Le Québec, ce pays dont je ne peux pas profiter parce qu’on me l’a volé…

Quebec recherche vol

On savait que le dernier référendum pour la souveraineté était un vol en bonne et due forme. Les fédéralistes pouvaient bien le nier, c’était encore possible. Mais là, alors qu’un fédéraliste notoire du nom de Gilles Cloutier qui a participé grandement au vol l’a avoué, c’est plus difficile.

Il ne leur reste alors que la solution de vernir le passé. Oui, ça c’est passé, mais vaut mieux laisser ça comme c’est, apprécier le spectacle, ne pas trop échauffer les cerveaux pour ne pas risquer de faire fondre les statues de cire. C’est la pire hypocrisie.

Un vol est un vol. On aura beau tenter de l’amoindrir, on a contrevenu aux règles et la moindre des choses serait de demander réparation. Pour nos propriétés matérielles, on a des assurances, on a la police qui peut faire quelque chose parfois. Pour un pays, il n’y a rien qu’on puisse faire selon ceux qui ont profité du crime.

Qu’on me dise que je chiale pour rien, je demande réparation. Ce vol a détruit ce mouvement qui avait le vent dans les voiles avec son optimisme pour le transformer en déprime et en chicanes. Ce vol a gâché toutes ces années où nous aurions pu aller ailleurs, bâtir quelque chose de neuf. Ce vol a permis de faire mourir la vigilance et nous nous trouvons, aujourd’hui, avec une langue et une culture malmenée, menacée, parce que le respect ne veut plus rien dire au niveau collectif, pour peu qu’il vaille encore dire quelque chose au niveau individuel. Mais surtout, ce vol nous a laissé dans la situation de devoir subir ces politiques canadiennes que nous désavouons majoritairement, certains fédéralistes inclus.

Tout ça pour quoi, finalement? Pour un pays qui nous reconnait de moins en moins, idem pour ses locuteurs francophones? Pour un pays qui, visiblement, ne veut pas nous lâcher parce que ça ferait un trou sur la carte? Pour un pays qui va de toute façon surement exploser à l’ouest? Pour un pays qui nous a abandonnés économiquement et qui continue de le faire?

Je veux ce pays volé et je vais continuer de me battre pour l’avoir!

Ce contenu a été publié dans Canada, politique, Québec, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.