L’ex-policier René Forget remet en question le policier interviewé par le Journal de Montréal

 

On m’a fait parvenir ce matin un autre texte de René Forget, l’ancien policier, qui fait suite à sa lettre ouverte que j’ai publié ici hier. Pour la petite histoire, au moment où je vous écris, cette publication approche des 100 000 vues et a eu plus de 43 000 partages sur Facebook. Force est d’admettre que son message est porteur, et je crois que c’est parce qu’il ouvre une perspective positive pour le dénouement de cette crise où la police est un élément clé.

Par contre, comme il en fait mention dans son nouveau texte, un article du Journal de Montréal vient mettre de l’huile sur le feu. On y consigne des extraits d’une entrevue avec un policier qui avoue candidement que l’ordre de foncer vers les manifestants pour les violenter est un « bonbon » :


Comment pouvez-vous rester de glace devant les manifestants qui vous insultent et lancent des objets ?

« Nous sommes formés pour ça. On se retient en se disant que nos boss nous donneront bientôt le go pour foncer. C’est notre bonbon. Ce qui nous fait le plus c…, c’est quand on reçoit des objets et que nos officiers ne nous donnent pas l’ordre de foncer ».

J’ai parlé au téléphone avec René Forget et il n’a pas été surpris d’apprendre que Gab Roy a tellement été fâché par ces propos qu’il a carrément donné un avertissement aux policiers :

 

Imaginez seulement  quand une centaine d’hommes comme moi vont se tanner et vont commencer à vous remettre vos coups. Pas des cegepiens de 130 lbs, DES HOMMES. Des hommes qui ne vous craignent pas. Des hommes prêts à manger des coups. Des hommes fiers qui ne se soumettront pas. Ce jour-là approche….

 

Imaginez qu’on en vienne aux coups de la sorte, comment la tournure positive apportée par le mouvement des casseroles pourrait tourner à la catastrophe, à l’émeute dans le vrai sens du terme cette fois-ci. Il ne faut vraiment pas que ça arrive, parce que ça ne ferait que donner raison au gouvernement de durcir encore plus le ton et de faire devenir réalité la rumeur comme quoi l’armée s’en vient prêter main-forte aux policiers…

Sur ce, je vous laisse avec le texte de René Forget :

 

Chers étudiants,

Vous allez peut-être lire une entrevue publiée dans les pages du Journal de Montréal, sous la plume de Daniel Renaud, qui relaterait une entrevue faite avec un policier. Je vous en conjure, n’y accordez aucune importance.

Je suis convaincu qu’il s’agit d’une fausse entrevue et voici pourquoi :

CE POLICIER EST UN « CASSEUR ».

Le SPVM a des porte-parole officiels et les policiers ne sont pas censés faire de déclarations aux médias. Si cette entrevue est réelle, le policier qui l’a donnée a certainement commis une faute disciplinaire et assurément commis une faute déontologique surtout considérant son manque de réserve.

De plus, la police est un organisme apolitique, le code de déontologie policière proscrit très clairement aux policiers de militer de façon politique et les opinions de ce policier (si l’entrevue est vraie) sont beaucoup trop politisés, militants et pro-Charest, pour que je croie, une seule minute, qu’ils viennent d’un policier qui a un devoir de réserve dans ses propos et d’impartialité dans ces fonctions.

De plus, ce policier, s’il existe bel et bien, ne parle pas au nom de LA POLICE. Au même titre que LES CASSEURS ne vous représentent pas. J’en profite pour vous faire réfléchir sur certains points. Le gouvernement s’est servi des casseurs pour instaurer un climat de peur et justifier l’adoption d’une loi matraque. La population ne reçoit qu’une seule version par les médias, souvent biaisée, et sous la peur, elle a offert son support au gouvernement.

Mais grâce aux médias sociaux et à votre mobilisation, vous êtes en train de faire germer l’idée dans les autres couches de la société, qu’il n’y a peut-être pas de casseurs ou que ces casseurs sont peut-être des agents infiltrés pour « justifier » l’intervention des policiers lorsqu’ils donnent un ordre de dispersement ce qui, à la longue « justifie » les mesures extrêmes prises par le gouvernement. [NDLR : lire à ce sujet : « Black bloc – La police comme élément déclencheur de la casse? »]

Vous avez fait un si bon travail à semer le doute sur l’existence réelle des casseurs, que j’en suis rendu à dire, à qui veut l’entendre, qu’il y a des milliers de caméras de surveillance sur l’île de Montréal et qu’à ce point-ci, je trouve surréaliste le fait qu’encore aucune image de casseur n’ait été publiée. Je voudrais bien qu’on me montre des gens en train de faire de la casse, juste pour voir si ça a vraiment existé. Plus encore, je repense au jeune homme qui s’est filmé avec son cellulaire en train de passer sur un feu rouge. Il a fallu aux policiers de Laval 2 jours pour l’identifier (bien que je ne sois toujours pas convaincu que la SAAQ n’a pas divulgué des renseignements nominatifs de façon illégale), vous ne me ferez pas croire qu’en 100 jours la police de Montréal n’a pas été capable d’identifier, d’arrêter et même d’éradiquer les cellules violentes qui polluaient vos rangs.

Je vous demande de traiter ce policier comme un casseur. Un élément infiltré qui s’en va dire des obscénités dans le seul but de vous sortir de vos gonds.

Supposons que ce type existe vraiment. Il vous le dit lui-même, il veut avoir le « go » pour vous rentrer dedans. Il veut vous frapper dans le ventre et sur les jambes, il veut son bonbon. NE LUI DONNEZ PAS SON BONBON!

Ce texte est truffé de tous les éléments nécessaires pour créer une émeute, il ramène l’idée des enfants-rois, il banalise les enjeux, il invente une statistique ridicule de 20% d’entre vous qui cherchez la confrontation et ce juste pour alimenter la peur chez les baby-boomers et la génération précédente, on sème l’idée qu’il aurait même fallu être plus tranchant et il y a suffisamment d’aberration pour que ce policier S’IL EXISTE soit renier par les autorités, plus tard.

À QUI SERT LA VIOLENCE, ALORS ?

Jean Charest (et un peu François Legault pour avoir appuyé la loi 78). Jean Charest est LA SEULE PERSONNE QUI PROFITE DE LA VIOLENCE. C’est en vous faisant passer pour une génération de casseurs et d’enfants gâtés qu’il a réussi à faire passer son projet de loi dans une partie de l’opinion publique. Mais son pari a échoué, ses appuis s’effritent. LE QUÉBEC NE TOLÈRE PAS DE VOIR SA JEUNESSE SE FAIRE FRAPPER POUR RIEN.

Depuis l’arrivée de la loi 78, vous avez reçu l’appui de plus de 70 groupes importants, de tous les juristes, des partis d’opposition et le Québec au complet a commencé à comprendre que les enjeux vont plus loin que les frais de scolarité.

Mercredi prochain on demande un jugement d’urgence à la cour pour faire suspendre l’application de cette loi immonde. Vous allez être appuyés par plus de 70 organismes qui tiennent la même position que vous, CHAREST VA ÊTRE REPRÉSENTÉ PAR DES AVOCATS QUI LE POURSUIVENT!!!!!

La seule chance qu’il a de ne pas perdre la face MONDIALEMENT, c’est de vous provoquer suffisamment pour que ça vire en émeute et qu’il se présente (peut-être même sans avocat, ha! ha!) et tente de convaincre le juge que sa loi a raison d’être parce que le Québec est dans un état de crise.

NE LUI DONNEZ PAS CETTE SATISFACTION

Je ne suis pas juriste en droit constitutionnel, mais si on arrive à prouver qu’on a été violentés par notre gouvernement, qu’il a violé nos droits et battu notre jeunesse, on est peut-être sur le point de pouvoir légalement exiger sa démission et pas seulement avec une pétition, quoi qu’il en soit il est le seul à tirer profit de la violence.

JE SUIS FIER DE VOUS

Nous sommes rendus au 104e jour de manifestation. Au meilleur de ma connaissance, un seul jour pourrait être qualifié d’émeute et j’ignore si ces événements ont été proclamés émeute en conformité avec les dispositions du code criminel. Certes certains soirs, la manifestation a été qualifiée d’attroupement illégal, mais, une fois encore, j’ignore si les forces de l’ordre peuvent utiliser une loi québécoise pour se conformer à l’article 63 du code criminel, je ne suis pas juriste et je ne prétends pas pouvoir répondre à cette question.

Je vous parle des règles concernant les émeutes parce que les pouvoirs spéciaux donnés aux policiers pour réprimer une émeute sont encadrés par des lois et des règles et les excuses données aux policiers pour utiliser de la force sont elles aussi bien encadrées.
Rappelez-vous toujours que nous sommes dans un état de droit et que la force utilisée par la police sera un jour évaluée par nos tribunaux. Rappelez-vous que le jour où nous porterons un jugement sur la force utilisée, nous serons de retour dans une société calme, gouvernée par le droit et la connaissance et que ces policiers seront jugés beaucoup plus sévèrement en temps calmes qu’en temps tumultueux (ce à quoi j’ai tenté de les sensibiliser dans une précédente lettre).

Rappelez-vous que ces policiers sont vos pères, mères, oncles, tantes, voisins, voisines, les parents de vos amis. Rappelez-vous que plusieurs supportent votre cause. Rappelez-vous surtout que comme les casseurs, les imbéciles qui polluent leurs rangs sont l’exception qui confirme la règle.

SI VOUS SENTEZ LA TENSION MONTER AVEC UN AGENT DE LA PAIX, N’OPPOSEZ AUCUNE VIOLENCE, IL NE RESTE PAS LONGTEMPS AVANT QUE LA LOI 78 NE SOIT SUSPENDUE APRÈS LA TENSION VA DISPARAÎTRE.
NOUS DEVONS FAIRE LA PAIX AVEC NOTRE POLICE… surtout si on veut qu’elle trouve qui est l’irresponsable qui a fait ces déclarations.

P.S. Daniel Renaud et le Journal de Montréal devront également répondre de ce manque de jugement.

René Forget

 

(Photo : Gerry Lauzon)

Ce contenu a été publié dans Journalisme, médias, société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

29 réponses à L’ex-policier René Forget remet en question le policier interviewé par le Journal de Montréal

  1. Vas dit :

    Mouvement Historique

  2. a montréal il y a écrit SERVIR ET PROTÉGER maintenant ont peut enlever ce logo!sevir qui-protéger qui?

  3. Ce contre-article est i-d-i-o-t. Les policiers ne sont pas des travailleurs sociaux.
    Leur JOB est de faire respecter les lois en vigueur et régner l’ordre.
    Ce sont des gens bien ordinaires avec un travail très difficile à faire, un vrai mal nécessaire, et ils sont généralement dignes de respect. Le harcèlement verbal et physique continu, et les agressions qui leur sont portés à coup de projectiles, par des meutes irresponsables, souvent agressives et truffées de voyous, feraient réagir n’importe qui. Vous êtes chanceux en christie qu’ils se retiennent.
    La « Loi Fumigène » est là pour de très bonnes raisons, les usagers du métro vous le diront.
    F. Haempel.

  4. Seb dit :

    ici on peut parler de casse, pas a montréal avec les 3 cones brulés

  5. Sam dit :

    Au lieu de regarder LCN et RDI ça te feras du bien de sortir dans la rue et de voir ce qui ce passe reelment. On nous dit que les americains qui regarder FoxNews manque de jugement et d’intelligence mais c’est trés facile de faire pareil ici au Quebec. Soyons meilleurs que ça.

  6. HEL dit :

    peut-etre qu’apres un petit sejour en Grece, le SPVM sera finalement gentil-gentil avec les manifestants de MTL qui sont siiiii mechants-mechants avec eux …

  7. HEL dit :

    Mais, alors pourquoi en effet décréter un représentant du corps policier (i.e un porte-parole) si n’importe quel policier peut participer a un entretient? Quand il y a problème dans le métro ou sur les lignes de bus, je n’ai jamais encore vu mon chauffeur d’autobus, ou même celui qui est chargé de l’entretient de la station de métro que j’utilise a tous les matins/soirs pour parler de la situation de la STM. C’est plutôt la même bonne femme qui parle, parce qu’elle a été choisie, et a une formation post-secondaire pour ça, mais surtout pour que l’information/opinion véhiculée soit standardisée au sein de l’organisation, et non pas nous faire croire que c’est peut-etre juste un membre de l’entité qui pense ainsi, et nous faire douter par le fait même de l’exactitude des faits. Mais je suis entièrement d’accord avec le fait que la majorité des policiers agissent comme des brutes .. mais n’oublions pas que JDM gagne son argent dans le sensationnalisme, comme dans n’importe quel sujet qu’il aborde.

  8. Pascal L dit :

    Une bonne question pou vous monsieur : Pourquoi les gens de l’extérieur de Montréal ont-ils une image aussi horrible des manifestants alors que les habitant du Centre de Montréal sont d’un avis complètement opposé?

    Ce poser cette question sérieusement est y répondre… à moins que ceux qui voient les évènements de leurs propres yeux auraient tous tord et seraient désinformés?

    Sortez vous la tête du sable bon sang et arrêtez d’avoir peur de vos voyous imaginaires!! Surtout que les fameux casseurs n’ont pas cassé grand chose d’autres que des vitrines de banques et une fenêtre du manège militaire. ( ET non! les fumigènes dans le métro ne font pas parti de ce que l’on peut appeler une manifestation)

  9. vargeaise dit :

    Mr.Haempel,
    Ils sont chanceux en christie qu’on se retienne! Nous aussi on pourrait se trouver des bâton, des bouclier, des grenandes et doi poivres. Houlà! Ils trouveraient le temps long d’agresser le peuple quand celui-ci prend la rue! Soyons franc: ils se sauveraient rapidement, car ce sont bien évidemment des lâches pour la plupart d’entre eux. Je parle de ceux qui sont dans la Soit-disant « anti-émeute ». (alors qu’il n’y a pas d’émeute, juste de smanifestations pacifiques)
    Quand on est courageux, on ne choisit pas une job dans laquelle on va, armé jusqu’aux dents, agresser des adolecentes pacifiques aux mains nues.

  10. La une des grands journeaux et les nouvelles télévisées me font penser aux médias de l’ère Duplessis. Les références ne dégoulines pas avec autant de merde, mais on peut faire le lien. À l’époque, les leaders syndicaux étaient pendus haute et court dans les journeaux, aujourd’hui c’est les étudiants.

    On est plus intelligent d’ailleurs. On utilise du « news spinning », un exercice dans lequel l’information est subitlement manipulée dans le but de représenter les valeurs du lecteur et du « commanditaire » principal du journal. Bref, pour le journal, il faut que ca rapporte du fric. Pas avec les ventes, mais avec l’influence.

    Par exemple, quand un animateur dit: Le gouvernement à p-e été trop intransigeant …

    Comment peut ont être trop intrensigeant? Être intrensigeant est alors inconsciemment associé à la situation, mais intransigeant, par définition représente déjà une fermeture complète et obtuse.

    La liste est longue, mais après des années et des années d’influence médiatique, nous avalons tout comme des mouettes, même si ça vas nous tuer.

    Pour se réveiller, il faut voir les manifestations, voir les terrasse trashée par les policier et comprendre que la folie humaine nous dicte de s’opposer à un régime qui veut notre âme.

    Il veut notre âme car il veut nous dire ce que l’on doit penser pour être « inclus ». Il faut accepter d’être « a genoux » et s’écraser comme un chien de salon qui aime recevoir des coups de son maître de la haute.

    Jamais je n’aurais cru citer Falardeau mais le vieux criss avait raison sur ben des affaires!

  11. Lili-Anne Girard dit :

    CE POLICIER EST UN « CASSEUR ». -René Forget

    On a pas besoin de vous pour savoir que la majorité des casseurs et provocateurs qui font dégénérés les manifestations sont des FLICS monsieur Forget !

    De plus, la police est un organisme apolitique, le code de déontologie policière proscrit très clairement aux policiers de militer de façon politique et les opinions de ce policier (si l’entrevue est vraie) sont beaucoup trop politisés, militants et pro-Charest, pour que je croie, une seule minute, qu’ils viennent d’un policier qui a un devoir de réserve dans ses propos et d’impartialité dans ces fonctions. -René Forget

    Que pensez-vous de cette vidéo, une parmi des centaines d’exemples, où votre con-frère traite un couple de personnes âgées de gauchiste et dont leur seul tord a été de klaxonner pour appuyer le mouvement étudiant, monsieur Forget ? Police politique ?

    Je vous demande de traiter ce policier comme un casseur. Un élément infiltré qui s’en va dire des obscénités dans le seul but de vous sortir de vos gonds. -René Forget

    Des interventions telles que celles dont vous feignez dénoncer, on en entend chaque jour de la bouche et dans le comportement de dizaines et de dizaines de vos cons-frères et connes-soeurs depuis le début du mouvement étudiant et social, monsieur Forget ! Devrions-nous tous les traiter comme des provocateurs et des casseurs ? Devrions-nous entamer des recours contre chacun d’eux ? Encore faudrait-il avoir la possibilité de les identifier, mais comme la majorité masque leur matricule et refuse de s’identifier lorsque le peuple le leur demande, c’est peine perdu et nous n’avons pas vos moyens NOUS MONSIEUR ! De toute façon, les agissements de vos semblables à l’encontre de votre code de déontologie est tellement généralisé, qu’il n’y aurait pas assez de place dans vos prisons et il ne resterait plus personne à la SSPVM pour traiter les plaintes contre elle-même !

    Ce texte est truffé de tous les éléments nécessaires pour créer une émeute, il ramène l’idée des enfants-rois, il banalise les enjeux, il invente une statistique ridicule de 20% d’entre vous qui cherchez la confrontation et ce juste pour alimenter la peur chez les baby-boomers et la génération précédente, on sème l’idée qu’il aurait même fallu être plus tranchant et il y a suffisamment d’aberration pour que ce policier S’IL EXISTE soit renier par les autorités, plus tard. -René Forget

    Comme si on avait besoin de ce texte pour apporter des « éléments nécessaires pour créer une émeute »… Nous prenez-vous pour des caves ? Ça fait plus de trois mois que vos acolytes et leurs patrons nous insultent et nous méprisent avec la plus grande arrogance, ça fait plus de trois mois que vos compères nous arrêtent sans raisons et nous tabassent impunément !

    Jean Charest (et un peu François Legault pour avoir appuyé la loi 78). Jean Charest est LA SEULE PERSONNE QUI PROFITE DE LA VIOLENCE. C’est en vous faisant passer pour une génération de casseurs et d’enfants gâtés qu’il a réussi à faire passer son projet de loi dans une partie de l’opinion publique. Mais son pari a échoué, ses appuis s’effritent. LE QUÉBEC NE TOLÈRE PAS DE VOIR SA JEUNESSE SE FAIRE FRAPPER POUR RIEN. -René Forget

    QUI FRAPPE LA JEUNESSE QUÉBÉCOISE POUR RIEN, MONSIEUR FORGET ? JEAN CHAREST OU LA SSPVM ET LA SSQ ?

    Je ne suis pas juriste en droit constitutionnel, mais si on arrive à prouver qu’on a été violentés par notre gouvernement, qu’il a violé nos droits et battu notre jeunesse, on est peut-être sur le point de pouvoir légalement exiger sa démission et pas seulement avec une pétition, quoi qu’il en soit il est le seul à tirer profit de la violence. -René Forget

    C’EST QUI CE « ON » DONT VOUS NOUS PARLEZ, MONSIEUR ? Vous voudriez peut-être nous faire croire que vous avez passé plus de trois mois dans la rue et dans nos institutions avec nous à vous faire insulter, menacer et violenter ? Et Charest est loin d’être le seul à en profiter, vos cons-frères et connes-soeurs en profitent et en jouissent PLEINEMENT !

    JE SUIS FIER DE VOUS -René Forget

    TA GUEULE !

    Certes certains soirs, la manifestation a été qualifiée d’attroupement illégal, mais, une fois encore, j’ignore si les forces de l’ordre peuvent utiliser une loi québécoise pour se conformer à l’article 63 du code criminel, je ne suis pas juriste et je ne prétends pas pouvoir répondre à cette question. -René Forget

    N’étiez-vous pas censé être FLIC ? Vous savez, ceux qui sont censés connaître les lois pour les faire respecter (sans les respecter eux-mêmes…) ? Je vais vous en apprendre une bonne, monsieur : 99.9 % des manifestations qui sont déclarées illégales par vos comparses, le sont dans le seul but de provoquer les manifestants ! Mais je doute que je vous apprenne quoi que ce soit ici, n’est-ce pas ?

    Rappelez-vous toujours que nous sommes dans un état de droit et que la force utilisée par la police sera un jour évaluée par nos tribunaux. -René Forget

    Ouais, ouais, ouais… Ben en attendant que les maltraitances policières soient « un jour » évaluée par nos tribunaux, nous continuons de subir les foudres, les insultes, les menaces et les violences de vos comparses en exerçant notre droit fondamental ! Et ce ne sont pas les petites tapes sur les doigts (1) qu’ils recevront, si les juges nommés par nos bons libéraux veulent bien montrer une once d’impartialité et de bonne foi, qui les feront cesser d’agir de manière inacceptables comme ils et elles l’ont fait ces dernier mois !

    (1)- Comme dans l’affaire Teryy Lalo où l’agent de la SSQ de Sept-Îles, Richard Turgeon, qui a tué ce jeune autochtone de 16 ans en lui fonçant dessus avec sa voiture pour ensuite lui repasser sur le corps en marche arrière, qui n’a reçu qu’une simple suspension sans solde de 60 jours et un transfert à St-Tite en Mauricie pour « usage dérogatoire d’un véhicule de patrouille » !

    Rappelez-vous que ces policiers sont vos pères, mères, oncles, tantes, voisins, voisines, les parents de vos amis. -René Forget

    Vos chiens et chiennes de service devraient se rappeler qu’ils tapent à tour de bras sur les enfants de leurs pères, mères, oncles, tantes, voisins, voisines et les parents de leurs amis !

    Rappelez-vous que plusieurs supportent votre cause. -René Forget

    Je vous croirai quand vous abandonnerez vos boucliers, matraques et gaz de toutes sortes, quand vous cesserez vos maltraitances envers jeunes et moins jeunes et quand vous refuserez d’obéir aux ordres des supérieurs qui vous demandent de foncer dans le tas !

    Rappelez-vous surtout que comme les casseurs, les imbéciles qui polluent leurs rangs sont l’exception qui confirme la règle. -René Forget

    Pis mon cul, c’est du poulet ?

    Lili-Anne Girard

  12. René Forget dit :

    Bonjour Lili-Anne,

    Vous m’envoyez beaucoup d’aggressivité dans votre lettre mais j’aimerais vraiment que vous relisiez ma lettre, nous sommes du même bord.

    Je crois qu’il vous a échappé le fait que je ne suis plus policier. En 1997 mon chef m’a demandé de donner des constats d’infractions pour vitesse en opérant le radar. Or, je n’étais pas un opérateur radar qualifié, si j’avais donné de tels constats, ils auraient été illégaux.

    À 22 ans, j’ai pris la décision la plus difficile de ma vie, j’ai choisi de rester honnête et de protéger les citoyens contre mon boss… au risque de ma carrière.

    J’y ai laissé ma carrière et ma santé mais j’ai sauvé mon intégrité.

    Je peux vous assurer que je juge les abus des policiers et ceux de Jean Charest, largement plus sévèrement que vous ne le feriez jamais.

    Mais l’heure était à l’appel au calme, il fallait éviter que quiconque lise cet article et attaque un policier, il fallait garder le rôle de victime, pas d’agresseur.

    Demain la loi 78 va être suspendue, le gouvernement ne pourra pas la justifier en prétendant qu’il y a de la classe, il n’y en a pas.

    Ne vous en faites pas, les abus seront jugés, sévèrement.

    J’espère sincèrement que vous relierez mes lettres et que vous saisirez mieux mes positions.

    René

    P.s. Je ne peux pas être certain, mais je suis assez convaincu que votre cul n’est pas du poulet 🙂

  13. Bonjour M. Forget

    Je n’étais manifestement pas au courant de votre situation personnelle, mais de vous présenter en tant qu’ancien policier à la retraite fût quelque peu malhabile et m’a donné l’impression qu’il s’agissait d’un autre de ces « experts » retraités des forces de « l’ordre » (GRC, SCRS, SPVM, SQ, etc.) en position d’autorité que nous présente trop souvent les masses médias, une autre de ces PSYOPs ou opérations de guerre psychologique comme nous en avons tant subi depuis le début de la grève.

    Merci d’avoir prix de votre temps pour me répondre et merci pour votre ouverture et votre implication dans notre cause commune.

    Lili-Anne Girard

  14. René Forget dit :

    Mais vous avez tout à fait raison, lisez ma première lettre, je suis d’accord avec vous. il y a des débordements, je les dénonce.

    La lettre que vous venez de lire voulait éviter que notre jeunesse tombe dans le piège tendu par le journal de montréal.

    je vous invite à relire mes lettre, avec cette nouvelle lecture vous découvrirez un allié. Ce qui ne fais pas de moi l’ennemi de la police, je milite seulement pour qu’elle devienne ce qu’elle DOIT être

    Bonne journée

  15. DavidPothier dit :

    Des policiers qui sont dans les rues pour faire respecter une nouvelle loi qui interdit d’être regroupé de crier aux gens de porter des masques de vouloir faire de la casse. Ces même policiers sont souvent masqués regroupés crient sauvagement après tous les gens qu’ils croisent sont armés et prèt a casser la gueule et les biens à n’importe qui n’importe quand, Dans mon livre à moé c’est pas « fair » pentoute! on a énnnormément plus de raison d’emprisonner une grande partie de ces policiers qui n’auraient jamais du être accepté pour ce métier. De Québec à Montréal en passant par Trois-Rivières ce genre de personnes aux comportements douteux et abusifs sont partout, la diplomatie a meilleur gout et cessez donc de traiter tout l’monde comme des criminels ou plutôt comme vos pires ennemis parce que c’est exactement ce que vous faites et à force d’accumuler ces situations on multiplie l’agressivité des gens que vous croiserez par après ce qui est idiot et pas souhaitable pour une société en santé dans tous les sens du terme.

  16. J`ai lu avec beaucoup d`intérêt la lettre de M Forgetet compte tenu de ce qui y est écrit concernant les scandales des libéraux comment un ex policier retraité du nom de Poëti qui connaît for bien la douteuse réputation des libéraux peut prêter son nom à ce parti libéral corrompu, je n`en revient pas, une petite gêne M POëti comment faites-vous pour vous présenter pour un parti que vous savez corrompu votre éthique n`est pas forte et vous me décevez grandement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *