant pour la prochaine élection provinciale. Et comme je me doutais, le débat concernant le fait qu’elle soit une femme et qu’elle soit impopulaire (et à savoir s’il y a un lien entre les deux) a bien sûr brassé le fil #TLMEP. J’ai été même très surpris de constater toute la haine qu’elle peut susciter. La « sexosophe » Jocelyne Robert semblait pencher du côté de sa féminité comme raison de son impopularité et elle l’explique aujourd’hui longuement dans un billet.

Pour ma part, je crois que de trop pointer cette donnée est s’aveugler des autres raisons possibles :


Le fait que Pauline Marois soit une femme est un lieu confortable pour être dans le déni de son impopularité.

Je ne dis pas qu’elle n’est pas victime de « sexisme bienveillant » ou carrément « hostile », mais il ne faut pas oublier qu’elle peut sembler antipathique (humainement) à certains, que son option politique ne plaît pas à d’autres, et ainsi de suite… Et de toujours ramener au fait qu’elle est une femme tire vraiment dans le pied des gens qui la défendent, puisque cela donne l’impression qu’on ne peut pas la défendre autrement que par une accusation de machisme généralisé. Comme je disais à quelqu’un, c’est naïf de croire, par exemple, qu’elle serait aussi populaire que Gilles Duceppe si elle était un homme. Et puis, pour terminer, il faudrait préférablement se baser un peu plus sur des faits pour analyser tout ça, comme le fait Josée Legault :

Or, la question ici n’est pas tant de savoir si la plongée du PQ dans les sondages serait tributaire ou non du fait que Mme Marois soit une femme chef de parti. Après tout, jusqu’au printemps, le PQ dominait dans les mêmes sondages avec la même chef pendant que Gilles Duceppe, pourtant un homme, présidait à la décapitation du Bloc en mai dernier. Et ce, nonobstant sa popularité actuelle dans les sondages. Or, cela ne veut pas dire pour autant que de manière générale, le sommet du pouvoir politique ne soit pas encore en bonne partie un monde d’hommes… Mais seulement que dans le cas de Mme Marois, si le fait d’être une femme constituait réellement un handicap majeur et réel, rien ne pourrait alors expliquer pourquoi le PQ, sous sa direction, dominait dans les sondages jusqu’à l’écrasement du Bloc… Quoique, dans les faits, même quelques mois avant celui-ci, quelques sondages faisaient déjà état de la fragilité des appuis au PQ face à la simple possibilité d’un futur nouveau parti sous l’égide du duo Legault-Sirois.

Le fait d’être actif sur Twitter en même temps que d’écouter l’émission à la télé est parfois assez prenant. C’est pourquoi j’étais plus ou moins concentré sur l’émission durant l’entrevue avec Robert Fowler. Je l’ai été un peu plus durant François Pérusse, ce qui a donné ce tweet :


François Pérusse, c’est la bonne humeur de la vie dans un seul homme.

Voilà pour les invités. Mais il y a une discussion qui a retenu mon attention tout au long de l’émission et qui concerne ce qu’on appelle communément la complaisance. Si je peux l’expliquer, ce sont les moments où les protagonistes sur le plateau ont des effusions d’affection. Dans le genre : t’es donc beau, t’es donc fin, ce que tu fais est tellement bon, etc. C’est que ça va de soi s’ils sont invités à cette émission, et puis je préférerais amplement qu’on choisisse à la place dans le montage des moments plus informatifs (d’ailleurs, ceci est en quelque sorte une réponse à André Ducharme qui m’écrivait : « C’est pas scénarisé. Y arrive ce qui arrive. On le montre, c’est tout. »).

Mais bon, je fais sans doute partie d’une minorité qui pense de la sorte, et s’il n’y avait pas ces moments de flattage dans le sens du poil, l’émission fonctionnerait moins bien aujourd’hui au niveau des cotes d’écoute. En tout cas, si c’est vraiment le cas, ça donne un beau portrait du public québécois… (Au-delà de la balafre qu’est déjà la popularité incroyable d’Occupation double…)

Et, pour conclure, je lance une question : trouvez vous que TLMEP a glissé tranquillement d’une émission majoritairement d’intérêt public à quelque chose qui ressemble plus à une émission de variété ou je suis complètement dans le champ?

(Pour commenter, c’est par là : http://leglobe.ca/blog/2011/11/tout-le-monde-en-jase-27-novembre/)

Ce contenu a été publié dans Actualités, culture, opinions, politique, Québec, télévision, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.