Le racisme politiquement acceptable

 

Je me demande bien ce que vont penser mes petits amis multiculturalistes de la sortie du Congrès hellénique du Québec qui demandait « à ses membres de ne pas voter libéral dans Laval-Les Îles parce que la candidate est d’origine haïtienne plutôt que grecque ».

Parce que pour eux (mes petits amis multiculturalistes), toute personne qui est contre le multiculturalisme canadien, qui encourage entre autres les ghettos ethniques, est raciste ou, au mieux, suspecté de l’être. Et là, surprise! ce qu’encourage le multiculturalisme fait montre de racisme, de sectarisme, de fermeture!

Auront-ils l’honnêteté de le comprendre et d’en prendre note?  J’ai bien peur que non, leur position étant en soi de l’aveuglement volontaire…

(Merci à David Gendron de m’avoir pointé le billet de Richard Martineau.)

Ce contenu a été publié dans opinions, racisme, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

49 réponses à Le racisme politiquement acceptable

  1. @bouchecl dit :

    En plein dans le mille. Cette histoire de vote grec purement sur une base ethnique est hallucinante.

  2. Merci Renart, je ne faisais que répondre à une intervenante.

    Hallucinante… tout comme le mot d’ordre d’un certain rabbin qui demandait aux hassidim de voter libéral dans Outremont.

    Ça y est, je suis un anti-sémite! 😉

  3. the Ubbergeek dit :

    Le racisme (pas le racisme institutionel – mais dans des pays comme le Japon….) n’est pas l’apanage des WASP. Ou francos. Ou même du blanc.

    Aux USA, par example, il y a des trucs troublants, comme l’antagonisme entres les noirs et latinos. Le Black power genre Nation of Islam et sectes apparentées, comme les Gods and Earths, qui professent que l’Homme Blanc est *mauvais*. Et l’antagonisme entre noirs et asiatiques, comme dans les émeutes de Los Angeles dans les 90s – Ice Cube a fait une fameuse chanson controversée, où il dit sa colère contre un ‘dépaneur’ coréen – y’a eu du saccage contre coréens, viets et autres asiatiques…

    Et Do the Right Thing en parlait un peu – les gars noirs et la pizzéria de l’italien…

    Et ici par example ou dans les Caraibes, me semble que pas si longtemps, les haitiens et jamaiquains se détestaient cordiallement, et les haitiens et dominicains aussi.

  4. reblochon dit :

    Tu en veux une bonne ? Dans les propos entendus par des Grecs haut placés, qui sont furieux parce qu’on leur a mis « une nègresse d’Haïti » (sic !) (la fameuse karine joizil) dans Laval les îles au lieu de la grecque Bakopanos ! C’est clair. En plus de ne pas être content que ce ne soit pas une pure hellénique, ces gens confirment ce que mes potes grecs me disaient tant en France qu’en Allemagne : les noirs on n’en veut pas chez nous ! En Grèce, faut pas trop bronzer si tu ne veux pas avoir d’emmerde.

    Mais ce truc c’est vieux déjà ! (03/22/2011) Je ne vois pas pourquoi ça ne sort qu’aujourd’hui ?
    http://lavalnews.ca/content/hellenic-congress-asks-greek-canadians-voters-laval-les-%C3%AEles-not-vote-liberal

    Le vote ethnique ça n’existe pas …

  5. the Ubbergeek dit :

    @reblochon
    Regarder l’italie et les maghrébien…
    Il a eu une petite controverse il y a quelques années, quand la Miss Italie… étaient une noire. De Somalie ou Éthiopie, immigrante ou fille d’immigrants.

    Il y a dans le vieux pays une montée de la droite radicale.. France, Suéde, Suisse, Hoingrie ou Autriche… Ca fais peur.

    À quand un parti ouvertement d’extrème droite au Canada ou USA?

  6. gillac dit :

    Les politiciens et les élites ont le don d’inventer des mots qui viennent camoufler l’inavouable. Les ghettos ethniques ont déjà bien servis les libéraux et c’est au tour des conserateurs de découvrir la recette. C’est comme ça qu’on construit des tours de Babel.

  7. Oratores dit :

    Je me demande ce qu’un Autochtone penserait de cet article…

    Après tout, dans une logique culturaliste et racialiste – propre au Canada et au Québec – tout le monde doit être étiqueté selon des critères subjectifs (blanc, vert, laid, beau, gros, petit ….) .
    Parler de Québec ou de Canada à un Autochtone est un non sens, comme parler d’un vote ethnique aux immigrants ….

    Finalement, dans un système qui tente d’enfermer les individus dans des cases, tout le monde est responsable d’être ce qu’il est … TOUS COUPABLES !!

    Un peu trop facile non?

    À méditer….

  8. the Ubbergeek dit :

    Kanawake a décidé de metre les non-autochtones dehors. Make that what you will.

    En passant.. Non.En théorie, les états moderne ne sont plus raciste, dans le sens que le Canada et québec sont des états civiques, reconnus par une communauté internationalle et tout. Quand un indien ne reconnait pas le canada ou quebec, ca va dans un sens, mais en même tempsl, il DOIT les reconaitre; il est canadien et quebec (si au quebec), civiquement.

    Le Quebec souverain pour tous, les amérindiens.

  9. the Ubbergeek dit :

    Dans le sens qu’il n’y a au fond que des Citoyens, l’origine n’importe pas.

  10. Ce n’est pas du racisme, c’est de l’ethnicisme. Une façon de protéger son ethnicité, de préserver son identité au sein d’une majorité québécoise ou d’une multiculturalité. Et les Haïtiens votent pour un Haïtien. Et les Noirs ont voté Obama. Et les Francomanitobains voteraient pour un Francophone. etc.

  11. the Ubbergeek dit :

    Racisme = ethnicisme pour moi. Et vice versa. Pour moi, le mot englobe plus que le racisme littéral, mais aussi discriminations sur les ethnies et cultures. All of the same.

    Et dans ce cas, il y a un racisme littéral. Haitien… donc au moin ‘mulâtre’… et il y a un racisme en Europe et européens.

    ^Par example, il y a eu des cas disgracieux lors de match de soccer inerpays en Espagne, où des joueurs noirs ont été hués. et moqués. Et il y a eu récemment ces dernières années des controverses en Grèce sur des descendants d,immigrants – des fois pas blanc, qui étaient discriminés, même avec un grec parfait et bien incorporés.

    Voter pour un candidat X parce qu’il est de notre race-ethnie-religion etc, c’est pas très ouvert, mais moins pire que de NE pas voter pour un candidat X parce qu’il n’EST PAS de la ‘bonne origine’, là ca tombe plus discriminatoire.

  12. Ubbergeek:

    Est-ce que c’est par racisme que les Noirs américains ont voté Obama? Est-ce que c’est par racisme que les Québécois ont voté pendant 20 ans pour le Bloc? Non, c’est par ethnicisme. Ce n’est pas la même chose. Le racisme est la haine de la couleur/ethnie/langue/différence de l’autre. L’ethnicisme est la défense de sa couleur/langue/culture/histoire, etc. Les gens votent dans leur propre intérêt. Les Grecs veulent élire un Grec pour les représenter, c’est évident. Ils n’ont pas appelé à la haine des Haïtiens. De la même façon, les Québécois francophones veulent élire des francophones et les anglos veulent élire des anglos.

    Martineau est de mauvaise foi et démagogique.

  13. «Dans le sens qu’il n’y a au fond que des Citoyens, l’origine n’importe pas.»

    Naïveté, selon moi. Utopie. L’origine compte, en réalité. Tout le monde se dit Citoyen du Monde, mais dès qu’un conflit survient, tout le monde se crispe sur ses origines. La réalité, c’est qu’il y a des frontières, et des différences. Et que les gens se sentent en général menacés par la différence et confiants dans la ressemblance. Les Québécois de souche francophone ne voteront jamais (sauf exceptions) pour un Anglocanadien québécois pour devenir leur Premier ministre, même s’il avait le meilleur programme politique. Par ethnicisme.

  14. Parler de racisme me semble exagéré. Je crois que votre information est incomplète et que cela vous aamené à mal interpréter cette déclaratiopn.

    Ce que je sais, pour l,avoir lu dans un journal (je ne me souviens pas lequel… la Presse?) c’est qu’ils s’attendaient à être consultés par le Parti pour le choix du candidat. Apparemment ils l’étaient par le passé et là ils ne l’ont pas été.

    Alors ce ne serait pas du racisme, mais un manque de consultation de la communauté par le Parti libéral, qui a été perçu comme un manque de respect. La candidate que la communauté voulait était Eleni Bakopanos (qui siégeait au conseil municipal de Montréal il n’y a pas si longtemps).

    Je ne dis pas qu’ils ont raison nécessairement. Qui a tort là-dedans?

    Beaucoup de gens ont réagi négativement parce que la députée élue dans Berthier-Maskinongé ne parle presque pas français. Est-ce du racisme? Vous allez sûrement me dire non.

    Et si une communauté gréco-canadienne veut être représentée par une Gréco-canadienne (pour refléter la réalité de la circonscription) c’est du racisme? Euh….

  15. J’accepte le terme « ethniciste », mais il y a une différence profonde entre de l’ « ethnicisme volontaire » et un « mot d’ordre ethniciste »…

  16. Si les Québécois votaient par pur ethnicisme, ça ferait longtemps que la séparation du Québec serait réalisée!

  17. reblochon dit :

    Mais que de bêtises ! Les Québécois votent pour le Bloc depuis 20 ans en comparaison ! Ah ouais, comme Mohamed qui vote Bloc et met Maria Mourani au pouvoir ? Le Bloc ce n’est pas une ethnie, un peuple, une couleur ou quoi que ce soit du genre, c’est un parti politique multi-ethnique et uni-national !

    On n’a pas à protéger son ethnicité en politique, seulement en s’accouplant entre gens de la même ethnie ! Et cela ne fait pas partie des valeurs québécoises, c’est purement du racisme.

    Des noirs qui votent Obama juste parce qu’il est noir, c’est un vote ethnique discutable comme les autres. Dans ce cas, c’est bien, Obama n’est pas un gros inculte ignorant et facho, donc dans l’exemple on se dit que c’est pertinent. Mais si Obama avait été un raciste primaire et que les noirs avaient quand même voté pour lui juste pour sa couleur, l’exemple deviendrait moins pertinent du coup ! Des noirs qui votent pour Obama JUSTE parce qu’il est noir et se refuse à voter pour un blanc, c’est une forme de racisme, d’intolérance primaire basé sur l’appartenance.

    Tenir des généralisations aussi stupides que les Haïtiens ne votent que pour des Haïtiens, c’est à la limite raciste. Non, ils ne votent pas forcément pour un Haïtien, certains ont des convictions et ne s’abaissent pas à voter stupidement et ethniquement. Les Haïtiens ne sont pas des attardés, ils peuvent avoir des convictions profondes qui les poussent à voter pour le candidat qui les représente le mieux et pas forcément pour sa couleur.

    Dans le cas des grecs c’est du double racisme flagrant. Ils n’ont pas apprécié premièrement que cela ne soit pas un grec, ni un orthodoxe ─ imaginons le scandale si un regroupement québécois demanderait de ne pas voter pour un parti parce que le candidat n’est pas assez blanc et catholique !. Et deuxièmement parce que c’est une noire ,,, ça ils ne le reconnaîtront pas en public, sauf qu’une candidate italienne ou arménienne aurait pu faire l’affaire !

    Il faudrait un peu aller faire un tour dans la communauté grecque et leur demander ce qu’ils pensent des noirs et des juifs. Il y a un discours raciste assez généralisé pour que je me permette une petite généralité ! Et on abordera pas leur amour pour les Turcs, j’ai des doux souvenir d’Allemagne à ce sujet ! Les discours étaient identiques ici d’ailleurs.

    A Laval, sous des aspects de fermeture du au multiculturalisme (tsé le truc qui est soit-disant pour le respect de tous d’après nos amis canadiens), il y a réellement une histoire de racisme sordide.

    Un exemple à la limite pertinent aurait été de parler du vote fanatique des consanguins de la Beauce pour leur Maxime Bernier parce que c’est un gars du coin de longue lignée. Eux c’est encore plus con qu’un vote ethnique, c’est un vote de gros paysans incultes qui élisent un gros paysan inculte ! Maudits bas-noirs !

    Et pour continuer de faire mentir Vincent : un vrai Québécois anglophone qui devient un leader du sérieux mouvement indépendantiste aura tous les votes des indépendantistes, le mien en premier ! Et il pourra même être noir, homo et juif ! … en plus d’anglo. On n’est pas à un défaut près 😉

  18. reblochon dit :

    J’aurais pu mettre grec à la place d’homo d’ailleurs.

  19. Mon cul, le nationalisme québécois est pour un Québec indépendant francophone en majorité de souche française et qui se donne bonne conscience en mettant une ou deux têtes multi-ethniques dans ses rangs. Le nationalisme québécois est ethnique à la base. Si tous les députés du Bloc avaient été des Haïtiens indépendantistes francophones ou des Grecs indépendantistes, ils n’auraient jamais passé à Ottawa.

    On n’a pas à donner de leçon d’ethnicité au Grecs, nous Québécois zygotiques. Les Grecs se sont maintenus Grecs depuis 3000 ans. Ils méritent un certain respect.

  20. Sauf que pour les fédérâleux, leur ethnicisme est valide et l’ethnicisme québécois est une forme de racisme…

  21. reblochon dit :

    Amusant de lire les propos de Vincent. Il n’a pas du fréquenter une bonne partie du mouvement indépendantiste lors du dernier congrès du PQ ! Le pluralisme ethnique était apprécié sincèrement par les délégués de TOUTES les régions. Des Québécois à part entière quelque soit leur origine ou leur langue maternelle. Comme disait un péquisse anglophone : « si c’est bon pour rené levesque, c’est bon pour moi ! » Et tout le monde l’a applaudit comme un frère, fier de notre compatriote !

    Si l’indépendance se fera avec une majorité de Québécois « de souche » c’est simplement que ces gens sont majoritaires ET que ceux qui ne sont pas de souche et allo-anglophones s’excluent d’eux-mêmes, pas parce que les indépendantistes les rejettent. Même au sein de groupes que l’on nomme radicaux, comme le RRQ, il n’y a aucune connotation raciste et préférentielle. La phrase de Falardeau résume mieux l’esprit : « que tu sois jaune, vert ou mauve à pois jaunes, si tu es pour l’indépendance tu es mon chum, sinon j’t’haïs. »

    La population est assez bien représentée au sein des différents partis indépendantistes, que ce soit le PQ, le Bloc ou QS. Les propos de Vincent s’apparente soit à de l’ignorance, soit à de la diffamation. Ils sont surement issu d’analyse personnelle, de cas de sa petite vie et non d’une analyse sérieuse de la situation. Les Québécois ne sont pas plus racistes qu’un autre peuple occidental, voire moins certainement. Mais bon, les gens aiment bien mousser les exceptions, comme les médias d’ailleurs.

    Quant aux grecs, à force de pratiquer la xénélasie à Sparte, ces consanguins ont fini par se faire dominer comme des gros nuls par les Perses, les Macédoniens, colonisé par les Romains, puis par les Byzantins, ensuite par les Turcs, les Allemands, et j’en passe. Je crois que tout le monde leur est passé dessus à un moment ou un autre. Tu parles d’un maintien de 3000 ans ! Faut voir la gueule de certains bébés aux traits plutôt louches pour des bons grecs d’origine !

    Ah l’histoire, cette chose si mal apprise au Québec ! Tu aurais du nous parler des Amérindiens… ils sont restés assez « purs » avec leur droit du sang !

  22. Faire l’indépendance sur l’histoire d’un peuple, d’une culture et d’une langue est de l’ethnicisme, du nationalisme ethnique. Sinon adoptons la Constitution canadienne multiculturelle et finissons-en ou formons un pays avec Terre-Neuve, ils ont du pétrole. Falardeau est un con. Haïr quelqu’un parce qu’il a des idées politiques différentes s’apparente au racisme. Le mot-clé du racisme, c’est la haine.

  23. the Ubbergeek dit :

    @Vincent
    Sectarisme politique? Oui. Racisme? Non.

    Racisme; haine d’une race/phénotype, culture, ethnie.

  24. Je ne connaissais pas le terme « ethnicisme » alors j’ai cherché dans mon dictionnaire Antidote. Il n’y a pas de définition, mis à part un générique : « Type de doctrine ». Je n’ai rien trouvé sur Lexilogos, ni sur le Larousse en ligne, ni d’ailleurs sur plusieurs autres dictionnaires en ligne…

    Je vais alors me rabattre sur la définition qu’en donne Wikipédia :

    « L’éthnicisme ne signifie pas l’éthnisme, ce mot nouveau employé en sociologie sert à définir une forme de racisme qui au lieu d’exclure un individu parce qu’il appartient à une ethnie différente, l’exclu parce qu’il n’est pas identifié ethniquement.

    C’est le cas d’un individu au métissage non conventionnel vivant dans une société multicommunautaire.

    Ce terme permet d’expliquer qu’un racisme perdure même quand un métissage se fait entre des communautés clairement identifiées socialement. Il permet aussi d’expliquer qu’au Brésil malgré l’importance des mélanges ethniques, il demeure des catégories de classification de la couleur de peau apposées sur l’acte de naissance, et s’élevant à environ 400. »

    La définition déballée ici est vraiment tout autre. J’aimerais bien savoir elle sort d’où. Je demande.

  25. the Ubbergeek dit :

    @Renart
    Si tu me demanderait, je crois que ca existe juste pas mal à cause d’un peu de pédentisme… par ce que le mot racisme n’implique théoriquement que le racisme littéral – opposition blanc et noir, et tout cà, par example.

    Renart, un truc au sujet du Brésil et de l;’Amérique du Sud; l’extrème-droite prend des formes aussi variées que l’extrème-gauche des fois, et le Brésil avait soin fascisme local, l,Intégralisme, qui, si’ j’ai bien entendu, n’était pas théoriquement basée sur une hiérarchie de races.

    Et il y a un des pays ‘Guay’, Uruguay ou Paraguay, qui a eu un dictateur qui voulait unir les races – ou au moin briser le monopole blanc; entre autres, j’oui-dire qu’il avait fais une loi sur le fais que les blancs ou blanches devaient marrier des non-blancs. Et peut-être que la loi marchait aussi pour les indiens et les descendants d’esclaves, si il y en avait.

  26. Contrairement à Ubbergeek, je ne crois pas que la nationalisme ethnique québécois soit du racisme. Je ne crois pas que l’ethnicisme et le racisme soient la même chose. L’ethnisme est du racisme basé sur l’ethnie (bien qu’aux yeux du Globe & Mail, les Québécois nationalistes sont racistes…) L’ethnicisme est l’idéologie en faveur d’une ethnie mais ne signifie pas la haine des ethnies différentes.

    Le nationalisme ethnique, qu’il soit écossais, québécois, catalan, basque, arabe ou irlandais, est un ethnicisme. Mais l’ethnicisme ne signifie pas nationalisme. Les Grecs, les Italiens, les Haïtiens de Montréal peuvent ethnicistes, mais sans vouloir que leur circonscription devienne la nation de leur ethnie!

  27. *le
    *être

    (désolé pour les fautes, j’ai 2 minutes pour dîner et j’ai été dérangé par mon assiette tombée au sol tabarn*k)

  28. PS: Renart, je ne sais pas d’où viens le mot, je l’ai pris dans le fond de ma tête avant de l’écrire sans savoir si je l’avais entendu antérieurement ou inventé, en trouvant que sa racine et son suffixe l’expliquent assez clairement pour en saisir le concept et expliquer en un mot mon idée, mais je te réfère à ce livre qui parle d’ethnicisme et de politique que je viens de trouver sur Amazon, qui doit en dire pas mal plus que toi, moi et l’autre sur ce sujet:

    http://www.amazon.fr/Ethnicisme-Politique-Jean-Tournon/dp/2747591786

  29. *t

    bon, j’arrête d’écrire sur les blogues, j’ai honte de mes fautes et je manque royalement de temps entre 2 patients.

  30. Falardeau n’haïssait pas ces gens pour de vrai. Il les haïssait politiquement, voilà tout!

  31. Mais il nous a vraiment fait passer pour des Cro-Magnon.

    Et il n’a jamais dit que ce n’était pas «pour de vrai». «Défaite» peu crédible. Il a toujours donné l’impression que c’était pour vrai. Oubedon, votre source svp (trop tard!).

    Et bien sûr ce n’est pas ce que moi j’ai lu ou entendu et encore moins ce que le ROC a entendu.

  32. Falardeau haït les fédéralistes, c’est grave. La famille de Layton qui se sauve du Québec à cause des séparatistes, ce n’est pas grave!

    La forme, juste la forme…

  33. the Ubbergeek dit :

    Falardeau aurait du être plus polis dans sa vie et subtil? Peut-être. Mais au moins, il était franc.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Brazilian_Integralism
    Si ca intéresse… Un fascisme qui ne comprenait pas le Racisme. En théorie, au moins.

  34. Terez L. dit :

    @Vincent

    Je crois que vous voulez parler de l’ethnocentrisme, dont Wikipédia donne la définition suivante: « Il signifie la « tendance, plus ou moins consciente, à privilégier les valeurs et les formes culturelles du groupe ethnique auquel on appartient. » Le terme ethnicisme semble un néologisme qui élargirait la notion de racisme à des groupes ethniques, culturels ou religieux.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ethnocentrisme

    Donc, ce serait la définition de Renart qui se rapprocherait le plus de ce qu’est l’ethnicisme. Pour ma part, je peux vous confirmer que cet ethnicisme est très présent dans notre monde moderne. Bien que je sois québécoise de souche pure laine blanche, ma fille est légèrement basanée (je n’aime pas le terme mulâtre). Quand elle était petite, je suis allée habiter dans le quartier portugais à Montréal. Les premiers temps, j’ai eu droit à des oeufs dans mes fenêtres et à des sacs de poubelles vidés dans la barboteuse de ma fille durant la nuit. Pour ces personnes, j’étais une traître à ma race. Je sais que certaines femmes amérindiennes mariées à des blancs ont vécues le même genre d’expérience à Kanawake. Et ma fille, maintenant adulte, m’a confirmé lorsqu’elle est allée en voyage en Europe que le poids de sa différence pesait plus lourd là-bas qu’ici.

    Je confirme aussi pour Ubbergeek que lorsque ma fille était adolescente et se tenait principalement avec des haïtiens, j’ai du faire sortir certains de ses amis qui tenaient des propos carrément anti-blancs. Je n’ai jamais accepté le racisme peu importe d’où il vienne. Mais pour que les gens ne se méprennent pas, la grande majorité des haïtiens ou des portugais que je connais ne sont pas des ethnicistes ou racistes. Sans ça, je ne pourrais pas les tolérer dans mon entourage.. Pas que je les haïsse, mais je préfère personnellement m’entourer de gens qui m’aiment et m’apprécient malgré mes idées bizarres plutôt que de m’entourer de gens qui me haïssent.

    Et si on commence à prendre au sérieux ce que certains représentants du ROC pensent de nous, on n’est pas sortis du bois! Falardeau n’est que le pendant québécois de ces personnes qui nous haïront quoi qu’on fasse! Et on peut toujours prétexter que Falardeau faisait dans la provocation. Ce qui n’est pas le cas de ceux qui se prennent vraiment au sérieux.

  35. the Ubbergeek dit :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Nation_of_Islam
    Un autre truc intéresant à lire – si vous avez vu le film X (sur Malcom X), encore plus… Pas surprenant que le Pélerinage à la Mecque lui a ouvert les yeux.

    Noter qu’ils sont présent hors USA de nos jours, mais très très très minoritaires…

    http://en.wikipedia.org/wiki/The_Nation_of_Gods_and_Earths
    Ou ce groupe, notable à cause du Wu-Tang Clan. Oui, il y a des allusions directes dans leurs débuts au moins, si pas dans toute la doiscographie.

  36. reblochon dit :

    Y avait pas moins raciste que Falardeau au Québec ! Pareil que Julien Poulin d’ailleurs. Faudrait arrêter de dire des conneries !

    Il n’a jamais haït les gens pour leurs origines, leurs langues ou leur religion, juste pour leur participation à l’asservissement de son peuple ! Faut vous renseigner.

    Et il y a bien que des incultes pour ne pas voir la richesse que possédait cet homme et nous faire croire qu’il nous faisait passer pour des cro-magnons. Il avait une analyse, des connaissances et une culture impressionnante. Vous voulez-voir des hommes du moyen-âge ? Allez plutôt écouter Duhaime ou Deltell, les radioX, lala tremblay… eux nous font passer pour des épais !

    C’était un gentil-homme avec un coeur gros comme peu de gens sont capables d’avoir et même en additionnant tout ce qu’on a sur ce forum, je doute qu’on arriverait à dégager autant d’empathie et d’amour pour son prochain que Pierre.

    Après si y en a qui sont trop simplet pour comprendre ce qu’est un pamphlétaire, un écorché vif par les injustices qu’il voit autour de lui, on n’y peut rien.

    Allez faire le tour des gens qui l’ont connu, tous vous diront que déceler une once de racisme chez Falardeau relève soit de l’ignorance, soit de la bêtise crasse.

  37. the Ubbergeek dit :

    À voir, le fameux personage du Docteur House.

    Il ne déteste pas les noirs, juifs, asiatiques, etc.. Il est juste misanthrope pour les Humains.

    Alors… On peut detester X pour bien des raisons aussi..

  38. reblochon:

    Bof, le gars voulait faire vendre et faire parler de lui. Le classique du provocateur sous des airs de justicier. Un rôle public, un agitateur.

    Sûrement aussi assez cultivé et gentil en personne, l’un n’empêche pas l’autre.

  39. the Ubbergeek dit :

    @Vincent

    Falardeau s’en crissait du star system. Il s’en crissait de vendre. Il avait des choses à dire.

  40. C’est l’image qu’il se donnait. Tout le monde a des choses à dire. même Xavier Dolan.

    Quand il a fait ses très mauvais Elvis Grattons (sauf le premier), c’était pour vendre.

  41. reblochon dit :

    Houla, les très mauvais Elvis Gratton. Des peintures fidèles de la société québécoise cachées sous un humour grotesque. Ok ! Toi tu as pris cela au premier degré. Tu sais combien il a fait d’argent avec ces films ? Tu sais de quoi il vivait ?

    Tu ne connais rien de Falardeau, de son oeuvre, de sa personnalité. Il aurait pu faire fortune en faisant des petits films tièdes, il s’est battu toute sa vie pour faire des films qui lui tenait à coeur subissant la censure canadienne. Ce type là a choisit le pire parcours d’une vie, n’a jamais lâché jusqu’à sa mort, une vie de conviction, de lutte et de courage et tu penses que c’est un petit vendeur de vue, un agitateur du dimanche ! On a la culture qu’on est capable d’avoir !

    Et si tu n’as pas compris ce qu’il dénonçait dans Elvis Gratton 2 et 3, on ne peut rien pour t’aider.

    D’ailleurs pour l’anecdote, il aurait pu faire du fric avec la série des Grattons, il a envoyé chier poulain et lui a dit qu’il ne voulait rien savoir de cela ! Comme quoi !

  42. the Ubbergeek dit :

    J’admet 2 était pas haut. Et J,ai pas vu le 3.

    Mais Falardeau s’en crissait de la p’tite stardom, ca c’est sur. C’était fais pour le message, le rire et tout.

  43. reblochon: la censure canadienne? n’importe quoi.

    ps: toute conviction, lutte ou cause acharnée n’est en rien une preuve de vérité.

    il était un cinéaste raté et sans nuance, avec un seul point de vue, toujours le même, raccourci, sans philosophie.

    ubb: d’accord qu’il se crissait du stardom, mais ça ne fait pas de lui un meilleur cinéaste.

  44. the Ubbergeek dit :

    Vous êtes pas contre lui juste par un fédéralisme non-affirmé, au fond?

  45. moi, fédéraliste?

    Dans ma banale histoire de vie, j’ai été dans ma jeunesse un fervent nationaliste ethnique, votant Oui au référendum, me baladant avec des drapeaux du Québec sur le corps comme vêtu d’une cape, adorant Falardeau et parlant comme Reblochon (je connais les répliques d’Elvis Gratton par cœur), prônant le français partout, me révoltant contre le passé, insultant des Anglais venus faire du ski à Québec. Bref, quand j’étais immature, je pensais comme Falardeau.

    Un jour, je me suis questionné, j’ai réalisé que je me battais pour une idée fausse de liberté qu’on m’avait enseignée et que je n’avais jamais critiquée. Puis j’ai fait ma critique et je suis parti vivre ma liberté au quotidien en me contrecrissant du «débat national», et ma vie en fut plus heureuse. Je n’ai pas attendu qu’on me donne ma liberté, je l’ai prise.

  46. the Ubbergeek dit :

    Anarchiste?

    Mais si oui alors, tu devrais réaliser l’esprit plutôt.. anarchique et anarchiste du type. Libertaire.

    À moins que tu moquais quelqu’un au premier paragraphe. On peut critiquer les gens comme lui. Oui. Mais dire des niaiseries fausses, on peu corriger aussi.

    Et puis, se crisser de la politique… possiblement, mais est-ce qu’on est vraiment libre juste en y pensant? le Bouddha pourrais dire oui, comem Jésus. Ou des penseurs grecs.
    Mais Marx et amis vous répondraient; arrêter de rêver, vos rèveries sont un opium qui cachent votre prison… Batter vous pour la vraie liberté, ici et maintenant!

    Voyer-vous ce que je veus dire?

  47. Anarchiste, qu’est-ce que ça veut dire. La majorité de ceux qui se disent anarchistes ne le sont pas, alors je préfère ne pas me dire anarchiste pour ne pas être associé à ces délicates âmes. Je suis moi, c’est tout. Et qui a dit que je me crissais de la politique? J’agis, je fais mes actions selon mes convictions, c’est ça ma politique, en toute liberté selon mon éthique. Ce n’est pas parce que je ne vote pas et que je me contrecrisse de débats que d’autres créent que je me crisse de la politique per se, bien au contraire. Je ne rêve pas, sauf la nuit, mais ce sont des rêves pornographiques. Et je ne comprends pas ce que vient faire Marx ici. Je n’ai pas plus à foutre de ce que Marx dirait que de ce que dirait mon voisin qui vient de se faire mettre en prison pour deux ans ou la boulangère du coin. L’opinion des autres leur appartient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *