Sauterelles aux HEC, et la négociation fait du surplace

Ouin, des sauterelles « envahissent les HEC ».

Rien pour calmer le jeu entre les deux camps dans cette bataille mettant en vedette la hausse des frais de scolarité (ou « droits de scolarité », pour ceux qui veulent mélanger tout le monde…).

Ce que je pense, c’est qu’à force de jouer à l’autruche, Jean Charest et Line Beauchamp encouragent ce genre de coups d’éclat. Et en se plaçant dans le sujet des prêts et bourses alors qu’il est question des frais le gouvernement envoie un pied de nez à peine déguisé aux étudiants.

Qu’on soit pour ou contre, force est d’admettre que la table de négociation est loin d’être mise. Et la créativité des étudiants semble sans limites, c’est bien normal qu’elle dérape un peu parfois. Et si le gouvernement continue de niaiser, on regardera sûrement cette histoire de sauterelles d’un air amusé, comparativement à ce qui va se passer.

Le combo Charest-Beauchamp offre sur un plateau d’argent des raisons d’extrémiser les moyens de pression. Je ne dis pas que je l’encourage, mais je comprends que la boucane puisse leur sortir des oreilles, puisque c’est de même pour moi.

Bonifier les prêts et bourses n’est pas un compromis, c’est un moyen pour le gouvernement de détourner le regard. Avec un mouvement étudiant aussi centré sur la problématique réelle, c’est une perte de temps.

 

(Photo : cmoi)

Ce contenu a été publié dans société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Sauterelles aux HEC, et la négociation fait du surplace

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *