Le PQ est pour le respect des injonctions

Le Parti québécois a fait une motion en après-midi, aujourd’hui, mardi le 15 mai :

Conformément aux principes de la séparation des pouvoirs, que l’Assemblée nationale exprime que, dans une société de droit, les injonctions doivent être respectées.

Amir Khadir a publié sur son compte Facebook son intervention parlementaire :

M. le Président, bien sûr, je comprends le ministre de la Sécurité publique de ne pas avoir, disons, de – avec tout le respect que j’ai pour lui – de ne pas manifester toute la clarté et le courage exigé par les événements pour dire avant que je m’exprime son opinion sur la motion de l’opposition officielle. Je comprends le sens strictement légaliste de la proposition de motion de l’opposition officielle. Mais, dans le contexte actuel, insister sur la primauté des injonctions dans un processus depuis trois mois où on a vu le pouvoir du Parti libéral instrumentaliser le système judiciaire, appeler le système judiciaire et les étudiants individualistes, qui ne reconnaissent pas les principes de représentation collective démocratique, de recourir aux tribunaux pour faire valoir le droit individuel par-dessus les droits collectifs amène Québec solidaire à s’opposer sans restriction à la motion du Parti québécois à laquelle je ne donnerai pas mon consentement. Merci.

À ce que j’ai compris, la motion a été adoptée. Mais dans un cas comme celui-là, il ne semble pas que le politique ait tant de pouvoir. Ce n’est pas parce que l’Assemblée nationale dit que les injonctions doivent être respectées qu’elles le seront pour autant. Le seul changement que cela pourrait apporter à mon avis, c’est de « durcir le ton » du côté policier, puisque ce sont les policiers qui sont en charge de faire respecter les injonctions.

Alors, au niveau politique, faut-il comprendre que le PQ se déplace stratégiquement pour plaire un peu plus aux gens qui penchent du côté de la hausse ou qui sont ambivalents? Ce qui tombe plutôt bien puisque des « députés du Parti québécois se demandent s’ils ne devraient pas arborer le carré blanc au lieu du rouge »… Mais une chose est certaine, si toutes ces histoires d’injonctions créent des drames, ce qui se dessine très clairement bien sûr, plusieurs vont se souvenir de cet appui du PQ.

Pour ma part, devant cette situation qui met en conflit deux pouvoirs qui se contredisent – dans ce cas-ci : la démocratie et le judiciaire -, j’ai tendance à penser comme le député de Mercier. Je ne crois pas que le pouvoir judiciaire puisse avoir la légitimité de contredire le pouvoir démocratique. La réponse démocratique à la hausse des frais de scolarité que sont les votes de grève est ce qui tient lieu de rapport de force devant le gouvernement, en plus des manifestations. Les injonctions sont carrément un déni de démocratie. Et l’appellation de boycottage, une ignominie qui ne tient la route que dans une optique de désinformation.

Et à ceux qui me rétorqueraient que la démocratie c’est aussi (et surtout) d’avoir porté le Parti libéral au pouvoir, je répondrai que justement les citoyens ont quand même l’opportunité de faire valoir leurs revendications entre les élections, et que la grève étudiante et les manifestations sont des manières légitimes de le faire.

Les injonctions sont des cris d’enfants gâtés individualistes qui ne respectent pas la démocratie, et le PQ vient de les flatter dans le sens du poil. Ça ne regarde pas très bien pour « un pacte électoral de gauche »…

 

(Photo : jblndl)

Ajouts :

Texte très intéressant d’une avocate à propos des injonctions et du droit de grève des étudiants :

http://www.lapresse.ca/debats/le-cercle-la-presse/actualites/201205/05/48-239-greve-etudiante-injonctions-et-briseurs-de-greve-appeler-un-chat-un-chat.php

 

Article de La Presse qui fait pas mal le tour de la question, mis à part ce qui a conduit à cette motion :

http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201205/15/01-4525485-lassemblee-nationale-demande-le-respect-des-injonctions.php

Ce contenu a été publié dans politique, Québec, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Le PQ est pour le respect des injonctions

  1. Je trouve personnellement que la position de Khadir est un peu naïve. Le PLQ et la CAQ avaient probablement comme objectif de passer une motion au libellé beaucoup plus radical, dans le genre un appui aux «héroïques» forces policières ou encore un appui aux enfants-roi qui demandent ce type de recours, qui aurait mis le PQ dans l’embarras.

    Compte tenu de la mauvaise foi manifeste de ces deux partis, le PQ a préféré concéder un simple en langage de football que de se faire accuser d’être contre les lois (ils ne font pas dans la nuance ces jours-ci, voir Bachand et son hystérie anti-communiste). La formule strictement »légaliste», comme Khadir le rappelle, réaffirme que les lois qui sont votées sont des lois et que la procédure d’injonction est un dispositif juridique approuvé par le législateur. Rien de plus, rien de moins.

    Tout le monde devrait respirer par le nez ces jours-ci. à commencer par ceux qui déchirent leurs chemises sur les réseaux sociaux.

  2. germain dit :

    Je suis déçu de cette prise de position du PQ, faut croire que l’intérêt du parti passe avant tout. Plus ça change plus ça se resemble. On est pas à une déception près avec le PQ.

  3. Blink dit :

    Parfaitement en accord avec vous M. Léveillé. J’espère, comme le dit M. Boucher que c’était pour atténuer la motion, sinon, on ne pourra que dénoncer l’opportunisme du PQ qui semblerait vouloir manger à tous les rateliers pour du capital politique.

    Ce qui me frappe dans toute cette histoire, c’est la grande maturité démocratique du mouvement étudiant et de ses leaders versus les enfantillages, les appels au bonhomme 7 heures et les guéguerres d’égo des élus. J’ai de la difficulté à imaginer que quiconque pourrait tomber dans le panneau médiatique du gouvernement. La stratégie est beaucoup trop évidente et si peu subtile.

    M. Boucher, « concéder un simple »… c’est en langage de baseball 😉 Faut dire que les expos ont quitté il y a bien longtemps, alors la confusion est compréhensible.

  4. Blink dit :

    Ayayaye… vérification faite auprès d’un expert en football… au Football canadien, un « simple » se concède! Toutes mes excuses M. Boucher!

  5. J’aurais pu être plus clair 😉 Au football canadien, on peut concéder un simple (1 point) ou un touché de sûreté (2 points).

    Quant à la motion de Deltell de la CAQ, elle n’a pu être présentée parce que 2 motions avaient été été débattues en vertu de l’article 84-1 du règlement (voir un peu après 15h35).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *