Mon vote est dans l’urne

Voilà, c’est fait. Mon vote est dans l’urne. Je suis fébrile quant à ce que cet exercice démocratique va donner comme résultat. Et je ne tenterai pas de faire des projections, puisque j’ai trop en tête les sondages.

Tout ce que je peux dire, c’est que j’espère que les gens se rendront en masse aux bureaux de vote, parce que l’abstention envoie un signal incompréhensible. Et surtout, parce qu’il n’empêche aucunement quelconque parti de prendre le pouvoir.

D’ailleurs, je respecte l’abstentionnisme comme théorie de négation de la démocratie actuelle, mais c’est en pratique qu’il y a un problème. Comment départager le non-vote par conviction, la totale inconscience et la paresse? Pour y arriver, il faudrait qu’un bulletin de vote contienne une case « aucun de ces choix » ou quelque chose du genre. Mais ce n’est pas le cas, et, à ce que je sache, il n’existe pas un mouvement abstentionniste qui en fait la promotion. C’est le néant, et le néant est un espace à remplir : on a le loisir de l’interpréter librement.

Cependant, l’interprétation la plus courante pointe le cynisme comme raison de l’abstentionnisme. Cela participe à la théorie de négation de la démocratie actuelle, mais sûrement pas au niveau dont les théoriciens de l’abstentionnisme le voudraient. Le cynique ordinaire espère que le monde politique se redressera dans le moule actuel (peut-être avec quelques changements), mais il n’envisage pas le désir de bouleversement social et politique de celui qui ne vote pas par déni profond.

L’abstentionniste extrémiste se retrouve noyé dans une bouillie qui n’est pas vraiment plus à son goût… mais je respecte son choix!

 

(Photo : Nick Johnson)

Ce contenu a été publié dans société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *