L'accord tacite #10

(Pour plus d’information quant au sujet de cette publication, consultez L’accord tacite #1.)

10) J’accepte que l’on divise l’opinion publique en créant des partis de droite et de gauche qui passeront leur temps à se combattre en me donnant l’impression de faire avancer le système. j’accepte d’ailleurs toutes sortes de divisions possibles, pourvu qu’elles me permettent de focaliser ma colère vers les ennemis désignés dont on agitera le portrait devant mes yeux,

Pour vous avouer franchement, je ne me souviens pas par coeur des 33 points de cette liste et la lecture de ce point m’a vraiment fait sursauter! Sans blague!

C’est une chance que je ne fusse pas avancé dans ce projet au point de faire celui-là pendant que j’étais encore enrubanné du gauchisme uhecéen… Je me serais trouvé dans une drôle de situation, même si j’ai toujours partiellement trouvé que les catégories gauche-droite sont insuffisantes à expliquer le monde idéologique à elles seules et qu’en même temps mon « coeur » est visiblement à gauche, dans le sens de progressisme. Et je dis partiellement, car les définitions de la droite et de la gauche, bien que discutables, servent au moins à préciser ou à généraliser quand on en a besoin. C’est utile et stérile en même temps. À utiliser avec précaution.

Pour revenir au « coeur », j’essaye tant bien que mal de ne pas seulement le suivre, par logique. Sans « tête », le « coeur » se démène comme une poule pas de tête, et de trouver des solutions à des questions comme « l’oeuf ou la poule? » est impensable!

Mais ce que je comprends avec ce point, c’est une accusation envers le système de balancier qui fait osciller la société dans un sens, puis dans un autre, sans toutefois apporter de changements vraiment profonds. On a l’impression que ça avance, que ça bouge, mais c’est du surplace. Donc, la politique est emprisonnée dans une architecture quasi binaire, où les solutions sont des agencements avec plus ou moins de gauche et de droite. Comme des recettes de cuisine. Comme des expériences avec éprouvettes par essai-erreur…

Quand on regarde du dehors des idéologies, en vrai pragmatique, elles apparaissent comme des Legos à démonter et à possiblement remonter, avec l’apport d’autres morceaux, mais seulement dans le royaume des concepts, puisque la politique d’aujourd’hui ne peut que jongler qu’avec les bras mécaniques de la partisanerie qui n’est qu’un jeu de mauvais et de bons coups à court terme. Exit les positions subtiles, exit les hypothétiques (puisqu’il devrait bien y en avoir) nouveaux alchimistes qui pourraient réussir à faire tourner la société sur un dix cennes… Les consommateurs chialent, mais le chic du Parlement les impressionnent, les vieux de la vieille dans tous les sens de l’expression ont toujours la cote parce qu’il ne faut rien démolir, toute nouveauté est dichotomique à la confiance et surtout comique… En fait, pas si comique que ça, même les humoristes ne trouvent plus beaucoup de jus dans le bal des élus!

Alors, il reste toujours la gauche éculée, acculée et accusatrice, bien qu’accrochée solidement au plancher, contre la droite froide, stoïque et revancharde, mais tellement efficace, pour attiser encore trop peu de passion. Rien de trop gros pour les analyses sèches, mais goûteuses des naufragés sur l’île de l’équilibre, état vers lequel je peine à tendre, à temps partiel.

Cela devient lassant de se battre contre les vents et marées de la politique d’apparence, qui n’est en fait qu’une belle pièce de théâtre diplomatique. Je vous laisse donc sur une analyse crue et lumineuse de Patrick Lagacé, où il dresse un beau portrait de la politicaillerie québécoise actuelle. En espérant que son message passera, pour le mien c’est moins évident…

(Photo : givikat)

Ce contenu a été publié dans humour, opinions, politique, Québec, société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L'accord tacite #10

  1. Reblochon dit :

    Lagacé fait-il expres de ne pas comprendre ce qui se passe ? Ca n’a aucun rapport avec la droite ou la gauche. Nous avons devant nous un petit peuple craintif, frileux se rassurant avec le calme trompeur d’un statu quo, tant au provincial qu’au federal. Ce n’est pas la gauche ou la droite qui est en jeux ici. Meme si les gens ne s’en rendent pas forcement compte, c’est encore plus que d’habitude : un pays à nous avec les responsabilités que cela comporte ou la gestion de nos affaires par la nation canadienne.

    J’adore son paragraphe sur la conciergerie, ca resume tout à fait pourquoi les gens se rangent du coté du PLQ. Le probleme que ces atrophiés du bulbe n’ont pas compris, c’est qu’en revenant vers le PLQ pour le rendre majoritaire, ils vont de nouveau perdre leur statu quo protecteur.

    Quoiqu’il en soit, en continuant sur ce chemin, on ne fait que ralentir l’epanouissement de notre pays, aussi celui du Canada et pendant ce temps le reste du monde avance, les autres pays progressent et nous, on se contente d’un paysage politique sans vague en restant sur le neutre bien arrimé au quai, au lieu d’aller affronter les remous economiques pour nous retrouver en tete du peloton international. Bref, on va devoir payer un jour ou l’autre ce manque de vision, ce manque de couille, cette lacheté.

    Petit peuple, petit projet, petit destin … grosse claque !

  2. Uhecéen…trop drôle. LOL
    Comme bien d’autres, je ne me campe pas dans une catégorie juste pour le plaisir d’ergoter.

  3. Reblochon,

    bien sûr, Patrick Lagacé ne parle aucunement de droite et de gauche, c’est moi qui ai un peu forcé la chose…

    Par contre, si on va au-delà de la question nationale, je trouvais un lien fort entre ce que j’écrivais sur la question de la droite et de la gauche et ce qu’il expose aujourd’hui, comme s’il venait me donner raison de dire que notre politique n’est qu’un jeu qui ne vole pas plus haut que la partisanerie.

    Antipollution,

    vive les blogues libres! 😉

  4. Renart, pourquoi votre compteur de commentaires indique en ce moment 4 au lieu de 3 ?

  5. Reblochon dit :

    La politique s’arrete à la partisanerie. Franchement, tu connais beaucoup de monde qui vote pour un deputé plutot que pour un parti ? Quel deputé peut se prevaloir de defendre reellement les interets de ses electeurs, changer son monde, quitte à ne pas suivre la ligne du parti ? (je peux repondre, ca s’appelle un futur deputé independant !)

    Regarde-moi, je suis pris à voter pour un candidat incompetent (meme si il a d’autres qualités) d’un un parti d’abrutis, « gauchiste » en plus !, ayant une imbecile arriviste comme chef et une aile carrement pro-syndicaliste. Tout ca parce que ce sont les seuls qui peuvent me donner l’espoir qu’on fera une revolution dans cette federation de merde pour sortir de ce marasme politique, de ce statu quo constitutionel, pour pouvoir enfin nous epanouir et avoir une chance de performer mondialement par rapport aux autres pays ! … va expliquer cela à l’electeur lambda qui ne voit la chose que sur du court terme, ne supporte pas les risques (meme quand ils sont beaux) et l’interet economique qu’il pourrait en tirer !

    Il y a quand meme un point commun entre la France, le Quebec et le Canada: dans ces trois pays ca prend une veritable revolution, une remise en question totale si on veut avoir une chance de tirer notre epingle du jeu.

    Va expliquer cela aux vieux – couche de la population majoritairement concervatrice et craintive, ce qui est totalement normal -, aux baby-boomers qui ont majoritairement pensé qu’à leur gros cul tout au long de leur vie, à la generation X qui essaye de survivre de cet heritage qui les a endetté jusqu’au cou et aux jeunes desillusionnés devant cet avenir de merde.

    Le nouveau mot d’ordre : l’egocentrisme ! Je t’avoue que c’est un peu penible d’essayer de militer et de faire evoluer les mentalités là-dedans ! Dire qu’on a loupé notre chance en 95 ! On nous promettait 7 ans de turbulences … ca ferait 8 ans qu’elles seraient derriere nous aujourd’hui ! C’est ca la vision à court terme. Maintenant c’est toujours possible, ca sera en tout temps possible d’ailleurs, sauf que ca va etre plus dur. Comme je le repete à mes enfants depuis qu’ils sont en age de comprendre : « moins tu en fais maintenant, plus tu en auras à faire plus tard ». Et cette image s’applique dans toutes les situations. Alors quand tu vois que le gouvernement ne fout rien en ce moment… je te laisse imaginer ce qui nous attend.

    Pour la gauche et la droite, tu as bien raison. De plus je n’ai pas vu un seul pays occidental aller à la ruine parce qu’il avait un choix plus que l’autre. C’est donc bien la meme merde ! Des details ! Pour cela que je dis et repete que voter pour le PQ n’est pas du tout un vote de gauche ou une caution pour un futur pays social-democrate. Une fois libre, on votera bien pour qui on veut, on fera bien le pays que l’on veut et entre toi et moi, ca ne fera pas une grande difference. Y a pas de grande distance politique entre le PLQ et le PQ, voire meme l’ADQ, sorti de la question nationale. C’est bien pour cela que personne n’arrive clairement à se detacher, ce sont tous les memes !

  6. Reblochon dit :

    « Renart, pourquoi votre compteur de commentaires indique en ce moment 4 au lieu de 3 ? »

    Parce que mon avis compte double !

  7. Antipollution,

    parce que le « trackback » en bas est compté comme un commentaire…

    Reblochon,

    ce à quoi m’amène ton commentaire, c’est de penser à l’abolition des partis politiques. Au lieu de ça, pourquoi pas seulement des candidats indépendants? Plus de ligne de parti, seulement des gens qui travaillent au gouvernement selon leurs propres valeurs.

    C’est jeté tout cru comme ça, mais l’idée demanderait à être développée!

    « Parce que mon avis compte double ! »

    Hé hé!

  8. Reblochon dit :

    Parce qu’il faut quand meme une ligne directrice, une idee commune pour creer, mettre en place de grands projets qui demandent souvent plusieurs votes intereliés. Imagine une fois la majorité vote oui, l’autre coup non, pour un ensemble commun de decisions menant à une grande creation etatique… et là j’attends arachno-pragmatisme qui va arriver en agitant les bras :o)

  9. C’est juste que les partis politiques n’encouragent pas trop la dissension, surtout quand elle serait essentielle…

  10. Reblochon, je vais vous surprendre, mais d’un point de vue étatiste, l’absence de partis politiques n’est pas viable!

  11. arachno-pragmatiste? Est-ce un lapsus? Une faute de frappe? Un jeu de mot désopilant? Ou suis-je en train de tisser ma toile?

  12. Reblochon dit :

    une blagounette faite avec le plus grand sourire :o)

  13. lutopium dit :

    Gauche et droite ne sont que des mots. Ça ne sert qu’à désigner des tendances. Dans un tout autre ordre d’idées, tu peux être hétéro et tu peux reconnaître la beauté d’un homme du même sexe que toi 🙂

    Fédéraliste? Nationaliste? Indépendantiste? Souverainiste? Autonomiste? Séparatiste? Que des mots…

    Québécois? Canadien? Canadien-français? Nord-américain d’expression française… on connaît la routine d’Elvis Gratton… Tout ça pour dire que ce sont tes convictions qui comptent. Je me dis de gauche parce que dans un contexte poitique ça aide les autres à me situer rapidement. Mais évidemment, y’a des nuances… Je crois que je suis humaniste avant tout. Pour l’égalité des êtres humains, pour un partage équitable de la nourriture et des trésors que nous offre cette planète. Ces exemples et bien d’autres me rapprochent de la gauche, telle qu’on la définit.

    Ce que je déteste par dessus-tout, ce sont les étiquettes, les unes plus originales que les autres, qui ne servent qu’à discréditer les idéaux des gens dits progessistes. J’en ai marre des termes « gogauchistes », « étatistes » et le pire des pires: « fémino-fasciste ». Des sophismes de bas-étage. J’espère que ces termes disparaîtront du language de la blogosphère. L’intelligente, ça va de soi…

    Bon, je m’en vais me faire hynoptiser par les rondelles de caoutchouc. Bonne soirée à tous! 😉

  14. Reblochon dit :

    Ce que tu viens d’ecrire lutopium, que des mots, et pourtant ils ont leur importance. Dans certains cas ils peuvent etre futiles, dans d’autres tres clairs.

  15. J’ai trouvé un terme politiquement correct pour « fémi-fascisme », il s’agit de « égalitarisme substantif ».

  16. Reblochon, cette blague est bien bonne!

  17. Le fémi-fascisme n’est pas un sophisme mais c’est une réalité étatiste bien présente au Culbec.

    Ce raisonnement discriminatoire s’applique de plus en plus à tout homme blanc athée francophone non-immigrant non-handicapé non-amérindien.

    http://www.cyberpresse.ca/article/20080501/CPSOLEIL/80430265/6787/CPSOLEIL

    http://www.leblogueduql.org/2008/04/les-femmes-dans.html#comments

  18. Anarcho,

    pour beaucoup, c’est de la discrimination positive, et quand c’est le cas, je n’ai rien contre…

  19. Anarcho,

    le lien vers cyberpresse ne fonctionne pas…

  20. Reblochon dit :

    une représentation équitable des femmes, des autochtones, des minorités visibles et ethniques et des personnes handicapées…

    à moins que l’on considere les femmes, autochtones et minorités visibles et ethniques, comme des handicapés, je trouve plutot cela ridicule et completement discriminatoire par rapport à ces memes personnes. On devrait plutot renforcer les controles pour eviter que ces gens ne fassent pas les frais du racisme ou de l’ignorance de certaines personnes. Je ne vois pas ce qu’il y a de positif dans cette methode, ni pour eux, ni pour la société. On a oublié les travelos et les vieux dans la liste !

    Ah j’oubliais, les parents qui s’occupent de leurs enfants sont aussi oubliés. Et je peux vous dire par exeperience que c’est pourtant tres tres dur pour eux de trouver du travail, surtout quand ce sont des hommes. Alors quand on se fait griller la place par une femme autochtone noire incompetente, ca fout pas mal les boules ! Manquerait plus qu’elle soit grosse … euh je voulais dire handicapé.

    On se rend compte à quel point notre société est malade !

  21. En quoi une discrimination positive imposée par la violence étatique peut être légitime?

    fémi-fascisme, racisme et machisme, même combat!

  22. Je vois ça comme : la violence étatique se bat contre la violence machiste!

  23. De quelle violence machiste parles-tu? Des résidus de la violence étatique machiste de la Grande Noirceur catho-fasciste.

    Faudra en revenir!

  24. Reblochon dit :

    En les stigmatisants on risque plus de les conforter sur leurs avis envers les femmes. Ca risque d’etre long cette farce !

  25. Tant qu’à élargir le sens du mot « violence » comme vous le faites, j’ai décidé de prendre le droit de dire que tout l’héritage masculin est violent. Donc, je pointe le plus large possible. Pas de point d’ancrage sur rien en particulier, je suis même libre de m’y inclure, moi le mâle, et mes gênes…

  26. Reblochon dit :

    Pour la premiere fois je vais te dire que tes propos sont completement ridicules. Comme si la connerie avait un sexe !

    Tu devrais voir les valeurs que j’enseigne à mes enfants… essaye d’y trouver un heritage de violence. Surement mon coté feminin !

  27. Reblochon,

    ah! dit, dit!

    moi c’est la violence par ci et la violence par là que je trouve ridicule, cela vient extrêmement quantifier les rapports de forces dans le sens où on veut qu’ils soient placés…

    Les femmes n’ont pas le beau rôle en général ici bas sur Terre, voilà mon point, nonobstant les cas particuliers, dont je sais que tu fais partie. Alors, quand on sait ça, la discrimination positive devient un peu moins « violente » à mon avis, bien que ma logique me dit qu’il y a des cas de discrimination positive qui sont stupides. Alors, ça serait ça, en fait, le fémi-fascisme?

  28. Je parle du fémi-fascisme culbécois et non pas du patriarcat mondial, qui est encore plus ignoble!

  29. Reblochon dit :

    Je ne sais pas, mais ca y ressemble.

    Faut quand meme se rendre compte qu’au Quebec plus qu’ailleurs, les mecs sont constamment obligés de prendre des pincettes, s’excuser pour les autres, se plier en quatre dès que l’on parle des femmes. Ca devient maladif. Doit-on tous payer pour les quelques connards qui battent leur femme et pour les erreurs passées ? C’est une hatitude que je n’ai jamais vu ailleurs. Pas à ce point et surtout pas dans les pays les plus respectueux des femmes.

    Et la violence faite aux hommes, en parle-t-on. Ah y a pas de bleus, pas de marque, alors c’est correct et le type c’est son probleme si il est trop moumoune pour s’affirmer devant sa femme. Ouais, assez machiste comme attitude. Et pourtant c’est ce qu’on entend meme chez la femme et l’homme rose. Imagine le pauvre qui doit aller porter plainte chez les flics, devant un gros boeuf à moustache qui pisse de la testosterone par les naseaux !

    Rien n’est simple dans la vie. Tout ce que je sais c’est que generalement les lois, les reglements, les mesures punitives ou represives, le favoritisme, le protectionisme, bref, tout ce que l’on invente pour patcher un probleme, n’a jamais egalé l’education et l’information. Pas plus que de stigmatiser une partie de la population. (ne repete pas ca aux federalistes hein ! c’est mon fond de commerce)

    Et comme souvent, les pires ennemis d’une cause se trouvent parmis les gens que l’on essaye de defendre. Quand j’ecoute parler les femmes d’autres femmes, c’est pas mal plus bitch et violent.

    Tu aurais du ecouter ma blonde pendant le match hier. Les enfants ont fait leur plein de gros mots et d’insultes. Je leur ai dit de prendre des notes ! 🙂

  30. Peut-être que je vis sur un nuage ou dans un milieu hautement évolué… 😉 , mais les rapports hommes-femmes sont très harmonieux. Il n’y a qu’au niveau du travail que je vois des problèmes graves, dont les femmes sont les souffre-douleurs.

  31. Reblochon, faut quand même pas comparer le fémi-fascisme culbécois avec le machisme islamo-fasciste. Ça ne se compare pas!

  32. Finalement Reblochon, je me rends compte que vous n’avez pas fait cette comparaison.

  33. Doit-on tous payer pour les quelques connards qui battent leur femme et pour les erreurs passées ?

    Selon les fémi-fascistes, la réponse est oui. Ils appellent ça l’égalité substantive.

  34. Par contre Reblochon, ne mettez pas sur le même pied d’égalité la violence faite aux femmes par les hommes et la violence faite aux hommes. Simple question de force physique.

    Laissez ce genre de bobards aux masculinistes machistes.

  35. Reblochon dit :

    J’aurais pu aussi parler des violences physiques faites aux hommes. Des types de plus de 6 pieds, de gros nounours qui se font tapocher par leur naine de 5 pieds. C’est rare, mais il y en a. Et en plus, ils ont generalement le droit à la violence psychique. C’est un tabou, alors naturellement, on n’en a pas echo.

    En france, le bon gouvernement avait mis sur pied une ligne ouverte pour que les femmes battues puissent se confier. Ils ont recu tellement d’appel d’hommes battus qu’ils ont du leur dedier une ligne rien que pour eux, avant de preferer fusionner les deux services. Donc les hommes battus appellent SOS femi-fascisme 😉

    http://www.sosfemmes.com/points_de_vue/sujets/02_hommes_battus.htm

    http://www.lexpress.fr/info/societe/dossier/violenceconju/dossier.asp?ida=432794

    Mais bon, on a bien la vision que l’on souhaite du monde dans lequel on vit !

    Bonjour mesdames !

  36. Reblochon, je n’embarquerai pas là-dedans. Les agressions contre les femmes sont plus graves que celles envers les hommes. Bien sûr, il y a des exceptions mais il ne faut les mettre dans la même pied d’égalité.

  37. Reblochon dit :

    Plus grave ? Ah c’est vrai, la souffrance ca se quantifie. C’est un peu comme pour les genocides alors ?

    Et qui vous parle d’un pied d’egalité ? Vous m’auriez dit « moins frequentes », j’aurai acquiescé, mais « moins grave » ! Pourquoi ? Parce qu’on est plus grand, plus fort physiquement ? Parce qu’on a le droit de porter la moustache ? Vous etes un femi-fasciste monsieur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *