Lettre à Jacques Villeneuve

Jacques,

j’aimerais tout d’abord te dire que la liberté d’expression ne veut pas dire qu’il faille absolument s’exprimer, et sur tout, et à tous moments. Il faut se référer surtout au terme liberté, qui implique l’idée du choix. Et puis, il faut dire aussi que la liberté d’expression n’a pas la même portée, selon si c’est toi ou si c’est moi qui s’exprime. Tu as tout à fait le droit de dire que les étudiants qui manifestent sont des fainéants et d’interpréter la grève étudiante et la crise actuelle à ta manière, j’ai aussi le droit d’interpréter tes déclarations à la lumière de ce que je sais de ta vie. Je m’attends de n’importe quel cul béni un minimum d’humilité devant la très grande majorité qui ne l’a pas eu facile au niveau pécuniaire comparé à lui, alors je me permets de juger tout ce qui sort de ta bouche sans aucune pitié.

Ton problème principal, c’est que tu oublies que tu es en soi un contexte et un symbole. Si tu avais cherché à obtenir le respect, tu te serais abstenu de commenter quelque chose qui te dépasse, visiblement, et à un point tel que nos tours d’ivoire font paraître la tienne comme une allumette. Parce qu’être de la classe pauvre et moyenne, c’est être né sans avoir le choix de cultiver au moins un peu le courage, enfin ce courage de composer avec le fait d’avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

Je m’explique. Les gens riches n’ont pas l’avantage d’avoir plus d’argent que les autres dans un sens seulement quantitatif, mais bien surtout dans le sens qu’ils n’ont pas à vivre avec le fait d’avoir immensément beaucoup plus de chance de se retrouver à la rue. C’est la différence entre vivre et survivre. Et je ne dis pas que les Québécois de la classe moyenne et pauvre sont comparables aux habitants des pays en voie de développement, je dis que ce constant état de stress qu’ils vivent, que je vis, tu n’en as jamais rien connu, c’est quelque chose qui t’est hautement abstrait. Et je fais évidemment une grande différence entre ceux comme toi qui sont nés dans la ouate et ceux qui ont bâti eux-mêmes leur fortune.

C’est pourquoi je me permets de te juger. Le désir de se battre pour améliorer son sort, et c’est tout à fait ça qui se joue en ce moment — même si pour les riches des centaines de dollars de plus à payer pour des frais de scolarité sont assurément des peccadilles —, trouve sa source de ce sentiment d’avoir cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Ne pas voir ça c’est s’aveugler soi-même de son très grand état de privilégié.

Lorsque tu courses, tu sais que la vitesse fait perdre de la netteté au niveau de la vision périphérique, je pense que ton métier de coureur automobile a déteint sur ton sens de l’analyse, sur ta vision de la société.

 

(Photo : daredevil26)

Ce contenu a été publié dans société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Lettre à Jacques Villeneuve

  1. Ce n’est pas la première connerie que dit Jacques Villeneuve. Ce qui me surprend moi, c’est qu’il y a encore du monde pour l’écouter. Moi quand je le vois à la télé, je change de chaîne.

  2. DRAGON XXX dit :

    JACQUES VILLENEUVE A 100 % RAISON
    ===================================
    Et ce n’est pas CHAREST qu’il faut quémeneder pour avoir de l’argent pour les étudiants mais LA MAFIA qui est bien le propriétaire du Québec ET DES ORGANISMES DE CHARITÉ qui ne donne pas un SOUS NOIR aux pauvres, aux malades, etc..
    MAFIA CHARITABLE QUI S’EN METTENT PLEIN LES POCHES $$$$
    SOCIÉTÉ D’ALZEIMER = $ 6,000,000,000 DANS LEUR COMPTE DE BANQUE …. et aucune victime de la maladie ne recoive de chèque… comme aucun BS ne recoit de chèque de qui que ce soit… READ ===>>

    Beaucoup de salariés pour Opération Enfants Soleil et pas juste des dirigeants qui s’en mettent plein les poches à même les dons avec des salaires pouvant atteindre plus de $ 250,000 et plus par année plus généreux comptes de dépenses : massages, manucures, BMW, grands restaurants, hôtels de luxe, etc. ? Pris sur les sites Internet d’Emploi Jobkebek et Joboom la journée même de leur téléthon du 2 et 3 juin 2012 donc avec de nouveaux millions de dollars dans leur coffre à même l’argent des enfants malades : 
    – Aide-magasinier/aide-magasinière (Opération Enfant Soleil) Préparer les commandes à expédier; aider le magasinier dans ses fonctions; manipuler des boîtes et divers matériels pour la préparation du téléthon; transport d’argent; entretien mineur…
    – Conseiller principal/conseillère principale en marketing (Opération Enfant Soleil) Sous la supervision du directeur des partenariats, le titulaire de ce poste assure le suivi des partenaires actuels ainsi que le développement stratégique de nouveaux partenariats.
    – Coordonnateur, événements et projets spéciaux (Opération Enfant Soleil) Sous l’autorité de la directrice, événements et projets spéciaux, organise coordonne et assure le suivi…
    – Conseiller aux partenariats et développement (Opération Enfant Soleil) Salaire et conditions concurrentiels sous la supervision du directeur des partenariats, le titulaire de ce poste assure le suivi des partenaires actuels…
    – Conseiller en ressources humaines (Opération Enfant Soleil) Sous l’autorité de la présidente-directrice générale, vous développez et implantez des programmes et politiques en gestion des ressources humaines et vous assurez l’assistance conseil auprès des cadres de l’organisation, notamment en matière de gestion des employés, de recrutement et de dotation ainsi que le soutien reliés aux programmes et politiques. Vous participez aux réunions du comité ressources humaines du conseil d’administration. (Annonce d’Emploie pris sur Joboom.com en 2012) Wow, pour embaucher un Conseiller en Ressources Humaines il doit en avoir des employés surtout qu’on demande sept ans d’expériences et faire partie de la Corporation des ces conseillers en RH… Sans compter les généreux salaires des cadres de l’organisation ou le membres du Conseil d’Administration qui gagnent combien de millions à mêmes les dons ? Ha oui, la délicieuse défense de ces organismes: Notre salaire est concurrentiel en comparaison à d’autres organismes de même taille… Bla-bla-bla ! ($$$) Toujours la même histoire.
    On peut ainsi annoncer des dizaines d’annonces d’emplois de ce genre puisque c’est avec vos généreux  » dons de charité  » qu’on va payer ces emplois bien rémunérés (salaires concurrentiels) pour enrichir la famille du Président fondateur qui a passé trois fois à l’émission JE dont ses propres bénévoles les accusaient de se mettre multi millionnaire à même les dons pour les enfants malades. Charité commence par soi-même c’est bien connu !

    Les organisations caritatives doivent dévoiler à l’Agence du revenu du Canada le montant du salaire de leurs dix employés les mieux payés. La banque de données de l’agence fédérale montre que plus de 6000 travailleurs de ce secteur ont gagné plus de 120,000 dollars en 2010. Quelques centaines d’entre eux ont empoché plus de 35,0000 dollars. Douze mille travailleurs reçoivent des salaires de 80,000 à 120,000 dollars, alors que 16,3000 d’entre eux gagnaient un salaire inférieur à 8,0000 dollars. Il est probable que le nombre de travailleurs empochant des salaires à six chiffres soit plus important, parce que les organismes ne dévoilent que les dix salaires les plus élevés de leur organisation. Plusieurs de ces organisations sont des fondations reliées à des établissements comme des hôpitaux, de commissions scolaires, des université ou des collèges. Les salaires importants versés par ces institutions expliquent en partie les salaires à six chiffres. Les organismes de charité incluant au moins dix personnes qui gagnent 350,000 dollars et plus incluent la maison de retraite La Salle Manor de Scarborough, en Ontario, le réseau de santé régional de Regina Qu’Appelle, l’Université de la Saskatchewan, ainsi que l’Hôpital Mount Sinai de Toronto. En s’enregistrant en tant que groupes caritatifs, ces organisations peuvent émettre des reçus pour fins d’impôt. (La Presse Canadienne, 11 juillet 2011)

    Les organismes de charité défendent leurs décisions en plaidant qu’ils doivent parfois débourser gros pour attirer les individus les plus talentueux. « Si vous voulez vraiment que ces organismes de charité aient un impact et fassent une vraie différence, vous devez attirer les meilleurs vers ce secteur », plaide Marcel Lauzière d’Imagine Canada, une association d’appui aux groupes caritatifs. « Ce n’est pas seulement le cas dans le secteur public et dans le monde des affaires. Il faut verser des salaires qui se comparent à cela. » La définition d’un organisme de charité est floue. Tous les groupes enregistrés ne construisent pas des écoles au tiers monde et n’amassent pas des fonds pour lutter contre le cancer. La Fondation canadienne du cancer du sein a versé près que 13 millions de dollars à ses 156 employés à temps plein et à ses 30 travailleurs à temps partiel en 2010, selon les données de l’Agence du revenu du Canada. Les trois individus les mieux payés au sein de l’organisme ont empoché entre 200000 et 249999 dollars. La fondation a aussi dépensé quelque 23 millions de dollars dans ses programmes, notamment pour financer des recherches et pour verser des bourses à des étudiants. Sandra Palmero, dirigeante de la branche ontarienne de la fondation, soutient qu’il s’agit de salaires normaux. « De notre point de vue, c’est ce que le marché considère comme une échelle de salaires acceptable pour une organisation de notre taille », explique-t-elle. La Fondation Sicks Kids, dont l’objectif est essentiellement d’amasser des fonds pour un hôpital pour enfants de Toronto, a versé 12 millions de dollars en 2010 à ses 136 employés. Les dix employés les mieux payés de l’organisme ont tous fait plus de 160000 dollars et cinq d’entre eux ont fait plus de 200000 dollars.

    Encore un article sur les Présidents des organismes de charité, payé à même les dons. Sans compter leurs prestigieux comptes de dépenses : restaurants à $ 250.00 du repas, grand vin millésimé à $ 300.00 la bouteille, BMW ou Mercedes fournis, massage à volonté, etc. La grande vie. Donc, je disais, Journal des Affaires d’Avril 2012 : les Présidents des organismes de charité gagnent en moyenne entre $ 50,000 et $ 200,000 par an. Et les plus payer ? Entre un et deux millions par an ? Voyons les chiffres de 2007 sur le site internet Les Affaires  » Philanthropie : grandes causes, gros salaires  » ou l’on affirme que les dirigeants des organismes de bienfaisance québécois touchent en moyenne 125 000 dollars par an … ce chiffre provient, lui, d’une rare étude sur les salaires des professionnels en gestion philanthropique au Québec réalisée l’an dernier par Denis Fortin, chercheur à l’Université d’Alberta.
    – Fondation Mira dépense : 44% de ses revenus en salaires ;
    – La Fondation québécoise du cancer : 38% ;
    – Jeunesse au soleil : 35% ;
    – Leucan : 31% ;
    – Le Bon Dieu dans la rue : 60% ;
    – Enfant Soleil pour les enfants malades : le Président est devenu multimillionnaire à même les dons, sans compter les généreux salaires de sa propre famille qui travaillent pour l’Organisme. (Émission JE)
    D’où sortent ces chiffres ? Tout bonnement de leurs déclarations auprès de Revenu Canada faites en 2007. Et voici ce qu’affirme l’article du 12 décembre 2008 du site internet Les Affaires : D’autres se font évasifs, comme Opération Enfant Soleil, Leucan et Oxfam-Québec. Ils indiquent du bout des lèvres que leur salaire annuel de leur Président oscille entre 120 000 et 130 000 dollars. (En 2007) Aux États-Unis, c’est encore pire qu’au Canada. Le salaire médian des hauts dirigeants d’organisme y était de 410 000 dollars en 2007. Le plus gros salaire a été empoché par James J. Mongan, président-directeur général de Partners HealthCare System, de Boston : 1,7 million de dollars ! Et le scandale des scandales, les coffres de la Société Alzheimer mondiale ont un compte de Banque de plus de 600 milliards $. De quoi à se payer des salaires jusqu’à la fin des temps. Être un pays, cet organisme de charité serait la 14e plus grande puissance mondiale. Et dites-moi, pourquoi on ne distribue pas ces 600 milliards de dollar aux victimes ou aux familles de ces malades mentales ? À croire que les organismes de charité sont une véritable Mafia ? Pour ce scandale de La Société Alzheimer : émission télé sur le canal 10 à 10 :15 AM le 18 mai 2012. Donc l’information est réelle, pas du tout une mauvaise blague. Mais une très belle histoire de détournement d’argent ?
    Des dirigeants bien payés ! Les dirigeants de plusieurs organisations caritatives canadiennes ont reçu plus de 300 000 $ en rémunération en 2009, selon des informations fournies à Revenu Canada et dévoilées par le Globe and Mail. C’est la première fois que de telles données sont rendues publiques. En vertu de nouvelles règles, les organismes de bienfaisance doivent maintenant publier certaines données sur le salaire versé à leurs dix plus importants dirigeants. Ces informations ont permis au quotidien torontois de révéler les noms des fondations qui offrent plus de 300 000 $ à leurs patrons. Il s’agit de :
    – Plan International Canada Inc.,
    – La Fondation des maladies du cœur de l’Ontario,
    – La Fondation de l’Université York
    – Et cinq autres fondations liées à des hôpitaux.
    Plusieurs autres fondations offrent des rémunérations de 200 000 $ à 300 000 $:
    – La Fondation de l’Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique;
    – La Fondation du Toronto General & Western Hospital;
    – La Croix-Rouge canadienne.
    Les informations transmises au fisc demeurent néanmoins incomplètes. Les organisations concernées doivent ainsi indiquer la fourchette à l’intérieur de laquelle se trouve le salaire de leurs gestionnaires, mais pas leur salaire exact. Les œuvres de bienfaisance, dit Mme Guarnieri, devraient avoir accès à ces informations de la même manière que les actionnaires ont accès aux données des dirigeants d’entreprises, ou que les contribuables ont accès aux comptes du gouvernement.

    Au Canada (2011), il y a plus de 175 000 organismes à but non lucratif, dont plus de 80 000 sont inscrits comme organismes de bienfaisance auprès de l’Agence du revenu du Canada. Avec des recettes annuelles de plus de 90 milliards de dollars et des avoirs s’élevant à 109 milliards de dollars, les organismes de bienfaisance se comparent par la taille à l’économie de la Colombie-Britannique. Salaire des organisateurs des organismes de charité au Québec en 2011 ? Réponse : 3,7 milliards de dollars (…) L’article disait que les organismes de charité étaient un des plus gros employeurs au Québec. Donner généreusement disent-ils ? Donner à qui ? Aux pauvres et aux malades ? S’il fallait que l’argent aille aux pauvres, plus d’un million de bien-être social aurait dû recevoir plus de $ 37,000 de cet argent si les organisateurs des organismes de charité et leurs employés (souvent de leur famille proche) n’avaient aucun salaire… Ou bien à des organisateurs véreux comme la famille fondatrice d’Enfant Soleil qui sont devenu multi millionnaire à même les dons aux enfants malades, sniff ! Dont le président fondateur à déjà passer à l’émission JE et qui n’arrêtait pas de dire à l’animateur de l’émission que lui aussi il pouvait faire le même business et se rendre multi millionnaire à même les dons… Le dit animateur à dû se suicider quelque mois plus tard : on l’a forcé à le faire ? Vous connaissez la Mafia ? Tu te suicides, sinon on fait violer ta fille, on viole ta femme, on tue tes enfants ? Et moi et ma femme avons donné généreusement tous nos points Air Miles durant un de leur Téléthon pour les enfants malades; deux semaines plus tard le Président d’Opération Enfants Soleil et sa femme se payait deux billets d’avion autour du monde pour $ 125,000 de billet d’avions payé avec les Air Miles (…) Du vol pur et simple ! En vol (d’avion) autour du monde… Faut bien que le Président prenne des vacances, bien méritées ? Et si c’est pour une bonne cause, les enfants malades ? Moi aussi je ferais le tour du monde pour ces pauvres petits, snifff…
    On appréciera l’argumentation des profiteurs du charity business, selon laquelle les salaires élevés seraient conformes au marché. C’est du pur blabla néolibéral. En réalité, on peut légitimement s’attendre à ce que les dirigeants d’une organisation caritative aient d’autres motivations que la cupidité. S’ils étaient intègres, ils s’efforceraient de réduire au minimum les dépenses de fonctionnement, en sorte que le maximum d’argent soit dépensé en aide concrète. Ils font exactement l’inverse et l’action caritative apparaît bien souvent comme un simple alibi aux appels de dons. Quand on nous dit que le but des salaires élevés est d’attirer des gens talentueux, il faut comprendre talentueux pour obtenir des dons de la part des gogos.

    Au bout du compte, il vaut mieux distribuer soi-même des aumônes aux nécessiteux. On a au moins la certitude que l’argent aboutira dans leur poche et non dans celle d’un quelconque escroc opérant sous couvert humanitaire. Et cela permet de réduire les frais de fonctionnement à zéro.

    Pris sur le site Lapresse.ca le 3 décembre 2010 : La Société Alzheimer du Canada, la Société canadienne du cancer, l’Association canadienne du diabète et la Société de l’arthrite, entre autres, comptent toutes un haut salarié gagnant de 250 000$ à 299 000$ à même les dons fait à leur organisme de charité. Et si vous compter les salaires de leurs femmes et leurs proches impliquées dans ces organisations leur salaire peut vite se chiffrer en million. Par exemple, dès ces tous débuts, le Président fondateur Opération Enfant Soleil engageait sa femme et ses enfants dans son organisme de charité pour la cause des enfants malades ce qui peut présumer un salaire familial à même les dons dépassant un demi-million ou un million par année voir plus ? Puisqu’il est bien écrit dans leur charte d’organisme de charité à but non lucratif qu’ils ont bien le droit de dépenser plus de 70 % de l’argent des dons en salaire, frais administratif, dépenses diverses : restaurants, voiture (BMW), avion et voyage (Hôtel de luxe), etc. Tout a bien été mentionné par le Président d’Opération Soleil à l’émission JE ou il défiait l’animateur en évoquant qu’il n’était pas un criminel, que tout était légal et que tous le monde pouvait faire la même chose que lui (…) Ce qui a inciter l’équipe de JE à éplucher sa Charte à but non lucratif du Gouvernement Fédéral. En fin de compte, l’équipe JE a fini par accorder que c’était le Gouvernement qui ne faisait pas sa job puisqu’on devrait bien écrire dans ce genre de Charte : 20 % en salaires et dépenses diverses, et non pas 70 % (…) Une Loi qui date de 1917 lors des derniers amendements. En voici la preuve, citation prise sur le site du Gouvernement Fédéral :
    – Quelque 19000 associations et organismes de bienfaisance canadiens sont incorporés en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes (la LCC). En quelle année croyez-vous que cette législation a connu son dernier amendement sérieux ? En 1917…
    Et depuis 1917, à commencer par les Églises, les organismes de charité s’en mettent plein les poches : CHARITÉ COMMENCE PAR SOI-MÊME (…)

    En matière de dons, ce ne sont ni les causes ni les sollicitations qui manquent. Comment s’y retrouver ?
    – En juillet 2011, la fondation de pacotille Fer de Lance, qui se donnait pour nébuleuse mission d’«améliorer la qualité de vie du genre humain sur la terre», s’est vue accuser de collecte de fonds illégale par l’Autorité des marchés financiers. Trente-quatre investisseurs ont été floués, pour un montant total de sept millions de dollars…
    – Comme quoi les arnaques qui tirent sur la corde de la générosité n’ont pas disparu. Et le fraudeur d’aujourd’hui est en plus très branché. À la fois sur Internet et sur l’actualité, comme le souligne Louis Robertson, responsable des renseignements criminels au Centre antifraude du Canada: Internet, c’est plus rapide et plus efficace que la boîte aux lettres. Une catastrophe naturelle à l’autre bout du monde et hop ! On reçoit un courriel qui nous sollicite pour un envoi rapide d’argent par voie électronique.
    – En France, en 1998, paraissaient les scandales de l’ARC, ONG dont le président Jacques Crozemarie est accusé de détournement de dons destinés à la lutte contre le cancer. Ainsi, en juin 2000, Jacques Crozemarie est reconnu coupable d’abus de confiance et d’abus de biens sociaux. Il est condamné à 4 ans de prison ferme, 2,5 millions de francs d’amende, et 200 millions de francs de dommages et intérêts à verser à l’ARC.
    – Sylvie Brunel, dirigeante, d’Action internationale contre la faim (AICF), puis cadre dirigeante de l’association a dénoncé en 2000 les dérives des grandes associations humanitaires qui sont devenues des business soucieux de parts de marché. Les donneurs de leçons, dit-elle encore, sont tombés dans les défauts qu’ils dénoncent : la bureaucratie, le niveau élevé des rémunérations.» Sont ainsi visés les salaires élevés que s’attribuent les dirigeants et les cadres permanents de ces grandes associations qui vivent grâce aux dons des particuliers.
    Nos conseils ? Du tout petit organisme de quartier à l’institution d’envergure internationale, assurez-vous qu’il est bien enregistré auprès de l’Agence du revenu du Canada. Rappelons à cet égard que seul un organisme enregistré peut délivrer un reçu d’impôt. Ensuite, repérez les indices suspects: fautes d’orthographe, demande de CV ou de numéro de carte de crédit, par exemple. Enfin, renseignez-vous soigneusement sur les missions, le fonctionnement, l’historique, etc., de l’institution qui vous sollicite. Évidemment, la renommée ne suffit pas toujours. Salaires extravagants ou frais d’administration exorbitants… certains scandales restent parfois en travers de la gorge des donateurs. Ce qui compte, c’est l’impact de l’organisme, les résultats qu’il obtient. Et pour être efficace, il a besoin d’une infrastructure solide. Rappelons aussi que des frais d’administration peu élevés ne constituent pas un indicateur de réussite, tient à nuancer Marcel Lauzière, président d’Imagine Canada, qui représente les organismes canadiens sans but lucratif (PDF). Il reconnaît néanmoins que rien, actuellement, ne garantit la bonne gouvernance d’une œuvre de bienfaisance. Or, les gens se posent – et à juste titre – de plus en plus de questions sur la façon dont leur argent est utilisé.

    Quelques chiffres :
    85 000: nombre d’organismes de bienfaisance au Canada. 84 % des résidants du Québec ont fait un don à un organisme de bienfaisance en 2007. Le don moyen fait par les résidants québécois a augmenté de 24 % entre 2004 et 2007, passant de 176 $ à 219 $. Source: Enquête canadienne de 2007 sur le don, le bénévolat et la participation, Imagine Canada, 2010. Quelque 19000 associations et organismes de bienfaisance canadiens sont incorporés en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes (la LCC). En quelle année croyez-vous que cette législation a connu son dernier amendement sérieux ? En 1917…

  3. Info rédaction dit :

    Dragon XXX … tu écris  » Jacques Villeneuve a 100 % raison » et tu nous sorts une théorie du complot mafieuse sur trois pages 🙂 Bravo !! Seulement, en le formulant comme ça, cla donne le sentiment que ce bon Jacques aurait conscience de tout ce que tu énonces … et là j’en doute 🙂

  4. Jacques dit :

    Contrairement aux Québecois, tous les Monnaiegasques sont bien élevés.

  5. Jacques dit :

    Jacques Villeneuve négociant une chicane; boing! dans le drapeau du Québec.

  6. fernet g dit :

    Je lis l’article et aussi l’interminable commentaire et les deux me font penser….
    « Envie et frustration » quand tu nous tiens, tu ne fais qu’augmenter notre misère morale.

  7. Je vous ferai remarquer mon cher Jacques (sans nom de famille) que votre principauté bidon n’existerait même plus si ça n’avait pas été de Québécois mal élevé comme mon grand père et mon arrière grand père qui sont allé vous libérer des Allemands 2 fois plutôt qu’une.

  8. Jacques dit :

    Je vous ferai remarquer, mon pauvre Christopher, que vous ne savez pas lire.

    N’en soyez pas troublé, vous êtes dans la grosse grasse majorité.

  9. Contrairement aux Québecois, tous les Monnaiegasques sont bien élevés. Ce ne sont pas vos mots monsieur le condescendant ?

  10. Jacques dit :

    Ce sont mes mots. Si. Je m’excuse. Non seulement vous ne savez lire, mais vous êtes nono. Pire que Villeneuve. C’est dire…

  11. C’est facile d’insulter les gens quand on utilise des pseudonymes. Je suis peut-être nono, mais toi t’es sans couille.

  12. Je ne sais pas si tu as voulu faire du sarcasme ou un jeu de mot avec Monnaiegasque, j’ai cru sur le coup que c’est toi qui ne savait pas écrire. Mais de toute façon tu l’as fait au dépend du peuple Québécois et de son drapeau mon cher pseudonyme Jacques, voici ce que l’histoire retient de ton peuple monégasque bien élevé.

    En juin 1940 inquiète le prince Louis II de Monaco se rapproche du gouvernement de Vichy. C’est au maréchal Pétain qu’il demande, avec succès, assistance. Le prince Louis II fait passer de son propre chef, sans avoir été forcé ni par les Allemands, ni par le régime pétainiste, des lois antisémites visant au recensement des juifs et à l’organisation de rafles. La principauté de Monaco avait avec le Troisième Reich des liens financiers. La prospérité et l’indépendance de la principauté en profitaient. Grace à Louis II l’Allemagne nazie a réussi à contourner les embargos imposés par les Alliés. Il s’est finalement déclaré neutre quand les Américains sont arrivés.

    Finalement ils sont peut-être bien élevé, mais hypocrite en tabernacle

  13. Mrobert55 dit :

    Vos vraiment pas connaitre la vie des gens…puis-je vous rappeler a tous que vous devriez faire vivre vos enfants dans une tente roulette une coupe d’année avant de dire qu’il a été élevé dans la ouates….Gilles a commencer a voir des sous pour ce payer un steak quand Jacques a eu 9 ans..le reste c’étais hot dog et Diner Kraft et des emprunts…ensuite quand la fortune (on parle pas de millions!! son salaire étais estimer a 100k ensuite en 82 750k ) il es mort 4 ans apres…super de vivre dans la ouates avec un Papa mort a l’age de 11 ans!!..méchante ouates… au mieux si son Pere a pas dépenser il aurais gagner au total 3 millions…. ca mere et ca fortune minime non rien fait pour lui…ces Players (cigarette) qui la aider ainsie que le gouvernement du Québec a mettre en branle son ascension a la formule 1….100km de vélo par jour entrainement et diete intansive pendant des année..pression énorme (quelle vie!!!) qui lui ont finalement permis de faire des millions a lui… Jalousie quand tu nous tient…l’effort physique ca paye aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *