Questions d'éthique (Première partie)

Mes dernières pérégrinations sur le web, les blogues, Facebook et Twitter m’ont fait voir que l’éthique — la néthique, et par extension, la nétiquette, termes qui semblent aussi synonymes — est un thème qui ressort beaucoup depuis quelque temps. Comme une poussée d’acné.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je juge bon de citer l’article sur la nétiquette de Wikipédia, question de jeter des bases solides à la série de billets que je veux vous proposer :

S’il ne fallait retenir qu’une règle : Ce que vous ne feriez pas lors d’une conversation réelle face à votre correspondant, ne prenez pas l’Internet comme bouclier pour le faire.

Pourquoi ne le ferait-on pas en face? Parce qu’en face, les claques ne se perdent pas…

J’ai quelques exemples à faire ressortir tout au long de cette série, mais le premier en sera un bien personnel, qui m’est arrivé hier. Il y a un froid entre moi et un blogueur (lire : animosité, de son côté), et j’ai tout fait pour m’en éloigner depuis les derniers soubresauts de cette histoire, voilà plus d’un an. Je ne le lis plus, je l’ai banni du mien, mais bon, la blogosphère étant ce qu’elle est, assez petite — encore plus que le monde! — ça m’arrive de tomber sur ses écrits en commentaires ailleurs, puisque nous avons beaucoup de fréquentations en commun.

En sirotant mon café, je tombe sur un billet d’un blogue où on me cite, et le blogueur en question en profite pour exposer tout le mal qu’il pense de moi, même si cette autre personne est déjà parfaitement au courant de notre différend. La même chose, sur un autre blogue. Et ce n’était vraiment pas la première fois. C’est sporadique. Et je ne réplique jamais rien parce que ça fait longtemps que je n’ai plus d’acné…

Le premier blogueur a effacé le commentaire désobligeant et a écrit un billet pour expliquer son désir de neutralité dans les « guéguerres » entre blogueurs, et avec raison. La deuxième a effacé la partie me concernant, dirigeant l’explication en privé, par courriel, avec le principal intéressé.

Ce gars-là a tout à fait le droit de m’abhorrer, mais pas de contaminer les autres espaces avec sa haine pour m’atteindre par un chemin indirect. Et en plus, en regard de la règle que j’expose plus haut, si le gars agissait de la sorte dans la réalitosphère, il aurait sûrement le visage beaucoup plus boursoufflé (et coloré par endroits) que ce qu’on peut voir sur la photo qu’il arbore dans sa bannière (oui, je suis allé une fois, par curiosité…).

Pour vous dire, je commence vraiment à en avoir assez de ces enfantillages. Mais comment les faire cesser? Je me verrais mal faire une plainte à la police pour harcèlement et tentative de ternir ma réputation web…

Je me demande si ça serait possible un boycottage organisé : des blogueurs solidaires à ma cause qui enlèverait son blogue de leurs blogolistes et de leurs agrégateurs pendant un certain temps, par exemple, question de lui faire perdre de la visibilité et ainsi lui faire comprendre que son comportement est inacceptable, et à tous les autres qui font de même, par la même occasion. S’il n’y a pas de lois et de sanctions applicables, organisons notre propre justice! Ça serait comme une épée de Damoclès qui pendrait au-dessus de tous.

C’est une idée que je lance comme ça, en espérant qu’elle rebondisse au bon endroit. Pour ce qui est du moment, c’est là, pas le choix. Mais il y a un côté de moi qui la trouve ridicule cette idée, comme si un problème ridicule trouvait sa solution et qu’elle devait être absolument aussi ridicule…

(Photo : NY_Doll)

Ce contenu a été publié dans anecdotes, blogosphère, Web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Questions d'éthique (Première partie)

  1. Patate dit :

    Ce qui me frappe, c’est que ton boycottage organisé, qu’est-ce qui dit que ça va rester dans l »éthiquette » et non dans la pure vengeance personnelle?

    Parce que si cette fois le gars te pique « injustement », qui nous dit qu’éventuellement un gourou ne convaincra pas ses suiveux de juste boycotter ceux qu’il n’aime pas, pour des raisons qui ne sont pas légitimes?

    Parce qu’à notre dernière obstination par email, il y a une chose que tu m’as dite et qui m’a un peu bouché: « ça se peut tu que ça soit juste que tu n’aimes pas mes opinions? » ou quelque chose comme ça.

    Je te retournerais la question: qui te dit qu’un moment donné on ne se retrouvera pas devant des situations où le Godfather (pas toi nécessairement, même si parfois tu as l’air de jouer ce rôle, volontairement ou pas) va ordonner à ses suiveux de boycotter quelqu’un qui ne le méritera pas… uniquement parce qu’une « personnalité influente » n’aimera pas ses opinions?

    C’est crissement dangereux.

    J’aime bien mieux qu’on tolère certaines choses discutables comme le Louis Préfontaine d’hier qui te pique que d’arriver et de voir certains excès devenir monnaie courante.

    Tsé « ternir ta réputation web »… il peut tout aussi bien ternir la sienne, j’imagine que ça dépend de la balance des influences.

    Si ça dépendait de l’intelligence collective ça serait mieux, mais bon…

  2. Drew dit :

    J’suis pas au courant de cette guéguerre… Alors forcément j’dois pas l’avoir dans ma blogoliste 😉 Un troub de moins!

  3. Martin R. dit :

    Je te comprends dans ce billet Renart. J’ai déjà vécu ce genre de situation où quelqu’un avait salit mon nom et de ce fait, m’avait enlever une amitié virtuelle. Mais ce que j’ai retenu de cette histoire, c’est que plus on laisse l’autre parler et s’enfoncer sans rien dire, plus les autres blogueurs voient que c’est le discriminateur qui n’est pas bien dans sa tête.

    Et puis, même si je n’ai pas cette personne dans ma blogoliste, j’aime mieux rester neutre dans cette histoire. Mais je croyais que c’étais régler cette histoire… du moins, à son avis à lui !

  4. Zoreilles dit :

    J’ai eu à régler quelque chose de semblable dans le temps où j’animais un forum de la Place Publique de Sympatico (l’ancêtre des blogues d’aujourd’hui). C’était vraiment du harcèlement, ça devenait dangereux même tellement c’était menaçant et il y avait dans le temps une sorte d’arbitre, ou d’autorité suprême, Sympatico, qui a dû lui couper son accès à Internet. Cette personne en était rendue à utiliser mon pseudo, se faire passer pour moi et semer le trouble partout.

    Depuis que je blogue, janvier 2007, j’ai été mêlée à un grave manque d’éthique de la part d’une blogueuse que je lisais fidèlement et qui intervenait aussi chez moi. Je n’étais pas sa cible principale mais elle m’accusait de plein de choses injustes et fausses. J’ai exposé la situation dans un billet chez moi tout en faisant preuve de plus d’éthique qu’elle, c’est-à-dire en ne nommant pas les personnes impliquées. Le verdict est venu de mes lecteurs. U-N-A-N-I-M-E. Cette personne a été obligée de comprendre que son comportement était inacceptable.

    J’ai la crainte que cette idée que tu proposes (solidarité entre blogueurs qui devraient prendre partie) finisse par mettre de l’huile sur le feu. D’abord, est-ce vraiment éthique de pointer ainsi du doigt une personne, un blogue, pour l’isoler dans son coin?

    J’aurais tendance à privilégier « s’unir pour » plutôt que de « s’unir contre », c’est-à-dire que les gens qui agissent à l’encontre de l’éthique finissent toujours par s’isoler eux-mêmes parce qu’on ne les lit plus, on ne les considère plus, on n’a plus aucun plaisir à les côtoyer. Voilà quelque chose qui ne changera jamais, qu’on soit dans la blogosphère ou la réalitosphère!

  5. Simon Dor dit :

    Ça pourrait se conjuguer avec un code d’éthique de blogueur. Le problème est l’instauration de tout ça, et de voir comment ça s’appliquerait (serait-ce un contrat qui unirait les gens qui le signent entre eux, ou qui prévoirait des sanctions aussi aux gens à l’extérieur de ce contrat?).

    Bref, réfléchissons-y, je trouve la question intéressante, bien que jusqu’à présent la blogosphère ait été assez clémente avec moi.

  6. Patate,

    en gros, tu apportes de très bons points.

    Allons quand même dans le détail.

    « Ce qui me frappe, c’est que ton boycottage organisé, qu’est-ce qui dit que ça va rester dans l”éthiquette” et non dans la pure vengeance personnelle?

    Parce que si cette fois le gars te pique “injustement”, qui nous dit qu’éventuellement un gourou ne convaincra pas ses suiveux de juste boycotter ceux qu’il n’aime pas, pour des raisons qui ne sont pas légitimes? »

    C’est difficile de répondre, mais je vais essayer, en parlant de comment je vois le cas actuel. Primo, c’est de l’autre côté qu’il faut regarder : il y a un manque à l’étiquette et c’est de la pure vengeance personnelle (et complètement exagéré). Et de mon côté, tu sembles croire que la prémisse est fausse.

    Alors que j’ai laissé tombé les armes, le gars me cherche un peu partout depuis un an, et sur son blogue, et la cerise sur le sundae, chez BV!, qui est un peu mon gagne-pain : je pourrais donc facilement monter un dossier bien garni pour prouver qu’il y a acharnement. Et de l’acharnement au harcèlement, il n’y a qu’un pas… Pour le manque à l’étiquette, l’éthique, pas trop besoin de le souligner encore.

    Ainsi oui, il y a de mon côté vengeance personnelle, en réponse à un préjudice, mais est-ce qu’il est justifié, d’un côté comme de l’autre? Là est le noyau de la problématique. Et les juges seraient les blogueurs. Il n’y aurait pas d’obligation à boycotter, ça va de soi, tout le monde serait libre d’y participer.

    La question n’est pas de savoir si le concept du boycottage est bien ou pas, mais plutôt si celui que je proposerais serait justifié (même si je n’ai pas encore donné tous les détails). Donc, dans l’hypothétique où je ne bullshite personne, est-ce que ça serait une bonne idée pour donner une bonne leçon à cette personne (et aux autres qui sont capables d’être aussi petits…)?

    « Tsé “ternir ta réputation web”… il peut tout aussi bien ternir la sienne, j’imagine que ça dépend de la balance des influences.

    Si ça dépendait de l’intelligence collective ça serait mieux, mais bon… »

    C’est vrai, mais il n’y a que moi pour avoir constaté et reçu le plus de ses piques. Et en un an, ça en fait beaucoup! C’est ça que je voudrais pointer. Il manque donc beaucoup d’éléments à l’« intelligence collective » pour qu’elle puisse se faire une idée… Et il faut surtout lui faire confiance pour ne pas embarquer dans des plans pas nets à la « Godfather ».

    Drew,

    tu pourrais bien l’avoir, c’est entre lui et moi. Je ne commencerai pas à faire du dénigrement gratuit.

    Garde le sourire! 🙂

    Martin R.,

    « Mais ce que j’ai retenu de cette histoire, c’est que plus on laisse l’autre parler et s’enfoncer sans rien dire, plus les autres blogueurs voient que c’est le discriminateur qui n’est pas bien dans sa tête. »

    c’est pas mal ça que j’essaye de faire, me la fermer, mais là c’était trop dans le thème…

    À la question de savoir s’il « n’est pas bien dans sa tête », tout ce que je peux dire c’est qu’il semble s’en passer beaucoup dans la sienne. En fait, il doit beaucoup me lire et décortiquer tout ce que j’écris, et penser, à tort, que je le pointe très souvent. C’est ce qui me semble le plus plausible.

    « Mais je croyais que c’étais régler cette histoire… du moins, à son avis à lui ! »

    Ça, il faudrait que je constitue un historique, ce qui ne me tente vraiment pas…

    Zoreilles,

    « J’ai exposé la situation dans un billet chez moi tout en faisant preuve de plus d’éthique qu’elle, c’est-à-dire en ne nommant pas les personnes impliquées. Le verdict est venu de mes lecteurs. U-N-A-N-I-M-E. Cette personne a été obligée de comprendre que son comportement était inacceptable. »

    le problème, c’est que je suis à 99,9% certain que lui ne comprendra pas que son comportement est inacceptable.

    « J’ai la crainte que cette idée que tu proposes (solidarité entre blogueurs qui devraient prendre partie) finisse par mettre de l’huile sur le feu. »

    Le feu ne s’éteint pas depuis 1 an, lui-même y met son propre sébum… et il semble en produire beaucoup!

    « D’abord, est-ce vraiment éthique de pointer ainsi du doigt une personne, un blogue, pour l’isoler dans son coin? »

    Premièrement, je ne l’ai pas encore fait, s’il faut le rappeler! Mais sinon, il faut se demander si la Loi du talion est éthique, puisque ça ressemble pas mal à ça ce que je propose. Un gars tente de m’isoler dans un coin en médisant sur mon compte à tous les vents, on lui sert la même médecine!

    Mais sinon, merci pour ton avis éclairé, c’est ce que je voulais! 😉

    Simon Dor,

    j’ai lu aussi le billet que tu mets en hyperlien. J’avais bien l’intention d’en parler, mais ça aurait donné un billet interminable… Dans la deuxième partie peut-être!

    Pour ma part, je ne vois pas d’un bon oeil cette idée de contrat, et c’est pour ça justement que je propose un truc où on s’organise pour faire un geste symbolique afin de livrer un message fort pour faire changer des comportements. Quand il y a de l’argent en jeu c’est bien pratique un contrat, sinon…

  7. Redge dit :

    Personnellement, je ne crois pas qu’un boycott serait efficace. Par contre, je crois qu’il serait préférable que les blogueurs ne tolèrent pas les comportements que tu as mentionné chez eux. C’est à eux de serrer la vis quand la tension monte entre « commenteux » et qu’il y a un manque de respect.

    Les outils pour modérer les commentaires existent et il s’agit simplement de les utiliser quand quelqu’un ne respecte pas la néthiquette.

  8. Il y a d’essayer de régler le problème à la base et agir après-coups. Pour les deux cas que j’explique, j’ai envoyé des messages. Peut-être que les commentaires auraient été enlevés quand même, mais je ne crois pas que tous ces genres de commentaires ont été enlevés précédemment. J’ai un doute.

    C’est quand même difficile de serrer la vis quand il n’y a pas de pression exercée…

    Tout ça pour dire que ça prend de l’énergie pour la modération, moi-même je me trouve parfois trop mou. Il y a certainement des commentaires ici que j’aurais effacé si on me l’avait demandé. Mais même effacé, le mal est déjà fait.

  9. Nicole dit :

    Personnellement, agir pour contrer une telle situation, c’est de lui donner de l’importance. Le meilleur moyen selon moi c’est d’ignorer ce genre d’individu autant dans la réalitosphère que la blogosphère.

    Moi, je me suis longtemps fait écoeure dans la vie de tous les jours et au début je répliquais en chialant un peu. Ma mère m’avait dit alors, ignore-les, il ne valent même pas la peine d’un soupir. Comme de fait, quand ils voyaient que je ne réagissait plus, ils sont aller voir qui il pouvaient écoeurer ailleurs.

    Je crois que si les blogueurs et internautes en général ne prennent pas en considération les commentaires de ce blogueur, mais vraiment pas en considération, il finira pas se tanner d’écrire sans être lu et sans susciter de réaction.

    L’ignorance n’est pas simple à faire mais elle ne doit pas venir que de la victime, elle doit être en provenance de toute personne sensée. Contrôler les commentaires, oui, mais ça demeure un geste, une réplique, une réaction. Au pire je laisserai le commentaire et j’ajouterai en tant que propriétaire d’un blogue que ce genre de comportement n’est pas apprécié. Mais en laissant le commentaire, ça démontre que je ne discrimine personne, même le plus con de con à le droit de s’exprimer!

    Moi, faut dire que j’applique le mental teflon, c’est-è-dire bons ou mauvais commentaires, je tente de ne pas me laisser atteindre. Parce que dans les deux cas cela signifierait qu’on se fait juger par autrui alors que je crois que le seul vrai juge c’est soi-même. Il y en a qui n’ont pas la capacité de s’auto-juger intelligemment, just too bad. C’est bien d’encourager et féliciter, mais il ne faut pas que notre confiance se bâtisse que par les remarques des autres. Autrement, le mauvais est aussi dévalorisant que le positif peut être valorisant. Bref, je ne me fais peut-être pas comprendre clairement, mais moi, j’me comprends! ;o)

    Dis-toi une chose, au moins on parle de toi, en bien ou en mal…

  10. Je viens juste de tomber sur ton billet. On est dans les mêmes sujets on dirait. 😉

    Je suis persuadée qu’un regroupement sérieux avec un CA serait bénéfique(et ça donnerait peut-être plus de noblesse à la vocation de blogueur), mais ça demanderait beaucoup d’organisation et d’engagement…

  11. Fort intéressant cette discussion.

    J’ai mon blogue depuis maintenant près de 2 ans et j’ai heureusement pas eu à faire face à cette situation. J’avais un troll anonyme un certain temps mais après quelques répliques directs, il a compris le message et est disparu. À vrai dire, je sais pas trop comment je réagirais si je faisais face à telle situation.

    Heureusement que personne me fait subir ça. Probablement à cause que je n’ai pas assez de lecteurs! 🙂

  12. Nicole,

    « Personnellement, agir pour contrer une telle situation, c’est de lui donner de l’importance. Le meilleur moyen selon moi c’est d’ignorer ce genre d’individu autant dans la réalitosphère que la blogosphère. »

    je suis d’accord, à la base. Mais quand ça ne fonctionne pas?

    On a beau ignorer les maringouins, ça ne les empêche pas de piquer!

    « Mais en laissant le commentaire, ça démontre que je ne discrimine personne, même le plus con de con à le droit de s’exprimer! »

    Je gage que tu n’as jamais eu de troll sur ton dos! Quand tu en auras eu un bien gras qui te rend la vie blogale insupportable, tu vas laisser la discrimination pour les personnes qui en vaillent la peine…

    Josiane Massé,

    c’est un peu grâce à toi si je suis là-dedans… mais je n’irai pas jusqu’à te remercier! 😉

    David Corleone,

    « À vrai dire, je sais pas trop comment je réagirais si je faisais face à telle situation. »

    c’est cliché, mais le problème c’est que chaque situation est différente…

    Quelqu’un que tu ne connais ni d’Ève ni d’Adam, c’est un, un ancien « ami », c’est toute autre chose : parfois, ça l’air plus difficile qu’une peine d’amour…

  13. Certains m’accusent à répétition d’être un moustique et j’ignore leurs insultes.

    Mieux, je ne boycotte pas leur blogue.

    Être rancunier ne nous avance a rien, et il faut être plutôt idéaliste pour espérer qu’un code d’éthique sera respecté sur la blogosphère. J’ai moi-même été des deux côtés de la clôture récemment, et je n’ai aucune confiance envers les blogueurs et ceux qui commentent leurs billets.

  14. Pascal-Pierre,

    quand tu me donneras l’impression de vouloir parler d’égal à égal, je te prendrai au sérieux, et on pourra jaser…

  15. Et j’aimerais ajouter, j’abhorre particulièrement tout ce qui peut se rapprocher du paternalisme.

  16. @renart: Je ne crois pas avoir été particulièrement paternaliste. Une certaine arrogance, oui, pour faire ma place, comme l’étudiant qui entre pour la première fois au lycée.

    C’est tout à fait normal selon moi, mais la réaction a été particulèrement virulente. Je n’étais pas preparé a ça, il faut croire que chaque médium a ses spécificités propres.

  17. Si tu es capable d’utiliser « réaction virulente », c’est que tu es réellement nouveau dans cet univers. Quand j’en serai à proposer un boycottage envers toi, peut-être là…

    Je suis d’accord avec « arrogance », mais pourquoi ne pas simplement participer pour faire ta place, comme le fait la majorité des gens?

    Et une autre question : pourquoi ne pas m’avoir simplement répondu quelque chose du genre, « j’ai mal interprété ton commentaire », à la place de détourner la question des menaces et terminer finalement par ce commentaire (d’où l’idée de paternalisme — et remarque que je ne t’ai même pas répondu à la suite…) :

    « Renart, renart.

    Je faisais simplement semblant d’être en colère devant ton manque d’attention, comme un professeur de l’école primaire qui doit impressionner ses élèves.

    J’aimerais ne pas avoir à tout t’expliquer. »

    Première règle de la nétiquette :

    « pensez à ceux qui vous lisent. »

    Donc, quand tu écris à quelqu’un, arrange-toi pour qu’il n’ait pas à deviner…

    Sinon, je suis bien content de « deviner » un changement d’attitude de ton côté, c’est bien ça?

  18. Et j’ai lu un commentaire anonyme à la suite de notre discussion chez toi. Malgré la tentative de se cacher, c’est tellement signé… et en gras!

  19. Nicole dit :

    Renart, je ne m’attire pas d’emmerde parce que mes blogues n’ont par pour but la critique sur tout et n’importe quoi… ils sont terriblement plates à lire et à commenter! ahahaha

    Je laisse les trolls aux autres blogueurs qui aiment créer des sujets de discussion qui peuvent être plutôt chaud! J’aime mieux informer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *