Les célébrités du web chez Christiane Charette

J’ai écouté ce matin l’émission de Christiane Charette, la section où Dominic Arpin, Michelle Blanc et Bruno Guglielminetti y étaient pour dévoiler le top 10 des personnalités québécoises du web, concocté à partir des tops 25 des trois participants.

Au moment où j’écris, (même si je n’ai pas sous les yeux celui de Dominic Arpin), je constate — oui, je prêche pour ma paroisse! — que la blogosphère qui se concentre sur l’actualité, la politique, les sujets de société, donc l’opinion, est sous-représentée, pour ne pas dire inexistante… Le seul nom que je peux clairement y raccrocher en ce moment, c’est celui de Michel Dumais.

Le but n’est vraiment pas de « tirer des tomates » (petit clin d’oeil à Michelle!) : ces choix vont de soi, puisque Michelle et Bruno se shootent sûrement surtout à la techno pour le travail, et assurément à des trucs plus perso pour le divertissement. Pour être optimiste, à regarder la blogoliste de Dominic Arpin, il se pourrait qu’on en retrouve quelques-uns dans la sienne.

Même à ça, pour la jouer un peu personnel, je ne peux pas m’empêcher de ressentir un certain défaitisme face au si faible rayonnement médiatique de cette blogosphère qui est, je crois, une belle réponse à ce qui se passe dans notre monde, nonobstant de ce qui se passe dans la virtualité. Surtout que je sais pertinemment que les blogueurs qui oeuvrent de ce côté espèrent majoritairement se faire entendre par le plus grand nombre, pour que la dynamique du dialogue fasse son oeuvre — de changement? d’influence? C’est parce qu’il me semble que c’est toujours comme ça!

Pourtant — si on peut seulement parler en terme de visites —, en faisant par exemple à l’instant le tour du palmarès général de Tout Le Monde En Blogue (dans la région du Québec), il y a quand même du trafic de ce côté : on trouve Antagoniste.net en 13e position, Les Nouvelles Internationales en 20e, AmériQuébec en 28e, Le Journal de la rue en 32e, moi-même en 34e et Le Blogue du Québécois Libre en 47e, juste dans le top 50. Ce qui n’est pas rien, même si je sais bien que tous les blogues québécois n’y sont pas inscrits et que le trafic généré par les moteurs de recherche compte…

Je continuerai peut-être après avoir vu la liste de Dominic Arpin.

Ce contenu a été publié dans blogosphère, opinions, Web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les célébrités du web chez Christiane Charette

  1. T’se je n’ai jamais pu m’inscrire à TLMEB….alors….

  2. Houssein dit :

    Hmmm, oui. C’est un bon point que tu soulèves là. Tu as raison de dire que Antagoniste aurait bien pu faire partie de cette liste des célébrités.

    La liste de Forbes inclus bien Drudge Report, et Daily Kos par exp. C’est dire que la « parole citoyenne » sur le Web n’a que très peu ou pas d’influence au qc.

  3. Cécile,

    ah! ouin… pourquoi?

    Christian,

    hé hé!

    Houssein,

    subjectivement 😉 , Antagoniste, pas trop pour moi, mais objectivement oui, il aurait eu sa place.

    « C’est dire que la “parole citoyenne” sur le Web n’a que très peu ou pas d’influence au qc. »

    C’est un peu triste. Mais ça va peut-être changer, qui sait?

  4. Simon Dor dit :

    Ça veut pas dire grand-chose un top 25 unique alors que la logique du web est de pouvoir naviguer par plusieurs portes d’entrées. Influençons dans nos champs d’intérêt, d’autres tops surgiront dans ces mêmes champs d’intérêt!

  5. Salut mon Renard!

    Ben, moi, j’ai jamais voulu m’inscrire à Tout le monde en blogue. Rien de personnel, je me suis jamais inscrite à top blogue non plus, ni à aucun de ces sites qui « moussent ».

    C’est très le fun de faire partie d’une liste… quand on estime ceux qui la font, comme Michelle, Bruno et Dominic… Ça fait d’autant plus plaisir quand on sait qu’il n’y a rien de plus perméable qu’une liste de Web… La mienne, en tout cas, change tout le temps et ne demande que ça, être bousculée, changée, métamorphosée.

    Je découvre des gens, j’en quitte d’autres, j’y reviens, j’oublie, je retourne, je redécouvre, j’explore à nouveau. Sur certains, je commente abondamment, sur d’autres, jamais.

    Partout je trouve un plaisir différent… et je tiens à cette variété.

    Mistral, je le lis toujours… et je suis toujours trop intimidée pour commenter. Ici, j’ose. Chez Caroline l’Indigne, je me vautre dans le laisser aller. Et pourtant, je vous aime tous les trois.

    Influence? Certainement! La quantifier? Impossible. Mais elle est là, perceptible.

    C’est le Web lui-même qui est au top du palmarès.

  6. Chu sûr que Maître Renart ne verra pas d’objections à ce que tu me commentes ici, tu sais. Vrai, c’est plus chaleureux que chez nous, et il fait tout un cerbère 🙂

  7. Simon,

    mon but n’était pas de critiquer leurs choix, mais plutôt de relever dans quel sens ils ont été, catégoriquement.

    Chronique blondes,

    pour être inscrit aux deux, je constate qu’ils ne « moussent » pas beaucoup, étant donné que c’est plutôt rare que je voie dans mes statistiques que des visiteurs sont arrivés par là. Non, c’est plus un indicateur simple qui permet d’avoir une vue d’ensemble, ce que je trouve très intéressant, même si on ne peut pas se fier seulement à ça. Mais ça aide, comme tout bon outil.

  8. Zoreilles dit :

    J’ai écouté l’émission d’hier mais d’une oreille distraite (en travaillant!..) et ce qui m’a le plus étonnée, c’était d’entendre qu’on pouvait mesurer un peu l’influence d’un blogue par le nombre de mentions qu’il a… dans les médias traditionnels!!!

  9. C’est encore vrai mais moins que l’an dernier et plus pour très longtemps.

  10. Tetoine dit :

    Perso, je respecte beaucoup ceux qui ont présenté les listes, notamment Michelle Blanc.

    Mais je ne peux m’empêcher de soulever un certain paradoxe: Ils sont souvent les premiers à critiquer la mauvaise utilisation du web par les composantes politiques de notre société, mais tendent à ignorer les outils web-politiques qui existent déjà, au profit de leur champ d’intérêt principaux (ce qui est leur droit, mais ce qui ne concorde pas avec leur critique vis-à-vis de l’utilisation du web citoyen).

    Ils sont coupables de ce dont ils accusent les partis politiques: Ils ne s’intéressent qu’au web 2.0 citoyen uniquement en période de campagne électorale.

  11. Drew dit :

    Pfffft chu même pas dans la liste! Mouahahahaha! 😛

  12. lafelee dit :

    Je pense pas que recourir aux classement TLMEB ou autres eut été possible pour cette liste…

    « Le classement des 25 personnalités web du Québec selon… » peut-on lire chez Christianne Charette. SELON étant le mot clé.

    À partir du moment où il s’agit d’une liste « selon l’opinion personnelle de… » on discute de quoi là ????

    Le but n’étant pas de tirer des tomates non plus… « …aurait mérité d’être là »… ça s’applique à au moins une centaine d’autres blogues, ça dépends juste à qui on demande puisqu’il s’agit ici de liste « selon ». Puis il fallait arrêter à 10 et faire des perdants avec les autres. Woops.

  13. Simon Dor dit :

    @lafelee

    Oui, en effet, je suis d’accord qu’on ne peut pas discuter de grand-chose. Mais, eux, de quoi peuvent-ils discuter avec ce top? Autrement dit, ce n’est pas la discussion autour de la légitimité des résultats de leur top qui a de l’intérêt, mais la discussion autour de la légitimité et de l’utilité de faire un top.

  14. Judicieux comme toujours, Simon. Mais tu crois pas qu’au-delà il y a l’intérêt de seulement se poser la question? Il importe peu que trois personnes aient été consultées en lieu de trois autres, ou trois plutôt qu’une ou six. Les dix noms issus de cet exercice sont ceux qui étaient communs aux trois, d’ailleurs, et outre Michelle Blanc que je connais peu mais via ici et que Renart semble estimer, ce qui me suffit, Arpin et Guglielminetti sont deux noms qui ne m’ont en rien fait tiquer quand je les ai vus convoqués comme experts: ils le sont, ils observent et participent activement au Web québécois depuis assez longtemps pour qu’on soit mal pris s’il fallait à notre tour en nommer deux meilleurs et plus qualifiés.

    Mais je digresse. L’idée, Simon, je crois, est vraiment que ce segment ait eu lieu chez Christiane à R-C. Pas l’an dernier. Mais cette année. Et il reviendra de plus en plus, ailleurs, partout. C’est ce que Renart annonce, et Lagacé, et permettez que j’ajoute aussi moé, et d’autres, c’est ce que Nadeau nie, et Bombardier, et Martineau. Pas important qui sont les 25 plus influents. Juste important qu’on sonde là-dessus. C’est donc que les réactionnaires du papier ont déjà perdu.

  15. Simon Dor dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, Christian. C’est important qu’il y ait des points de vue, et tout aussi important qu’on discute de ces mêmes points de vue, non pas pour dire que c’était inutile de faire ce top (car ce ne l’était pas), mais pour se rappeler qu’un point de vue est un point de vue, et pas une vue d’ensemble. Et c’est important que Renart nous rappelle qu’il manque tout un segment important, axé sur la politique et les débats de fond, qui est peut-être le plus intéressé à influencer justement. Le résultat est bien moins important que l’existence de la démarche, tout en se souvenant de la limite de ce processus.

    Et, pour les prochaines années, il serait justement intéressant de se questionner sur ce qu’on pourrait vouloir de différent. Serait-ce un « top »? Ou un nouveau modèle? Y aurait-il des catégories? etc.

  16. Simon, ciboère, pas encore le coup de Chu tout à fait d’accord avec toi Christian, juste avant la démonstration du contraire. On s’est fâchés noère à cause de ça: je te connaissais pas assez, je pensais que t’étais cave, astheure je sais que t’en es loin faque c’est encore plus crissement malaisé pour toé de le recycler, cet incipit usé à corde.

    T’as le droit de pas être d’accord, bâtinsse. Mais fais-moé pas dire que c’est important qu’il y ait des points de vue, ni qu’on en discute, ni qu’un point de vue diffère d’une vue d’ensemble. Chu vieux pis chu con, mais chu Mistral pis si je veux dire ça cré-moé que m’as le dire, pis si je l’ai pas dit cré-moé que c’est paske c’est pas ça que je voulais dire. Pas seulement paske c’est cave mais aussi et surtout parce que c’est mal écrit.

    Renart n’a ni raison ni tort et il n’a pas dit qu’il manquait quoi que ce soit. Pas au sens où il prétendrait détenir la recette parfaite. Il manque aussi tout un segment important, axé sur la dérive des continents et les buttplugs, sur la Clique du Plateau et Céline Dion, sur (you see where I’m going with this: on peut changer les mots à l’infini, ce qui intéresse ma grand-mère vaut bien ce qui intéresse ton avocate, mettons, ou alors on oublie la démocratie et les valeurs d’équité, on retourne à l’élitisme suffisant de l’ancien temps et celui qui est le plus savant torche l’autre: je suis prêt à me sacrifier pour commencer, contre toé, mettons).

    Dis jamais que t’es d’accord avec moé si c’est pour reformuler ce que je viens d’écrire, Dor.

  17. Faut croire que je ne suis pas dans la « blogosphère », je ne connais aucun des blogues supposément les plus influents…

    Et puis tant mieux, je n’aime pas trop l’influence.

    D’ailleurs, tous ces classements me laissent indifférents. Au diable les TLMEB, etc. Au diable la célébrité.

  18. Nicole dit :

    Bonjour à vous,

    personnellement, j’ai été fort déçue d’écouter cette partie d’émission. Bien que cela ait été dit furtivement en onde, sur le site de l’émission l’erreur demeure toujours. On mentionne que l’on retrouve «la liste commune des 10 personnalités de la blogosphère». Et dans le palmarès on y inscrit Les Têtes à claque et le Cas Roberge qui ne sont pas du tout des blogues mais font partie de l’univers de la WebTV. Sans compter Patrick Boivin qui lui est un canal Web, You Tube.

    Pour ce qui est de Chez Jules, au moins il y a un blogue et il respecte disons la définition de base d’un blogue. Aujourd’hui, on parle de blogue à tour de bras sans véritablement savoir quelle forme il doit avoir. Mais bon, je comprends que chacun veut tirer la couverture à soi et que malheureusement très souvent les véritables blogueurs sont laissés-pour-compte.

    Je trouve ça dommage, parce que je crois que ça l’aurait été l’occasion de faire véritablement connaître des blogueurs qui ont une influence sur le Web mais sans pour autant être connus à travers les médias.

    Les banlieusardises est un site intéressant, je le consulte fréquemment moi-même. Mais Martine Gingras a également, comme disaient les invités, une tribune endors de l’univers de blogue (Coup de pouce), ce qui doit donner un gros coup de pouce à sa visibilité également. La chose que je trouve dommage dans son cas, c’est qu’elle n’affiche pas son blogroll soit ses favoris et donc elle ne crée pas de liens avec d’autres blogueurs.

    Enfin, je suis d’accord que tout ceux qu’ils ont nommé, ont certainement une influence sociale à plusieurs points de vue. Mais je ne trouve pas qu’ils reflètent bien ce que Dominic Arpin a dit, peut-être l’a-t-il dit de manière un peu mécanique:

    « La blogosphère est un phénomène d’ouverture, il faut s’alimenter en visitant les blogues et alimenter les autres blogueurs.»

    Peut-être est-ce moi qui ai de la m*rd* dans les yeux, mais selon moi, la moitié se trouvant sur la liste sont loin d’être ouverts aux autres…

    Bref je n’ai pas pu résister de faire un commentaire, même si je me suis abstenue d’écrire un billet à ce sujet sur Vie à deux. ;o)

  19. Simon Dor dit :

    @Mistral

    C’est dur d’être d’accord avec toi, pas parce que ce que tu dis es intenable, mais parce que c’est difficile de savoir s’approprier tes mots d’une manière qui te convienne, et donc de pouvoir avoir un point de vue relatif à une de tes affirmations. Au-delà du fait qu’il ait un lien avec le tien, mon second commentaire disait quelque chose à laquelle je crois, et comme nous sommes dans un lieu public et non un dialogue, j’espère qu’il peut être utile à quelqu’un.

    Bref, enlever la première phrase de mon commentaire, et ajouter l’expression |pour lui| après le |Renart nous rappelle qu’il manque tout un segment important|, et je crois que ça se tient mieux et que ça reflète mieux ce que je voulais. Si seulement les mots étaient un lien direct avec la pensée, tout serait tellement plus facile. Voilà pourquoi les mots ont nécessité des spécialistes, je t’accorde haut la main l’avantage Mistral. Je retourne à l’entraînement.

  20. Simon, ciboère… L’avantage, tu me l’accordes pas. Je me le prends tout seul comme un grand.

    Ça, c’est une affirmation. Mais mon commentaire initial, celui auquel tu as réagi, n’était pas sur le mode péremptoire que tu décris. Il amorçait un dialogue avec toi, un échange d’idées, une tentative de construction. Qui a dit qu’il fallait être d’accord ou pas d’accord, à part Martineau, même s’il n’y a pas d’opinion tranchée d’exprimée?

    Je reformule pas tes dires, moi. Fais le pas avec les miens et toute va être ketchup. T’es en Maîtrise, t’es capable de comprendre ça. Y a aucune manière de s’approprier mes mots qui me conviendra jamais, Simon. Tes mots c’est tes mots, pis mes mots c’est mes mots. Sacraman.

  21. @Renart
    TLMEB n’indique pas l’influence, juste la popularité. L’influence est plus mesurée via technorati ou wikio par exemple. Le bar chez Mo était très populaire mis certainement pas influent. So what… Le fait d’être repris par les médias traditionnels est aussi une mesure d’influence et Drudge Report est très influent, Antagoniste, je ne le crois pas. Pas encore en tout cas. Dumais a fait énormément pour le web, mais il ne blogue presque plus, et son twitter est barré. Ça n’aide pas sa cause…

  22. @Michelle Blanc :

    L’influence générale est directement proportionnelle à la popularité. J’en mettrais ma main au feu.

    L’influence particulière est immesurable.

  23. @Vincent
    http://jibi.blog.football365.fr/ est très très populaire et pas influent une seconde. Cela dit, il influence certainement plusieurs internautes à faire des rêvesde nature érotiques. Mais ce n’est pas de cette influence dont moi je parle

  24. Zoreilles,

    « c’était d’entendre qu’on pouvait mesurer un peu l’influence d’un blogue par le nombre de mentions qu’il a… dans les médias traditionnels!!! »

    eh! oui! Imagine par exemple comment Michelle Blanc a vu ses visites monter après son passage à TLMEP!

    Christian,

    « C’est encore vrai mais moins que l’an dernier et plus pour très longtemps. »

    si je comprends bien, tu répondais à Zoreilles?

    Tétoine,

    tu soulèves un bon point.

    Drew,

    😉

    Lafelee,

    le but de recourir à TLMEB dans mon billet était seulement pour montrer la « présence » de la « blogosphère qui se concentre sur l’actualité, la politique, les sujets de société, donc l’opinion », rien de plus. Et de montrer que cette présence ne se reflète pas dans les choix des trois spécialistes. C’est tout. Il ne faut surtout pas faire des liens où je n’en fais pas! 😉

    Nicole,

    premièrement, bienvenue ici!

    Je viens de faire le tour et je ne vois pas l’erreur, il s’agit bien de « personnalité web ».

    Je ne connais pas Martine Gingras, mais à lire ton commentaire, je comprends grandement ton bémol.

    Michelle,

    pendant qu’on y est, je crois qu’il faudrait décortiquer qu’est-ce que l’influence. Au-delà de Technorati et Wikio, il y a, je crois, des multitudes de manières de la mesurer, quoique souvent plus subjectives.

    Pour ce qui est du cas d’Antagoniste, par exemple, le fait qu’il est dans une multitude presque incroyable de blogoliste devrait bien avoir du sens à ce niveau, non?

    Mais je dis ça juste comme ça… 😉

  25. Google différencie le PageRank et le PageTrust, c’est pas pour rien. Le très grand nombre de visites d’un site web, ne signifie pas automatiquement qu’il a plus d’influence qu’un autre qui – prenons un exemple farfelu – ne serait fréquenté que par des chefs d’État.

  26. @Renart Antagoniste a 48 d’autorité dans Technorati et toi 80, je t’aurais donc mentionné bin avant eux. D’avoir l’impression qu’Antagoniste est dans beaucoup de défileurs et de le vérifier est deux choses différentes. Par ailleurs, il y avait aussi le critère subjectif d’influence tel que celui qui a fait que je choisisse Denis Boudreau qui a eu un impact majeur sur les standards Web au Québec et dont le blogue est pratiquement sans influence. Par ailleurs, de passer à TLMEP augmente l’affluence pour une courte période de temps. Après, le lectorat régulier, lui il reste et les chiffres reviennent pas mal à ce qu’ils étaient. D’ailleurs, d’avoir été à TLMEP n’était pas pour mon blogue ou pour ma business, mais pour la cause que je suis prise pour défendre puisqu’on m’offre le plateau pour en parler intelligemment et que j’ai le devoir d’aider les autres qui sont aux prises avec la dysphorie d’identité de genre. Ça a même nui à ma business à court terme0 parce que j’ai été submergée de messages que j’ai dû gérer au lieu de faire ma job.

  27. Nicole dit :

    Merci Renart pour la bienvenue.

    Pour ce qui est du site de Radio-Canada, pourtant c’est bel et bien écrit noir sur blanc:

    « La blogosphère est un phénomène d’ouverture, il faut s’alimenter en visitant les blogues et alimenter les autres blogueurs », souligne Dominic Arpin.

    Voici la liste commune des 10 personnalités de la blogosphère:

    1- Michel Beaudet, http://www.tetesaclaques.tv
    2- Patrick Boivin, http://www.youtube.com/patrickboivin
    3- Martine Gingras, http://www.banlieusardises.com
    […]

    Et j’ajouterais qu’effectivement, j’aimerais bien comprendre comment on peut évaluer l’influence d’un blogueur ou d’un site. Le terme ici est de toute manière mal employé quant à moi puisque «l’influence» s’exerce sur une ou des personnes et c’est un processus qui tend à faire adopter un point de vue ou un comportement plutôt qu’un autre.

    Je crois qu’il est vraiment plus question de notoriété et de popularité, surtout si on considère les deux WebTV qui se trouvent dans la liste, je vois mal leur influence respective. Peut-être peuvent-ils être précurseurs dans le domaine de la WebTV québécoise tout au plus et ainsi avoir acquis la sympathie des internautes à cause de leur venue et la fraîcheur de leur contenu sur la Toile.

    Parfois, je me dis qu’on utilise plusieurs mots pour expliquer des choses, mais encore on n’en connaît pas le véritable sens ou bien, on ne s’en donne pas la même définition. Alors faudrait avant tout bien choisir les termes et s’entendre sur leur sens. (Dans ce cas-ci «on» n’exclut pas la personne qui écrit!)

  28. Intéressant. Voilà qui vise à définir d’abord les termes avant de passer aux opinions puis au processus dialectique. Merci.

    Renart suggérait gentiment de décortiquer influence, vous avez commencé, je vais essayer de contribuer:

    L’influence est quantifiable, en principe, mesurable et comparable et tous ces trucs tangibles, right? Du moins comme le mot est utilisé dans ce contexte, sinon Christiane ne poserait pas la question en termes de 10 ou de 25. L’influence est-elle également qualifiable, ici? Présume-t-on qu’il s’agit d’une bonne, d’une mauvaise influence, ou de sa faculté d’infléchir l’opinion du plus grand nombre? Est-ce d’une influence commerciale ou sur les consciences et le langage?

    On peut continuer, et ça ne manquera pas d’intérêt. Je ne veux pas vous assommer avec une interminable litanie, vous avez compris ce que j’apporte à la table, à d’autres de poursuivre si la piste est intéressante.

    À la fin, toutefois, et je serai le premier ravi si on me détrompe, je crois qu’il faudra convenir que c’est la prémisse du segment qui était pernicieuse, et que nos trois experts auraient dù la redresser avant de se prononcer.

  29. Faudrait peut-être préciser que c’est Bruno G qui rédige les résumés de segments sur le site de Christiane, en fait il gère une forte portion de la présence web de Radio-Canada, avec passion et expertise et une honnêteté si scrupuleuse qu’il en est plate, héhé. Mais il reste qu’ici il décrit ce à quoi il était partie, c’est pas un reproche comprenez-bien, il avait pas le choix, et il a fait de son mieux, mais c’est de l’influence pareil, I mean, si c’était pas Bruno, si c’était Martineau ou même un crosseur ordinaire, votre estimation de l’influence s’en trouverait-elle remise en question?

    Commençons peut-être par comparer l’influence des trois experts, comme on compare des montres ou des balances avant de décider laquelle a le plus de crédibilité.

  30. @Michelle Blanc :

    « http://jibi.blog.football365.fr/ est très très populaire et pas influent une seconde. » 

    En tout cas, la photo d’une dénommée « Jessica » et plus loin celle de « Janina » sur ce blogue m’influencent pas mal 😉 De là à savoir si c’est dû au blogue…

    Merci de m’avoir fait découvrir ce site. Vous m’avez influencé. C’est donc le blogue de Renart qui vous a fait m’influencer, et connaître ce site. Très influent ce Renart en effet…

  31. Vous auriez du entendre René Homier-Roy et son équipe parler de Facebook un de ces récents matins, vous auriez constaté à quel point certains parlent à travers leur chapeau quand ils commentent l’actualité technologique! Ça fait peur! Pas Facebook, eux! Pas surprenant donc que plusieurs confondent les termes!

    Mais ça l’est un peu plus quand c’est Bruno G lui-même qui parle de « personnalités de la blogosphère » alors que le titre de l’émission est « Quelles sont les personnalités du web québécois? ».

    Gageure: quand le texte sera-t-il corrigé? Ce soir vers 23h35 ou demain matin avant l’émission de Christiane Charette? 🙂

  32. Nina louVe dit :

    euh.. bin.. moi j’venais pour la poésie.

    les stats, m’en tabarnaXXX ! ké, m’en soucie, vais checker qui quand comment combien de nano secondes ça dure, mais zout. pas d’attente. l’espoir : le mange en vrai, avec de la sauce bien chauffée et beaucoup de nonnos autour de la viande.

    et,quand j’me promène les yeux dans les pics des 3 double V, comme à deux mains. un livre gratis que tu referme quand le temps te manque et que le someil te joue dans les yeux.

    le renard veille et les passants se lèvent.

    ciao

  33. Martin,

    « ne serait fréquenté que par des chefs d’État »

    vu de même…

    Michelle,

    « Antagoniste a 48 d’autorité dans Technorati et toi 80, »

    tu m’apprends quelque chose, je ne regarde pas ça. J’essaye de rester simple avec seulement un regard furtif sur mes statistiques internes dans WordPress de temps en temps. Des fois TLMEB.

    Je ne suis pas content d’apprendre que ton passage à TLMEP n’a pas été aussi payant que je me le suis imaginé… 🙁

    Nicole,

    j’avais bien vu la citation de Dominic Arpin, mais je l’ai vu seulement comme le fait que la blogosphère est une partie très importante de ce qui se passe sur le web, puisqu’elle est liée au Web 2.0.

    En lisant la suite de ton commentaire, il m’est venu le terme « répercussion ». Et c’est plus des répercussions que de l’influence qu’ont eue les deux premières positions, non?

    Christian,

    « Présume-t-on qu’il s’agit d’une bonne, d’une mauvaise influence, ou de sa faculté d’infléchir l’opinion du plus grand nombre? Est-ce d’une influence commerciale ou sur les consciences et le langage? »

    ce passage me donne un beau chemin pour répondre à la question à savoir pourquoi la « blogosphère qui se concentre sur l’actualité, la politique, les sujets de société, donc l’opinion est sous-représentée, pour ne pas dire inexistante »? Se prononcer sur ces sujets, c’est un terrain ambigu, puisqu’il est miné par la partisanerie, réelle ou imaginée. C’est donc une influence glissante, bonne ou mauvaise selon les jugements des uns et des autres, trop subjective pour être quantifiée facilement. C’est donc pourquoi elle ne peut pas faire l’unanimité, surtout dans le contexte de la dualité gauche-droite, noir-blanc, Bien-Mal, etc.

    Sans vouloir insulter personne, j’aurais tendance à croire que l’influence des nommés rejoint plus celle commerciale, un peu au niveau du langage (puisque le web est communication) et pour les consciences, c’est plus subtil.

    J’apportais plus haut à Nicole le concept de répercussion et je crois qu’il réussit plus que le concept d’influence à définir ce qui se joue dans cette liste. Le phénomène de Les Têtes à claques a eu plus de répercussions que d’influence, sinon de mousser l’envie de réussite des acteurs du web, comme ce qui s’est passé avec Patrick Boivin, une rare personne à monétiser un compte YouTube. Mais j’accorde que l’influence rejoint plus la blogosphère, vu la dynamique de construction de liens sociaux, contrairement à la dynamique hasardeuse du buzz au niveau des deux premières places.

    Nina louVe,

    je suis peut-être trop éclectique? J’essaye de m’en guérir depuis toujours, mais sans grand résultat et surtout sans grande motivation…

  34. Nina louVe dit :

    nan.ni trop ni pas assez.

    c’est bon être lu. mais ces stats peuvent nous pourrir le premier jet, nous offrir de faire notre propre censouure.

    avec un livre, on sait combien ont été vendus, et après ? le main à main, la jaquette ouverte chez un ami, le bouquin oublié dans un bistro, revendu, relu, retendu. ça fait sa route.

    une vedette reste une vedette, dit JCG.
    à la radio pour la zik, c’est du pareil au même. t’es pas poussé, tu joues pour la smala et ta meute.

    ta poésie touche mister Renart, that’s the only thing that… « conte encore »

  35. lutopium dit :

    Les blogues d’influence sont ceux, à mon avis, qui peuvent ébranler les convictions du visiteur. Du côté des blogues politiques, les honneurs vont au Québecois Libre , à radiCarl et aux 7 du Québec. Trois blogues (dont deux collectifs) bien ficelés et qui présentent régulièrement des articles instructifs, bien argumentés et qui font réfléchir.

  36. Nina louVe,

    ah! c’est sûr qu’il ne faut que ça devienne une obsession… les stats on s’entend.

    Pour ce qui est de la poésie, j’essaye d’en ajouter même quand je parle politique. Pour la totale, ça va, ça revient… Quand l’importance c’est la forme qui sert le contenu.

    Lutopium,

    le problème avec cette influence c’est qu’elle est difficilement quantifiable, techniquement. Seul un « juge » connaissant le milieu aurait pu le faire ressortir.

  37. lutopium dit :

    J’la connais bien, je crois, la blogosphère politique québécoise. Ces sites sont des incontournables.

  38. xkr dit :

    @ Mistral: «Faudrait peut-être préciser que c’est Bruno G qui rédige les résumés de segments sur le site de Christiane (…)»

    Bruno G n’intervient pas sur le site web de l’émission de Christiane Charette. je peux te le confirmer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *