Nombre d’arrestations durant la crise étudiante versus la crise d’octobre

Photo : Source Télé-Québec

 

Depuis un bon moment, il y a une information qui circule comme quoi le nombre d’arrestations depuis le début de la crise étudiante est plus élevé que celui durant la crise d’octobre. Mythe ou réalité?

Si on fait un peu de recherche, il semble que le nombre d’arrestations durant la crise d’octobre avoisine le chiffre de 500. Les articles que j’ai pu trouver vont tous dans ce sens. La fiche Wikipédia donne le chiffre de 457 arrestations après la « loi des mesures de guerre », ainsi qu’une trentaine d’arrestations de membres du FLQ un peu avant.

Pour ce qui est de la crise étudiante, vu la proximité, il est plus difficile de trouver des chiffres. On m’a pointé un article où quelques chiffres sont avancés :

419 Nombre total d’arrestations par la police de Montréal depuis le début de la grève; 276 pour des infractions à des règlements municipaux et 155 infractions criminelles.

Pourtant, la fiche Wikipédia sur la grève étudiante pointe 916 arrestations. On peut remettre en question toute information qui se trouve sur Wikipédia pour les raisons qu’on sait, mais cette page contient quand même un nombre incroyable de sources journalistiques, d’articles sur la crise étudiante. Je me suis amusé à chercher parmi les titres d’articles le terme « arrestations » et à additionner les chiffres. À quelques reprises, on pointe « plus de 100 », mais j’ai juste ajouté 100. Le résultat est quand même surprenant : 628. C’est déjà beaucoup plus que le chiffre de 419 arrestations annoncé sur le site de La Presse en date du 8 mai, et il n’est pas dit que les journalistes ont toujours indiqué le nombre d’arrestations dans le titre de leur article. Alors, pour ma part, le chiffre de 916 me semble plausible. Il est peut-être un peu gonflé, mais force est d’admettre qu’on se rapproche plus de 1000 que de 500…

Sinon, la comparaison s’arrête là. On ne parle pas d’emprisonnement massif comme en 1970. La grande différence c’est que la loi des mesures de guerre n’a pas (encore) été déclarée en 2012.

Ce contenu a été publié dans société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Nombre d’arrestations durant la crise étudiante versus la crise d’octobre

  1. Laurie dit :

    Si on ne compte que les 301 arrestations en deux jours à Gatineau plus les 111 arrestations de Victo, on n’est déjè pas bien loin du compte.

  2. Raton dit :

    Le comité légal de la CLASSE parlait de 1500 arrestations qu’ils et elles ont à gérer. Je vous recommande de les appeler pour confirmer.

  3. Bakouchaïev dit :

    Tu ne peux pas juste prendre les chiffres du SPVM pour la ville de Montréal. Il y a eu des arrestations à Sherbrooke, Gatineau, Québec, Longueuil (le pont Champlain), Victoriaville et j’en passe. Juste pour Victoriaville, on parle de plus de 150 arrestations si je ne m’abuse, à cause des trois autobus. Le chiffre 1000 ne me semble pas gonflé, si on prend l’ensemble des manifs dans le cadre de la grève (même si les thèmes des manifs peuvent variés, ne soyons pas dupes).

  4. Jean Naimard dit :

    La loi des mesures de guerre n’a pas, et ne sera pas invoquée en 2012, ni à aucun autre moment, parce qu’elle a tout simplement été abolie par Brian Mulroney il y a 25 ans environ; ça a été d’ailleurs un des premiers gestes posés pas les conservateurs afin de défaire le triste héritage anti-Québec du parti libéral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *