Loi 78 – les étudiants grévistes déboutés par un juge ayant un préjugé défavorable envers eux?

C’est bien dommage, mais les « fédérations étudiantes ont perdu la première manche de leur bataille concernant la contestation de la loi 78 devant les tribunaux.

Le juge François Rolland, de la Cour supérieure, a finalement donné raison au gouvernement du Québec concernant la requête en sursis qui avait été faite par les associations étudiantes. Ces dernières demandaient la suspension de la loi 78 jusqu’à ce que la cause soit finalement entendue devant le tribunal. »

Là où le bât blesse, c’est que c’est ce même juge (il est juge en chef de la Cour supérieure) qui a suggéré au début de mai « aux élèves et étudiants qui demandent des injonctions pour pouvoir reprendre leurs études de faire appel au procureur général du Québec dans leurs requêtes. » L’article de La Presse qui expose le cas montre bien que l’homme supposé être objectif a pris fortement parti dans le débat. Curieux, pour quelqu’un avec un rôle aussi important.

Alors, force est d’admettre que sa décision d’aujourd’hui peut être discutable selon ces faits. Un juge avec visiblement un préjugé défavorable envers une cause qu’il a à juger, ce n’est pas une bonne nouvelle pour la Justice, ni pour la démocratie d’ailleurs. (D’ailleurs, je vous invite à lire l’excellent article d’AmeriQuébec à ce sujet : http://www.ameriquebec.net/actualites/2012/05/02/greve-etudiante-lindependance-du-juge-en-chef-francois-rolland-remise-en-question-8776.qc)

Rendu-là, je ne serais aucunement surpris qu’on découvre des liens entre François Rolland et des membres du Parti libéral du Québec…

Ajout :

Il semble que selon un article du barreau François Rolland a été nommé à ce poste par Paul Martin, alors qu’il était Premier ministre du Canada et chef du Parti libéral du Canada :

http://www.barreau.qc.ca/pdf/journal/vol36/no18/nominations.html

Mais je me demande : est-ce normal qu’une nomination pour la Cour supérieure du Québec se fasse par un Premier ministre du Canada?

J’ai eu la réponse par plusieurs personnes, dont l’avocate Véronique Robert :

 

Une autre bonne raison de faire la souveraineté du Québec…

Ce contenu a été publié dans Justice, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Loi 78 – les étudiants grévistes déboutés par un juge ayant un préjugé défavorable envers eux?

  1. Serge dit :

    « Un juge avec visiblement un préjugé défavorable envers une cause qu’il a à juger, ce n’est pas une bonne nouvelle pour la Justice, ni pour la démocratie d’ailleurs.»

    Un juge avec préjudice ? Un faux professionnel, quoi !

    En votre qualité de pékiste du PQ, vous sentez-vous bafoué, torturé et opprimé par la présence de juges libéraux, à la magistrature ?…

    Connaissez-vous la différence entre la justice et la politique ?…

    SP

  2. Justement, je la connais. La Justice devrait être le moins possible politique, et l’exemple de ce juge en chef ne donne pas vraiment cette impression.

    Aussi, vous êtes tellement risible avec votre refrain pékiste…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *