Moose Knuckles : quand la francophobie a belle allure

Moose Knuckles

Difficile d’aller plus loin dans le cliché et dans la provoc’.

La compagnie de vêtement Moose Knuckles se paye en ce moment toute une campagne de pub. On se croirait dans une version sexy-bucheron du sketch de RBO, le 4e Reich, où les francophones prenaient la place des nazis. Et la pub tourne autour d’un FLQ transformé pour les besoins en FUQ, difficile de ne pas y voir un pied de nez…

Le scénario se déroule ainsi. Le FUQ, la Fédération unilatérale du Québec, une milice paramilitaire qui achète des armes illégalement, entraine ses troupes pour attaquer l’Alberta et s’emparer de son pétrole.

Voilà pour la provoc’, maintenant le cliché.

Le patron de la boîte (et concepteur de la campagne publicitaire), Will Poho, va défendre à TVA son concept en anglais seulement. Le site qui est consacré à cette campagne est en anglais seulement. Et le site de la compagnie aussi d’ailleurs. Pour ceux que ça intéresse, c’est une compagnie montréalaise.

Ce n’est peut-être pas francophobe en soi, mais ça le laisse très bien sous-entendre. Et le sous-entendu se transforme en feu d’artifice quand on y ajoute la teneur de la pub où la violence est une marque distinctive du francophone militant.

Markéting simplement provocant ou provocation politique pour vendre?

Selon Richard Vézina, ancien directeur du Département de markéting de la Faculté d’administration de l’université de Sherbrooke, les « entreprises désirent avant tout se faire connaitre, même au risque de dégager une image négative et de ne pas mettre l’accent sur leurs produits. Les concepteurs publicitaires savent très bien que, devant deux articles identiques, le consommateur optera pour le produit dont le nom lui est familier. En général, l’image négative de la compagnie s’estompe lorsque vient le temps d’acheter »

On peut quand même se demander si une campagne de pub aussi politique et contextuelle peut faire autant de petits qu’une autre campagne provocante, mais avec un sujet plus universel. Il y a peut-être un danger à piger dans l’Histoire québécoise pour en extrapoler un scénario qui nous est offert comme une possibilité vraisemblable. L’avenir nous le dira.

What the FUQ Quebec wants?

J’en arrive à la conclusion qu’il vise le marché Canadien-anglais où sa marque pourra carburer aussi à la sympathie, ce qui devrait être un plus à sa reconnaissance. Le « Quebec-bashing », c’est vendeur! Et même le Québec, dans le fond. Qui ça dérange, à part quelques nationaleux poussiéreux?

Mais bon, j’allais oublier la gaugauche…

Sans hésiter, il ajoute que, selon lui, le mouvement des carrés rouges n’était pas loin de se transformer en une sorte de F.U.Q, l’armée créée pour cette publicité.

Décidément, Will Poho voulait se mettre beaucoup de monde à dos. Et quand je vous parlais de vraisemblance, voilà l’évidence.

Qu’est-ce que le Québec veut?

Pas les vêtements de Moose Knuckles, j’espère…

Ajout :

Un ami a constaté comme moi que toute la communication de la compagnie se fait exclusivement en anglais et il a décidé d’appeler aux bureaux de Moose Knuckles. La personne qui lui a répondu a dit : « Sorry, I don’t speak french. »  Et 15 minutes après son appel, un statut en français est apparu sur leur page Facebook.

Cedit statut est visiblement un autre statut anglophone simplement traduit par un utilitaire comme « Google translate » pour qu’on ne puisse pas dire qu’il n’y a rien de français…

Quelques perles :

« vous ne serez jamais en sortir vivant »

« nous jouissons de se moquer de nous-mêmes »

« le ridicule qu’il peut être de permettre à nos différences pour nous incitent plus espacés »

« Comment nous pouvons être grave vraiment? »

Moose Knuckles traduction

On trouve ça bien drôle quand ça vient de Chine, mais provenant de Montréal, c’est pathétique.

Sinon, vous pouvez déposer une plainte en ligne concernant cette campagne de pub via le CRTC :

En ligne, à l’adresse : www.adstandards.com

Par courriel, à l’adresse : info@adstandards.com

Par la poste, à l’adresse : 2015, rue Peel, bureau 915 Montréal (Québec) H3A 1T8

Par télécopieur, au numéro : 514-931-2797

Par téléphone, au numéro : 514-931-8060

http://www.crtc.gc.ca/fra/INFO_SHT/G8.htm

Et y’a aussi cette pétition :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Moose_knuckles_Excuses_officielles_a_la_nation_quebecoise_et_retrait_de_la_publicite/?tQZxZgb

 

(Crédit photo : Don Christner)

Ce contenu a été publié dans A la Une, divers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.