Les médias sociaux ont le dos large

Les médias sociaux ont le dos large, je trouve. À propos de l’individualité des utilisateurs, on pointait voilà pas si longtemps la tare de toujours avoir l’égo en représentation pour un concours de beauté, et là, c’est Steve Proulx qui trouve que la communauté se complait dans le léchage et le tétage… Ça ressemble à ça :

Nous sommes ici au royaume de la tape dans le dos, du renforcement positif, du léchage d’ego. Dans les réseaux sociaux, tout le monde il est d’accord, tout le monde il est heureux, tout le monde il est beau, bon, gentil. Tout le monde, surtout, il est téteux.

Alors, s’il me lit, il sera peut-être content de constater que je ne me servirai pas de son être comme sucette dans ce qui va suivre. Et comme prémisse (quand même assez douce), je trouve très dommage son cynisme envers des outils qui ne font simplement que rapprocher les gens, dans le fond. On jette le blâme sur les politiciens de cultiver le cynisme, mais les cultivateurs du cynisme sont aussi ceux qui analysent les nouveaux phénomènes pour en faire ressortir tout le négatif possible. Son billet est une belle contribution à cette dérive.

Si on parle de nos rapports sociaux en dehors des médias, ils sont soudés par ce qu’on appelle le civisme. À moins d’être un sociopathe, on s’organise pour vivre en société le plus harmonieusement possible. Et la gentillesse fait partie de ça, il me semble. Dans mes rapports en chair et en os, j’essaye d’être gentil avec les gens, je ne cherche pas absolument la chicane. Pourquoi ça serait différent avec ce qui se passe dans les médias sociaux? D’autant plus que les rapports y sont majoritairement plus privilégiés qu’avec les quidams dans la rue, puisqu’on ne s’abonne pas à eux, on n’a pas accepté d’être leurs « amis ».

Je ne dis pas non plus qu’il n’y a pas parfois des gens qui en beurrent trop épais. Il faut avoir ce genre de personnalité pour y arriver et je peux même concéder que les outils y contribuent. Mais ça s’explique par le déficit de langage physique dans cet univers du langage écrit. Sans le regard et les mimiques nous sommes en terrain miné et nous avons le réflexe qui vient avec. Ce n’est pas pour rien que les messages sont parsemés d’émoticônes.

En même temps, je trouve extrêmement exagéré de généraliser à ce point et d’ainsi transformer les médias sociaux en royaume des Câlinours. Parce que ce n’est tout simplement pas vrai. Il y a toujours eu des chicanes, il y en a encore, les gens aiment à se placer d’un côté ou de l’autre, et c’est même très populaire! Depuis que je suis actif dans les médias sociaux (en passant, les blogues en font aussi partie, contrairement à ce que semble penser le chroniqueur), j’ai dû me battre argumentairement grosso modo dix fois plus en près de trois ans que dans ma vie précédente. Et le problème avec Twitter c’est que marquer son désaccord n’est pas bien pratique en dedans de 140 caractères, et puis avec Facebook c’est l’ambiance ultra amicale qui ralentit l’élan. Et puis, pour exagérer rien qu’un peu, les gens n’investissent pas du temps dans ces réseaux pour tout détruire en faisant du zèle d’opinion!

Parlant d’exagérer, j’aurais presque le goût de servir le contraire du tétage à Steve Proulx, juste pour voir ce que ça donnerait. Et le pire, c’est que je n’aurais pas grand-chose à perdre, étant donné que je n’ai pas l’insigne honneur d’apparaître dans sa blogoliste et d’être suivi par lui sur Twitter. C’est seulement notre « amitié » sur Facebook qui pourrait en prendre pour son rhume! Et quelle amitié quand même! Il ne m’a jamais écrit et je viens d’écrire pour la première fois à la suite d’un de ses statuts pour lui spécifier que je n’étais pas d’accord avec lui et que j’allais l’élaborer ici…

Pour terminer, un message que j’ai publié un peu plus tôt sur Twitter en pensant à son billet :

Quand je n’aime pas quelqu’un, je l’ignore, je sors de la pièce, je ne suis pas son ami FB, je ne le suis pas sur Twitter.

Ce contenu a été publié dans blogosphère, opinions, Twitter, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Les médias sociaux ont le dos large

  1. Lyse dit :

    « Quand je n’aime pas quelqu’un, je l’ignore, je sors de la pièce, je ne suis pas son ami FB, je ne le suis pas sur Twitter. » Parfaitement d’accord avec ça!
    Je n’ai rien contre le tetage quand il est authentique. Ce que j’abhorre par contre c’est quand on s’en sert pour dénigrer les autres. Abaisser les autres pour se remonter. Et on en voit malheureusement trop, surtout dans le domaine du travail.

  2. Paulo dit :

    Mais tantôt tu retweetais le gars qui a flushé son compte Twitter parce qu’il disait qu’on n’a pas le droit de ne pas être d’accord.

    Je ne comprends pas la différence entre les deux textes.

    Proulx ne dit pas qu’il ne faut pas être gentil.

    Il dit juste que c’est plate d’être obligé de juste être licheux.

    Me semble que c’est pas pire que ça.

  3. lutopium dit :

    Bof, les chroniqueurs qui font des critiques d’émission de télé, ça ne m’a jamais impressionné. Bof et rebof pour Steve Proulx. Bof et rebof pour Le Voir qui n’a rien d’intéressant à part la chronique de Josée Legault. Mon petit moment méchant du printemps… ça fait du bien!

  4. Darwin dit :

    @ Lutopium

    «Bof et rebof pour Le Voir qui n’a rien d’intéressant à part la chronique de Josée Legault»

    Ah, il y autre chose sur ce site ? 😉

  5. lutopium dit :

    @Darwin: Depuis que Parenteau a quitté, je ne ramasse plus l’édition papier qui, de toutes façons, est un gaspillage de papier qui tache les doigts. Alors je me fie aux références affichées régulièrement par Renart, ça me suffit…

  6. renartleveille dit :

    Lyse,

    « Abaisser les autres pour se remonter. »

    il y en a trop qui font ça… Mais heureusement je les tiens loin de moi.

    Paulo,

    « Mais tantôt tu retweetais le gars qui a flushé son compte Twitter parce qu’il disait qu’on n’a pas le droit de ne pas être d’accord. »

    c’est parce que je suis empathique face à sa décision. Je trouve ça dommage.

    La différence entre lui et Steve Proulx, c’est que lui a abandonné son compte Twitter au lieu de généraliser sur ce phénomène.

    Oui, il y a des gens de susceptibles et de téteux sur le web. C’est la vie.

    Lutopium,

    si ça peut te faire du bien!

    Pour ma part, je trouve Steve Proulx la plupart du temps intéressant. Il est même dans ma blogoliste!

    Et puis là tu me confirmes que Parenteau a quitté, je me demandais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *