Les Canadiens hors Québec ont peu de sympathie pour le Québec

D’après un sondage Léger Marketing, commandé par l’Agence QMI et Sun Media (Quebecor), une majorité de Canadiens hors Québec pensent que le Canada se porterait aussi bien ou mieux sans la province francophone, alors qu’environ 3/4 des sondés sentent que la province ne sera jamais satisfaite par aucune concession que le gouvernement canadien pourrait faire pour l’accommoder. On y indique aussi que les Canadiens hors Québec ont peu de sympathie pour le Québec :

« A majority of Canadians outside Quebec think the country would fare just as well or better without the francophone province, while almost three-quarters feel the province will never be satisfied with whatever concessions the federal government may make. These are the findings of a new poll which indicates Canadians have little sympathy for Quebec. »

Lire l’article d’Eric Grenier (en anglais) pour plus de détails. Quand même, en vrac, quelques données intéressantes :

– 75% du ROC, rest of Canada, en ont assez du débat sur l’unité canadienne.
– 43% pensent que le Québec est un fardeau pour le Canada (la proportion passe à 57% en Alberta).
– 75% veulent que le Québec reste dans le Canada.
– 75% pensent que la situation du Québec serait pire hors du Canada.
– 41% voudraient que le Canada bloque une hypothétique demande de reconnaissance d’un Québec souverain auprès des Nations Unies.

Force est d’admettre que nos amis Canadians sont assez contradictoires. Tout à fait dans une dynamique amour-haine. C’est peut-être un peu comme ça aussi de ce côté-ci de la rivière Outaouais, mais (malheureusement?) je dirais plus que c’est soit de l’indifférence, soit de l’amour aveugle.

Quand je parle d’amour aveugle, il est bien certain que je pense à ceux qui nient le décalage énorme entre le Québec et le ROC, comme démontré de plus en plus par divers sondages, le comble étant à mon avis l’exercice de la boussole électorale. Loin de moi l’envie de nier ici les convictions profondes de mes concitoyens fédéralistes, mais nous verrons bien si l’amour unidirectionnel est viable à long terme…

Quoi qu’il en soit, le signal qui se dégage c’est que les Canadiens hors Québec, malgré une réticence inexplicable à mon sens, semblent se faire tranquillement à l’idée de la possible souveraineté du Québec. On avance.

Ce contenu a été publié dans Canada, politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Les Canadiens hors Québec ont peu de sympathie pour le Québec

  1. Mona Rochon dit :

    Faudrait peut-être consulter quelqu’un d’autre que Sun News Media et Québécor pour avoir un vrai portrait. Sun News, c’est la droite de Harper, les rednecks de l’Alberta (même s’ils sont situés à Toronto), et ils ne représentent pas du tout la majorité des canadiens. Les résultats ne sont pas très crédibles.D’autant plus qu’on peut faire dire ce qu’on veut à un sondage, selon la façon dont on pose les questions.

  2. Louis Sirois dit :

    Je le dit depuis des années: Les Canadiens vont finir par « péter leur coche » et se séparer du Québec, avec ou sans notre accord, ils s’en ont rien à chier.

  3. C’est un sondage de Léger Marketing, commandé par Quebecor. D’ailleurs, ce que je trouve bizarre, c’est que rien n’est encore sorti là-dessus ici dans leurs médias.

    Aussi, ces résultats ne sont aucunement contradictoires avec les résultats de la boussole électorale, qui était dans le fond un méga sondage pancanadien.

    Une question : la critique que tu fais se base sur quoi? Une impression ou des faits?

  4. Moi je pense que ce qui les retient est surtout cosmétique : ils s’imaginent la carte du Canada sans le Québec et ça donne un drôle de résultat… 😉

  5. Mona Rochon dit :

    Disons deux choses. Uno, je regarde la télé d’ailleurs au Canada. La télé Ontarienne francophone et anglophone, de Colombie-Britannique, du Manitoba, de Terre-Neuve aussi. Je regarde beaucoup d’émissions à saveur politique, dont certaines qui comportent des lignes d’appel. Tout ce que j’y vois et y entends contredit les données de ce sondage. Deuzio, je connais des gens à peu près partout au Canada. Des parents et amis. Je les visite tous les ans, je parle avec des gens tout le long du voyage, dans les restos, dans les points touristiques, dans les aires de pique-nique, dans les voisinages de mes hôtes aussi. Encore là, ce qui ressort est autrement différent de ce qui est publié dans ce sondage.
    Enfin, pour ce qui est des sondages, j’ai travaillé, pour payer mes études, dans deux maisons de sondages très réputées au pays. Je ne peux pas les nommer, mais leurs techniques sont sensiblement les mêmes: le demandeur du sondage commande un sondage pour vérifier une hypothèse. Les questions posées, ainsi que les réponses fournies, sont formulées de façon à obtenir un résultat pré-déterminé. À l’occasion, on peut avoir des résultats surprises. Habituellement, non. D’ailleurs, les partis politiques sont généralement rattachés à des maisons de sondages qui leurs sont propres. Ce n’est pas par hasard.

  6. Mona Rochon dit :

    Je parle ici de l’affirmation selon laquelle le reste du Canada se contre-fout du Québec, et qu’ils ne veulent rien savoir de nous. Ils aiment notre culture, notre créativité, et notre vision de la société moderne. Que 75% du ROC veuille que le Québec demeure dans le Canada, c’Est à peu près la seule chose qui se réflète sur le terrain.

  7. Je suis bien d’accord qu’il ne faut pas prendre les sondages pour de l’argent sonnant, mais ça me semble de même pour les impressions personnelles basées sur nos expérience et nos contacts.

    Si ça se trouve, le discours des Canadiens que tu côtoies est très coloré par le fait que tu viens toi-même du Québec et que votre relation est très bonne (pour moi, ça me semble assez égal, sinon pire que les questions dirigées des sondages).

    Encore, si on parle en terme d’échantillon, ton expérience est de loin moins représentative qu’un seul sondage. Et si les questions des sondages sont dirigées, il y a au moins le nombre pour compenser.

    D’ailleurs, as-tu pris connaissance des résultats de la boussole électorale? On parle de plus d’un million de répondants, c’est pas rien…

  8. Mona Rochon dit :

    @Renart: selon la fameuse boussole, j’aurais dû voter conservateurs. Pour la fiabilité et la justesse de ses résultats, on repassera. Tu oublies que mes impressions ne se limitent pas aux gens que je rencontre. Il demeure que quand on me parle du Québec, ce n’est habituellement pas pour me dire « on veut que vous restiez dans le Canada ». On me parle d’environnement,de politiques sociales, de culture, on peste contre Harper qui mine le pays, on me parle du Québec comme d’un exemple à suivre dans bien des domaines, en comparant à ce qui se fait chez-eux. Soit en me disant »tu vois, ici aussi on fait ça et ça marche. On est pas fous! » Ou en me disant »Ça serait une bonne chose qu’on fasse pareille ici » en m’énumérant leurs raisons.
    De toutes façons, ce n’est pas ma job de prêcher aux convertis, ni ma mission dans la vie de convaincre ceux qui ne seront jamais convaincus. J’ai autre chose à faire. Mais étrangement, les gens qui viennent d’ailleurs au Canada, et que je suis sur twitter ont eu la même impression que moi en lisant ton billet: le titre t’assure beaucoup de clics, mais ne reflète pas la réalité. Mon échantillon limité additionné aux leurs, ça commence à faire pas mal de monde.;-)

  9. « selon la fameuse boussole, j’aurais dû voter conservateurs. Pour la fiabilité et la justesse de ses résultats, on repassera. »

    La justesse des résultats, c’est les réponses des Canadiens…

  10. H Liu dit :

    Le fait que les Canadiens veulent que nous restions dans leur pays, mais ne souhaitent davantage continuer un débat sur l’unité canadienne est hypocrite. Il est très clair que la relation actuelle du Québec/Canada ne fonctionne pas, car nous avons encore un mouvement souverainiste! J’ai parlé à plusieurs Canadiens à ce sujet – leur impression en général est que nous sommes des râleurs qui ne seront jamais satisfaits de leurs offres. Bref, les Canadiens veulent que nous restions dans leur pays, mais ils ne feront aucun effort afin de nous comprendre ou de nous inclure dans ce pays. Comment peut-t-on rester uni quand il y a cette « allergie constitutionnelle » de leur part, et même une attitude méprisante (ils pensent que nous sommes un fardeau)? Il me semble qu’un Québec libre et souverain serait la bonne solution à cette relation toxique avec le Canada.

  11. Dany Leblanc dit :

    Il me semble que les élections fédérales montrent très bien l’égard entre Québécois et Canadiens.

    Putain! Ils ont voté Harper les salaux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *