QuébecOR : la grenouille qui s’est faite plus grosse que le boeuf…

 

L’émission Enquête de Radio-Canada était hier un rendez-vous très prisé, en tout cas pour mon tweetorat (ce néologisme signifie évidemment les gens qui me suivent et qui sont actifs sur Twitter — et étant donné que je suis pratiquement tout le monde en retour, il devient un terme fourre-tout pour désigner mon réseau — fin de la parenthèse « média social »).

Cette émission était très attendue et elle ne semble pas avoir déçu beaucoup de monde : les commentaires que j’ai pu lire étaient tous très positifs (envers le travail de l’équipe d’Alain Gravel, on s’entend…). Et on s’attend bien sûr à une volée de bois vert de la part de PKP :

Après la diffusion d’#Enquête, on attend rapidement l’#EmpireContre-attaque…

En gros, le reportage démontre que Quebecor, après avoir eu l’aide du gouvernement péquiste de l’époque pour acquérir Vidéotron (la Caisse de dépôt, donc nous tous, possède 45% de Quebecor), et après avoir promis « d’adopter une série de mesures pour préserver la diversité des voix en information », est devenu un monstre tentaculaire, un délinquant qui n’en fait qu’à sa tête, une sorte de musulman qui veut imposer sa charia :

 

Dix ans plus tard, on parle de Quebecor comme d’un «empire», dont plusieurs dénoncent les pratiques en matière d’éthique journalistique et le comportement commercial agressif. Entre autres, on reproche à l’entreprise, le plus important éditeur de journaux au Canada, de s’être retirée de tous les conseils de presse du pays.

 

Mais le plus drôle dans ce reportage, c’est le bout où on voit Michelle Coudé-Lord, la directrice de la section Arts et Culture du Journal de Montréal, avec un journaliste aux coudées franches… Après qu’il lui ait fait part d’un cas où visiblement elle avait joué de son pouvoir sur le choix d’un palmarès de personnalités culturelles qui devait être constitué par des spécialistes indépendants, elle répond que c’est sa parole « contre celles d’ex-syndiqués qui sont en colère contre nous ». Le journaliste lui demande alors : « c’est votre adresse de courriel ça? »

Ensuite, on nous montre un courriel où elle a, téléguidée par le directeur de l’information Dany Doucet, effectivement demandé qu’on enlève un nom dans la liste (Paul Arcand) pour y ajouter un autre (Jacques Aubé, vice-président exécutif et directeur général d’Evenko — un gros annonceur au Journal de Montréal). Et quand elle a eu à s’expliquer, on a eu droit à du patinage digne d’un professionnel de la politique, hésitations et mimiques de défensive en prime.

Le reportage vaut vraiment le coup d’oeil, et en plus on l’offre en version intégrale sur le site de l’émission.

Personnellement, ça ne m’a pas trop surpris. Mais ce qui me désole le plus, c’est de constater encore plus clairement le double standard présent dans l’évolution de cette grosse machine qui se fait le fer de lance d’un discours franchement antisubventions alors que certains de ses plus gros coups (Vidéotron et le futur amphithéâtre à Québec) trouvent leurs sources de l’argent des contribuables via une participation étatique. C’est alors que cette attitude dictatoriale en phase avec une culture affairiste agressive perd de sa légitimité. Comment Pierre-Karl Péladeau peut-il faire fi des questionnements éthiques en lien avec l’objectivité journalistique alors qu’il s’agit de répondre au bien commun?

Mais en même temps, nous sommes pris en otage. Le succès de Quebecor semble reposer sur sa tactique de convergence et s’il est forcé de l’abandonner, nous pouvons craindre de perdre notre investissement avec sa possible descente aux enfers. Je sais bien que c’est le scénario le plus pessimiste, mais n’est-ce pas un peu ce dans quoi nous avons été plongés?

Pieds et mains liés, il nous reste encore le droit de signifier notre mécontentement et d’espérer un minimum de respect des règles communes, ce qui ne devrait pas trop briser ses ailes. Et, pour ce qui est de la convergence, le problème n’est pas seulement de son côté, de toute façon, même s’il l’est à moindre mesure… (Une preuve comme une autre : j’ai demandé via Twitter à Guy A Lepage s’il y aura quelque chose au sujet de ce reportage à TLMEP et il m’a répondu que non, qu’il n’a rien su du reportage avant l’enregistrement. J’ai demandé ça bien candidement, mais si Radio-Canada fonctionnait minimalement comme Quebecor, c’est certain que dimanche on en aurait entendu parler! Et le pire, c’est que j’aurais même trouvé ça correct, étant donné que l’émission s’enregistrait dans la journée de diffusion du reportage, question de coller sur l’actualité.)

Voilà, en espérant ne pas trouver le paysage médiatique en désolation à mon réveil demain…

Ce contenu a été publié dans Actualités, Caricature, culture, économie, Journalisme, médias, opinions, politique, Québec, société, télévision, Twitter, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à QuébecOR : la grenouille qui s’est faite plus grosse que le boeuf…

  1. gillac dit :

    Cet homme m’a toujours donné froid dans le dos tout en collant fort bien à l’image idéalisée de l’homme d’affaires rapide à dégainer, centré uniquement sur le succès de ses entreprise et ses gains personnels. Ce qui est encore plus inquiètant, c’est son pouvoir médiatique avec en contrepartie des politiciens frileux à l’extrême.

  2. N. dit :

    Oui, enfin, une bonne partie des fables de LaFontaine s’applique a cet homme, du  » corbeau et le Renrd  » en passant par  » les animaux malades de la peste « .
    Ce qui est drole, pour ceux qui me connaissent, c’est que ce serait le candidat idéal a être, au Québec, le sujet de mon admiration . Il est avide, roublard, sans sentiment, vraiment l’archotype de l’escroc comme je les adore !
    Seulement voila, il lui manque l’essentiel : la classe .
    C’est un peu grâce a cela que l’on prendra toujours parti pour Robin des Bois, que l’on admire Arsene Lupin, tu vois ? Le coté  » Je te vole, mais je t’aime beaucoup !  » Lui n’aime personne, enfin a art semblee t’il sa célèbre ultra pluggée Femme, et ses enfants, qui, si tout va bien pourront eux-même être surpluggés , avec toute la gang des gens qui sont surpluggés dans ses divers réseaux, sans compétence, sans jugement, sans goût, sans saveurs … du coup, pourquoi s.étonner de voir une similitude entre le JdM et Ici Paris … et de vois Francois Pa(pa)rad(z)is a la tête d’une émission d’opinion ??
    Bon c’est quand qu’on part une chaine ???

  3. N,

    « Bon c’est quand qu’on part une chaine ??? »

    l’avenir nous le dira! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *