PQ : Duceppe déclare forfait

 

Comme le « hasard » fait bien les choses… Alors qu’il apparaissait de plus en plus probable que Gilles Duceppe devienne chef du Parti Québécois, La Presse sort un article qui le condamne à la réclusion (bien que le chroniqueur Yves Boisvert pense que c’est de l’exagération, que Duceppe aurait pu poursuivre sa campagne malgré tout…).

C’est que le Bloc Québécois aurait violé les règles de la Chambre des communes en payant le salaire du directeur général de son parti avec des fonds réservés aux activités parlementaires. Cela ressemble à un scénario extrêmement bien ficelé de politique-fiction alors que le SPQ libre croit Gilles Duceppe victime d’un « assassinat politique ».

Comment ne pas y voir une manifestation de la peur du clan fédéraliste, puisque l’hypothèse la plus plausible pour une victoire du clan souverainiste aux prochaines élections provinciales incluait Gilles Duceppe à la tête du PQ? Et comment ne pas se poser la question à savoir depuis combien de temps cette information sensible est-elle entre les mains des journalistes et pourquoi l’avoir publiée à ce moment-là?

Il faut bien s’entendre, je ne suis pas en train de défendre Gilles Duceppe pour son manquement. Il devra faire face à la musique, pour le très grand bonheur de Marc Garneau et de Maxime Bernier qui ont maintenant un os sur lequel gruger. Et je ne peux pas m’empêcher d’entendre le rire sardonique de Jean Charest… Et je le répète : le hasard fait bien les choses. Tellement bien.

Le tapis rouge est déployé. Qui pourra bien mettre des bâtons dans les roues de la machine caquiste ou, encore pire, des libéraux? Pauline Marois? Ça, je veux le voir pour le croire!

 

(Photo : Louperivois)

Ce contenu a été publié dans politique, Québec, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à PQ : Duceppe déclare forfait

  1. Louis Sirois dit :

    Effectivement, le timing est dont bizarre…

    Que Duceppe soit « coupable » on non, le Tribunal Public l’a déjà condamné. C’est un peu comme l’affaire DSK: il allait se présenter à la présidentielle française, candidat crédible, poste clé au FMI… et quoique libéré des charges au criminel, il demeurera à jamais un paria aux yeux du bon Peuple.

    D’autre part, cette nouvelle sur Duceppe n’est quand même pas négligeable, sur le fond du débat. Si ce dernier devait être « coupable », nous devrons retenir que la corruption, le copinage et la malversation n’est pas l’apanage d’une seule couleur politique, fédérale ou provinciale, bleu, rouge, orange, verte, fédéraliste ou indépendantiste.

    D’où l’importance de se battre pour une meilleure éthique et transparence politique, toute formation confondue.

    Le travail réalisé par @Québecleaks va en ce sens et nous devons encourager chaque démarche, visant à dénoncer les abus et rendre les politiciens responsables et imputables de leurs gestes.

  2. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi ce sera débattu aux Communes. Gilles Duceppe a mentionné avoir fait appel aux avocats de la chambre pour ce questionnement et a donc l’aval de leurs propres avocats. En plus, ça fait 7 ans que la vérificatrice générale analyse les budgets des députés et des cabinets, années après années.

    La question qui demeure, c’est de savoir si c’est moral ou éthique de donner une position dans le cabinet du chef du parti au président du parti. Là-dessus, la réponse est pas mal clairement « non ». Mais ça demeure une sauce assez étirée.

    Moi aussi, je vois un timing étrange (en plus, un spécial dans le cahier week-end). Le hasard fait trop bien les choses.

  3. gillac dit :

    Deux choses que je ne réussis pas à comprendre: 1- le Bloc recevait du fédéral 2 chèques: le chèque A pour les frais parlementaires, le chèque B qui est une sorte de subvention au parti calculé selon le nombre de votes de la dernière élection. Pourquoi payer le dg dans le compte A et non le B? Il faut dire aussi que les grands partis se servent abondamment du sénat pour payer leurs organisateurs politiques. 2- Si j’avais à envoyer quelqu’un pour mousser ma candidature, la dernière personne que je souhaiterais avoir de mon bord est bien Marc Laviolette. J’aurais bien plus de chances avec Youppi…

  4. La phrase qui tue, trouvée dans ce billet publié sur Vigile http://www.vigile.net/L-execution-de-Duceppe-A-qui :

    « Il ne faudrait surtout pas que l’on apprenne que les fafans de Pauline y sont pour quelque chose. »

  5. gillac dit :

    Hier je me posais la question: pourquoi avoir puisé dans le compte A (dépenses parlementaires) au lieu du compte B (subvention au parti) pour payer le salaire du dg? La réponse semble d’une simplicité désarmante: dans le premier cas on accède aux avantages sociaux du fédéral et non dans le second.En bref, Duceppe a voulu accomoder un proche. Quant aux soupçons envers les fafans de madame Marois, je ne crois pas que cette allusion soit de bonne guerre.

  6. Finalement, Duceppe aurait suivi les règles :

    http://www.ledevoir.com/politique/canada/340959/duceppe-aurait-suivi-les-regles

    Gillac,

    peut-être pas « de bonne guerre », mais ce questionnement me semble très légitime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *